société

Misères et misères

Voici deux cas de figure desquels il serait intéressant de connaître le traitement que leur réserveraient nos deux candidats en lice pour le second tour -décisif- de la Présidentielle française.
L’un d’eux est celui d’un homme vivant en France depuis cinq ans sans papiers. Arrêté pour vol de nourriture, après comparution immédiate, il a été condamné à quinze jours de prison ferme.
Le montant de son délit s’élève à vingt euros
Un autre avant lui, dans l’Aisne, a également été condamné pour avoir volé vingt centimes d’euros. Certes, il n’en était pas à son premier larcin.
Alors la justice n’a pas lésiné, pour lui, la peine aura été d’un mois d’incarcération.
Le dicton bien connu selon lequel qui vole un oeuf vole un boeuf n’a pas manqué d’être rappelé dans l’article mais pour être reformulé en qui vole vingt centimes part en prison.
Dans le cadre de la campagne qui se joue entre deux programmes que tout oppose, quel regard serait réservé à cette misère humaine?
Et même, de quel côté se place celle-ci?
A observer comment se font, se défont et se refont les alliances entre autant de personnalités du paysage politique de l’Hexagone, la question semble bel et bien se poser…

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire