Catégorie

Culture

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Ainsi va le monde de l’information qu’il sonne le tocsin quand il le juge opportun

La Tribune de Genève publie un article consacré à l’oligarque ukrainien Rinat Akhmetov dont il est mentionné, en sous-titre, que « l’aciérie assiégée de Marioupol » lui appartient.

Et que celui qui est présenté comme « homme le plus riche du pays a installé une partie de sa famille sur les bords du Léman. À Genève, où est basée depuis plus de vingt ans la filiale gérant les ventes à l’étranger du groupe, source de l’essentiel des profits. Sa fortune a notamment permis à l’un de ses fils d’acquérir deux propriétés genevoises pour un total de 100 millions de francs, un an avant l’invasion de l’Ukraine. »

Et le journaliste de poursuivre que « Peu après avoir signé cet achat à 60 millions de francs, Damir Akhmetov, 33 ans, a décidé de faire coup double. Peut-être après avoir découvert, par-dessus le mur de son nouveau jardin, la vénérable propriété de la famille du Dr Woog, inventeur de la brosse à dents électrique. Cette vénérable demeure – et son parc dégringolant sur plus d’un hectare jusqu’à un débarcadère oublié – constitue le joyau de la Pointe à la Bise. De quoi le convaincre, en mars 2021, d’allonger 44 millions de plus. »

Sans entrer en matière sur la fortune de cet homme, il sera intéressant de connaître la réponse qui sera accordée par les autorités genevoises en réponse à sa demande dont on apprend qu’elle a été « déposée en février afin de pouvoir démolir la demeure centenaire, abattre les arbres et construire à la place deux maisons et une piscine. »

On sait nos défenseurs de la nature et du patrimoine très soucieux du sort d’arbres et de vestiges historiques. On les sait aussi défendre des droits humains, en l’occurrence, ceux de victimes de guerres. Enfin, de certaines guerres, soyons précis et rappelons-nous la réaction, citée ici, du directeur général de l’OMS, le Docteur Tedros.

Le sang versé de par ce monde n’a ni la même couleur ni la même valeur pour tous, depuis le temps qu’on en a conscience!

Cela n’empêche pas nos estimés spécialistes, invités de nos non moins estimés médias, de marteler journée faite combien la guerre en Ukraine est menée par un pays voisin dont on ne compte plus les termes qui le qualifient. C’est qu’on doit comprendre que certaines guerres sont plus assassines que d’autres.

Ainsi va le monde de l’information qu’il sonne le tocsin quand il le juge opportun.

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Une formulation, cette fois, et quelques remarques

Hier, je partageais ici un commentaire  d’ « Alexander ».

Ce soir, je vous propose cette formulation de « Daniel », fidèle intervenant de ce blog qui a commenté justement le sujet d’hier et,  à propos de la manière dont il a été rendu compte des crimes commis par les uns et les autres en Ukraine, a écrit:

« Le mensonge élevé au rang d’art.  »

A elle seule cette formule résume ce qui a permis la formation aussi rapide de camps et de partis pris au sein desquels la réflexion ni le sens critique n’ont plus eu droit au moindre espace.

« Le mensonge élevé au rang d’art »

Oui, parce qu’obtenir l’adhésion d’un public à une information, exige qu’on la lui présente de manière à ce qu’elle lui paraisse fiable. Ce sont parfois des trésors d’ingéniosité auxquels on doit recourir.

« Le mensonge élevé au rang d’art »

Jusqu’à quand, telle est la question à oser pour ne pas renoncer à l’espoir qu’un jour, cet art se révèle dans sa malignité.

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Un commentaire et quelques remarques

Ce commentaire, signé « Alexander » a été déposé sous un récent sujet de ce blog, je vous le soumets.

« Nous pouvons réfléchir longuement sur leurs opinions, leurs certitudes incohérentes et souvent contradictoires surtout sur celles diffusées dans les médias qui suscitent systématiquement le mépris, la colère et même la haine. Chacun de ses « experts en tout » semblent de plus en plus animés par une motivation rageuse de la destruction, comme celle des hallucinés sortis d’un arrière-monde prêts à taguer et décapiter statues et monuments… Ce sont ces hordes « désinstruites » et sans culture que nos sociétés produisent en masse. Comme si la réconciliation avec la Russie ne devait plus jamais avoir lieu.
Viendra peut-être le temps de la réconciliation et du pardon. Reconnaître ses erreurs exige toujours beaucoup de courage…
Au hasard de mes lectures, je découvre une citation d’Eric Emmanuel Schmitt:
« On ne pardonne pas quelque chose, on pardonne à quelqu’un. L’acte reste mauvais, mais la personne ne le devient pas. On ne peut la réduire à son geste nocif. Pardonner revient à considérer l’individu en entier, à lui redonner le respect et le crédit qu’il mérite ».
Mais comment pardonner à ceux qui ne connaissent même pas la signification du repentir ? En fin de compte, une vitre limpide et nulle sépare notre univers en deux. D’un côté, nous de l’autre, eux.
Il nous reste les mots comme seule arme. Faisons une confiance illimitée en leur pouvoir… »

En Ukraine, les mots et leur pouvoir, hélas, ont vite montré leurs limites si l’on songe à l’échec systématique de la diplomatie. Des années de mépris sont passées sur les accords de Minsk I et II, un an s’accomplira le mois prochain sur la rencontre à Genève des Présidents Biden et Poutine.

Pour le reste, toutes celles et tous ceux qui osent prendre la parole en faveur de négociations avec la Russie sont regardés d’un air douteux. Cette séquence vous suffira à le comprendre. Dominique de Villepin, face à cette journaliste, est comme dans la presque obligation de se justifier.

Telle est la réalité et, pour reprendre le titre de cet article publié par Denis Bonzy qui, comme moi, avait suivi l’ancien Premier Ministre lors de sa campagne en vue de la présidentielle 2012, tel est le sort de « la force des grands sentiments face aux hippopotames sur le chemin de l’étang… »

Culture, Economie, Histoire, Politique, Voix

En temps de guerre, effacer l’autre devient la règle

Chères lectrices, Chers lecteurs,

Depuis un certain temps, je n’ai plus écrit sur ce blog. J’ai privilégié mes activités littéraires. Parce que ce sont elles, je l’ai souvent rappelé ici, qui me lient à la Russie. Pas la politique, comme tant d’éminents esprits l’ont pensé tandis que, depuis 10 ans déjà, j’ai commencé à parler de ce pays qui m’est cher.

C’est dire la subtilité de ces personnes qui se sont hâtées de me rendre agent du Kremlin ou membre de ses réseaux!

Et ce n’est pas maintenant que cela va s’arranger vu le déferlement de haine qui vise tout individu d’origine russe ou tout autre non Russe qui oserait un sentiment étranger à la hargne, au rejet, au mépris ou au dégoût qu’inspire désormais la Fédération de Russie.

Comment en est-on arrivé là?

Ces experts et spécialistes, aussi bien ceux qui suivent leurs médias de référence que ceux qui hantent leurs plateaux vous le diront, c’est la guerre déclarée à l’encontre d’un pays souverain, c’est l’ignominie infligée à autant d’innocents. Eh oui, et c’est bel et bien l’échec de la diplomatie qui amène à la destruction.

Et cette diplomatie, combien de fois n’a-t-elle été appelée, ici? Et pas qu’ici! À Minsk dont on sait le sort réservé aux accords!

Depuis 8 ans que la guerre a éclaté dans le Donbass, des vies d’enfants, de personnes âgées, handicapées, malades, de civils innocents ont été sacrifiées sur l’autel de la politique, pire encore, de la politique intérieure de l’Ukraine, pardon, de la démocratie ukrainienne.

Mais rappelez ces temps de douleurs et vous aurez droit aux réactions autorisées selon lesquelles la Russie aurait poussé la population du Donbass à se rebeller! Quoi que vous disiez, vous aurez tort. Et vous serez étiquetés. Russophiles, pro-Russes, pro-Kremlin, pro-Poutine, tout est désormais équivalent.

Parce que nuancer, parce que tenter d’expliquer d’une autre manière que celle qui doit dominer les cerveaux est devenu peu à peu impossible. Alors le choix de se réserver s’impose. Parce qu’en temps de guerre, les camps se font face et qu’effacer l’autre devient la règle.

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Occident-Russie, histoire d’un gâchis annoncé

Combien de fois n’ai-je écrit, ici ou , que les Russes avaient vaincu Napoléon et Hitler et que les sanctions occidentales prises à leur encontre n’allaient pas les effrayer?

L’ interlocuteur russe, Nikolaï, cité par la Tribune de Genève confirme mon propos: «Cela ne sert à rien de faire pression sur la Russie. Napoléon et Hitler ont échoué. Vous n’y arriverez pas non plus».

Mais tant de nos spécialistes, convaincus que les sanctions mettront la Russie à terre, ne font en réalité, que renforcer le soutien au Kremlin. Et comme le disent nombre de citoyens de la Fédération de Russie, par leur propagande anti-russe, les Occidentaux font le travail à leur place!

Le signataire de l’article du grand quotidien genevois n’est évidemment pas de cet avis:

« Pour détourner l’attention des Russes des méfaits économiques, la propagande du Kremlin multiplie en fait les discours de diversion. Les télévisions ont réussi à présenter les sanctions non pas comme des mesures liées à l’intervention en Ukraine mais comme des instruments de l’Ouest pour s’en prendre à la Russie. »

Prendre les Russes pour des abrutis gavés de propagande, c’est vraiment faire peu cas de leur intelligence et de leur sens critique aussi aiguisé sinon davantage encore que celui de tant de nos savants perroquets.

« L’annexion » de la Crimée?

Elle a rendu tellement de Criméens malheureux qu’ils n’en ont plus pu de se réjouir d’être enfin redevenus Russes. Quant à celui que tant d’Occidentaux avertis appellent « dictateur », il  l’est tellement qu’il a été à de nombreuses reprises soutenu par celui que ce même Occident averti continue de vénérer, Mikhaïl Gorbatchev.

Alors? Alors justement, les Russes ont un autre rapport au pouvoir que les Occidentaux.

Et l’expliquer paraît perdu d’avance. Car chaque fois que l’on s’y risque, on est d’emblée situé, « pro-Poutine ». Tout comme du temps de l’ex-URSS, cela vous rendait suspect d’accointances avec le Parti.

Comme si parler d’un pays devait obliger à prendre parti pour sa politique. En vertu de quoi?

Que la Fédération de Russie soit traversée par différents courants de pensée est une réalité. Que l’un domine au détriment d’autres est aussitôt dénoncé par les chantres de la démocratie selon lesquels la Russie serait une « dictature ». Et comment comprennent-ils la popularité du Président de cette « dictature »?

Justement, en l’accusant de propagande, en l’accusant de cacher la réalité à son peuple.

Depuis 10 ans que, sur ce blog, est proposée une approche de la Russie autre que celle qu’impose le milieu médiatico-politique, depuis 10 ans, ce n’est qu’à l’aggravation des relations entre elle et l’Occident que l’on assiste.

Or, refuser d’innocenter l’un pour charger la seule autre constituerait l’issue au gâchis actuel.

Sans quoi, rappelez-vous, je l’ai maintes fois cité ici dans cette version française, le célèbre poème écrit par Alexandre Blok en 1918, Les Scythes et même à l’adresse du Président français, en mars 2018!

En clair? Cherchez les Russes et vous les trouverez!

Culture, Economie, Histoire, Politique, Religions, société, Voix

Qu’est-ce qu’une démocratie, la télévision nous l’explique…

Dans le cadre d’un reportage de la Radio Télévision Suisse (RTS) à Kiev, Philippe Revaz interroge un Archevêque qui lui apprend que l’Ukraine est « une nation européenne » et que, « malheureusement, la société russe est une autocratie de type asiatique ».

Quant à Vladimir Poutine, non, il ne serait pas le « diable », répond son interlocuteur auquel il s’adresse par un « Votre Sainteté ».

Le Président de la Fédération de Russie serait « une sorte d’Antéchrist de notre temps comme Staline et Hitler l’ont été. Il n’est pas le diable car nous autres Chrétiens savons que le diable est un ange déchu. Ce n’est pas un ange, il est humain. »

Notre journaliste écoute avec attention ces subtilités théologiques, à son public de s’y retrouver.

Sur une autre chaîne de télévision, française celle-ci, l’Ukraine est présentée comme un pays, démocratique dont le statut politique est contesté par son voisin, « autocrate » à nouveau.

Donc ce pays, qui interdit le 23 février 2014 à une grande partie de sa population de parler sa langue, le russe, et lui impose l’ukrainien, est une démocratie.

Donc ce pays dont deux Présidents successifs ont tiré sur leur propre peuple huit ans durant, est une démocratie. Donc ce pays qui raie d’un trait, le 20 mars 2022, l’existence de onze partis politiques est une démocratie.

La télévision réserve de beaux sujets de réflexion, tant au plan religieux que politique, décidément…

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

En Ethiopie, on meurt de faim, on meurt brûlé vif, où sont nos médias? Où, nos droits humains à défendre?

La Tribune de Genève, dans son « live » de ce 13 avril accorde une large place à la réaction du directeur général de l’OMS face au comportement qu’il observe en relation avec l’attention portée à ce qui se passe en Ukraine et ailleurs dans le monde. Je cite l’article:

«Toute l’attention portée à l’Ukraine est très importante bien sûr parce que cela a un impact sur le monde entier, mais pas même une fraction (de cette attention) n’est donnée au Tigré (la région de l’Éthiopie dont il est originaire, soumise à un blocus dévastateur ndlr), au Yémen, l’Afghanistan, la Syrie et tout le reste», s’est ému Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d’une conférence de presse.

«Il me faut être direct et honnête, le monde ne traite pas la race humaine de la même façon. Certains sont plus égaux que d’autres», a lancé le docteur Tedros, paraphrasant l’écrivain George Orwell.

Pareille intervention et à ce niveau institutionnel et international est salutaire. Et rejoint ce que pensent de nombreuses personnes qui, au risque de choquer, précisent-elles, éteignent leur téléviseur ou ne lisent plus les journaux, n’écoutent plus les stations de radio qui semblent oublier que la faim, la mort et les exactions ne tuent pas qu’en Ukraine.

Bien sûr, comparaison n’est pas raison! Mais juste rappel oblige face à tant d’hypocrisie au nom de soi-disantes « valeurs ». C’est journée faite que vous suivez l’actualité en Ukraine. Pendant tout ce temps-là, on meurt d’autant d’abominations ailleurs dans le monde. Dans une indifférence digne du plus grand bafouage de ces mêmes « droits humains » au nom desquels on se mobilise depuis de nombreuses semaines.

Et c’est ce même silence, cette même indifférence de la « communauté internationale » qui a entouré 8 ans de guerre dans le Donbass. 8 ans durant lesquels les Présidents ukrainiens successifs ont tiré sur leur propre peuple. 8 ans durant lesquels, ce seul fait n’a alerté aucune de ces âmes si généreuses qu’elles se hâtent de dénoncer désormais, « l’envahisseur », « l’agresseur » et d’appeler même à l’affamer, comme cela a pu être écrit en commentaire dans un grand quotidien français.

A se demander encore comment pareils standards sont applicables. Aider les uns, oublier les autres. Afficher sur son profil d’un quelconque réseau social les couleurs des uns, ignorer superbement celles de tant d’autres. De là à mesurer les ravages opérés par « l’information » sur les cerveaux et les coeurs pour les réduire à portion si congrue de réflexion et d’émotion, il n’y a même plus un pas, le pas est franchi.

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Sanctionner la Russie, clame  l’Occident. Depuis le temps qu’elle est mise au ban de nos démocraties…

À ce stade de la « communication » sur ce qui se passe, se passerait ou ne se passe ni ne se passerait en Ukraine, qui est en mesure d’affirmer quoi que ce soit sinon à partir de récits de témoins véridiques ou créés de toutes pièces?

Plus rien ne paraît fiable non plus, de ce qu’énoncent spécialistes et experts de tous bords.

À suivre ce qu’on nous rapporte, comment se faire la moindre idée que ce soit quand tant de versions se contredisent les unes les autres et que les souffrances multiples générées par la guerre sont, quoi qu’il en soit, insoutenables?

Sauf à être froid, indifférent ou cynique, aucun d’entre nous ne peut demeurer insensible à ce qui meurtrit. Dans ce sens, que reste-t-il quand tout est si confus, quand tout est si sordide, quand le sang est versé de part et d’autre et que les deux camps opposés se jettent l’opprobre?

Sanctionner la Russie, clame  l’Occident.

Depuis le temps qu’elle est mise au ban de nos démocraties, rien n’est plus aisé! Et cependant, est-ce vraiment ce qui règlera les affaires de ce monde, si juste que l’ennemi serait tout désigné parce qu’il a agressé un pays voisin?

Si seulement c’était aussi simple, cela se saurait!

Mais le seul fait de rappeler que bannir un pays dont on s’ingénie à montrer les noirceurs au profit d’un autre qui serait son innocente victime devient de plus en plus risqué alors que tortures et exactions semblent être le sinistre lot de toute guerre.

Il semble, néanmoins, que non. Que certaines guerres soient « propres » car menées au nom d’idéaux démocratiques…

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Ecrire qu’on ne cédera pas à la haine vouée à un pays serait-il devenu interdit?

Donc la Fédération de Russie est, plus que jamais encore, devenue paria.

Donc lorsqu’on ose ne pas la détester parce que l’on considère l’information qui la concerne comme particulièrement orientée, c’est que l’on cautionne les horreurs d’une guerre qui n’a pourtant rien à envier à d’autres et surtout pas à celle qui a laminé le Donbass huit ans durant.

Donc si l’on s’aventure à ne pas marcher dans le sens obligé, si l’on refuse la haine qui entoure la Fédération de Russie et ses 145 millions d’habitants dont plus de 80% soutiennent leur Président, c’est que l’on est indigne. La belle et sombre affaire que voilà…

Le peuple ukrainien se battrait pour la démocratie, insiste-t-on. Et oui, on le comprend!

Dans ce cas, les civils du Donbass qui ont tant perdu dans une guerre impossible à éradiquer faute d’accords de Minsk I et II respectés, est-ce si impensable de les comprendre eux aussi dans les horreurs qu’ils ont connues et qui ont été si peu relayées par nos médias sinon pour comptabiliser les pertes dites « ukrainiennes »?

Jusqu’à nouvel avis, les habitants du Donbass n’ont jamais été autres qu’Ukrainiens eux aussi!

Mais non, on les a d’emblée appelés « pro-Russes » ou « rebelles ». Or les exactions auxquelles ils ont été soumis par les forces de leur propre pays,  faut-il le rappeler, ont été aussi indignes de cette même humanité qui s’horrifie de massacres commis par l’armée russe!

Mais lequel de nos journalistes nous en aurait informés journée faite comme c’est le cas depuis plus d’un mois que dure la guerre en Ukraine?

Décidément, je ne me ferai jamais à cette sensibilité perverse, à cette information tordue, à cette indignation qui laisse dans le silence et dans l’indifférence, le sang versé d’autant d’êtres innocents en huit ans.

Attachée à mes pays d’origine que sont la France et la Suisse, je le suis. Respectueuse des valeurs que j’y ai acquises, tout autant. Et ce sont elles que je cherche, désespérément semble-t-il, quand domine pareil arbitraire qui juge et condamne.

Pas que la Russie, non, mais toute personne qui en parle autrement que comme elle devrait.

Pas plus tard que cette nuit, le précédent sujet de ce blog qui comptabilisait plus de 3’000 vues et de nombreux commentaires et réactions, a disparu mystérieusement durant la nuit du site où je l’avais partagé.

Ecrire qu’on ne cédera pas à la haine vouée à un pays serait-il devenu interdit?

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

À vous autres, juges et censeurs!

Donc la Russie est à mettre plus qu’au ban de nos pays très démocratiques, elle est à exclure de tout ce qui fait leur dignité et leur grandeur, le respect de la vie, le respect d’autrui, des autres pays, des autres peuples, bref, de tout ce qu’elle ne cesse de bafouer.

Soit.

Et remettre en cause l’avis autorisé de qui juge et condamne sur la seule foi d’informations livrées par nos vaillants journalistes indépendants, bien sûr, et en rien compromis avec quelque pouvoir que ce soit, ne doit tout simplement pas être à l’ordre du jour.

Ce qui l’est en tout premier lieu est de bannir la Fédération de Russie et ses citoyens qui, désormais, soutiennent à plus de 80 % la politique de leur gouvernement, statistique émise par l’Institut Levada, étranger au Kremlin. Cependant, vous ne l’ignorez plus, le peuple russe est abreuvé de propagande et n’a pas le choix de la contester.

Vous en êtes persuadés, vous autres qui connaissez sur le bout des doigts ce pays, bien vous en prenne, après tout, chacune et chacun est libre de ses opinions si elles en sont. Et même d’imaginer son propre pays respecter la liberté d’expression, combien de vos compatriotes vous rassureront qui ont compris jusqu’où elle allait?

La nature humaine, son angélisme et ses noirceurs ne portent les couleurs d’aucun pays. Elles sont immanentes.

Mais on s’évertue à croire le contraire grâce aux moralistes qui se réfugient derrière les « droits humains » pour légitimer leurs sentences. La belle affaire quand ils écrasent de leur superbe leurs plus proches compatriotes qui ne pensent pas comme eux!

Aimer la Russie? Mais comment pouvez-vous? Et vous, eh bien continuez de la censurer et de la blâmer, si vous avez le sentiment de bien faire! La morale à deux sous se connaît. L’indignation très variable, tout autant.

Alors si, nonobstant ce fait, vous estimez que refuser de cautionner votre haine de la Russie équivaut à accepter l’innommable, libre à vous.  Depuis le temps qu’on vous martèle qu’elle est détestable, haïssable même, vous avez toute latitude d’en être convaincus.

Le mal est de son côté, les victimes d’exactions, elle seule en est responsable. Les milliers de civils tués dans le Donbass, les centaines de milliers de blessés et d’exilés, en aucun cas ne sont à imputer aux gouvernements et aux Présidents qui ont agressé leur propre peuple.

Non, tout cela est bien connu, les huit ans de guerre qu’aucun accord de Minsk n’a réussi à faire cesser ne sont que le fait de celui qui est la cible préférée de nos médias. « L’ancien du KGB », le « nostalgique » de lex-URSS et je vous passe les autres attributs qui lui sont prêtés.

Je vole au secours de ce Kremlin? Bien sûr puisque je serais, avec près de 250 autres personnalités, membre de ses réseaux! C’est une émérite Universitaire qui l’a écrit et publié en 2016, émérite Universitaire de laquelle TF1 et France inter, Francinfo n’hésitent pas à solliciter l’avis.

Une belle référence quand on sait qu’elle a été condamnée en 1ère instance et en appel pour diffamation.

Donc vous avez bien raison de continuer à accorder toute votre confiance à autant de « spécialistes ». Forts de leurs affirmations mensongères, ils vous les transmettent avec l’aplomb qui vous inspire le crédit à leur accorder.

Sentez-vous meilleurs et justes, « vous n’aurez pas ma haine », ce slogan vous rappelle-t-il quelque chose?