Explorez les mots-clés

haut-karabagh

Culture, Histoire, Politique, société, Voix

Guerre dans le Haut-Karabagh, hommage

La guerre, certains l’ont connue dès leurs plus jeunes années.

D’autres ne sauront jamais à quoi elle ressemble sinon aux images qu’ils en découvrent ici ou là ou au gré de récits qu’on leur en rapporte.

A partir de là, juger, même si nombre de celles et ceux qui appartiennent à cette seconde catégorie ne s’en privent pas, juger reste aisé.

Chaque camp a ses raisons très valables de s’attaquer à l’autre, les compte-rendus qui nous sont livrés de combats par l’une ou l’autre des factions en place en témoignent.

Pour ce qui concerne le conflit armé qui ensanglante le Haut-Karabagh et qui aurait dû s’arrêter après le cessez-le-feu signé à Moscou par les belligérants, on l’a vu, il se poursuit.

Et quand vous apprenez la mort au combat d’un étudiant de l’Université française d’Arménie, UFAR, pour laquelle vous avez été nommée juré d’un concours nommé « Premier prix de l’espoir francophone », vous n’avez que les yeux pour pleurer.

Toutes mes condoléances et mes pensées à sa famille et à ses proches.

Histoire, Politique, Voix

Haut-Karabagh, un cessez-le-feu déjà violé

On s’est réjoui du cessez-le-feu signé à Moscou entre les ministres des affaires étrangères azéri et arménien. Un accord a été trouvé à Moscou sous la médiation de Sergueï Lavrov.

Or que se passe-t-il sur le terrain?

Selon ces nouvelles reçues ce soir d’Erevan, les attaques ont repris en Artsakh.

Le ton du billet est amer.

Comment autrement lorsque l’on est sur place et originaire de l’un des pays en guerre?

Qui a tort, qui a raison, qui a ouvert les hostilités, comme souvent, c’est l’autre. Il ne s’agit pas, ici, de prendre parti mais de relayer un écho, triste.

Culture, Economie, Histoire, Politique, Religions, Voix

Haut Karabagh, la guerre encore et encore

Avertissement: Ce sujet est publié une seconde fois sous un autre titre pour voir si le terme arménien utilisé pour désigner le Haut Karabagh a fait problème sur un réseau social bien connu où le sujet n’a pu être partagé dans certains groupes.

Quelles que soient ses appellations, arménienne ou occidentale,  l’Histoire de cette république du Caucase est complexe.

Elle est rappelée sur différents sites, comme il se doit mais je vous propose de vous rendre sur celui du Ministère des Affaires Etrangères d’Arménie.

Pourquoi?

Parce qu’il est intéressant de saisir le point de vue de l’Arménie de laquelle cette république revendique les racines aussi profondes qu’historiques

Il va de soi qu’à lire d’autres approches comme, par exemple, celle publiée sur le site Cairn.info et indiquée en lien ci-après, son intitulé seul suffit à la situer:

L’Etat de facto du Haut-Karabagh arménien.

Le fait est que des vies sont en jeu, que les forces en présence sont animées par autant d’intérêts géostratégiques que de valeurs respectives à défendre.

Et que les négociations en vue de régler pareil conflit entre parties qui campent sur leurs positions sont extrêmement délicates à mener vu la violence qui sévit depuis ce 27 septembre.

Car, en effet, c’est sous la médiation des co-Présidents du Groupe de Minsk de l’OSCE, Russie, Etats-Unis d’Amérique et France que sont placés les espoirs d’accord à trouver.

Pendant ce temps-là, le sang coule de plaies béantes que l’animosité particulièrement guerrière de ce nouveau conflit ouvre à nouveau.

En pensée avec autant de victimes de l’aveuglement humain qui n’a pas fini de briser des vies.

Politique

La France à l’épreuve de ses valeurs

Une proposition de résolution du groupe UDI sera soumise, ce mercredi 29 juin, aux députés de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale.
Ladite résolution n’a pas l’heur de plaire à certains, plus précisément à l’Ambassadeur d’Azerbaïdjan en France et au député Les Républicains, Jean-François Mancel.
Quant à la présidente de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, elle semble avoir été, elle aussi, d’un activisme douteux quant à se manière d’y avoir réagi:
http://www.lcp.fr/afp/quand-un-projet-de-commission-denquete-sur-lazerbaidjan-cree-lembarras-lassemblee
Pour rappel aussi sur le sens démocratique aigu de l’Ancienne garde des Sceaux, ministre socialiste de la Justice, on se rappellera comment elle avait contribué à soutenir l’EuroMaïdan en se rendant à Kiev avec tant d’autres défenseurs de droits humains.
Certes, Madame Guigou ne pouvait prévoir qu’après les milliers de morts qu’ont entraînés les suites de l’EuroMaïdan, le Président Obama en admettrait la part de responsabilité de Washington:
https://fr.sputniknews.com/analyse/201502021014264655/

Politique

Turquie ou pas, Russie ou pas, la guerre

Mais quoi, face aux guerres, ne reste-t-il que les yeux pour pleurer, faute de mains encore à même d’arracher à la mort ses victimes?
Le Haut-Karabagh, appelé aussi Nagorno-Karabagh, connaît un regain de violence depuis le début de ce mois d’avril.
L’image ci-dessus en témoigne et d’autres encore, prises par Hakob Poghosyan dans le village de Talyche où les forces armées de l’Azerbaïdjan n’ont pas ménagé leurs efforts, encore moins, leur cruauté:
https://civilwarineurope.com/2016/04/04/haut-karabagh-les-crimes-de-guerre-des-soldats-azerbaidjanais-en-images/
Nombre d’observateurs s’accordent à voir la Turquie attiser les tensions demeurées latentes dans le Caucase du Sud quand d’autres, au contraire, y verraient plutôt la Russie.
La situation est analysée au regard des derniers événements qui ont vu se dégrader de manière notoire, les relations entre Turquie et Russie.
Quelles que soient les revendications et autres prétentions des uns et des autres, leur coût est élevé.
Il se chiffre, certes, en millions ou milliards de dollars mais en autant de tragédies humaines.
Les commentateurs n’y changeront rien, la sauvagerie a pignon sur Terre.
https://www.opinion-internationale.com/2016/04/07/harold-a-la-carte-conflit-au-nagorno-karabakh_42601.html

Politique

L’après-Palmyre, c’est maintenant!

Le Caucase connaît une nouvelle flambée de violence.
A lire les médias inspirés par l’Agence France Presse (AFP), autrement dit, la plus grande partie de nos sites d’information occidentaux, la Russie, bien sûr, serait en cause de par ses tensions avec la Turquie.
Or, ni l’Occident ni la Russie n’ont intérêt à voir s’enflammer cette partie hautement sensible du Caucase qu’est le Haut-Karabagh.
C’est pourquoi, aussi bien Paris que Washington et Moscou ont appelé au cessez-le-feu.
Mais comme le relève l’auteur de l’article ci-dessous, le Président Erdogan ne ménage pas sa peine pour se faire entendre.
Et de rappeler les déclarations du Roi Abdallah de Jordanie, selon lesquelles la Turquie serait à l’origine des attentats de Paris, le 13 novembre 2015 et de ceux de Bruxelles, le 22 mars dernier:
http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/04/ca-chauffe-au-caucase.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail
Palmyre reprise, reprise de la violence…