Explorez les mots-clés

journalisme

Politique, société, Voix

L’info se fabrique, oui! Mais pas l’enfant, même « naturellement »!

Que le journalisme d’opinion existe et se déclare tel est une chose. Que le journalisme dit d’information s’adonne au mépris, par contre, il n’est plus de l’ordre du point de vue, il est au-delà.

En voici un exemple, il concerne un membre d’une famille dont le seul nom, en Suisse, suscite une variété de réactions. Rejet,’admiration, indifférence aussi, entourent les Blocher qui n’ont jamais été ma tasse de thé et ne m’incitent pas, ici, à les défendre.

Non, la raison de mon propos est autre. Elle est dans l’usage de termes linguistiques auxquels recourt le journaliste qui, sous couvert d’information, transmet tout autant sinon avant tout le mépris que lui inspire le sujet dont il traite.

ll dresse le portrait d’un homme, Markus Blocher, avec, en contrepoint insistant, celui de la soeur plus connue dont une vidéo devrait pourtant nous avertir du niveau de compétence. Bref,  Markus Blocher, apprend-on, aurait trouvé sa « revanche », il vient d’être nommé entrepreneur de l’année.

Et, fait à relever, l’homme négocierait avec la Confédération helvétique la possibilité de ramener en Suisse la production de substances actives pour la fabrication de médicaments. Ce qui briserait la dépendance du pays à l’Asie, dépendance dont on ne semble avoir pris conscience que depuis la crise du coronavirus.

Et voici qu’en conclusion de son article, le journaliste, ne peut s’empêcher de replacer Markus Blocher au sein de sa « dynastie » dont il écrit qu’il serait «  bien parti pour (la) perpétuer. Il ne s’est en effet pas consacré aux seuls produits de synthèse. Il a également fabriqué naturellement avec sa femme pas moins de sept enfants »

Parce qu’il importe de rappeler que Markus Blocher et son épouse n’ont pas donné la vie à sept enfants, non, que Markus Blocher, en tant que chimiste, a «  fabriqué naturellement avec sa femme pas moins de sept enfants ».

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?

Une telle acrobatie sémantique se voulait-elle spirituelle qu’elle révèle bien davantage le journaliste et sa posture qui l’incite à dégrader et l’homme et l’une des plus belles capacités qui soit donnée, celle d’engendrer.

Politique, société

Un monde sans pitié

Un nouvel événement suscite la polémique autour de la jeune activiste suédoise, Greta Thunberg.
Elle se trouve en ce moment au Canada. Et voici qu’un journaliste fait part de sa rencontre avec elle et avec son entourage.
Vidéo à l’appui, il en est rendu compte par le média français Valeurs actuelles.
Vous le savez, j’ai tenu à montrer tout ce que cette jeune fille révèle de la nature humaine et des sommets qu’elle peut atteindre. 
En l’occurrence, ici, on se demande qui abuse de qui.
Le journaliste qui s’introduit dans l’hôtel où logent Greta et, on le reconnait sur la vidéo, son père entre autre adultes entourant l’adolescente?
Celles et ceux qui feraient du combat sincère de Greta le leur pour toutes sortes de raisons qui les regardent mais qui seraient éloignées des siennes?
Quoi qu’il en soit et encore une fois, ce n’est que l’état du monde que cette nouvelle situation reflète. Un monde en lutte, sans pitié et sans scrupules.

Culture

A Jean d’Ormesson

Un Immortel désigné tel par l’Académie française le demeure.
Ainsi en sera-t-il de Jean d’Ormesson, néanmoins mortel comme nous autres.
Les hommages se multiplient qui saluent l’homme, sa personnalité et son oeuvre.
Au musicien que vous étiez, Jeean d’Ormesson…
Reposez en paix!

Politique

La parole est donnée à un journaliste allemand. Exploit médiatique suisse?

Après un article paru il y a près d’un an sur le site de l’hebdomadaire suisse, L’Hebdo, le grand quotidien Le Temps publie cet interview hier, 16 septembre:
https://www.letemps.ch/monde/2016/09/16/avons-besoin-decouter-vladimir-poutine
Voici qui nous change des habituelles litanies sur la Russie et son actuel président, dont on a bien compris qu’il était scruté par autant d’experts que de spécialistes en tous genres.
Cette fois, tout comme ici:
http://www.hebdo.ch/hebdo/cadrages/detail/«poutine-est-féru-de-stabilité»
parole est donnée à un journaliste allemand dont le point de vue vient nuancer tout ce qui a pu s’énoncer jusque là sur le sujet.
Outre ce que je n’ai cessé de rappeler, ici ou ailleurs dans quelques médias qui m’en ont donné l’occasion, bien des points essentiels sont relevés par Hubert Seipel.
Hormis l’usage à peine orienté du terme de « règne » dans une des questions posées par Etienne Dubuis, on appréciera l’initiative prise par le journal Le Temps. 
Ce qui serait d’autant mieux venu, néanmoins, serait de voir enfin cesser tant d’allégations sur la Russie, bien trop souvent orientées et dénuées de toute nuance.
Rêver d’entente meilleure entre les pays et les peuples dont la culture ne ressemble pas en tous points à celle qui domine nos pays occidentaux ne devrait pourtant pas être impossible.
Il semble, toutefois, que le multiculturalisme si cher à certain(e)s ne concerne pas tout le monde…

société

Liberté d’expression ici et là…

Un blogueur bien connu de la plateforme de La Tribune de Genève vient de démontrer son sens aigu de la liberté.
En fait de liberté de parole qu’il défend et dont il conspue les limitations sinon l’interdiction, il excelle.
Monsieur Philippe Souaille, pour ne pas le nommer, s’en prend aux propos tenus par Guy Mettan dans un billet publié hier:
http://guymettan.blog.tdg.ch/archive/2015/06/03/a-quand-la-fin-du-journalisme-embarque-267709.html
Le courageux auteur du blog intitulé La mondialisation humaniste ne mâche pas ses mots pour fustiger le billet du patron du Club suisse de la Presse.
Et pour prouver son ouverture au débat d’idées, ferme les commentaires de son sujet:
http://philippesouaille.blog.tdg.ch/archive/2015/06/04/quand-le-patron-du-club-suisse-de-la-presse-derape-267745.html
Le monde comme il va, c’est ici…

Non classé

Mais où est passé…le journalisme?

Qui a entendu parler du Président russe qui serait là ou pas là ou carrément plus là?
Tout le monde!
Qui a entendu parler de la vague de suicide qui frappe des personnalités ukrainiennes?
Peu de monde.
Il va de soi que nombre de rédactions occidentales s’affolent pour ce qui mérite d’être communiqué.
Pas une n’a épargné son public sur la question cruciale de savoir où se trouvait Valdimir Poutine en ce moment.
Deux soirs de suite, le téléjournal de 19:30 de la RTS a cru bon d’informer à cet égard.
Quand on sait combien le temps imparti pour chaque sujet compte, on comprend ce qui mobilise nos journalistes, rumeurs et autres sources autorisées à l’appui.

Politique, société

Valérie Trierweiler

Où l’on découvre comment Madame Trierweiler se pojette au cas où son compagnon François Hollande serait élu Président de tous les Français. Propulsée pour sa part à l’émérite fonction -qui en serait parait-il une- de Première dame, Valérie Trierweiler déclare vouloir poursuivre ses activités journalistiques et la prise en charge financière de ses trois enfants: “Je souhaite rester journaliste, en télévision ou en presse écrite, mais sans doute en dehors du périmètre français”, précise-t-elle. “Puisque rien n’est écrit, tout reste à inventer”, souligne-t-elle http://www.ledauphine.com/politique/2012/04/28/premiere-dame-il-n-y-en-aura-qu-une?image=AD017179-D151-4BA1-8B3B-B4AE9408C393#galery L’inventivité au service de la Ve République? Reste à savoir ce que les Français en penseront et surtout, si Valérie Trierweiler accèdera à cette place si peu définie et diversement disputée qu’est celle de Première dame…