Explorez les mots-clés

présidentielle française 2012

Politique

Présidentielles françaises 2012: résultats pour la Suisse

Résultats reçus par courriel de la part de Claudine Schmid, candidate UMP aux législatives en Suisse     Résultats pour la Suisse Ville Inscrits exprimés Nicolas Sarkozy % François Hollande % Bâle 2707 1233 756 61.32 477 38.68 Berne 4013 1375 732 53.24 643 46,76 Saint Gall 740 279 175 62.72 104 37.28 Lucerne 1318 591 431 72.93 160 27.07 Lugano 1016 437 265 60.64 172 39.36 Zurich 7668 3629 2296 63,27 1333 36,73 Delémont 924 454 267 58.81 187 41.19 Fribourg 3055 1573 915 58.17 658 41.83 Bulle 2190 1072 720 67.16 352 32.84 Genève 32149 16874 10407 61.67 6467 38.33 La Chaux de Fonds 2375 1042 612 58.71 430 41.29 Lausanne 9236 4976 2614 52.53 2362 47.47 Morges 6983 3506 2167 61.80 1339 38.20 Epalinges 4024 2161 1449 67.05 712 32.95 Montreux 6818 3139 2089 66.54 1050 33.46 Neuchatel 4735 2354 1343 57.05 1011 42.95 Nyon 6688 3670 2651 72.23 1019 27.77 Porrentruy 1002 422 290 68.72 132 31.28 Sion 5434 2476 1806 72.94 670 27.06 Yverdon 3996 1710 1018 59.53 692 40.47 Suisse 107071 52973 32995 62.29 19978 37.71

Politique

A voté

La France a voté.
Le choix de la haine aura incité des millions de Françaises et de Français à rejeter le président sortant.
De telles motivations pour porter au gouvernement celui qui sera à la tête de la sixième puissance du monde n’honorent personne.
Ni les électeurs ni l’élu.
Certes, il existe des Françaises et des Français qui ont choisi leur président pour les valeurs qu’il défend.
A ceux-ci, souhaitons que la déception ne les emporte pas.

Politique

Bayrou et les sondages

Ce rappel de l’AFP concernant les sondages qui donnent François Hollande vainqueur n’est pas inintéressant: Il faut noter que ces enquêtes ont été réalisées avant l’annonce par le président du Modem François Bayrou qu’il voterait Hollande au second tour dimanche. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5i_1DaYfyODwAvhUF9VonTvwYo_rw?docId=CNG.2c1042757db4082c44ddc98618395ea7.01 Comme quoi et sans être devin -avec tout le respect que l’on peut porter aux diverses prédictions d’astrologues- il est fort probable que les revirements de François Bayrou n’aient pas dû être du goût de tous ses partisans qui se voient mal rallier un programme annoncé par leur leader comme une catastrophe en cas d’application: http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/05/04/bayrou-hollande.html

Politique

« Si le programme de François Hollande était appliqué, la catastrophe arriverait » (Marianne – 3 février 2012).

« Le candidat MoDem à la présidentielle, François Bayrou, prévient d’une « catastrophe », dans un entretien à l’hebdomadaire Marianne, si le programme de François Hollande était appliqué (…) « J’ai lu attentivement le programme du PS. À chaque ligne, il y a des promesses de distribution. (…) Comme si on n’était pas un pays en situation critique ! Au fond, c’est le programme de 2007 à quelques nuances près », déclare François Bayrou. Comme on lui demande si cette attaque en règle s’inscrit dans une stratégie plus droitière visant à accéder au second tour face à François Hollande, au détriment de Nicolas Sarkozy, François Bayrou nie farouchement. « J’ai fait des gestes ces dernières années à l’égard du PS, en croyant à son évolution (…). En réalité, le PS a renoncé à se transformer. J’ai proposé un dialogue, qu’il a refusé », explique François Bayrou. http://www.lepoint.fr/politique/election-presidentielle-2012/bayrou-si-le-programme-de-hollande-est-applique-c-est-la-catastrophe-assuree-03-02-2012-1427247_324.php Le choix de François Bayrou risque bien de se retourner contre ceux qu’il concerne. Et profiter à Nicolas Sarkozy.

Politique

Hollande bâilleur. De fonds?

Un peu partout dans les medias, dans les tweets et sur Facebook, après le débat qui vient d’opposer Nicolas Sarkozy à François Hollande, on donne le président sortant perdant. Certains observateurs l’ont trouvé sur la défensive. Campé sur son bilan certes contesté sinon contestable. Il a beaucoup été question de chiffres dans ce débat. Corrects ou non, de part et d’autre des deux camps, on s’est parfois contenté d’approximations. On a découvert un François Hollande agressif qui a très souvent coupé la parole à son rival. Lorsque Nicolas Sarkozy a abordé le sujet DSK, le candidat socialiste a attaqué mais a aussi mal menti. Son visage s’est empourpré. Sinon, François Hollande a bâillé. Fait assez inédit sinon jamais vu dans ce genre de débat. Candidat du changement, là, en tout cas, il l’est.

Politique

Vivement dimanche?

Faut-il se réjouir du choix qui nous est soumis? Chacun l’estimera à sa guise. Il n’en demeure pas moins que François Hollande part trop vite gagnant et que sa victoire ne sera que le plus beau tremplin dont pouvait rêver Marine Le Pen. N’a-t-elle pas dit au soir du 1er tour que son but était désormais de se positionner en cheffe de l’opposition? Croire que François Hollande sera à même de lutter contre les millions de voix qui se sont portées sur la candidate du futur ex Front National,  -car il est question de lui redorer la façade- est illusoire. En mai 2007, on a pu tout dire de Ségolène. Il n’empêche que le débat qu’elle avait mené contre Nicolas Sarkozy avait été d’une autre tenue que celui auquel nous avons eu droit avec son ancien compagnon et le président sortant. La décision de voter Nicolas Sarkozy est difficile à prendre. Celle de voter François Hollande aussi. Il reste quelques jours encore pour trancher. Et si d’autres comme François Bayrou annoncent voter Hollande, la tendance pourra bien se renverser et discréditer cet homme qui rallie tout et son contraire mais sans aucune conviction.

Politique

Dominique de Villepin

Oui, j’ai suivi Dominique de Villepin depuis des années.
Oui, le soutien à sa candidature et sa candidature elle-même ont été âprement discutés et controversés.
Et alors?
Dominique de Villepin est allé jusqu’au bout de sa démarche.
Elle continuera d’être débattue et je continuerai de m’intéresser à ce qui en sera dit et écrit.
Car avant de juger, de gloser, de pleurer, d’accuser et de pointer du doigt, vouloir apprendre et tenter de comprendre, n’est pas interdit.

Politique

Dominique de Villepin, candidat

Ils seraient bien inspirés de lire le blog d’Albin Wagener*, tous ces journalistes et autres faiseurs d’opinions qui se hâtent de commenter la candidature à la présidentielle française de 2012 annoncée par Dominique de Villepin le 11 décembre dernier.
Car outre la répétition inlassable des mêmes antiennes lues et entendues à l’envi sur le statut du fondateur de République Solidaire, on ne trouve aucune information argumentée.
Non seulement l’ensemble des commentaires émis dans les medias se ressemblent et varient à peine de quelques iotas, virgules ou bémols, mais encore ils s’obstinent à ne rendre compte que d’approximations, quand ce ne sont pas carrément des rumeurs sans preuves.
Non, le parti fondé par Dominique de Villepin le 19 juin 2010 n’est pas à l’agonie.
Non, l’entourage de Dominique de Villepin ne s’est pas réduit comme peau de chagrin. S’il s’est libéré de personnes qui n’avaient plus rien à y faire, tant mieux pour elles et pour lui.
Dominique de Villepin a un programme, un parti et des soutiens actifs, performants et motivés.
Croire qu’il suffit de se positionner contre Nicolas Sarkozy pour rassembler est un peu court et  bien naïf de la part de journalistes avisés.
Dans ce cas, on ne peut que leur conseiller de s’informer de manière un peu plus approfondie et précise avant de polluer les medias de ce qui se dit, se raconte, se répand et se croit dans ces milieux si éclairés et bourdonnant de scoop qu’ils en sont devenus aveugles et sourds à tout ce qui se passe au-delà de leur périmètre.
 
* http://debunker.blog.lemonde.fr/2011/12/14/manipulations-…
 
 
 

18:29 Écrit par Hélène Richard-Favre dans Actualités, Politique et medias, Politique française, Pouvoirs, Vie politique | Lien permanent | Commentaires (11) | Trackbacks (0) | Envoyer cette note | Tags : république solidaire, jean-pierre grand, elections présidentielles françaises 2012, mairies, signatures, parti |  del.icio.us |  |  Digg |  Facebook

Politique

Présidentielles 2012 en France

“Je souhaite vivement pouvoir aller vers les électeurs et pouvoir franchir ce cap”.
Ainsi s’est exprimé Dominique de Villepin, sur RMC et BFMTV, sans préciser s’il évoquait le scrutin présidentiel ou non.
S’en tenir à son souhait et éviter, pour ses partisans, de se lancer dans trop de conjectures ou d’inteprétations jusqu’à la mi-décembre, serait de mise.
Car les attentes sont fortes parmi toutes celles et ceux qui se sont engagés autour de lui. Il les a entendues.
Comme les espoirs, nés de la création de son club, devenu le parti de République Solidaire dont bon nombre d’adhérents ont été portés à croire à la candidature de son fondateur pour 2012. Il l’a compris.
Les soutiens ne manqueront pas à Dominique de Villepin qui pourra s’appuyer sur de fidèles irréductibles. Il le sait.
Mais qui doit prendre la décision? Qui doit “pouvoir franchir ce cap”?
Lui seul.

Politique

Dominique de Villepin sur BFMTV

Voici de quoi éclairer quelques esprits qui n’auraient peut-être pas tout suivi de l’actualité de Dominique de Villepin.
Le Fondateur de République Solidaire répond aux questions d’Olivier Mazerolle mais aussi à celles d’autres journalistes.
Coriace, ainsi le qualifie l’un d’eux qui s’obstine à vouloir lui arracher une déclaration de candidature pour 2012
L’émission dure près de 2 heures. En voici trois parties où il est interrogé sur l’énergie nucléaire, la mondialisation, la France, l’Europe et l’économie.

http://www.bfmtv.com/video-infos-actualite/detail/bfmtv-2…

Et sur ses relations actuelles avec Nicolas Sarkozy, Dominique de Villepin a été clair:
http://www.republiquesolidaire.fr/9330-villepin-na-pas-de…