Explorez les mots-clés

terroristes

Culture, Histoire, Politique, société, Voix

Après les empoisonneurs, les pirates russes…

Le grand quotidien Le Monde se fait le relai des poursuites lancées par la justice américaine à l’encontre de six pirates qui seraient issus ds services de renseignement russe. C’est dans le cadre de l’affaire Macronleaks… Bigre, ces Russes, décidément, je ne sais pas si vous remarquez mais ils n’arrêtent pas!

De garder la main sur la Biélorussie, d’empoisonner un blogueur paraît-il « premier opposant de Vladimir Poutine » , de terroriser la France avec des « Russes-Tchétchènes » auxquels elle a justement donné asile, victimes qu’ils étaient de guerres menées par le Kremlin, la liste est longue encore des maux qu’ils nous imposent, ces Russes!

Imaginez un peu, quelle idée aurions-nous, en Occident, de prêter main forte à la corruption, de se débarrasser de gêneurs qui, par miracle, survivent à un empoisonnement, de mener une guerre sans merci à de pauvres gens terrorisés qui terrorisent à leur tour, bref, de nous fourvoyer dans autant d’actes malveillants?

La Russie a tout faux depuis des années.  Quand elle était soviétique, elle était une menace, désormais, tout autant sinon plus encore. On vous expliquera que c’est normal, que son Président est un ancien du KGB, etc.etc. Et surtout, on se gardera bien de ne pas rappeler le passé de la Nobel de littérature 2015, dressant les louanges d’un homme qui n’a pas eu, pour réputation, d’être un ange…

Bon, c’est vrai, je serais « russophile »… c’est ainsi que, du temps où j’ai encore eu les honneurs de la RTS, on me présentait. Comme si c’était un titre, une qualité, un défaut, allez savoir, en tous les cas, je n’ai jamais su de quel pays les partenaires avec lesquels je me suis entretenue étaient «- philes », amis.

C’est que, pour nos journalistes, aimer la Russie doit sans doute être signalé. A leur décharge, il est vrai qu’en pareil contexte, cela équivaut à peu près à jouer les kamikazes…

Politique, Religions, société

Hollande, chef de quelle guerre?

François Hollande aurait-il changé dès lors qu’il serait devenu chef de guerre?
Non, François Hollande est président, normal ou pas, son statut reste le même.
Et puis, personne n’est assez dupe pour imaginer qu’un président se retrouve en quelques heures chef des armées sans que celles-ci ne s’y soient préparées ni qu’elles ne l’y aient préparé non plus.
Certes, au président seul revient la décision d’entrer en guerre ou non. Mais cette compétence ne fait pas du président un autre homme.
L’ emballement médiatique autour de François Hollande chef de guerre n’a aucun sens et masque mal l’importance des enjeux d’une guerre dont l’ennemi demeure encore difficile à cerner.
Ce midi sur France 2*, Laurent Delahousse a réuni sur son plateau différentes personnalités dont les points de vue ont permis de démontrer combien l’analyse de la situation au Mali restait délicate.
Selon Agnès Levallois, invitée en tant que spécialiste du Moyen-Orient, les alliances et les mésalliances entre les différents groupes terroristes en présence sur le terrain rendraient difficile la définition des objectifs poursuivis pas chacun.
Cependant et à lire certains propos tenus sur Madame Levallois, elle passerait pour défendre Al Qaeda…
Comment dès lors interpréter les propos que cette spécialiste du monde arabe tient au sujet de groupes terroristes qui, selon elle, revendiqueraient leur combat au nom de l’Islam alors qu’ils ne seraient à ses yeux que de simples bandits ou criminels n’agissant que pour leur seul compte?
http://www.ojosparalapaz.org/2013/01/agnes-levallois-soutien-al-qaida.html
 
* http://13h15-le-samedi.france2.fr/