Explorez les mots-clés

azov

Histoire, Politique, société, Voix

Affaire Ryanair, Mesdames et Messieurs les journalistes…

Je me pose une question et si, d’aventure, l’un ou l’autre de nos journalistes ou spécialistes invité(e)s des rédactions de nos médias avaient une réponse digne de ce nom, je serais preneuse et sans doute aussi nombre de personnes qui, avec moi, s’interrogent.

Il y a encore quelques jours, son prénom et son nom étaient totalement inconnus du grand public.

Mais depuis que le monde médiatique et politique occidental s’est hâté de dire urbi et orbi son indignation face à une méthode pourtant bien connue et pratiquée dans nos contrées aux abois, de dérouter un avion pour arrêter l’un de ses passagers, l’identité d’un jeune Biélorusse est sur toutes les lèvres.

Ce que l’on constate, pour l’heure, est que la manière de présenter Roman Protassevitch au public fait de lui une oie blanche ou une colombe de la même teinte. Parce qu’est totalement occulté l’activisme plus qu’extrémiste qu’il affiche pourtant lui-même au grand jour!  

La question que je me pose et avec moi, nombre d’autres personnes un tant soit peu critiques, est celle de comprendre comment peuvent, autant de grands connaisseurs, ignorer que ce jeune pour lequel ils prennent fait et cause, a milité aux côtés de factions néo-nazies?

Seraient-ils à ce point ignares qu’ils n’aient jamais appris que le soi-disant « journaliste » qu’ils défendent et soutiennent de toute leur raison et de tout leur coeur serait, dans leurs pays, autrement mal traité?

Ont-ils seulement conscience, ces grands experts et j’y inclus les femmes qui, elles aussi, s’expriment entre autre ici, dans le cadre d’une émission très populaire, ont-ils et ont-elles bien conscience de prendre fait et cause pour ce qu’en d’autres lieux et circonstances, ils et elles fustigent et condamnent sans l’ombre d’une hésitation, à savoir les véritables fascistes?

Et soyons clair une fois encore! Il ne s’agit pas de dire que détourner un avion serait « bien ».

Il s’agit de s’interroger sur cette extraordinaire faculté dont disposent nos spécialistes de la Biélorussie ou de la Russie -qu’ils mettent dans le même panier-, de nous vendre leurs protégés les plus extrémistes et racistes qui soient sans le moindre scrupule, sans le moindre début d’auto-critique qui les ferait au moins nuancer leur très mauvaise posture.

Explique-moi, je vous en prie, expliquez-nous, nous vous en serions très reconnaissants, comment vous raisonnez, Mesdames et Messieurs les journalistes que le sort de ce jeune combattant d’un bataillon dont la couleur et la teneur des causes ne paraît a priori pas figurer au rang de vos préférences, comment vous parvenez à justifier votre empathie pour pareille engeance!

Parce que sinon, faute d’admettre vous trahir vous-même, c’est le mépris de votre public que vous révélez et l’abyssale malhonnêteté intellectuelle qui vous habite.

Politique

Cette paix tant discutée entre Ukraine et Russie

La politique, en tant que telle, on peut concevoir que la pratiquer soit un plaisir. C’est lorsqu’elle est relayée par les médias, qu’elle prend une tout autre dimension.
Et sur ce blog, vous le savez, c’est avant tout le relai médiatique accordé à certaines postures et autres prises de position qui est débattu.
Aussi bien a-t-il souvent été question de la Russie dite « de Poutine » tant elle alimente un peu tout et n’importe quel discours chez nous, en Occident.
Que le Président actuel de la Fédération de Russie déplaise est une chose.
Que l’on constate, par contre, à qui nos médias accordent crédit pour renforcer sinon confirmer que l’on a tout intérêt à se détourner et de sa politique et de son pays, une autre.
En voici un nouvel exemple tandis que deux quotidiens de référence, Le Monde et la Tribune de Genève, publient cet interview d’un cinéaste dont il a été question sur ce blog.
Pour que chacune et chacun s’en fasse sa propre idée, voici comment Oleg Sentsov s’exprime au sujet de Volodymyr Zelenski, Président ukrainien.
Le cinéaste déclare, en effet, « avoir honte de ce Président et être fier des bataillons (néonazis). Il veut simplement les remercier, grâce à eux les Ukrainiens ont encore leur pays » .
Alors, nous présenter cet homme qui remercie des ultra-nationaliste pour services rendus à la patrie comme célèbre réalisateur qu’on récompense d’un prestigieux Prix, c’est comme vous voudrez.

Politique

Complicité des uns, complicités des autres

capture d’écran franceinfo
 
A propos des actes de violence commis hier à Paris, le Premier Ministre français estime que ceux qui les « excusent » ou qui les « encouragent » s’en rendent « complices ». 
Il est toujours intéressant de constater comment les agressions commises par les uns ne seraient pas semblables à celles commises par les autres.
Et de fait, comment la complicité des uns ne serait pas celles des autres.
Avant-hier, je me suis entendue signifier par la défense des prévenues dans le cadre du procès qui m’a opposée à Cécile Vaissié et à son éditrice, que je « fréquentais »  des « mercenaires ».
Oui, tout simplement parce qu’on a constaté que, sur Facebook, je « taguais » le nom d’un volontaire  dans le Donbass.
Je tague, donc je fréquente.
Il va de soi que celui qui ne s’est jamais caché financer le bataillon Azov, n’est pas un « mercenaire ». Mieux ou pire, à choix, il n’a pas été précisé par la partie adverse que lui, je ne le « fréquentais » pas. 
Et pourtant, il a été, l’est-il encore, on ne peut pas le savoir, il a en tous les cas été résident genevois au bénéfice d’un forfait fiscal.
La « femme au foyer » que Madame Vaissié me déclare être dans son « enquête fouillée » qui est « installée au bord du Lac Léman » comme elle l’a dit à la barre, n’aurait pourtant pas eu des centaines de kilomètres à parcourir pour le « fréquenter ».
Non seulement je ne me suis jamais rendue dans le Donbass mais je suis marraine d’une association caritative en faveur des enfants de cette région du sud-est de l’Ukraine.
Alors oui, pour la complicité d’actes de violence mais pas selon des sélections obligées.