Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Qu’on m’explique!

Un drapeau à croix blanche sur fond rouge vu du ciel peut-il se confondre avec un drapeau à croix rouge sur fond blanc, pour qu’il ait été conseillé, par un blogueur (!), à l’ambassade de Suisse de le retirer du toit du bâtiment où il flottait jusque là?

Par gain de paix, je ne dirai pas dans quelle ville ce conseil a été donné. Et suivi, surtout!

Alors que la capitale en question, contrairement à d’autres villes du pays, n’est pas menacée, il a été estimé prudent de ne pas tenter l’ennemi qui, selon ce blogueur conseilleur de l’ambassade de Suisse, aurait pu la confondre … avec un hôpital.

Parce que les hôpitaux arboreraient des drapeaux à croix blanche sur fond rouge ou disons, à croix rouge sur fond blanc? Quoi qu’il en soit, selon ce blogueur conseilleur, ce sont là des cibles visées par l’ennemi.

Qu’une ambassade prête attention à pareil conseil et donc, retire son drapeau, là, vraiment, je cale. Raison de mon appel car c’est un article de la Tribune de Genève qui a évoqué l’affaire.

L’article est réservé aux abonnés.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

1 commentaire

  • Reply Daniel 1 juin 2022 at 22h44

    Je vous explique.

    Oui, il faut de toute urgence retirer la croix-rouge des ambulances et des hôpitaux! Pourquoi?

    Parce que comme en Syrie les ambulances et les hôpitaux sont utilisés par les terroristes et les nazis pour déplacer des soldats dans le premier cas et héberger des postes de commandement ou servir de point d’appuis dans le second cas.

    D’ailleurs des preuves et des témoignages sont en train d’être recueillis contre la croix-rouge qui (comme l’OSCE qui renseignait les terroristes pour qu’ils ajustent leurs tirs) ne s’intéresse à visiter que les prisonniers de guerre d’un seul des deux camps. On aura deviné lequel.

    L’image de la Suisse en prend un coup. Un de plus.

  • Laisser un commentaire