Explorez les mots-clés

légion d’honneur

Politique

Un Président sur le départ, le sang à l’honneur…

Rappelez-vous, c’était il y a un peu plus d’un an.
Le 4 mars 2016, le très prochain ex-Président de tous les Français remettait la Légion d’Honneur au Prince héritier saoudien.
La décoration avait fait jaser et c’est peu dire.
Voici que dans le cadre de ce qui est appelé la promotion de Pâques, François Hollande distingue Laurent Fabius. Oui, vous savez, celui qui a salué Al Nosra pour son bon boulot.
Difficile, pour cette présidence bientôt achevée, de dissimuler quelques préférences sinon de confirmer certaines options politiques. Et ce d’autant lorsqu’on se permet d’appeler un homologue par son seul nom de famille.
Voyez ici, à la minute 1,58 comment, après avoir énoncé divers noms de la politique française, le Président de la Fédération de Russie est évoqué.
A ma connaissance, peu de Chefs d’Etat s’ils se sont accordés ce privilège, se sont exprimés ainsi en parlant d’un de leurs collègues.
Mais un Président sur le départ, peut-être que ça ose tout?

Politique

Honneur et République

Cette France qui s’indigne de l’honneur fait au Prince héritier saoudien par son Président a encore du souci à se faire.
Car pour 2017, François Hollande a toutes ses chances.
Si Marine Le Pen parvient au second tour face à lui, le Front républicain se lèvera comme pas un et redonnera cinq ans à l’actuel Président français.
Certes, le parti Les Républicains veille. En admettant qu’un de ses candidats évince François Hollande au premier tour, dans ce cas, son actuel mandat trouvera un terme en 2017.
Le fait est que Marine Le Pen semble davantage incarner l’épouvantail idéal tandis qu’elle apparaît comme figure du mécontentement français.
Cela dit, l’Honneur fait au Prince par le Président de la République française, s’inscrit à la suite de précédentes marques d’allégeance.
Liberté, égalité, fraternité, voilà une devise qui, peu à peu, risque de ne plus renvoyer qu’à elle-même.

Histoire, Politique

L’Histoire des uns et des autres

Il est beaucoup question de la Russie, sur ce blog, cela ne semble en tous les cas pas échapper à mes chers détracteurs que je remercie d’intervenir, « from time to time » comme l’a écrit l’un d’eux sur un précédent sujet.
Oui, il me tient à coeur de parler de la Russie en d’autres termes que ceux qui l’évoquent dans nombre de nos médias.
La récente décoration accordée au Prince héritier saoudien par le Président français, si elle a pu être expliquée comme on le sait par Claude Askolovitch sur ITELE, n’en demeure pas moins un signe important des choix opérés par la France.
Que ses intérêts soient à entretenir, on l’a bien compris.
Que ces mêmes intérêts soient ceux de tout un peuple, rien n’est moins sûr. Et que ce peuple soit encore entendu, non plus.
Mais il est vrai qu’en démocratie, les possibilités de s’exprimer sont réelles. Les preuves en sont sans cesse brandies ou dénoncées.
Le fait est que la France affiche de plus en plus ses alliances.
Au point de ne plus hésiter, par la voix d’un de ses éditorialistes, à bafouer son Histoire et la mémoire de millions de morts qui ont contribué à la libérer du nazisme:
http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/03/07/la-russie-en-toile-de-fond-pour-justifier-la-legion-d-honneur-remise-au-pri.html
Certains, pour leur part, n’ont pas oublié et n’ont pas manqué de s’exprimer sur ce sujet, certes, très sensible:
http://voix.blog.tdg.ch/archive/2013/12/15/temp-970b2b2d6dbef38e8fc8727a8fb485f6-250951.html

Histoire, Politique

La Russie en toile de fond pour justifier la légion d’honneur remise au Prince héritier saoudien…

Merci à « EIO » qui a posté en commentaire à mon précédent sujet de blog, l’édito de Claude Askolovitch:
https://www.youtube.com/watch?v=96siAwII2yQ
Merci à chacune et à chacun de prendre le temps de le visionner.
Merci, aussi, de lire cet article:
http://www.vududroit.com/2013/11/comment-joukov-brisa-hitler-et-enterra-clausewitz/
Enfin, merci à vous de vous interroger sur l’opportunité du rappel historique auquel procède Monsieur Askolovitch.
Si la comparaison à laquelle se livre cet éminent éditorialiste d’ITELE tient du hasard, soit.
Encore faut-il considérer que le hasard existe…

Politique

Honneurs rendus, appel émis

On l’a vu, la France décore.
Elle décore le Prince d’un pays qui exécute sans trop de problèmes.
En 2015, ce ne sont pas moins de 153 personnes, un chiffre inégalé depuis 20 ans selon l’AFP, qui ont été condamnées à mort par l’Arabie saoudite.
Depuis le début de cette année, la 70e personne vient d’être décapitée au sabre ce dimanche.
Après tout si la légion d’honneur revient à des hauts dignitaires de pays qui exercent la justice sans trop d’état d’âme, ceux de l’Ukraine figurent peut-être déjà sur la liste des prochains récipiendaires?
Un journaliste ukrainien est retenu prisonnier depuis plus d’un an pour le seul (mé)fait d’avoir osé prendre position contre la guerre dans le Donbass.
Il en avait été question ici-même alors qu’il était encore libre. 
http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/02/02/washington-etreinte-par-un-profond-desarroi.html
Il a été arrêté quelques jours plus tard, le 8 février 2015.
Le document ci-dessous revient sur cette arrestation et sur l’appel lancé par Tatjana ZDANOKA, députée européenne lettone:
https://www.youtube.com/watch?v=DhO9iHmMKi8

Politique

Après les sauveurs du Thalys et d’autres, le Prince héritier saoudien…

Ce 4 mars 2016, François Hollande a remis la Légion d’Honneur au Prince Mohammed bin Nayef bin Abdelaziz al Saoud.
L’information est publiée sur le site de l’Agence de presse saoudienne officielle:
http://www.spa.gov.sa/viewstory.php?lang=fr&newsid=1474085
Selon le site Europe-Israël News, cet honneur rendu par le Président français au Prince saoudien l’aurait été en toute discrétion, sans que cela ne soit publié au Journal Officiel.
Soit et bien en prenne la France!
Il est vrai que l’Arabie Saoudite est une grande démocratie et que ses efforts dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme valent bien la distinction française suprême.
On se réjouit d’entendre et/ou de lire les réactions des communautés et autres associations qui n’ont de cesse de se mobiliser pour le respect de leurs droits.
Quant à la manière d’informer de cet honneur rendu par le Président de la France au Prince d’Arabie Saoudite, à chacune et à chacun d’apprécier.

Politique, Religions, société

« Le Temps » édition en ligne de ce 29 août, à Michel Danthe, journaliste

Monsieur Michel Danthe cite mon sujet de blog:
http://voix.blog.tdg.ch/archive/2015/08/23/legion-d-honneur-aux-sauveurs-du-thalys.html
dans un article mis en ligne sur le site du grand quotidien suisse « Le Temps » de ce 29  août 2015.
Sa lecture particulièrement orientée et tendancieuse de mes propos m’a obligée à y réagir. Ainsi lui ai-je écrit ce qui suit:
Monsieur,
Je vous remercie de me citer. La moindre des politesses eût été de m’en informer comme je m’y emploie moi-même lorsque je cite les propos d’une personnalité quelconque.
Quant à votre lecture de mon sujet, elle découle d’une grille qui vous arrange.
La nuance que j’apporte vous échappe à l’évidence mais lorsque l’on veut faire dire à autrui ce qu’il n’a pas dit, les moyens justifient la fin.
Bien à vous,
Hélène Richard-Favre
 
Monsieur Danthe m’a alors répondu qu’il ne voyait pas « ce que la politesse viendrait faire là-dedans ».
Outre une nouvelle incompréhension de sa part des démarches que je poursuis pour tout sujet qui évoque une personnalité que j’estime légitime d’informer des propos que je tiens sur elle, il ajoute ses propres déductions.
Le voici donc qui m’écrit que je prendrais peut-être « peur » de mes « propres idées » et de « l’écho qu’elles peuvent légitimement susciter dès lors elles sortent (sic! Je cite) du cercle sans doute plus confidentiel qui est le sien habituellement »
Et comme il ajoute que « c’est avec plaisir que je lirai sous votre plume l’explication de la nuance qui m’aurait échappé », je la lui ai indiquée. La voici:
Merci de votre réponse rapide, Monsieur.
Quand j’évoque la règle de politesse, je ne songe à rien d’autre qu’au fait que si je parle d’une personne, je l’en informe car j’estime juste de procéder ainsi.
Je ne vois donc en rien de quoi je devrais « prendre peur ». Je constate par contre fort bien que vous déformez le sens de mon propos. Car le fait d’avoir exposé une difficulté à « adhérer à ce qui a été raconté » n’a strictement rien à voir avec une perception complotiste de l’événement dont il est question.
Si vous n’établissez aucune nuance entre une difficulté à adhérer à un récit et son rejet pur et simple en tant qu’il serait « complotiste », j’en suis navrée pour vos compétences linguistiques.
Car si vous aviez lu mon sujet comme il se doit, vous auriez compris que cette difficulté que j’expose est conséquente à l’embrouillamini des versions livrées par les médias. Elle ne tombe dès lors pas d’un ciel duquel pleuvraient les complots comme vous voulez le laisser entendre au public qui vous lira.
Quant à votre manière de faire se rejoindre mon sujet et les commentaires qui le suivent, elle démontre bien dans quel esprit particulièrement orienté vous l’avez lu. 
Détourner son sens vous décrédibilise vous et ne saurait, dès lors, vous honorer.
Bien à vous,
Hélène Richard-Favre

Politique

Légion d’honneur aux sauveurs du Thalys

Ainsi donc les héros du Thalys seront-ils reçus, demain, à l’Elysée où le Président Hollande les décorera de la Légion d’honneur.
Ce serait sous la pression de nombreuses personnalités politiques et de citoyens que la décision aurait été prise.
Embrouillé dans sa narration, truffé d’heureuses coïncidences, le scénario du train reliant Amsterdam à Paris a été rejoué en diverses versions jusqu’à celle qui vaut décoration.
Avec tout le respect dû aux passagers du Thalys et à leurs sauveurs, il semble tout de même difficile d’adhérer à ce qui a été raconté.
Autant certains actes odieux ont-ils été relativisés que celui-ci aura été médiatisé, peut-être et pourquoi pas parce qu’il a été évité de justesse.
Cependant, à suivre les diverses réactions à cette affaire, elles oscillent entre scepticisme et admiration quant à son heureux dénouement.
Saura-t-on jamais ce que ce passager armé jusqu’aux dents, aura eu l’intention de faire dans le Thalys lorsqu’il y est monté à Bruxelles?
Le fait est que grâce à lui, la France décore, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne s’honorent et que le cinéma français n’a pas perdu Jean-Hugues Anglade.