Explorez les mots-clés

arrestation

Histoire, Politique, société, Voix

Affaire Ryanair, Mesdames et Messieurs les journalistes…

Je me pose une question et si, d’aventure, l’un ou l’autre de nos journalistes ou spécialistes invité(e)s des rédactions de nos médias avaient une réponse digne de ce nom, je serais preneuse et sans doute aussi nombre de personnes qui, avec moi, s’interrogent.

Il y a encore quelques jours, son prénom et son nom étaient totalement inconnus du grand public.

Mais depuis que le monde médiatique et politique occidental s’est hâté de dire urbi et orbi son indignation face à une méthode pourtant bien connue et pratiquée dans nos contrées aux abois, de dérouter un avion pour arrêter l’un de ses passagers, l’identité d’un jeune Biélorusse est sur toutes les lèvres.

Ce que l’on constate, pour l’heure, est que la manière de présenter Roman Protassevitch au public fait de lui une oie blanche ou une colombe de la même teinte. Parce qu’est totalement occulté l’activisme plus qu’extrémiste qu’il affiche pourtant lui-même au grand jour!  

La question que je me pose et avec moi, nombre d’autres personnes un tant soit peu critiques, est celle de comprendre comment peuvent, autant de grands connaisseurs, ignorer que ce jeune pour lequel ils prennent fait et cause, a milité aux côtés de factions néo-nazies?

Seraient-ils à ce point ignares qu’ils n’aient jamais appris que le soi-disant « journaliste » qu’ils défendent et soutiennent de toute leur raison et de tout leur coeur serait, dans leurs pays, autrement mal traité?

Ont-ils seulement conscience, ces grands experts et j’y inclus les femmes qui, elles aussi, s’expriment entre autre ici, dans le cadre d’une émission très populaire, ont-ils et ont-elles bien conscience de prendre fait et cause pour ce qu’en d’autres lieux et circonstances, ils et elles fustigent et condamnent sans l’ombre d’une hésitation, à savoir les véritables fascistes?

Et soyons clair une fois encore! Il ne s’agit pas de dire que détourner un avion serait « bien ».

Il s’agit de s’interroger sur cette extraordinaire faculté dont disposent nos spécialistes de la Biélorussie ou de la Russie -qu’ils mettent dans le même panier-, de nous vendre leurs protégés les plus extrémistes et racistes qui soient sans le moindre scrupule, sans le moindre début d’auto-critique qui les ferait au moins nuancer leur très mauvaise posture.

Explique-moi, je vous en prie, expliquez-nous, nous vous en serions très reconnaissants, comment vous raisonnez, Mesdames et Messieurs les journalistes que le sort de ce jeune combattant d’un bataillon dont la couleur et la teneur des causes ne paraît a priori pas figurer au rang de vos préférences, comment vous parvenez à justifier votre empathie pour pareille engeance!

Parce que sinon, faute d’admettre vous trahir vous-même, c’est le mépris de votre public que vous révélez et l’abyssale malhonnêteté intellectuelle qui vous habite.

Histoire, Politique, société, Voix

Roman-Julian

Deux prénoms, celui d’un homme de 26 ans dont tous les médias nous parlent, celui d’un homme de 49 ans dont le silence de la prison britannique où il est incarcéré est le seul écho qui nous soit rendu.

Du premier, depuis son arrestation ce 23 mai 2021, dans un avion devant le ramener en Lituanie où il s’est exilé de Biélorussie, on tient dores et déjà les coupables et les responsables du sort auquel il risque d’être condamné.

Du second, depuis son arrestation le 11 avril 2019, dans une ambassade devant le protéger de toute intrusion étrangère, des documentaires expliquent ou nous « racontent »  le sort auquel il risque d’être condamné.

Le premier est de facto victime d’une dictature, le second a enfreint les règles d’une démocratie.

Les deux hommes peuvent être considérés comme « traitres » au sens où le conçoivent les deux personnalités états-uniennes qui sont interrogées dans le documentaire d’ARTE.

Mais l’Occident ne retiendra pas ce terme pour le Biélorusse. Pourquoi, selon vous?

société

Xavier Dupont de Ligonnès et nos médias

Dans leur précipitation à annoncer la découverte d’un homme recherché depuis de longues années, nombre de médias ont révélé leur triste statut.
Celui qui, autrefois, était réservé à ce qu’on appelait « presse à sensation ».
Mais aujourd’hui, le scoop et le nombre de « clics » tenant lieu de référence quasi incontournable, la quasi totalité de nos sources d’informations rivalisent d’audace pour être au top du média le plus réactif.
Le résultat se connaît.
Le cas de ce fait divers publié en une de tant de sites et qui a animé les réseaux sociaux en est un exemple parlant.
On se dépêche de publier, de partager avant même l’information confirmée.
On dit que la condition de journaliste se durcit, que le temps nécessaire pour mener de véritables investigations se restreint comme peau de chagrin, rentabilité oblige.
Si un exemple devait prouver cette réalité, le voici tout trouvé.
Non, Xavier Dupont de-Ligonnès n’est pas l’homme arrêté à Glasgow, avouent nos médias à peine embarrassés ou si peu…

Politique

Une journaliste arrêtée en démocratie…

Burkini par ci, burqa par là, l’actualité se poursuit avec son lot d’informations passées sous silence, c’est selon.
Il faut dire que ce qui semble plus que tout passionner les foules se déroule en bord de mer ou en vue de prochains scrutins.
En Ukraine, pendant ce temps-là, mieux vaut ne pas s’opposer à la Voix de son Maître.
Et comme ledit Maître a conquis le pouvoir au nom de la démocratie, largement soutenu par l’Occident des droits humains, autant ne pas être trop bavard sur ce qui se passe dans ce pays où règne enfin la liberté d’expression.
L’info a été relayée sur quelques sites en russe et en anglais, on la trouve ci-après en français:
http://alawata-rebellion.blogspot.ch
Pour avoir osé dénoncer les crimes commis par des néo-nazis ukrainiens, cette femme publiciste, journaliste et écrivain a été arrêtée.
Il faut dire, aussi, qu’elle défend le statut officiel de la langue russe en Ukraine et s’est montrée favorable au retour de la Crimée à la Russie.
Dans cette démocratie que serait devenue l’Ukraine grâce au Maïdan, cette manière de penser ne semble donc pas recommandable.