Catégorie

Economie

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Parce que l’espoir n’a cessé de m’animer…

Hier, dans un sujet de ce blog, j’ai évoqué le cas d’école d’une ambassade de Suisse qui a choisi de céder à la remarque postée par un blogueur sur un réseau social plutôt que de mener une réflexion d’ordre disons… diplomatique.

Par gain de paix, ai-je indiqué, je préférais taire le nom de la capitale du pays où le fait avait eu lieu.

Parce que l’espoir n’a cessé de m’animer de voir enfin s’apaiser les tensions qui entourent tout ce qui, de près ou de loin, concerne la situation en Ukraine.

Tant de personnes s’érigent expertes! Tant d’autres vous livrent leur point de vue tandis que la vie s’en va dans des dizaines de milliers de foyers, où qu’ils se trouvent!

De quelque nationalité soient-ils, ces morts sont le fait de crispations sinon d’indifférences observées par les chancelleries occidentales.

Depuis huit ans qu’on meurt dans le Donbass, aucune d’entre elles n’a oeuvré à la paix.

Aucune.

Et c’est ce qui rend la situation en Ukraine d’autant plus tragique. L’oubli total des vies sacrifiées sur l’autel d’intérêts politiques, économiques ou « géostratégique ».

Prendre parti n’est pas de mise, ici. Juste rappeler l’échec cuisant de la diplomatie.

Et que la Suisse propose -encore- ses services de médiation alors qu’elle se range à l’avis d’un blogueur qui recommande à l’une de ses ambassades de retirer son drapeau au risque qu’il soit confondu avec celui de la Croix-rouge, autant oublier…

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Qu’on m’explique!

Un drapeau à croix blanche sur fond rouge vu du ciel peut-il se confondre avec un drapeau à croix rouge sur fond blanc, pour qu’il ait été conseillé, par un blogueur (!), à l’ambassade de Suisse de le retirer du toit du bâtiment où il flottait jusque là?

Par gain de paix, je ne dirai pas dans quelle ville ce conseil a été donné. Et suivi, surtout!

Alors que la capitale en question, contrairement à d’autres villes du pays, n’est pas menacée, il a été estimé prudent de ne pas tenter l’ennemi qui, selon ce blogueur conseilleur de l’ambassade de Suisse, aurait pu la confondre … avec un hôpital.

Parce que les hôpitaux arboreraient des drapeaux à croix blanche sur fond rouge ou disons, à croix rouge sur fond blanc? Quoi qu’il en soit, selon ce blogueur conseilleur, ce sont là des cibles visées par l’ennemi.

Qu’une ambassade prête attention à pareil conseil et donc, retire son drapeau, là, vraiment, je cale. Raison de mon appel car c’est un article de la Tribune de Genève qui a évoqué l’affaire.

L’article est réservé aux abonnés.

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

« Nous marchons vers la guerre comme des somnambules », la tribune d’Henri Guaino

Hier, dans mon sujet de blog évoquant les voix, en France, qui s’élèvent contre la montée en puissance du bellicisme de la part de l’Europe, j’ai mentionné la tribune d’Henri Guaino, parue le 13 mai dernier dans Le Figaro.

L’article étant réservé aux abonnés, je vous transmets ci-après le texte reçu par courriel de la part du site Notre France. Il a suscité la polémique, comme il se doit, à vous d’en juger:

Henri Guaino : «Nous marchons vers la guerre comme des somnambules»
Tribune d’Henri Guaino parue dans Le Figaro du 13 mai 2022

Nous marchons vers la guerre comme des somnambules.

J’emprunte cette image au titre du livre de l’historien australien Christopher Clark sur les causes de la Première Guerre mondiale: Les Somnambules, été 1914: comment l’Europe a marché vers la guerre.

«Le déclenchement de la guerre de 14-18, écrit-il, n’est pas un roman d’Agatha Christie (…) Il n’y a pas d’arme du crime dans cette histoire, ou plutôt il y a en a une pour chaque personnage principal. Vu sous cet angle, le déclenchement de la guerre n’a pas été un crime, mais une tragédie.» En 1914, aucun dirigeant européen n’était dément, aucun ne voulait une guerre mondiale qui ferait vingt millions de morts mais, tous ensemble, ils l’ont déclenchée. Et au moment du traité de Versailles aucun ne voulait une autre guerre mondiale qui ferait soixante millions de morts mais, tous ensemble, ils ont quand même armé la machine infernale qui allait y conduire.

Dès le 7 septembre 1914, après seulement un mois de guerre, le chef du grand état-major allemand qui avait tant plaidé pour que l’Allemagne attaquât avant d’être attaquée écrivait à sa femme: «Quels torrents de sang ont coulé (…) j’ai l’impression que je suis responsable de toutes ces horreurs et pourtant je ne pouvais agir autrement.»

«Je ne pouvais agir autrement»: tout était dit sur l’engrenage qui mène à la guerre. Engrenage qui est d’abord celui par lequel chaque peuple se met à prêter à l’autre ses propres arrière-pensées, ses desseins inavoués, les sentiments que lui-même éprouve à son égard. C’est bien ce que fait aujourd’hui l’Occident vis-à-vis de la Russie et c’est bien ce que fait la Russie vis-à-vis de l’Occident. L’Occident s’est convaincu que si la Russie gagnait en Ukraine, elle n’aurait plus de limite dans sa volonté de domination. À l’inverse, la Russie s’est convaincue que si l’Occident faisait basculer l’Ukraine dans son camp, ce serait lui qui ne contiendrait plus son ambition hégémonique.

En étendant l’Otan à tous les anciens pays de l’Est jusqu’aux pays Baltes, en transformant l’Alliance atlantique en alliance anti-Russe, en repoussant les frontières de l’Union européenne jusqu’à celles de la Russie, les États-Unis et l’Union européenne ont réveillé chez les Russes le sentiment d’encerclement qui a été à l’origine de tant de guerres européennes. Le soutien occidental à la révolution de Maïdan, en 2014, contre un gouvernement ukrainien prorusse a été la preuve pour les Russes que leurs craintes étaient fondées. L’annexion de la Crimée par la Russie et son soutien aux séparatistes du Donbass ont à leur tour donné à l’Occident le sentiment que la menace russe était réelle et qu’il fallait armer l’Ukraine, ce qui persuada la Russie un peu plus que l’Occident la menaçait. L’accord de partenariat stratégique conclu entre les États-Unis et l’Ukraine le 10 novembre 2021, scellant une alliance des deux pays dirigée explicitement contre la Russie et promettant l’entrée de l’Ukraine dans l’Otan, a achevé de convaincre la Russie qu’elle devait attaquer avant que l’adversaire supposé soit en mesure de le faire. C’est l’engrenage de 1914 dans toute son effrayante pureté.

Comme toujours, c’est dans les mentalités, l’imaginaire et la psychologie des peuples, qu’il faut en chercher l’origine. Comment la Pologne, quatre fois démembrée, quatre fois partagée en trois siècles, comment la Lituanie annexée deux siècles durant à la Russie, la Finlande amputée en 1939, comment tous les pays qui ont vécu un demi-siècle sous le joug soviétique ne seraient-ils pas angoissés à la première menace qui pointe à l’Est? Et de son côté, comment la Russie, qui a dû si souvent se battre pour contenir la poussée de l’Occident vers l’Est et qui est déchirée depuis des siècles entre sa fascination et sa répulsion pour la civilisation occidentale, pourrait-elle ne pas éprouver une angoisse existentielle face à une Ukraine en train de devenir la tête de pont de l’occidentalisation du monde russe? «Ce ne sont pas les différences, mais leur perte qui entraîne la rivalité démente, la lutte à outrance entre les hommes» dit René Girard. Menacer ce par quoi le Russe veut rester russe, n’est-ce pas prendre le risque de cette «rivalité démente»?

L’Occident voit trop la nostalgie de l’URSS et pas assez, le slavophilisme, c’est-à-dire la Russie éternelle telle qu’elle se pense avec ses mythes. Alexandre Koyré a consacré un livre profond (1), à ce courant dont sont nées la grande littérature et la conscience nationale russes au début du XIXe siècle quand «le nationalisme instinctif aidant, un nationalisme conscient avait fini par voir entre la Russie et l’Occident une opposition d’essence». Le slavophilisme, ce sentiment de supériorité spirituelle et morale face à l’Occident, est dans le cri du cœur de Soljenitsyne devant les étudiants de Harvard en 1978: «Non, je ne prendrais pas votre société comme modèle pour la transformation de la mienne.» Cette Russie-là ne voit peut-être pas la guerre en Ukraine comme une guerre d’invasion mais comme une guerre de sécession. Sécession du berceau du monde russe, de la terre où s’est joué tant de fois le sort de la Russie, où elle a repoussé les Polonais et les armées de Hitler. Sécession politique, culturelle et même spirituelle depuis qu’en 2018 l’Église orthodoxe ukrainienne s’est affranchie de la tutelle du patriarcat de Moscou. Et les guerres de sécession sont les pires.

Une chose en tout cas est certaine: cette guerre est, à travers l’Ukraine martyrisée, une guerre entre l’Occident et la Russie qui peut déboucher sur un affrontement direct par une escalade incontrôlée. La guerre, c’est, depuis toujours, la libération de tout ce qu’il y a dans la nature humaine de sauvagerie et d’instinct meurtrier, une montée aux extrêmes qui finit toujours par emporter malgré eux les combattants comme les dirigeants. Ni Churchill, ni Roosevelt, n’avaient pensé qu’un jour ils ordonneraient de bombarder massivement les villes allemandes pour casser le moral de la population, ni Truman qu’il finirait en 1945 par recourir à la bombe atomique pour casser la résistance japonaise. Kennedy en envoyant quelques centaines de conseillers militaires au Vietnam en 1961 ne pensait pas que huit ans plus tard l’Amérique y engagerait plus d’un demi-million d’hommes, y effectuerait des bombardements massifs au napalm, et serait responsable du massacre de villages entiers.

Si la guerre froide n’a pas débouché sur la troisième guerre mondiale, c’est d’abord parce qu’aucun de ses protagonistes n’a jamais cherché à acculer l’autre. Dans les crises les plus graves, chacun a toujours fait en sorte que l’autre ait une porte de sortie. Aujourd’hui, au contraire, les États-Unis, et leurs alliés, veulent acculer la Russie.

Quand on agite devant elle la perspective de l’adhésion à l’Otan de la Finlande, de la Suède, de la Moldavie et de la Géorgie en plus de celle de l’Ukraine, quand le secrétaire américain à la Défense déclare que les États-Unis «souhaitent voir la Russie affaiblie au point qu’elle ne puisse plus faire le genre de choses qu’elle a faites en envahissant l’Ukraine», quand le président des États-Unis se laisse aller à traiter le président russe de boucher, à déclarer que «pour l’amour de Dieu, cet homme ne peut pas rester au pouvoir» et demande au Congrès 20 milliards de dollars en plus des 3 milliards et demi déjà dépensés par les États-Unis pour fournir en masse des chars, des avions, des missiles, des canons, des drones aux Ukrainiens, on comprend que la stratégie qui vise à acculer la Russie n’a plus de limite.

Mais elle sous-estime la résilience du peuple russe, comme les Russes ont sous estimé la résilience des Ukrainiens. Acculer la Russie, c’est la pousser à surenchérir dans la violence. Jusqu’où? La guerre totale, chimique, nucléaire? Jusqu’à provoquer une nouvelle guerre froide entre l’Occident et tous ceux qui, dans le monde, se souvenant du Kosovo, de l’Irak, de l’Afghanistan, de la Libye, pensent que si la Russie est acculée, ils le seront aussi parce qu’il n’y aura plus de limite à la tentation hégémonique des États-Unis: l’Inde qui ne condamne pas la Russie et qui pense au Cachemire, la Chine qui dénonce violemment «les politiques coercitives» de l’Occident parce qu’elle sait que si la Russie s’effondre elle se retrouvera en première ligne, le Brésil qui, par la voix de Lula, dit «une guerre n’a jamais un seul responsable», et tous les autres en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique qui refusent de sanctionner la Russie. Tout faire pour acculer la Russie, ce n’est pas sauver l’ordre mondial, c’est le dynamiter. Quand la Russie aura été chassée de toutes les instances internationales et que celles-ci se seront désintégrées comme la SDN au début des années 1930, que restera-t-il de l’ordre mondial?

Trouver un coupable nous conforte dans le bien-fondé de notre attitude, et dans le cas présent, nous en avons un tout désigné, un autocrate impitoyable, incarnation du mal. Mais le bien contre le mal, c’est l’esprit de croisade: «Tuez-les tous et Dieu reconnaîtra les siens.» Au lieu de faire entendre sa voix pour éviter cette folie et arrêter les massacres, l’Union européenne emboîte le pas des États-Unis dans l’escalade de leur guerre par procuration. Mais que feront les Européens et les États-Unis au pied du mur de la guerre totale? Avec les obus nucléaires et les armes nucléaires tactiques de faible puissance, la marche n’est plus si haute. Et après? Après, tout peut arriver: l’engrenage tragique de la violence mimétique que personne n’aurait voulu mais auquel tout le monde aurait contribué et qui pourrait détruire l’Europe et peut-être l’humanité ou la capitulation munichoise des puissances occidentales qui ne voudront peut-être pas risquer le pire pour l’Ukraine, ni même peut-être pour les pays Baltes ou la Pologne. Souvenons-nous de l’avertissement du général de Gaulle en 1966 lors de la sortie du commandement intégré de l’Otan: «La Russie soviétique s’est dotée d’un armement nucléaire capable de frapper directement les États-Unis, ce qui a naturellement rendu pour le moins indéterminées les décisions des Américains, quant à l’emploi éventuel de leur bombe.»

Où est la voix de la France, de ce «vieux pays, d’un vieux continent qui a connu les guerres, l’occupation, la barbarie», qui le 14 février 2003 à l’ONU disait non à la guerre en Irak, qui en 2008 sauvait la Géorgie et s’opposait à l’adhésion de celle-ci et de l’Ukraine à l’Otan et qui plaiderait aujourd’hui pour la neutralisation d’une Ukraine qui n’aurait vocation à n’entrer ni dans l’Otan, ni dans l’Union européenne, en écho à l’avertissement lancé en 2014 par Henry Kissinger: «Si l’Ukraine doit survivre et prospérer, elle ne doit pas être l’avant-poste de l’une des parties contre l’autre. Elle doit être un pont entre elles. L’Occident doit comprendre que pour la Russie l’Ukraine ne pourra jamais être un simple pays étranger.» C’est par sa neutralisation que la Finlande a pu demeurer libre et souveraine entre les deux blocs pendant la guerre froide. C’est par sa neutralisation que l’Autriche est redevenue en 1955 un pays libre et souverain.

Faire aujourd’hui des concessions à la Russie, c’est se plier à la loi du plus fort. N’en faire aucune, c’est se plier à la loi du plus fou. Tragique dilemme. Un dilemme comme celui-ci, vécu dans la Résistance par le poète René Char (2):

«J’ai assisté, distant de quelque cent mètres, à l’exécution de B. Je n’avais qu’à presser la détente du fusil-mitrailleur et il pouvait être sauvé! Nous étions sur les hauteurs de Céreste (…) au moins égaux en nombre aux SS. Eux ignorant que nous étions là. Aux yeux qui imploraient partout autour de moi le signal d’ouvrir le feu, j’ai répondu non de la tête (…) Je n’ai pas donné le signal parce que ce village devait être épargné à tout prix. Qu’est-ce qu’un village? Un village pareil à un autre?» Et nous, que répondrons-nous aux regards qui nous imploreront d’arrêter le malheur quand nous l’aurons fabriqué?

Nous marchons vers la guerre comme des somnambules.

Henri Guaino

 

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Croisade des uns pour détestation des autres, des voix s’élèvent, en France, les écoutera-t-on?

De nombreuses voix, en France au moins, s’élèvent pour dire le malaise et le terme est faible par rapport à une situation mortifère. Je veux, bien sûr, parler de la guerre en Ukraine et de la manière dont il nous en est rendu compte dans nos médias.

Diffuser une information équivaut, pour nombre d’entre eux, à livrer un parti pris.

De la part de groupes privés, cela se légitime, de la part d’institutions publiques, non. Car pour la divergence d’opinion dont elles devraient se faire l’écho, on reste souvent perplexe tant les points de vue émis se rejoignent.

Mais on le sait, nos démocraties privilégieraient la liberté de pensée, la liberté d’expression, rien à voir avec la propagande que distilleraient ces « régimes » politiques taxés de « dictatures ».

Nous disposerions donc de l’insigne privilège de pouvoir partager autant de visions du monde ailleurs interdites. La fierté de le ressasser à plus soif est telle qu’elle jette sans état d’âme aux orties qui se risquerait à le nuancer sans même le contester.

Dans ce qui ressemble à un cri du coeur, Caroline Galactéros énonce ce qu’il en est de pareille attitude occidentale. Dans une tribune au large retentissement, Henri Guaino a fait part de véritables préoccupations.

Au moins deux anciens ministres des Affaires étrangères, Hubert Védrine et Dominique de Villepin se sont exprimés, qui les entendra? Qui prêtera attention à ce qu’énoncent autant de personnalités d’envergure?

Se carrer dans le déni d’une Ukraine qui ne compterait pas de bataillon d’obédience plus que douteuse, qui n’aurait pas, huit ans durant, tiré sur son propre peuple, qui n’aurait aucun oligarque installé ici ou là, loin du quotidien qui brise autant de vies des leurs?

Rappeler ces réalités, c’est résister à l’insensée croisade d’un Occident déchaîné par la détestation qu’il voue à un pays. Car non, ce n’est pas à son seul Président qu’il s’en prend. C’est aux 145 millions de citoyens que compte la Fédération de Russie.

Sauf à la renier, tel ce diplomate en poste à Genève dans le cadre de la Mission russe à l’ONU et désormais sous bonne garde policière. Ses compatriotes, eux et sans distinction, sont accusés de crimes de guerre comme on le constate à Davos.

Car il va de soi que seule la Russie est criminelle. Les huit ans d’ignominies commises par les Présidents Poroshenko et Zelenski dans le Donbass n’étant que des cadeaux pour les braves, sans doute.

Quant aux autorités de Davos, des Grisons et de mon pays, leur sens de tolérance parle pour elles.

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Une rencontre

Nous avions fait connaissance lors d’une soirée caritative qui avait été organisée à Genève en faveur des enfants du Donbass et à laquelle il avait assisté. Il devait sans doute être le seul de sa profession, journaliste pour ne pas la nommer.

La chaîne Léman Bleu avait consacré quelques minutes de son journal à l’événement. C’était en janvier 2016, j’en avais rendu compte dans différents sujets de ce blog.

Dans celui-ci, figure une vidéo de 4’55. Je vous invite à la visionner. Vous y découvrirez nombre d’enfants morts sous les frappes du gouvernement de leur propre pays, l’Ukraine. Vous y verrez aussi les visages de ceux qui reçoivent l’aide apportée pour lutter contre ce que toute guerre engendre comme fléau.

Mais qui a su les souffrance endurées par ces populations du Donbass appelées « rebelles » par nos médias?

Ne pas les oublier, c’est se rappeler que ces victimes l’ont été de la politique de leur propre pays. Ne pas les oublier, c’est refuser la vison unilatérale qui nous est rendue d’une guerre qui, comme n’importe laquelle, inspire dégoût et infinie amertume. Ne pas les oublier, c’est rejeter ce discours dominant qui criminalise un seul pouvoir alors que tant d’autres ont contribué à ce que coule le sang en Ukraine.

Et ce journaliste, retrouvé ce soir au hasard de rues genevoises, m’a touchée par la remarque qu’il m’a adressée relative à mes prises de position. Il m’a dit ne pas les partager mais se sentir solidaire du fait qu’elles soient rejetées alors que je lui précisais le sens dans lequel je les tenais.

Merci à lui qui a su faire la part des choses plutôt que de hurler aux loups comme tant d’autres.

Décréter des centaines de sujets de ce blog que j’ai dédiés à la guerre dans le Donbass qu’ils signaient mon appartenance à un « régime » dont je relayais la « propagande » ne révèle que l’impéritie qui afflige tant de ces juges et censeurs improvisés, incapables de se soumettre à de véritables débats contradictoires.

Aucune autre raison ne m’anime que celle du coeur et de l’esprit, critique.

Serait-ce à ce point inconcevable? Ou devenu inconcevable et désormais bien davantage encore au regard du contexte guerrier? Mais qui peut se réjouir d’une Ukraine dévastée? Qui peut demeurer insensible à ce qui aurait pu être évité par la diplomatie? Seulement voilà, quand on s’évertue à la réduire au silence, les armes parlent.

Et toujours trop fort.

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Ainsi va le monde de l’information qu’il sonne le tocsin quand il le juge opportun

La Tribune de Genève publie un article consacré à l’oligarque ukrainien Rinat Akhmetov dont il est mentionné, en sous-titre, que « l’aciérie assiégée de Marioupol » lui appartient.

Et que celui qui est présenté comme « homme le plus riche du pays a installé une partie de sa famille sur les bords du Léman. À Genève, où est basée depuis plus de vingt ans la filiale gérant les ventes à l’étranger du groupe, source de l’essentiel des profits. Sa fortune a notamment permis à l’un de ses fils d’acquérir deux propriétés genevoises pour un total de 100 millions de francs, un an avant l’invasion de l’Ukraine. »

Et le journaliste de poursuivre que « Peu après avoir signé cet achat à 60 millions de francs, Damir Akhmetov, 33 ans, a décidé de faire coup double. Peut-être après avoir découvert, par-dessus le mur de son nouveau jardin, la vénérable propriété de la famille du Dr Woog, inventeur de la brosse à dents électrique. Cette vénérable demeure – et son parc dégringolant sur plus d’un hectare jusqu’à un débarcadère oublié – constitue le joyau de la Pointe à la Bise. De quoi le convaincre, en mars 2021, d’allonger 44 millions de plus. »

Sans entrer en matière sur la fortune de cet homme, il sera intéressant de connaître la réponse qui sera accordée par les autorités genevoises en réponse à sa demande dont on apprend qu’elle a été « déposée en février afin de pouvoir démolir la demeure centenaire, abattre les arbres et construire à la place deux maisons et une piscine. »

On sait nos défenseurs de la nature et du patrimoine très soucieux du sort d’arbres et de vestiges historiques. On les sait aussi défendre des droits humains, en l’occurrence, ceux de victimes de guerres. Enfin, de certaines guerres, soyons précis et rappelons-nous la réaction, citée ici, du directeur général de l’OMS, le Docteur Tedros.

Le sang versé de par ce monde n’a ni la même couleur ni la même valeur pour tous, depuis le temps qu’on en a conscience!

Cela n’empêche pas nos estimés spécialistes, invités de nos non moins estimés médias, de marteler journée faite combien la guerre en Ukraine est menée par un pays voisin dont on ne compte plus les termes qui le qualifient. C’est qu’on doit comprendre que certaines guerres sont plus assassines que d’autres.

Ainsi va le monde de l’information qu’il sonne le tocsin quand il le juge opportun.

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Une formulation, cette fois, et quelques remarques

Hier, je partageais ici un commentaire  d’ « Alexander ».

Ce soir, je vous propose cette formulation de « Daniel », fidèle intervenant de ce blog qui a commenté justement le sujet d’hier et,  à propos de la manière dont il a été rendu compte des crimes commis par les uns et les autres en Ukraine, a écrit:

« Le mensonge élevé au rang d’art.  »

A elle seule cette formule résume ce qui a permis la formation aussi rapide de camps et de partis pris au sein desquels la réflexion ni le sens critique n’ont plus eu droit au moindre espace.

« Le mensonge élevé au rang d’art »

Oui, parce qu’obtenir l’adhésion d’un public à une information, exige qu’on la lui présente de manière à ce qu’elle lui paraisse fiable. Ce sont parfois des trésors d’ingéniosité auxquels on doit recourir.

« Le mensonge élevé au rang d’art »

Jusqu’à quand, telle est la question à oser pour ne pas renoncer à l’espoir qu’un jour, cet art se révèle dans sa malignité.

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Un commentaire et quelques remarques

Ce commentaire, signé « Alexander » a été déposé sous un récent sujet de ce blog, je vous le soumets.

« Nous pouvons réfléchir longuement sur leurs opinions, leurs certitudes incohérentes et souvent contradictoires surtout sur celles diffusées dans les médias qui suscitent systématiquement le mépris, la colère et même la haine. Chacun de ses « experts en tout » semblent de plus en plus animés par une motivation rageuse de la destruction, comme celle des hallucinés sortis d’un arrière-monde prêts à taguer et décapiter statues et monuments… Ce sont ces hordes « désinstruites » et sans culture que nos sociétés produisent en masse. Comme si la réconciliation avec la Russie ne devait plus jamais avoir lieu.
Viendra peut-être le temps de la réconciliation et du pardon. Reconnaître ses erreurs exige toujours beaucoup de courage…
Au hasard de mes lectures, je découvre une citation d’Eric Emmanuel Schmitt:
« On ne pardonne pas quelque chose, on pardonne à quelqu’un. L’acte reste mauvais, mais la personne ne le devient pas. On ne peut la réduire à son geste nocif. Pardonner revient à considérer l’individu en entier, à lui redonner le respect et le crédit qu’il mérite ».
Mais comment pardonner à ceux qui ne connaissent même pas la signification du repentir ? En fin de compte, une vitre limpide et nulle sépare notre univers en deux. D’un côté, nous de l’autre, eux.
Il nous reste les mots comme seule arme. Faisons une confiance illimitée en leur pouvoir… »

En Ukraine, les mots et leur pouvoir, hélas, ont vite montré leurs limites si l’on songe à l’échec systématique de la diplomatie. Des années de mépris sont passées sur les accords de Minsk I et II, un an s’accomplira le mois prochain sur la rencontre à Genève des Présidents Biden et Poutine.

Pour le reste, toutes celles et tous ceux qui osent prendre la parole en faveur de négociations avec la Russie sont regardés d’un air douteux. Cette séquence vous suffira à le comprendre. Dominique de Villepin, face à cette journaliste, est comme dans la presque obligation de se justifier.

Telle est la réalité et, pour reprendre le titre de cet article publié par Denis Bonzy qui, comme moi, avait suivi l’ancien Premier Ministre lors de sa campagne en vue de la présidentielle 2012, tel est le sort de « la force des grands sentiments face aux hippopotames sur le chemin de l’étang… »

Culture, Economie, Histoire, Politique, Voix

En temps de guerre, effacer l’autre devient la règle

Chères lectrices, Chers lecteurs,

Depuis un certain temps, je n’ai plus écrit sur ce blog. J’ai privilégié mes activités littéraires. Parce que ce sont elles, je l’ai souvent rappelé ici, qui me lient à la Russie. Pas la politique, comme tant d’éminents esprits l’ont pensé tandis que, depuis 10 ans déjà, j’ai commencé à parler de ce pays qui m’est cher.

C’est dire la subtilité de ces personnes qui se sont hâtées de me rendre agent du Kremlin ou membre de ses réseaux!

Et ce n’est pas maintenant que cela va s’arranger vu le déferlement de haine qui vise tout individu d’origine russe ou tout autre non Russe qui oserait un sentiment étranger à la hargne, au rejet, au mépris ou au dégoût qu’inspire désormais la Fédération de Russie.

Comment en est-on arrivé là?

Ces experts et spécialistes, aussi bien ceux qui suivent leurs médias de référence que ceux qui hantent leurs plateaux vous le diront, c’est la guerre déclarée à l’encontre d’un pays souverain, c’est l’ignominie infligée à autant d’innocents. Eh oui, et c’est bel et bien l’échec de la diplomatie qui amène à la destruction.

Et cette diplomatie, combien de fois n’a-t-elle été appelée, ici? Et pas qu’ici! À Minsk dont on sait le sort réservé aux accords!

Depuis 8 ans que la guerre a éclaté dans le Donbass, des vies d’enfants, de personnes âgées, handicapées, malades, de civils innocents ont été sacrifiées sur l’autel de la politique, pire encore, de la politique intérieure de l’Ukraine, pardon, de la démocratie ukrainienne.

Mais rappelez ces temps de douleurs et vous aurez droit aux réactions autorisées selon lesquelles la Russie aurait poussé la population du Donbass à se rebeller! Quoi que vous disiez, vous aurez tort. Et vous serez étiquetés. Russophiles, pro-Russes, pro-Kremlin, pro-Poutine, tout est désormais équivalent.

Parce que nuancer, parce que tenter d’expliquer d’une autre manière que celle qui doit dominer les cerveaux est devenu peu à peu impossible. Alors le choix de se réserver s’impose. Parce qu’en temps de guerre, les camps se font face et qu’effacer l’autre devient la règle.

Economie, Histoire, Politique, Voix

Leçon de géographie…

Avec tout le respect à porter aux reporters de guerre, comment l’un d’entre eux peut-il déclarer à la Tribune de Genève « Comme beaucoup, je pensais que la guerre allait se déclarer dans le Donbass. Je ne pensais pas que le conflit allait s’ouvrir aux portes de l’Europe.»?

Parce que le Sud-Est de l’Ukraine qu’est le Donbass ne se situe pas en Europe?

Non seulement le Donbass est plus qu’ « aux portes de l’Europe » mais il est en son coeur même! Et depuis 8 ans l’hémorragie dont il est victime a coûté la vie à quelques 13 à 14 mille personnes.

En quoi ce désastre humain ne serait-il pas « européen »? Il est à part entière du fait de l’échec de sa diplomatie.

Le non respect des accords de Minsk I et II a laissé un gouvernement détruire ses propres citoyens. Le non respect des accords de Minsk I et II a ruiné, exilé, blessé des centaines de milliers de personnes.

Parce que les Présidents Poroshenko et Zelenski qui se sont succédé au pouvoir ont mis en oeuvre un régime tellement démocratique qu’il a laissé tirer sur les siens.

Et ces dégâts humains et matériels ne seraient pas européens…

Va-t-on encore longtemps nier l’implication européenne dans ce conflit qui la secoue? Au seul motif que la Russie a ouvert les hostilités?

C’est commode de pointer l’autre, c’est journée faite que les médias s’y attachent.

Dans un si parfait respect de la déontologie qui leur incombe qu’il échappe de moins en moins aux esprits critiques.