société

La faute à Staline?

Dans le précédent sujet de ce blog, j’ai indiqué le lien à un article important. En effet, l’analyse qui y est présentée renvoie à un temps que les moins de vingt ans et bien au-delà, n’ont pu connaître.
Il s’agit, entre autre, de l’époque soviétique et de l’un de ses chefs emblématiques, Joseph Vissarionovitch Djougachvili dit Joseph Staline.
La référence à l’Histoire comporte toujours le risque de lecture orientée, on le sait. Mais certains éléments demeurent incontournables pour expliquer des situations qui se présentent soudain et que d’aucuns jugent sans en connaître vraiment les dimensions.
Aussi, dans son article intitulé: Les Etats autoproclamés post-soviétiques, angles morts du voisinage de l’Union européenne, Thomas Merle propose-t-il une approche qui offre une vision globale de tensions bien réelles et toujours prêtes à dégénérer en conflits sinon en guerres.
Que les pays de l’Union Européenne se soucient de leurs frontières est légitime. Mais qu’ils fassent de la Russie une menace sinon, au rythme où va la déconsidération à son encontre, une ennemie, est bien plus dommageable pour tout le monde.
Car si, à l’heure du multi-culturalisme prôné urbi et orbi, la culture russe avec ce qu’elle implique de dimension historique et politique, demeure à ce point contestée, c’est vers un véritable gâchis que l’on fonce les yeux grand fermés.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire