Explorez les mots-clés

vaud

Economie, Politique, société, Voix

Covid-19, une histoire belge?

En rire, en pleurer, en pleurer de rire? C’est vraiment l’histoire de l’arroseur arrosé qui se déroule là.

La Belgique, nombre d’entre nous l’ont appris, a classé trois cantons de la Suisse en zone rouge infréquentable pour ses ressortissant(e)s, Covid-19 oblige.

C’est qu’à force de ressasser journée faite le nombre de nouveaux cas testés positifs au virus, le résultat est là!

Que les citoyen(ne)s belges déjà présent(e)s en Suisse ou qui s’apprêtaient à s’y rendre se plaignent de la décision prise par leur gouvernement est leur droit le plus strict. Que nos autorités s’indignent, une tout autre question.

Parce qu’à prendre mesure sur mesure envers les populations dont elles seraient garantes de la santé, au prétexte que le danger est là, elles renvoient une image de leur zone d’influence prise au sérieux à l’étranger.

Venir s’en plaindre est plutôt malvenu quand elles ne cessent de se mobiliser pour alerter de risques encourus à ne pas protéger les leurs!

« Gouverner c’est prévoir », dit la maxime, même les conséquences de mesures prises entre soi.

Aux élu(e)s suisses et belges de s’arranger entre eux. Pendant ce temps et une fois encore, ce sont les citoyen(ne)s lambada qui font les frais d’autant de manœuvres politiques.

Politique, société

L’élue existe…

Le Parti socialiste vaudois a donc choisi qui le représentera pour l’élection au Conseil des États.
Il s’agit d’une personnalité de la vie politique helvète qui s’était, entre autre, fait remarquer pour la conception qu’elle avait énoncée de son pays lorsqu’un certain 1er août, elle avait déclaré que « LA Suisse n’exist(ait) pas ».
Il en avait été question ici. 
« LA »  Suisse, s’était-elle ensuite expliquée, n’est pas « la » Suisse. Les majuscules mises à l’article défini faisant du pays, selon elle, un ensemble de citoyennes et de citoyens.
La formulation a néanmoins suscité de violentes réactions à l’encontre d’Ada Marra. 
Si la Suisse a un sens pour nombre d’entre nous, il est évident qu’Ada Marra en a, elle aussi un pour celles et ceux qui l’ont choisie plutôt que son collègue de parti Roger Nordmann.
A lire certaines réactions sur un réseau social qui ne les a pas censurées, on peut toutefois constater la haine que suscite la socialiste vaudoise alors que contester sa formule aurait alimenté un débat plus constructif.
Mais non, le torrent de boue coule sans contrevenir aux « standards de la communauté ».
Je ne partage pas les idées d’Ada Marra. Mais encore moins la manière brutale de s’en prendre à sa personne. Car elle n’honore ni les Suisses, ni la ou LA Suisse.

société

Vieillir et ne pas mourir… de froid

Ce soir, au téléjournal de la RTS, a été évoquée la maltraitance de personnes âgées. Cette réalité a aussi été sujette à médiatisation en France.
Certes, nombre de personnes âgées redoutent d’être placées dans des établissements dans lesquels elles seront peut-être à la merci d’un personnel en sous effectif ou malveillant.
Cependant, rester chez soi n’est pas sans risque non plus.
Cette dame de 89 ans aurait-elle oublié ou négligé de s’acquitter de sa note de chauffage et d’électricité?
Le fait est qu’elle a été retrouvée morte dans le froid glacial de son appartement qu’aucun interrupteur n’a permis d’éclairer.
Une enquête a été ouverte, selon la formule consacrée.
En attendant, une fois de plus et sans verser dans le pessimisme noir du naufrage que serait la vieillesse, on a de quoi méditer tout de même…