société

Déloyauté, mépris, abus, la démocratie en marche

Il a été -et reste encore- de bon ton de considérer ce qui se publie ici comme écho du Kremlin. Certains grands esprits se sentent pousser peut-être des ailes à déplorer sinon à dénoncer le comportement d’un homme qui n’est, selon eux qu’un dictateur sinon, bientôt peut-être, un tyran.
Le discours est rôdé, inutile de développer encore et encore.
Ce qui échappe, par contre, à autant de belles âmes effarouchées, est ce qui se passe dans leurs propres contrées. Sauf à délibérément refuser certaines réalités, ces grandiloquents défenseurs de droits humains n’ont de cesse de pourfendre ce que leur cécité les autorise de facto à blâmer et à juger.
Qui est à plaindre sinon autant de soumission à la volonté de puissance?
Ce qui se passe en France, en ce moment est pourtant criant de vérité mais non, on est certain que la liberté existe, que les valeurs dignes de ce nom sont une priorité et qu’aucun abus ne préside à la campagne menée pour la présidentielle de mai prochain.
Que l’on s’en prenne au candidat du parti Les Républicains ou à tout autre qui ne soit pas le sauveur annoncé urbi et orbi devrait pourtant suffire à éclairer ces épris de démocratie mais non. On persiste à suivre la doxa, confiant.
Nos démocraties seraient loin de ce qu’est la Russie de Poutine, selon ces braves croyants. En effet, et malheur à qui viendrait se mettre en travers de la route des intérêts à l’oeuvre chez nous.
Les témoignages sont pourtant nombreux qui indiquent comment fonctionnent les médias et les pouvoirs en place. Mais il semble que cela ne suffise pas.
Alors voici encore une fois de quoi méditer

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire