Explorez les mots-clés

lapidation

Culture, Politique, société, Voix

12 octobre 2019, une femme…

«  Je m’appelle Hevrîn Xelef. J’ai été violée et lapidée par les mercenaires de la Turquie le 12 octobre 2019 au Rojava car je travaillais pour une Syrie démocratique, féministe et pluraliste. Le monde entier a vu mon calvaire grâce à mes bourreaux qui ont filmé toute la scène et l’ont partagée sur les réseaux sociaux. Seule une de mes chaussures était restée intacte de l’horreur que j’ai vécue. C’est cette chaussure que ma mère a serré dans ses bras, à la place de mon corps mis en morceaux par mes bourreaux … et c’est sur ma tombe que ma mère a soufflé mes 35 bougies un mois après ma mort, le 15 novembre 2019.

Cela fait un an que je suis morte. Mais rien n’a été fait contre mes assassins car ils ont agi sous les ordres de la Turquie membre de l’OTAN et de l’ONU tandis que moi, je fais partie du peuple kurde apatride, laissé pour compte par les puissances mondiales et régionales qui approuvent l’occupation du Kurdistan par les États colonialistes de la région : Turquie, Syrie, Irak, Iran.

Cela fait un an que j’ai rejoint le long cortège composé de fillettes et de femmes kurdes/yézidies, arméniennes, assyriennes… violées et tuées par les forces turques ou jihadistes sur nos terres depuis un siècle car nous avons eu le malheur de ne pas être turques/sunnites.

Hevrîn Xelef, secrétaire général du parti Avenir de la Syrie, a été assassinée par … » 

Regardez la photo de l’article indiqué en lien ci-dessus, la beauté du visage de cette femme!

On cherche les féministes qui se mobiliseraient pour dénoncer l’atrocité du sort subi par leur semblable, les stars qui se bousculeraient pour crier leur indignation, les « people »  de tous pays et de tous genres qui défileraient pour rappeler les droits humains bafoués!

Au lieu de quoi, nous enveloppe ’un assourdissant silence.