société

Accueil de migrants

Vous offrez à un, une, des inconnu(e)s, de les héberger car ils sont en situation de détresse et votre coeur n’y est pas insensible. Et puis, soudain, vous découvrez que vos valeurs sont attaquées par ces mêmes êtres que vous avez secourus.
Pris d’empathie, vous pardonnez?
Pris de compassion, vous tentez de comprendre leur hostilité?
Pris d’amertume, vous les congédiez?
Les Grecs ont accueilli des exilés en grand nombre. En récompense de quoi, une croix érigée en mémoire des vies perdues au fond des eaux est saccagée au prétexte que la confession à laquelle renvoie la croix aurait heurté celle de rescapés desdites eaux et la mémoire des leurs.
Après quoi, c’est un nouveau signe chrétien orthodoxe qui est attaqué.
Encore une fois, pour les pourfendeurs de toute cause religieuse, on le sait, ces questions de foi et de pratiques conséquentes seraient à jeter aux oubliettes. Mais, rassembleurs de millions voire de milliards d’êtres humains, on aura vraiment à trouver d’immenses fosses pour les y enterrer, ces signes d’appartenance religieuse.
Donc pour l’heure, ils sont bel et bien là et révèlent comment la charité des un(e)s est récompensée par la haine des autres, qui plus est, autres auxquels on a offert tout ce qu’on a pu en signe de fraternité humaine.
Que ces tensions interreligieuses soient exploitées, est possible. Tout comme cela peut aussi être le cas en Ukraine avec ce qui se passe au sein de l’Eglise orthodoxe.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire