Explorez les mots-clés

kosovo

Histoire, Politique, Voix

Kosovo, crimes de guerre, petite piqûre de rappel…

Alors qu’on apprend que le Président du Kosovo fait face à des accusations de crimes de guerre, ce petit rappel pourrait ne pas être inutile…

Ecrit et publié sur ce blog, le 18 août 2013:

L’ÉCLAT DE RIRE DU BON DOCTEUR KOUCHNER ET LA MAISON JAUNE

N’en déplaise à Madame Calmy-Rey, à laquelle il était question en septembre 2011 d’attribuer une place à son nom à Pristina en récompense de son investissement pour la cause kosovare, voici Bernard Kouchner en mauvaise posture.

Il semblerait que l’enquête liée au trafic d’organes au Kosovo progresse et que l’ignorance dont il faisait part à cet égard soit à cours d’arguments pour se maintenir encore.

Mais peut-être que Micheline Calmy-Rey elle aussi, était dans l’ignorance de cette maison jaune dont Carla del Ponte révélait pourtant l’existence au printemps 2008.

Dans ce cas, nul doute que notre ancienne Conseillère Fédérale sera aussi surprise que ceux qui avaient toute confiance en ce charismatique French Doctor.

Lors d’une conférence qu’elle avait donnée à Genève le 1er juin 2011, Carla del Ponte avait apporté quelques petites précisions non négligeables en relation avec cette affaire.

Culture, Histoire, Politique, Religions

Saint-Louis des Invalides, la prière musulmane qui fait parler d’elle…

Y serions-nous bientôt, dans cette France décrite par Michel Houellebecq en 2015? Il en avait été question ici et tout autant du rappel des liens qu’entretiennent fiction et Histoire.
A lire au cas où l’on en douterait et tandis que tout récemment, en la Cathédrale Saint-Louis des Invalides, était chantée une prière adressée à Allah.
Très vives ont été les réactions. En voici une à visionner ici, parmi les nombreuses à découvrir en lançant une recherche sur internet.
A noter, les circonvolutions et précautions d’usage en relation avec le fait que l’oeuvre au sein de laquelle est insérée cette adresse au dieu de l’islam est celle d’un compositeur gallois, Karl Jenkins.
Certes. Et sans mauvais jeu de maux, la messe est dite pour qui n’y voit rien à redire.
Le fait est qu’une autre messe a été célébrée le jeudi de l’Ascension en réaction à cette intervention qui n’a pas eu l’heur de plaire à toutes et à tous.

Histoire, Politique

De l’impérialisme

Aujourd’hui, on le sait, il est russe.
Pour qui ne l’a pas encore compris, les preuves sont là, irréfutables, chaque jour qui passe ou presque nous les rappelle par le biais de relais divers.
Volontés hégémoniques, agissements contrevenant aux droits en tous genres, autant de comportements parfaitement étrangers, bien sûr, aux bonnes manières et aux principes de nos démocraties.
Soit.
Il est certain que les regards critiques ne manquent pas pour nuancer ou refuser de telles visions réductrices et heureusement!
Mais leur écho reste limité quand il n’est pas rejeté.
Force est de le constater, toute prise de position susceptible d’enrayer la mécanique d’information dominant l’Occident, court le risque d’être confinée au secret sinon aux oubliettes.
L’Histoire l’a souvent démontré, le document ci-dessous le confirme:

Politique

Trafic d’organes, de Carla del Ponte au Procureur Williamson

Elle avait déclaré qu’environ 300 prisonniers serbes avaient été kidnappés par l’Armée de libération du Kosovo (UCK) durant la guerre de 1998-1999.

Elle avait ajouté qu’ils avaient été déportés en Albanie où ils avaient été assassinés et que leurs organes avaient été prélevés pour être revendus.

Elle, c’est Carla del Ponte.

On sait comment ses propos ont été reçus, on se rappelle aussi comment Bernard Kouchner a éclaté de rire.

Aujourd’hui, le procureur américain Clint Williamson a présenté le résultat de son enquête à Bruxelles.

Politique

Carla del Ponte à Genève

Salle comble, hier, à l’Aula de l’Université de Genève pour Carla del Ponte.

L’ancienne procureure du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie et pour le Rwanda était l’invitée de l’Association des diplômés de l’UNIGE.

Interrogée par Romaine Jean sur le thème «La raison d’Etat contre la justice», il était aussi annoncé que Carla Del Ponte traiterait de questions judiciaires d’actualité. Celles-ci n’ont pas manqué.

Ainsi, de Ben Laden, la procureure a pensé qu’un procès eût été souhaitable, de DSK, que l’image de l’ancien directeur du FMI menotté aurait dû être évitée, de Ratko Mladic, qu’elle saluait son arrestation.

Et puis, lorsqu’il lui est demandé pourquoi on juge les criminels serbes plutôt que les kosovars, sans ambage, Carla del Ponte répond:

«  Un procureur travaille avec le matériel qu’il peut avoir. Les crimes serbes, on en avait les preuves et les témoignages. Mais sur l’UCK, nous avons ouvert trois enquêtes qui n’ont rien donné parce que les témoins se sont retirés. »

Elle ajoute, «  Je les comprends, le Kosovo est le seul endroit où j’ai vu des témoins assassinés après avoir participé à des procès.»