Explorez les mots-clés

foi

Politique, société

La foi des temps modernes

Souvent, à la faveur de rencontres avec des personnes connues ou moins sinon peu ou pas du tout, la discussion s’engage sur différents sujets d’ordre général, social ou politique. Et il arrive que la Russie y figure.
Dans la plus grande majorité des cas, j’observe à quel point agit l’information que mes interlocutrices ou interlocuteurs glanent au gré de leurs sources médiatiques favorites.
Aussitôt investi(e)s de certitudes, les voici qui affirment sans le moindre recul, acquis(es) à ce qu’elles ou ils ont entendu, vu ou lu.
Pourtant, le dialogue permet, au contraire, de sans cesse ajuster ses vues sur un sujet, tenant compte de celles qui viennent les nuancer sinon s’y opposer mais non, pour nombre de personnes, la foi en leurs médias de référence tient lieu d’acquis incontesté et incontestable.
Aussi, par exemple et lorsque la Russie vient à être évoquée, ai-je plaisir à écouter ce que soutiennent mes contradicteurs pour autant qu’ils aient de quoi mettre en avant le bon sens et la raison de leur prise de position.
Mais quand il s’agit d’avoir à subir, mots pour mots, ce que distillent autant de médias mainstream qui se contentent, le plus souvent, de reprendre chacun à leur manière les communiqués d’agences de presse, force est de constater que l’esprit critique fait complètement défaut à ces croyants invétérés. 
Tout échange devient alors vite illusoire tandis qu’ils alignent un cliché après l’autre sans, bien sûr, s’être jamais donnés la peine de se rendre sur place pour au moins émettre leur propre opinion sur un pays dont ils ignorent la réalité mais duquel ils se satisfont du reflet qui en est donné par leurs médias préférés.
De fait, avec ce genre de personnes, tenter la nuance est perdu d’avance.
Dans le meilleur des cas, on reçoit en retour un sourire de condescendance, en dépit du fait qu’on souhaite partager avec elles les observations faites sur place, dans le pire, on a face à soi le débit en copié-collé de ce qui s’énonce urbi et orbi d’un Président qui opprime ce « pauvre peuple » qui n’a d’autre choix que de le subir.
Pareils échanges qui n’en portent que le nom, sont révélateurs de l’absence de tout esprit critique sinon de simple confort voire de paresse intellectuelle. On croit parce que tel ou tel grand titre de presse ou autre chaîne de télévision ou de radio l’a énoncé. On croit et ça suffit pour affirmer et prétendre qu’on sait.
Ca valait bien la peine de s’élever contre l’obscurantisme religieux pour lui substituer pareille ferveur à servir la messe médiatique…

Culture, Religions, société

De « fables » et autres « fadaises »

On lit, on entend certains s’élever contre tels ou tels récits qui ne seraient que bobards ou autre opium à endormir les peuples.
S’emparer de la langue pour mener un combat ou rassembler ne peut s’imaginer, toutefois, sans éléments qui emportent l’adhésion.
Imaginer qu’elle soit totale est utopique, bien sûr mais une majorité à convaincre est toujours visée sans quoi, on prêcherait dans le désert.
Prêcher, terme qui renvoie à un cadre religieux mais dont l’usage l’a débordé. Car les convictions ne lui sont pas à lui seul limitées.
Ce qui indique combien la figure de qui prêche est reconnue dans d’autres contextes.
Dans ce sens, il serait judicieux de s’interroger sur la valeur que d’aucuns apportent sans hésiter à certaines prises de position pour en attaquer d’autres.
Affirmer de l’existence de Dieu, par exemple, qu’elle serait une fiction relève du même imaginaire que celui qui soutient le contraire.
Dans ce cas, considérer l’athée comme un croyant serait plus conforme et respectueux du mystère encore jamais élucidé de l’existence ou non de Dieu.

Culture, Politique, Religions, société

Noël, un temps de prière et d’autant de controverses

En ce 25 décembre, tandis que certains célèbrent encore la naissance du Christ, fixée ce jour par le Pape Libère en 354, d’autres n’y songent pas ou plus.
Des religions et des pratiques qu’elles induisent, on débat quand on ne s’y attaque pas de manière frontale.
Il n’en demeure pas moins vrai qu’elles sont le fait de milliards d’individus.
Partagé ou non, le besoin de projeter une présence divine est une constante de l’humanité.
D’aucuns évoquent la force de la prière.
Aussi irrationnelle soit-elle, elle soutient nombre de fidèles.
La leur contester ou la respecter est un choix.
Intellectuel ou affectif, il engage.

Religions

Oslo

La foi qui tue? La loi du fou.     13:59 Ecrit par Hélène Richard-Favre dans Vie politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Trackbacks (0) | Envoyer cette note | Tags : violence, foi, terrorisme |  del.icio.us |  |  Digg |  Facebook