Explorez les mots-clés

mobilité douce

Politique, société, Voix

Si douce mobilité…

Vous marchez au gré d’espaces réservés aux piétons, au mieux, vous vous prenez une planche à roulettes dans les chevilles, au pis, un vélo dans les jambes, le bassin ou le dos, à choix et selon la vitesse à laquelle roule la personne qui y siège.

On a beau concevoir des pistes pour les « skate-border » , c’est tout ce qu’ils rencontrent sur la voie publique qui les attire pour se lancer, sauter et perdre au passage leur planche qui finira sa course où elle le peut.

Quant aux cyclistes, nombre d’entre eux préfèrent se faufiler entre les passants plutôt que d’emprunter les pistes qui leur sont pourtant dédiées. Aux piétons de s’adapter. Sauf que tous ne s’y sont pas encore résignés.

Si le couple derrière lequel je marchais et qui a manqué être fauché par un cycliste me lit, il se reconnaîtra. Nous remontions une rampe bien connue de la ville quand, en sens inverse, a déboulé à toute allure -vu la forte inclinaison de la descente- un cycliste hurlant « Attention! »

Après un slalom entre nous trois, il a poursuivi sa route, certainement convaincu que nous n’avions pas à nous y trouver. Nul doute que l’automobiliste, bête noire de nombre de nos élu(e)s masque bien le danger réel que représente le cycliste à l’assaut du piéton.

Le 20 avril 2011, soit il y a plus de 9 ans déjà, j’avais consacré un sujet de ce blog aux bicyclettes surprises. Ce qui a changé depuis? L’augmentation du nombre de pistes cyclables, l’augmentation du nombre de vélos et l’augmentation du risque de s’en prendre un de plein fouet.