Culture, Economie, Histoire, Politique, Voix

En temps de guerre, effacer l’autre devient la règle

Chères lectrices, Chers lecteurs,

Depuis un certain temps, je n’ai plus écrit sur ce blog. J’ai privilégié mes activités littéraires. Parce que ce sont elles, je l’ai souvent rappelé ici, qui me lient à la Russie. Pas la politique, comme tant d’éminents esprits l’ont pensé tandis que, depuis 10 ans déjà, j’ai commencé à parler de ce pays qui m’est cher.

C’est dire la subtilité de ces personnes qui se sont hâtées de me rendre agent du Kremlin ou membre de ses réseaux!

Et ce n’est pas maintenant que cela va s’arranger vu le déferlement de haine qui vise tout individu d’origine russe ou tout autre non Russe qui oserait un sentiment étranger à la hargne, au rejet, au mépris ou au dégoût qu’inspire désormais la Fédération de Russie.

Comment en est-on arrivé là?

Ces experts et spécialistes, aussi bien ceux qui suivent leurs médias de référence que ceux qui hantent leurs plateaux vous le diront, c’est la guerre déclarée à l’encontre d’un pays souverain, c’est l’ignominie infligée à autant d’innocents. Eh oui, et c’est bel et bien l’échec de la diplomatie qui amène à la destruction.

Et cette diplomatie, combien de fois n’a-t-elle été appelée, ici? Et pas qu’ici! À Minsk dont on sait le sort réservé aux accords!

Depuis 8 ans que la guerre a éclaté dans le Donbass, des vies d’enfants, de personnes âgées, handicapées, malades, de civils innocents ont été sacrifiées sur l’autel de la politique, pire encore, de la politique intérieure de l’Ukraine, pardon, de la démocratie ukrainienne.

Mais rappelez ces temps de douleurs et vous aurez droit aux réactions autorisées selon lesquelles la Russie aurait poussé la population du Donbass à se rebeller! Quoi que vous disiez, vous aurez tort. Et vous serez étiquetés. Russophiles, pro-Russes, pro-Kremlin, pro-Poutine, tout est désormais équivalent.

Parce que nuancer, parce que tenter d’expliquer d’une autre manière que celle qui doit dominer les cerveaux est devenu peu à peu impossible. Alors le choix de se réserver s’impose. Parce qu’en temps de guerre, les camps se font face et qu’effacer l’autre devient la règle.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

7 Commentaires

  • Reply Daniel 8 mai 2022 at 02h17

     » qu’effacer l’autre  »

    Effacer l’autre n’est pas le propre de la guerre, mais du racisme.

    Les Russes nous le démontrent tous les jours par leur traitement humain des prisonniers qui sont nourris, habillés de propre et soignés s’ils sont blessés.

    Même un nazi du régiment azov gravement blessé après avoir tenté de fuir l’usine Azovstal.

    Tandis qu’en face, le racisme antirusse se traduit par des tortures, des viols et des assassinats de prisonniers et de civils. Il suffit d’être russophone.

    Ce racisme se propage jusque chez nous « grâce » à la complaisance hystérique de nos médias. Que tant de personnes, notamment à l’extrême gauche et à gauche y cèdent est un indice de la fin d’une civilisation qui se croit encore supérieure aux autres.

    Je suis toujours sidéré par la bêtise humaine. Einstein avait raison sur ce point.

  • Reply Midey Martinet 8 mai 2022 at 07h07

    Bonjour Hélène, je suis toujours heureuse de vous lire, d’entendre quelqu’un de vrai qui sait de quoi elle parle. J’aime la Russie et le peuple russe et rien ne me fera changer.
    Merci pour tous vos commentaires toujours sans parti pris et intéressant.

  • Reply Sazio 8 mai 2022 at 10h58

    Tout cela est vrai. Cependant, les réactions et le manque de nuances voire de discernement, est le lot des pays occidentaux (États-Unis, UE, Australie en tête).
    Ailleurs, Amérique Latine, Mexique, Asie, MO… ce qui représente tout de même, la moitié de la population mondiale, l’interprétation est plus réaliste et moins empreinte de pensée unique.

  • Reply Robert Roudet 8 mai 2022 at 15h56

    Personnellement, personne ne me qualifie de pro-russe, ou d’agent de Poutine ou de Dieu sait quoi encore. Mais ceci pour une raison qui n’a rien à voir avec ce que je suis, mais au fait que j’ai fort peu de contacts avec mes compatriotes. Car je suis effectivement pro-russe, je n’ai aucune intention de la cacher, je pense que le bon droit, malgré la guerre, est dans leur camp, ce qui me met très mal à l’aise, car il n’est pas spécialement plaisant d’être dégoûté par son propre pays. La politique européenne, américaine, l’ambiance qui s’installe chez nous m’indignent et me révoltent au delà de toute mesure, et par leur bêtise et par leur hypocrisie; j’en viens à détester le monde occidental qui est pourtant le mien.

  • Reply Charles 05 8 mai 2022 at 21h46

    Excellent article -chapeau Mme H..R.-F, une fois de plus, c est du bon sens ce que vous écrivez!

    Merci et Bien à Vous
    Charles 05

  • Reply Daniel 9 mai 2022 at 00h41

    Une autre contribution de JB:

    https://www.youtube.com/watch?v=_8b8AfO1So0

    Faites-moi signe, svp, le jour où JB sera questionné sur la rts.

  • Reply Jacques Davier 10 mai 2022 at 12h05

    Très bon billet, Mme Richard-Favre! La russophobie ambiante est tout simplement inadmissible, tout spécialement en Suisse, pays qui se prétend être une… démocratie exemplaire! Et le silence de nos élus à ce sujet est… assourdissant!

  • Laisser un commentaire