Catégorie

Politique

Voix, Culture, Economie, Histoire, Politique, société

Détester la Russie, une priorité en Occident

Mais qui peut demeurer insensible à ce qui se passe en Ukraine, personne. Au point que des camps se forment entre Occidentaux. La rencontre brutale vécue hier n’est pas la première du genre à laquelle j’ai dû faire face. 

Toute position nuancée est devenue intenable. Toute tentative de montrer la complexité de la situation est réduite à néant. Tout désir de dialogue autre qu’assassin est voué à l’échec.

On me sait aimer la Russie, on m’attribue de facto comme « ami », son Président. On me sait rejeter le diabolisation d’un pays, on me provoque, on nargue, on rejette. Et cela ne date pas d’hier!

Déjà du temps de l’URSS et de mes études de russe, on s’interrogeait. Mais comment pouvais-je aimer un pays pareil? Pour sa culture, pour sa langue et pour son Histoire. On est loin de la politique, là mais non, il faut sans cesse y ramener.

Jusqu’à m’attribuer des liens avec le Kremlin. Jusqu’à même s’interroger sur les faveurs que j’aurais reçues pour que mon oeuvre littéraire soit traduite en russe et publiée à Moscou.

On en est là, oui.

Sauf pour qui fait la part des choses. Et j’en connais que je ne remercierai jamais assez. Parce que l’échange est resté possible. Parce que le discernement les habite plutôt que la détestation. Parce que la radicalité n’a pas leur préférence.

Voix, Culture, Economie, Histoire, Politique, société

Rencontre brutale

Je rencontre un couple d’amis auxquels j’ai adressé l’invitation à la présentation de « SILLONS », recueil de textes poétiques que j’ai écrits et qu’ont accompagnés de leurs oeuvres trois artistes, Sylvie Bleeckx, Florence Lamb et Andrés Moya.

C’est à peine si l’on en parle que déjà lui me lance quelque chose du genre « Alors, ton ami Poutine… ». Je ne réagis pas, la provocation est flagrante, j’y suis habituée et j’ai la tête ailleurs, en particulier à ce livre.

Mais Ukraine et Russie reviennent dans la discussion, mon interlocuteur m’apprend que deux projets culturels auxquels il participait ont dû être mis en attente de temps meilleurs. J’entre alors dans le sujet mais me heurte d’emblée à un mur.

Au nom de « la liberté », bafouée par la Russie, il me refuse le dialogue.

Au nom de « la liberté », il ne veut strictement rien savoir ni entendre de ce que je pourrais lui dire. J’insiste, il hausse le ton. Je ne désarme pas, je comprends que son principe de « liberté » est à sens très unique.

Après un échange musclé, je parviens à lui conseiller de visionner cet extrait de discours de Georges Friedman déjà plusieurs fois partagé ici. Car il se moque, personne n’en veut à la Russie, ni ne la menace.

Je lui résume en quelques mots les propos de Georges Friedman, je vois ses yeux s’écarquiller et les traits de son visage se contracter. Pris en défaut, pour se défendre il lance « c’est de la géopolitique! »

Et oui et alors?  Alors, il décide que ça suffit, qu’il ne veut plus m’entendre.

Au nom de « la liberté » qu’il estime piétinée par la Russie, il est parti. Nous étions amis, nous aurions pu nous quitter par un « au revoir »! Rien de cela. Il a préféré l’affront, brutal.

Ce radicalisme n’est pas anecdotique. Il est grave. Par sa négation d’autrui.

Voix, Culture, Histoire, Politique, société

Comparer le traitement médiatique de la guerre au Yemen à celui de l’Ukraine oui mais…

Sur un réseau social bien connu, je découvre cette vidéo qui interroge sur le fait qu’on ne parle pas de la guerre au Yemen. Alors oui, tout à fait d’accord, on ne parle pas autant de la guerre au Yemen que de celle en Ukraine.

Mais la comparaison s’arrête là. Sur cette différence de traitement. Or la raison qui est évoquée dans la vidéo est plus que réductrice sinon simpliste et je pèse mes mots et les maux endurés par les victimes.

Car lorsqu’on entend que « contrairement à l’Ukraine qui est simple moralement, il y a un pays agressé par un dictateur, la situation n’est pas simple moralement au Yemen », que dire? Que ce Monsieur ignore de quoi il parle, désinforme, ou les deux?

Faire l’impasse sur huit ans de guerre civile dans le Donbass dont les habitants ont été traités de « terroristes » dans nos médias du seul fait de s’être soulevés contre le décret de la Rada du 24 février 2014, imposant l’ukrainien au détriment de toute autre langue jusque là admise, parmi lesquelles le russe, c’est gommer la vie de toute une population.

Faire l’impasse sur huit ans de conditionnement de l’opinion publique qui n’a jamais rien vu ni su des agissements des Présidents ukrainiens successifs contre leur propre population dont les enfants ont survécu dans les caves quand ils n’ont pas été tués, c’est nier tant de souffrances.

Ces huit ans de guerre civile ont causé des centaines de milliers de blessés, bien plus d’un million d’exilés, en grande partie vers la Russie et près de 15’000 morts des deux côtés. Alors pour « l’Ukraine qui est simple moralement », revoir la copie ne serait pas de trop.

Peut-être et sans doute animé de nobles intentions, ce Monsieur n’exhale en définitive que l’air vicié du temps.

Voix, Culture, Economie, Histoire, Politique, société

Refuser la fatalité, un souhait raisonnable?

Plusieurs raisons ont présidé à l’ouverture de ce blog.

L’une d’entre elles a rejoint le désir de partager un regard citoyen et littéraire sur l’actualité. Consciente que je jetais une bouteille à la mer, je l’ai jetée.

Et chaque fois que je partage ici un sujet, le même sentiment m’anime, de nécessité et de plaisir. Nécessité parce qu’écrire est ma manière d’être au monde et que cette manière a pris les atours du plaisir.

Ce qui n’empêche bien sûr pas la tristesse ni l’amertume d’inspirer parfois ce que je publie sur ce blog.

En l’occurrence, assister aux prises de décision de personnalités placées en très haut lieu et se savoir condamné à les subir, n’entrouvre plus qu’à peine l’espace à l’espoir.

L’espoir qu’un grain de sable se mêle d’enrayer une mécanique infernale.

Entretenir cet espoir maintient debout mais exige de veiller en permanence à l’équilibre que l’on tient à garder pour éviter de vaciller et de sombrer.

Dans ce sens, écrire ici, constitue une force qui, partagée avec vous, accorde au moins un temps de répit. Celui auquel on voudrait se raccrocher pour refuser la fatalité.

Or elle encercle de plus en plus, vous me contredirez, je le souhaite!

Voix, Economie, Politique, société

Une « élite » suisse douche les siens …

Arriver au sommet du pouvoir et conseiller à ses concitoyen(ne)s de prendre leur douche à deux pour économiser l’énergie?

On croit rêver mais non, notre Conseillère Fédérale Simonetta Sommaruga a bel et bien énoncé cette recommandation. Chaque jour qui passe, on pense avoir atteint des sommets, on se trompe!

Le clou, c’est encore cette merveilleuse Conseillère Fédérale qui nous l’offre quand elle déclare, dans une interview accordée au Tages Anzeiger,

«Je sais qu’à partir d’un certain âge, les douches à deux ne plaisent plus à tout le monde.»

En tous les cas, si gravir les échelons de la politique pour accéder au siège suprême dit « des sept sages » amène à tenir pareil raisonnement, on comprend que n’importe qui ne puisse y parvenir!

Voix, Culture, Histoire, Politique, société

Pas de « rentrée littéraire », juste quelques réflexions en partage

Ce blog que vous suivez -et je vous en remercie- je le mène en parallèle à mes activités littéraires.

Il m’a valu, me vaut toujours, d’être (dé)considérée tandis que je n’y ai jamais caché mon amour d’un pays honni par nos médias.

Ce qui m’amuse est que depuis le temps de mes études de russe, le mélange de genres n’a jamais cessé.

A l’époque, en effet et comme c’était du temps de l’URSS, j’étais soit taxée de crypto-communiste quand je rendais compte de mes séjours en Union Soviétique, soit de bourgeoise par des militant(e)s de la cause trotskiste, léniniste ou autre.

Comme quoi… avoir étudié la langue, la littérature et l’Histoire d’un peuple, être traduite et publiée dans son pays vaut d’être, de fait, perçu par le biais politique et non esthétique.

Quand ces deux dimensions se rejoignent, on a vraiment de quoi s’inquiéter.

Car une littérature qui convient à l’air du temps apporte quoi à la réflexion? Rien d’autre que la confirmation de ce qui est à penser. Rien d’autre que l’assurance de suivre « la bonne » direction.

Ce qui est attendu se trouve, l’ordre est sauf. Alors qu’ouvrir à l’étrange entraîne l’imaginaire et ouvre myriade d’horizons à explorer!

Il ne m’est jamais apparu opportun de « me raconter » tant les vies dans lesquelles se glisser m’a semblé bien plus riche à maints égards. Qu’elles soient celles d’hommes ou de femmes, ordinaires le plus souvent, toutes signent l’être dans sa simplicité, dans sa complexité, dans ses contradictions.

Fictions, non fictions, j’ai mêlé ces catégories.

Menée par une inspiration soudaine, impérative, aléatoire aussi, souvent saisie par ces instants, ces fulgurances où profondeurs rejoignent superficialités, j’écris ce que je perçois de réalités et de projections confondues.

Autant d’histoires dévidées tantôt sous forme de monologues, tantôt de dialogues qui, en commun, partagent sans doute la prégnance de fatalités que rêve et espérance s’attachent à contourner mais que rattrape une désillusion sans merci.

Voix, Economie, Histoire, Politique, société

Misère assassine

Dans un précédent sujet de ce blog, j’ai raconté ma rencontre avec une jeune femme ukrainienne dans les rues de Genève. Elle cherchait une adresse, celle d’une famille qui serait peut-être prête à l’accueillir tandis que celle où elle vivait jusqu’alors lui avait signifié la fin de son séjour chez elle.

Ce sujet, je l’avais transmis à la Tribune de Genève qui l’a  publié en « Lettre du jour ».

Depuis lors, le nombre de russophones ou ukrainophones que je croise au gré des rues n’a fait qu’augmenter. Tant mieux si ces personnes trouvent ici de quoi survivre ou revivre! Avant-hier, par exemple, était garé un imposant véhicule noir devant une splendide maison de maître en construction.

Hier, deux nouvelles limousines l’avaient rejoint.

Située dans une campagne paisible du canton, à quelques kilomètres à peine du centre de la ville, la demeure presque achevée serait-elle destinée à accueillir des victimes de la tragédie qui n’en finit pas de se jouer à nos portes, qu’on s’en réjouirait pour elles.

Comment le savoir, cela ne nous regarde évidemment pas!

Quoi qu’il en soit, l’Allemagne semble aller au-devant d’une grave crise économique. Et si ce n’était que l’Allemagne qui, par la bonne grâce d’une politique qui a démonisé la Fédération de Russie, perçue de manière inamovible comme « criminelle », si ce n’était que l’Allemagne qui peu à peu sombrait…

Non, hélas! Et ce seront toujours les plus pauvres qui payeront le plus lourd tribu au cynisme. Rappelez-vous ces 11 minutes 19 si éclairantes que les oublier serait faire l’impasse sur ce qui gouverne notre beau monde, aussi misérable qu’assassin.

Voix, Culture, Economie, Histoire, Politique, société

Quand Ruth Elkrief s’obstine à refuser la logique de Ségolène Royal

Vous êtes, bien sûr au courant de la prise de position de Ségolène Royal, première femme à être parvenue au second tour de l’élection présidentielle française en 2007, face à Nicolas Sarkozy. La France a voté, la candidate socialiste a perdu et on se rappelle comment elle a réagi.

C’était depuis la Maison de l’Amérique latine à Paris.

Bref, peu importe et quoi qu’on en pense, je vous propose de la découvrir -si ce n’est déjà fait- interviewée par Ruth Elkrief, que tout le monde connaît sans doute et qui est passée, en 2021, de BFMTV à LCI.

En quoi cette séquence télévisée est-elle intéressante?

En ceci que l’on a sous les yeux, la manière dont use sinon abuse, une professionnelle de l’information pour s’adresser à une politicienne qui en a vu d’autres, on le sait, ne serait-ce qu’au sein même de son parti lors des primaires en vue, justement, de la présidentielle de 2007.

Ruth Elkrief s’attache avec insistance à refuser la logique de la prise de position de Ségolène Royal mais cette dernière, rompue à l’exercice du faux échange, ne s’en laisse pas conter. Elle affiche un calme parfait et poursuit son raisonnement qu’à l’évidence, la journaliste rejette.

Ségolène Royal honore la France, quoi qu’en pensent ses détracteurs.

Elle honore ce pays par la démarche de paix qu’elle initie en tant que politicienne. Car il ne suffit pas de publier livre sur livre ou article après article pour expliquer ce qu’il en est d’une guerre appelée en Russie, opération spéciale.

Une action d’ordre politique s’impose.

Pour rejeter cette surenchère haineuse envers un pays qui pousse les nôtres, de pays, mais surtout ceux qui sont bien moins riches -et Ségolène Royal le dit aussi- vers le gouffre. Qui va payer le prix de l’exponentielle russophobie que les médias répandent journée faite, sinon les plus démunis?

Et non, ce n’est pas en rajoutant pull-over sur pull-over pour se protéger du froid de nos foyers que l’on aidera l’Ukraine! Quant aux bougies, on sait leur présence récurrente au moindre drame. En l’occurrence, leur flamme destinée ici à nous éclairer ne réduira pas les armes au silence.

Ségolène Royal est animée d’intentions à soutenir pour qui refuse de voir l’Europe en sang. Et à Ruth Elkrief, elle cite des noms de personnalités à solliciter pour s’engager dans cette résistance au surarmement et à la ruine économique qui se profile déjà dans le secteur public autant que privé.

Voix, Culture, Economie, Histoire, Politique, Religions, société

Sortir d’une spirale mensongère

À qui le voudra bien, je suggère de visionner cette vidéo d’à peine une minute dont le lien est indiqué en bleu à la fin de ce sujet. Il s’agit d’une intervention du rabbin Mikhaïl Finkel qui s’exprime sur l’Ukraine. Ses propos sont incisifs et sans concession.

Le rabbin Finkel explique pourquoi « nous ne devrions pas nous quereller avec la Russie ». Il ajoute que « rien qu’avec Zelenski, l’Ukraine a voté 36 fois contre Israël à l’ONU ». Il rappelle qui sont les héros de l’Ukraine, ce que nos médias font absolument tout pour cacher sinon mieux encore, nier.

Et il cite les noms de Symon Petlioura « qui a tué 200.000 Juifs », Roman Shoukhevytch, Stepan Bandera dont il a été à plusieurs reprises question sur ce blog, Iaroslv Stetsko « qui a déclaré que tous les Juifs devraient être détruits », Bohdan Khmelnitsky, chef cosaque du XVIIe siècle « qui a tué 300.000 Juifs ».

Il indique aussi comment le Ministère des Affaires étrangères d’Israël a réagi au défilé de la division SS Galicie, organisé chaque année à Kiev. Et de s’exclamer « Ce sont des ordures. C’est un régime néo-nazi ». Ce à quoi la journaliste qui l’interview rétorque « Je vous demanderais de parler un peu moins durement ».

Et le rabbin d’enchaîner « Je dis cela parce que la moitié de ma famille a été tuée par les Bandera et les Petliuristes avec les progroms. Et ce sont les héros de l’Ukraine. Ils érigent des monuments en leur honneur, ils donnent leur nom à des rues. Et ce n’est pas de la propagande russe. Ce sont les mots du ministère israélien des Affaires étrangères. »

Je vous invite à découvrir la conclusion de cet entretien ici. Et si vous souhaitez un autre point de vue, lisez cet article du Times of Israël. Vous aurez ainsi de quoi vous faire une idée peut-être un peu moins orientée que celle que vos médias de référence s’appliquent à rendre vôtre.

Voix, Culture, Economie, Histoire, Politique, société

Comment prôner encore la paix?

Comment prôner encore la paix quand on ne cesse de nourrir la haine?

L’exemple récent de Ségolène Royal, candidate malheureuse à l’élection présidentielle française de 2007 nous en fournit un exemple des plus parlants. Pour avoir remis en cause le labourage médiatique destiné à entretenir la peur alors que les peuples ukrainiens et russes n’auraient besoin que de paix, la voici prise dans l’oeil du cyclone.

Elle soutient n’avoir jamais voulu nier les crimes de guerre mais refuser la « surenchère dans la description de l’horreur, pour susciter des livraisons d’armes et pour s’interdire de mettre en place des processus de négociations et de paix ». Or cette précision a été, selon elle, coupée dans les rediffusions de son passage sur BFFMTV.

Quand, au sombre vacarme des armes, s’ajoute celui de tant de spécialistes et d’experts journalistes avec leur brochette invariable d’invités, tout autant spécialistes et experts que leurs bienveillants hôtes, inutile de guetter quelque espoir de paix. Et que l’on cesse de me dire encore et encore que je parle au nom du Kremlin alors que depuis 8 ans, je déplore une guerre fratricide.