Catégorie

Politique

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

La Russie en question

A propos de cet opposant russe auquel nos médias occidentaux prêtent une telle attention, la question n’est pas tant de savoir qui il est ou, comme s’interrogeait cet ami, quelle est sa « face sombre » mais plutôt de comprendre comment il s’est peu à peu imposé dans le champ médiatique.

Car nous ne sommes pas en présence d’un seul homme. Un réseau l’entoure. Qui le soutient et comment, qui s’y joint et pourquoi sont autant de questions à se poser. Car comme cela a été dit dans cette émission de France Culture, Navalny réussit à capitaliser la grogne en Russie qui n’est plus tant d’ordre économique que sociale.

Et des associations singulières se mettent en place dont le but n’est autre que de discréditer le pouvoir en place.

Que le peuple russe soit mécontent comme peut l’être tout peuple de n’importe quel pays est légitime. Mais que l’on se focalise en permanence comme c’est le cas en ce moment dans nos médias, sur le seul russe alors que cela le regarde lui au premier plan, cela  ne semble surprendre personne.

Au contraire, on abonde pour dire encore et encore combien ce pays est gouverné, bientôt même plus par un « dictateur » mais par un « tyran ». Oui, lésiner sur le vocabulaire n’est plus d’actualité, on y va, on matraque. Pourquoi cette incessante focalisation sur la Russie?

Peut-être que ces déclarations de Maria Zakharova, porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères de la Fédération de Russie vous aideront à le comprendre. Ses propos datent du 25 décembre 2016.

Rappelez-vous, l’avion qui transportait les membres du Choeur de l’Armée Rouge et pas qu’eux, la charismatique Doctoresse Liza, entre autres personnalités à bord, l’avion s’écrasait en mer Noire au large de Sotchi.

Un deuil national avait été décrété, je publiais ce sujet de blog, Au-delà d’un Choeur, la Russie.

Politique, société, Voix

Précisions

Une de mes relations sur un réseau social, que je connais aussi à titre personnel, a commenté de manière particulièrement révélatrice un post que j’ai publié et qui figure en illustration de ce sujet de blog.

Soucieuse de ne pas déformer le propos de cette personne, je le reproduis ci-après en capture d’écran:

Vous l’aurez constaté, comme nombre d’entre nous qui souhaitons en savoir un peu plus sur telle ou telle personnalité, il consulte l’encyclopédie en ligne Wikipedia, en l’occurrence, la page qui concerne ce qu’il appelle « mon expert ».

Avant tout, Jacques BAUD avec lequel j’ai initié une série d’entretiens, n’est pas « mon expert ». Jacques BAUD est l’auteur de plusieurs ouvrages dont le dernier a attiré mon attention par le traitement que lui a réservé Sylvain BESSON.

Ce journaliste qui n’est curieusement pas référencé par Wikipedia, tant mieux pour lui sans doute, a commenté et partagé une publication de Conspiracy Watch sur ce même réseau social bien connu. Et c’est ce partage qui a attiré mon attention, le voici en capture d’écran ci-après:

Or c’est précisément cette manière de présenter le livre de Jacques BAUD, paru aux éditions MAX MILO en août dernier qui a initié la série d’entretiens que nous avons eus ensemble, de septembre 2020 à février 2021.

Je renvoie donc à nos entretiens en cliquant sur ce lien, quiconque souhaiterait savoir qui est Jacques BAUD, comment il travaille, ce qu’il défend comme point de vue et quelles sources il cite pour appuyer ses dires qui lui valent cette appréciation publiée sur sa page Wikipedia par Antoine HASDAY de Conspiracy Watch.

Et n’hésitez surtout pas à parcourir les deux pages qui suivent celle que j’ai indiquée en lien plus haut. Il suffit, pour cela, de cliquer sur le rectangle qui apparaît en bas à droite de la première page et qui comporte la mention:  » Articles plus anciens ».

Pour le reste. Antoine HASDAY, le pigiste qui travaille pour le site Conspiracy Watch, de par l’audace que j’ai eue à me tourner vers Jacques BAUD pour lui proposer de parler de la parution de son ouvrage « Gouverner par les Fake News », ce Monsieur Hasday donc, m’a fait l’honneur de m’allouer une étiquette… 

.

Il s’est également fendu d’une « mise à jour » de son article du 7 septembre. Et comme il fait référence au tout premier entretien que j’ai eu avec Jacques BAUD, pour me présenter, il évite soigneusement de renvoyer à mon cursus professionnel. Il me définit comme « déboutée » dans le cadre du procès en diffamation qui nous a opposés, cinq  plaignants et moi-même, à Cécile VAISSIE et l’éditrice de son ouvrage « Les réseaux du Kremlin en France ».

J’ai parlé de ce procès sur mon blog, appel a été interjeté par cinq d’entre nous et par l’auteure et l’éditrice du livre également.

En conclusion, je le répète ici encore, libre à chacune et à chacun de porter le regard qui lui plaît sur Alexeï Navalny ou sur la Russie en général. Mais il appartient à nos journalistes de respecter les règles de la déontologie qui incombe à leur métier. Force est de constater que tel n’est trop souvent, hélas, pas le cas.

A cet égard, je vous renvoie au dernier entretien paru sur mon blog avec Jacques BAUD et dont je ne cesserai d’indiquer le lien, tant il en dit long sur le traitement médiatique auquel ont droit le « novitchok », les manifestations de soutien à Alexeï Navalny, sa popularité en Russie et à la fameuse vidéo du « palais de Poutine ».

Politique, société, Voix

Navalny, nouvelle action de soutien selon le grand quotidien russe Kommersant …

Bien alors aidons un peu notre Chère RTS et transmettons-lui l’info au cas où elle ne l’aurait pas déjà en réserve pour la diffuser ce dimanche prochain, 14 février.jour de la Saint-Valentin comme on le sait.

Le grand quotidien russe Kommersant publie dans son édition de ce 9 février, l’annonce de la nouvelle action de soutien en faveur d’Alexeï Navalny. Prévue justement dimanche prochain, 14 février, elle a pour but de faire triompher l’amour sur la peur.

Il est demandé aux participants de sortir dans leur cour, d’allumer les lampes de poche de leur téléphone et de rester ainsi quelques minutes. On peut aussi apporter des bougies et dessiner des coeurs.

  » Prenez une photo d’en haut, depuis l’un des appartements, et postez-la sur Instagram. Que les réseaux sociaux soient remplis de milliers de cœurs brûlants provenant de dizaines de villes russes », a écrit le coordinateur des quartiers généraux des régions sur son compte Telegram.

Une occasion nouvelle et rêvée pour nos journalistes de la chaîne radio-télévisée suisse dite publique de nous « informer » dans le sens initié avec brio dimanche 7 février dernier!

Entendons-nous bien une fois encore.

Alexeï Navalny et son combat sont une chose. Une autre, la manière dont il en est rendu compte. Et c’est cette manière qui est ici pointée. Car le public auquel s’adressent les médias est en droit de bénéficier de faits et non de leur travestissement.

Il ne s’agit donc pas de s’en prendre à cet homme.

Il s’agit d’obtenir de celles et de ceux qui rendent compte des « valeurs » de ce blogueur et de ses actions qu’elles ne soient pas déformées quand elles ne sont carrément pas ignorées.

Car on attend de nos journalistes qu’ils nous informent dans le respect des règles de déontologie qui incombent à leur métier. Cela a été exprimé ici à maintes reprises et de longue date, récemment encore ici.

Pour quel résultat, on le guette.

Politique, société, Voix

Russie, manifestation du parti communiste annoncée pour le 23 février prochain

En capture d’écran qui illustre ce sujet, vous trouverez en russe et en français, le communiqué du Comité central du parti communiste de la Fédération de Russie qui s’affiche, épinglé sur son compte Twitter.

Comme vous ne le disent à peu près jamais aucun journaliste ni aucun de leurs expert(e) de référence, les communistes sont LES principaux opposants de Vladimir Poutine.

Mais on préfère vous présenter un blogueur russe que les méandres de ses affaires rendent victime du Kremlin tandis qu’il serait celui qui lutte contre la corruption et les fortunes cachées de tel ou tel oligarque proche du pouvoir.

Mieux, on diffuse la vidéo d’un « palais » qui appartiendrait à Vladimir Poutine, avant de se rétracter pour expliquer que non, en réalité, ce « palais » serait un futur appartement-hôtel dont le propriétaire est le milliardaire Arkadi Rotenberg.

Bref, on n’en finit plus de vous entraîner dans un feuilleton dont ce blogueur serait le héros avec, désormais son épouse qui va reprendre le flambeau et se battre en son nom.

Encore une fois, que l’union au sein d’un couple s’exprime, tant mieux! Mais on n’est tout de même pas dans la romance, comme ose le diffuser la RTS.  On est dans des tensions qui s’avivent entre l’Occident et la Russie.

On est dans la menace de leur durcissement car la Russie ne va sans doute pas se laisser impressionner par les gesticulations occidentales.

La fierté de nombre des siens, ils ne manqueront pas de vous le rappeler, est d’avoir vaincu Napoléon et Hitler. Seulement voilà, il n’y a rien de très réjouissant à voir se crisper les relations entre nos pays.

Depuis le temps que je le déplore, ici. Si la diplomatie a encore un sens autre que celui qu’elle prend désormais à coup d’expulsions de diplomates d’un côté et de l’autre, alors on évitera le pire.

Qui a intérêt à rendre la Russie ennemie de l’Occident? La question est là tandis que chaque jour nos médias pourrissent les relations par leur manière éhontée et abusive d’informer.

Et je ne me lasserai pas de renvoyer à cet entretien avec Jacques Baud tant il met au clair ce qu’il en est des faits et de leur traitement médiatique.

Politique, société, Voix

Affaire Navalny, qui « empoisonne » qui?

L’intitulé de cet article de Franceinfo, « Affaire Navalny, on vous explique le bras de fer diplomatique entre la Russie et l’UE » ne manque pas de piquant.

Comment prétendre « expliquer » de manière correcte à un public de lecteurs, une affaire qui n’a été jusque là relatée que de façon biaisée, orientée et donc, faussée?

On s’obstine à considérer le blogueur russe Alexeï Navalny comme victime de la politique répressive voire assassine du Kremlin. On égare, on oriente et on trompe l’opinion publique.

De cette affaire qui met aux prises un homme et la justice de son pays, il a été à plusieurs reprises question ici.

Pour qui n’aurait pas pris connaissance de cet entretien avec Jacques BAUD qui confronte les faits à l’éthique journalistique, sa lecture devrait l’éclairer.

Et montrer comment ce qui est présenté sous forme didactique par un « On vous explique … », n’est pas crédible.

Qu’on partage ou non la politique du Kremlin n’est pas le propos. Le propos est de réagir à ce qui n’est pas de l’information mais du travestissement de réalités.

En d’autres termes et cela a souvent été rappelé, récemment encore ici, ce n’est pas la Russie qui est défendue, elle n’a pas besoin de ce blog.

Ce qui est revendiqué est une information qui soit délivrée dans le respect du public auquel elle s’adresse.

Culture, Economie, Politique, société, Voix

Dérive assassine…

Le parcours de cet homme fait froid dans le dos. Dire qu’il est celui d’un tueur déterminé, dire qu’il est celui d’un dépressif suicidaire, le résultat, hélas est là.

Il est celui d’un homme reconnu brillant ingénieur, il est celui d’un homme qui a vécu plusieurs licenciements, il est celui d’un homme qui a réagi par l’extrême violence.

Désormais aux mains de la médecine et de la justice, son sort en dépend.

Il a plongé des familles dans le deuil, il a ajouté la douleur à la douleur, d’aucuns ne discuteront pas, d’autres tenteront de comprendre.

Ce qui est certain est qu’avec le contexte actuel, la pression qui s’exerce sur chacune et chacun de nous toutes et tous, ce genre de dérive assassine est à considérer de la manière la plus sérieuse qui soit.

Pointer des coupables? Il appartient aux tribunaux d’y procéder.

Ce qui n’empêche pas de s’interroger en amont et de mesurer combien de gens vivent en permanence sur un fil plus que rouge, un fil qui vire soudain au noir.

Et surtout de se dire que personne n’est à l’abri d’un coup de folie. Il est écrit de cet homme qu’il est « inconnu de la justice et sans antécédents psychiatriques ».

Culture, Histoire, Politique, société, Voix

Spoutnik V, courage, fuyons!

Quand la RTS, ou du moins l’un de ses journalistes, tellement conditionné par le point de vue à faire passer à tout prix sur la Russie se révèle, c’en devient pathétique.

Hier 2 février, le présentateur du téléjournal de 19:30 parle du vaccin russe Spoutnik V. Comment le présente-t-il?

En n’omettant surtout pas de rappeler le sort qui attend celui dont on va encore longtemps entendre parler tant le feuilleton est lancé sur toutes les radios, les télévisions, les journaux, les magazines, Alexeï Navalny.

Ainsi a-t-on droit à ceci, « cette  même Russie qui envoie Alexeï Navalny en colonie pénitentiaire fait aujourd’hui un succès scientifique majeur avec son vaccin Sputnik… »

Et dans la foulée, le journaliste suisse commet ce lapsus si révélateur tandis qu’il interroge son invité sur le vaccin russe : « Bertrand Kiefer, comment a-t-on pu mépriser à tort, ce virus russe… »

Quand l’esprit est à ce point possédé par la vision négative de la Russie, on s’étonne, ensuite, de voir réagir celles et ceux que l’on qualifie de « russophiles » quand ce n’est pas directement de « suppôts du Kremlin »?

La Russie, pour qui sait échapper au prisme des rédactions de tant de nos médias mainstream occidentaux, est connue pour sa médecine de pointe. Et pas que pour elle, pour bien d’autres disciplines où elle excelle.

Mais on préfère la présenter sans cesse sous un angle politique, le plus souvent orienté par le regard des mêmes spécialistes, expert(e)s et autres défenseurs ou défenderesses de droits humains.

Réalisent-ils, réalisent-elles qu’en fin de compte, c’est un pays qui est insulté quand il ne cesse d’être ramené à sa seule dimension politique à l’exclusion de toute autre?

Ont-ils, ont-elles conscience, ces grands connaisseurs, ces grandes connaisseuses de la Russie, de l’arrogance et du mépris qui entourent pareille déconsidération de l’ensemble des activités qui s’y déploient avec succès et brio?

Mais tout cela ne date pas d’hier, hélas. Cela dure depuis des décennies tant on cherche à ramener « la Russie de Poutine » à l’ex-URSS dont on sait comment elle a été utilisée comme épouvantail…

Politique, société, Voix

Russie, mobilisation médiatique…

L’information vient de tomber, l’opposant russe Alexeï Navalny a été condamné à trois ans et demi de prison. Inutile de dire que les rédactions de nos médias occidentaux se fendent de leur rhétorique habituelle pour couvrir l’événement.

De longue date, j’ai attiré l’attention, sur ce blog, de l’usage fait de la langue par les journalistes.

Certes, ils ne sont pas les seuls à avoir appris comment se servir de formules qui frappent les esprits. Toute personne travaillant dans la communication apprend à manier les ressources d’un idiome à cette fin. Dans ce cas, on est dans la persuasion, pas dans l’information.

De fait, libeller l’intitulé d’un article ou d’une émission n’est jamais voué au hasard.

Je l’avais fait remarquer il y a tout juste 7 ans, jour pour jour, le 2 février 2014 lorsque j’ai, pour la dernière fois été invitée à m’exprimer sur la RTS au sujet de la Russie mais surtout de son Président.

On m’avait contactée pour me demander si j’étais d’accord de parler de « la personnalité de Poutine ».

C’était quelques jours avant l’ouverture des JO de Sotchi. Or lorsque, la veille de l’émission à laquelle j’étais invitée,  j’ai découvert sur le site de la RTS, l’intitulé qui lui avait été donné, je n’ai pu m’empêcher d’y réagir en direct sur les ondes.

Autant dire que l’on ne s’y attendait pas alors qu’on pensait m’entraîner sur une piste sentimentalo-politique, jugez-en vous-même en cliquant sur ce lien et vous comprendrez!

Cela dit, dans un prochain entretien avec Jacques BAUD, nous allons revenir sur l’affaire Navalny, le soi-disant empoisonnement au Novitchok, les manifestations qui ont suivi son retour sur le sol russe et la manière particulièrement peu déontologique de nombre de médias d’en avoir traité.

Politique, société, Voix

Les Navalny, une romance?

Une histoire de couple, en somme, celle que notre vénérable Tribune de Genève nous raconte dans son édition de ce 30 janvier.

L’histoire d’un homme qu’on tente d’empoisonner, de son épouse qui le « sauve » et de l’énergie qu’elle déploie désormais pour faire entendre la voix d’une opposition au tout puissant Kremlin.

Il semble aller de soi qu’un conjoint assiste l’autre dans son combat.

Rien d’exceptionnel à ce que Ioulia Navanlnaya soit aux côtés de son blogueur de mari que nos médias s’obstinent à nous présenter comme « principal opposant » de Vladimir Poutine.

A de nombreuses reprises, il a été question, ici, de cet homme.

Nous y reviendront bientôt avec Jacques Baud qui nous a déjà livré de très instructives informations sur ce qui a été répété et continue d’être répété en boucle sur cette tentative d’empoisonnement au Novitchok.

Je vous invite, en attendant, à lire ou à relire ce sujet et celui-ci pour comprendre comment fonctionne l’information dans nos médias dits « mainstream ».

Depuis le temps que la Russie est en ligne de mire de nos si soucieux droits-de-l’hommistes!

Depuis  le temps que toute personne qui présente une autre image de ce pays que celle qui doit s’imposer n’a plus droit de parole dans les médias mainstream, c’est à de la très fallacieuse information que l’on a droit.

Et oser le dire équivaut à se voir ostracisé. Pas belle notre liberté d’expression?