Catégorie

Religions

Culture, Economie, Histoire, Politique, Religions, société, Voix

Qu’est-ce qu’une démocratie, la télévision nous l’explique…

Dans le cadre d’un reportage de la Radio Télévision Suisse (RTS) à Kiev, Philippe Revaz interroge un Archevêque qui lui apprend que l’Ukraine est « une nation européenne » et que, « malheureusement, la société russe est une autocratie de type asiatique ».

Quant à Vladimir Poutine, non, il ne serait pas le « diable », répond son interlocuteur auquel il s’adresse par un « Votre Sainteté ».

Le Président de la Fédération de Russie serait « une sorte d’Antéchrist de notre temps comme Staline et Hitler l’ont été. Il n’est pas le diable car nous autres Chrétiens savons que le diable est un ange déchu. Ce n’est pas un ange, il est humain. »

Notre journaliste écoute avec attention ces subtilités théologiques, à son public de s’y retrouver.

Sur une autre chaîne de télévision, française celle-ci, l’Ukraine est présentée comme un pays, démocratique dont le statut politique est contesté par son voisin, « autocrate » à nouveau.

Donc ce pays, qui interdit le 23 février 2014 à une grande partie de sa population de parler sa langue, le russe, et lui impose l’ukrainien, est une démocratie.

Donc ce pays dont deux Présidents successifs ont tiré sur leur propre peuple huit ans durant, est une démocratie. Donc ce pays qui raie d’un trait, le 20 mars 2022, l’existence de onze partis politiques est une démocratie.

La télévision réserve de beaux sujets de réflexion, tant au plan religieux que politique, décidément…

Culture, Histoire, Politique, Religions, société, Voix

Ma véritable patrie, c’est la littérature

Un jour viendra, je le souhaite et l’espère de tout mon coeur, où les crimes commis en Ukraine et qui, pour l’heure, restent savamment cachés seront exposés.

Bien de ces crimes, depuis huit ans, sont demeurés masqués.

A ces crimes, la riposte russe, plus personne ne peut plus l’ignorer puisqu’elle est exhibée à longueur de colonnes de journaux et de plateaux de radio et de télévision.

Mieux ou pis encore, on sanctionne à l’aveugle la culture, les enfants, les chats, les chiens, les handicapés, bref, tout ce qui de près ou de loin affiche un lien quelconque à la Fédération de Russie.

Juger comme s’y emploient tant de censeurs improvisés ne révèle qu’ignorance et férocité. Pour ma part, je n’ai choisi ni n’ai à choisir aucun « camp ». Occidentale, je le suis et le reste.

Mais ma véritable patrie, c’est la littérature. Elle seule ne me fera jamais renier l’amour profond qui me lie à la Russie. Car c’est en elle que s’est tracé mon destin littéraire.

Culture, Economie, Histoire, Politique, Religions, société, Voix

Jamais je n’oublierai les exactions commises dans le Donbass.

Qui veut encore comprendre ce qu’a subi le Donbass huit ans durant avant de juger ce qui se passe en Ukraine?

L’ignorer, le négliger ne va certes pas améliorer le sort d’autant de celles et ceux qui désormais souffrent, fuient ou tombent sous la violence de balles ou d’obus.

Toute guerre est moche. Toute guerre est laide.

Mais certaines sont médiatisées, instrumentalisées et galvanisent des foules haineuses. C’est le cas avec ce qui secoue l’Ukraine. Ce ne fut pas le cas avec le conflit sanglant qui a meurtri le Donbass huit ans durant.

Et jamais je n’oublierai les horreurs qu’ont subies les populations de cette région. Jamais. Car le silence de nos journalistes et de nos politicien(ne)s qui ne se sont pas plus que cela ému(e)s de vies détruites est condamnable.

Alors pour l’émotion à géométrie si variable, merci pour les victimes tombées dans l’oubli des « unes » et des tribunes politiciennes.

Politique, Religions, société, Voix

Retour sur une émission et réflexion dans le cadre #metoo

Au hasard d’une navigation sur internet, j’arrive sur YouTube et parmi différentes vidéos proposées, je découvre une émission qu’animait, alors, Jean-Jacques Bourdin.

Nous étions début septembre 2019.

Depuis lors, visé par une plainte pour tentative d’agression sexuelle, le journaliste a été écarté temporairement de BFMTV et de RMC. Or dans cette émission d’il y a deux ans et demi, Jean-Jacques Bourdin recevait Tariq Ramadan.

Inutile de dire que, vu le contexte, cet interview prend une dimension assez singulière.

Au-delà de ce que Tariq Ramadan livre de son affaire, en particulier de propos qu’il cite de la Brigade criminelle, observer le journaliste l’interroger ne manque pas d’intérêt.

À se demander si on ne vit pas un moment surréaliste.

Car Jean-Jacques Bourdin est désormais en proie à ce même tribunal médiatique que dénonce Tariq Ramadan face à lui. À cette différence près que pour le premier, c’est par ses confrères qu’il est cloué au pilori.

Sans compter le courant #metoo qui porte soudain les femmes à se rappeler…

Se rappeler qu’il y a X années, un homme a tenté de les embrasser de force. A tenté de les agresser. A tenté de les violer ou les a carrément embrassées de force, agressées ou violées.

On sait la difficulté qu’il y a à porter plainte. Mais on sait aussi combien la mémoire reconstruit.

Ces histoires sont lourdes à porter, ces histoires sont explosives tant elles mettent en jeu de vies et ces histoires sont livrées en pâture au public.

Sans même que la justice se soit prononcée.

Culture, Histoire, Politique, Religions, société, Voix

À propos de vertu et de politique …

L’observation de règles morales fait-elle sinon est-elle une politique, cela se discute.

Souvent, morale et politique s’emmêlent. Surtout lorsqu’au nom de la première, on prétend se livrer à l’exercice de la seconde.

Or vertu et génie, en l’occurrence politique, ne vont pas de soi, c’est une évidence.

Se résoudre à l’exclusion de la première au profit du second fait rarement l’unanimité. Mais la morale que l’être intègre, le rend-elle à son image, pas  toujours.

L’admettre éviterait-il ces empoignades de très mauvaise foi, visant à opposer la vertu des uns à la corruption des autres?

Culture, Economie, Histoire, Politique, Religions, société, Voix

Le saviez-vous?

Vous le saviez peut-être, c’est après avoir lu, à l’âge de 15 ans, Le Docteur Jivago de Boris Pasternak que Valérie Pécresse dit avoir « adoré », qu’elle a « voulu apprendre le russe ».

Selon ses déclarations au journal Le Monde du 21 mars 2016, « la seule façon d’aller en URSS, c’était les camps des jeunesses communistes, que j’ai donc fréquentés deux années de suite, à Yalta et sur la Baltique. L’école des religieuses de Sainte-Marie me confiait une mission : déposer des bibles chez les Refuzniks [les personnes qui désiraient émigrer, mais à qui les autorités en refusaient le droit]. Je suivais les cours de propagande, je chantais L’Internationale en russe, je découvrais que les livres mentaient. »

Et de poursuivre:

« L’URSS, 2e puissance mondiale, c’était les toilettes à la turque et le chocolat de synthèse. Et la censure. Personne ne connaissait le prix Nobel Pasternak ! De ces voyages, il m’est resté un attachement à la liberté de pensée, l’idée que l’anticonformisme est davantage de droite que de gauche. Et la langue. Quand j’étais ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’espace, Vladimir Poutine me prenait pour une espionne de la DGSE [Direction générale de la sécurité extérieure]. Pour lui, on ne pouvait pas être de droite et parler russe. C’était très suspect… »

Des « toilettes à la turque », je ne suis pas certaine que pareilles déclarations soient conformes à la réalité. En tous les cas pas à celle que j’ai personnellement connue. Quant au « chocolat de synthèse », une personne qui a vécu dans une république de l’ex-URSS me disait, pas plus tard qu’avant-hier dans le cadre d’une discussion d’ordre général, combien le chocolat russe de l’époque était savoureux et réputé.

Pour le reste, que le Président russe ait pris, à l’époque, la désormais candidate investie par les Républicains pour une « espionne de la DGSE [Direction générale de la sécurité extérieure] » parce que, « pour lui, on ne pouvait pas être de droite et parler russe » que « c’était très suspect », là, on reste un peu dubitatif quand on sait l’amitié qui s’est nouée entre François Fillon -dont Valérie Pécresse a soutenu la campagne présidentielle en 2017- et Vladimir Poutine.

Cela dit, l’entrée en lice de Valérie Pécresse dans la course à l’élection présidentielle française de 2022 est intéressante à maints égards. Surtout si je me réfère à ce que m’avait raconté un jeune homme, proche de certaines personnalités influentes. Une élection présidentielle se préparait des années à l’avance. Et la personne qui succéderait à Emmanuel Macron serait une femme.

A suivre donc. Pour quel changement, c’est un autre problème.

Culture, Histoire, Politique, Religions, société, Voix

Handicapé et sa mère agressés à Lyon

Du bien et du mal, on disserte, on a disserté et on dissertera encore sans fin.

La morale d’un côté,  le droit de l’autre y apportent leur considération.

Il n’en demeure pas moins que découvrir pareille agression blesse qui a encore un coeur.

Pour les autres, cela fait partie de l’ordre du monde, peut-être…

La noirceur de l’être humain est connue, sa grandeur d’âme et d’esprit tout autant.

S’y référer maintient l’espoir mais n’occulte rien.

Culture, Histoire, Politique, Religions, société, Voix

Question, en partage…

Cet instant vous arrive-t-il où, de manière fortuite s’impose à vous la conscience?

La conscience de ce qui, jusque là, ne vous avait pas échappé mais pas vraiment retenu non plus? Comme, par exemple, l’irréversibilité du temps?

L’oublier, la défier, s’en jouer, apparaît parfois bien plus stimulant que de l’admettre!

Sans doute mais que, soudain, rien ne s’offre plus en parade à la conscience, celle du mouvement sans retour, l’avez-vous connu cet instant et le goût du sentiment qui l’accompagne?

Culture, Economie, Histoire, Politique, Religions, société, Voix

Du sens de combats à mener

Un jour, une femme m’avait suggéré de raconter un combat que j’aurais mené. Je n’ai pas su lequel choisir de ceux qui ont, jusque là, parsemé mon existence.

L’adversité, qui ne l’a connue?

Chacune et chacun de nous, à peut-être quelques exceptions près, sait ce qu’elle implique. D’aucuns se laissent anéantir quand d’autres, au contraire, avec ou sans aide, affrontent ce qui se met en travers de leur route.

Y aurait-il quelque mérite à se battre?

Tout dépend du sens et de la valeur que l’on accorde à une lutte. La privilégier sans tenir compte de circonstances qui indiqueraient que se résigner serait préférable, c’est faire fi de paramètres qui inclineraient à la réserve.

C’est, de fait, se lancer à l’aveugle, c’est ne mettre en avant que la victoire à emporter à tout prix et, parfois, n’importe lequel.

Pour avoir été confrontée à nombre de situations qui incitaient à y réagir plutôt qu’à baisser les bras, j’ai appris, néanmoins, qu’accepter certaines fatalités s’imposait.

Pourquoi?

Parce que tout n’est pas modifiable. Parce que ce que vous vivez de contrariant ne se résout pas toujours par l’opposition. Et qu’apprendre à l’accepter ne rejoint pas la reddition.

Cela ouvre, au contraire, de nouveaux espaces où diriger l’énergie.

Culture, Economie, Histoire, Politique, Religions, société, Voix

Jeter père et mère aux oubliettes?

La Suisse s’apprête à voter en faveur ou pas du mariage pour toutes et tous et de la procréation médicalement assistée (PMA) présentée, elle aussi, « pour toutes et tous » mais qui semble plutôt ne concerner que les couples de femmes.

Cet assemblage d’objets, les citoyennes et les citoyens ne l’ont pas toujours à l’esprit. Or il est loin d’être anodin. Pourquoi?

Parce qu’il fait tout simplement disparaître la notion de père et de paternité, non pas au seul profit de celle de mère ou de maternité, non, au profit de celle de parents et de parentalité.

Le peuple suisse ne se prononcera donc pas seulement sur le mariage entre couples de même sexe mais sur l’effacement de la notion de père et de celle de mère.

On peut débattre à l’envi de cette modification. On peut, par exemple, avancer que deux parents de même sexe ne sont pas forcément pires que deux parents de sexe opposé.

Car, au-delà du mariage, c’est la famille qui est l’enjeu. Et pour l’égalité entre couples homo et hétérosexuels,  est revendiquée la procréation médicalement assistée pour les couples de femmes.

Quid des couples d’hommes et de leur égalité avec les couples de femmes? Pour plus tard?

En attendant, le 26 septembre prochain, les Suissesses et les Suisses seront fixés sur le sort des pères et des mères…