Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

À quand l’oméga du virus?

Omicron est la 15e lettre de l’alphabet grec dont la soudaine popularité doit beaucoup au recours qui y a été fait pour désigner les variants d’un coronavirus dont les méfaits tissent l’Histoire du monde.

Avant d’épuiser les ressources que présente cet alphabet composé de 24 lettres, souhaitons du virus qu’il ne soit bientôt plus qu’un mauvais souvenir!

Tel serait au moins l’un des voeux que je souhaite partager ici avec vous pour l’année à venir…

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

2 Commentaires

  • Reply Curchod Alain 31 décembre 2021 at 14h07

    Je crains, Chère Hélène, que votre voeu reste pieu. En effet, imaginer (ou espérer) que ce virus ne soit bientôt plus qu’un mauvais souvenir revient à nier une évidence: il est là pour durer ! Et nous devrons nous y habituer et « l’accepter » comme nous l’avons fait avec maints autres virus depuis fort longtemps…

  • Reply Jacques Saunier 31 décembre 2021 at 18h44

    Il est permis d’espérer, au moins, que la grande contagiosité, associée à la faible dangerosité de l’Omicron, ce qui reste à prouver, permette de contaminer rapidement, puis protéger efficacement la population sans entrainer une panique sanitaire, économique et sociétale que celle des précédents variants.
    Dans cette perspectives, les 3 semaines à venir seront déterminantes.

  • Laisser un commentaire