Culture, Economie, Histoire, Politique, Religions, société, Voix

Entre complotisme et complot, quelle nuance? Sixième entretien avec Jacques BAUD

-Jacques BAUD, merci de clarifier encore un élément relatif au complotisme. Si celui-ci consiste à arranger l’énoncé de faits dans le but de contribuer à une stratégie d’influence, les vrais complots existent-ils?

Jacques BAUD: -Le problème essentiel est que les complotistes – et ceux qui prétendent les combattre – n’ont pas de rigueur pour définir le complotisme. Par exemple, Conspiracy Watch voit dans le fait de croire que « Dieu a créé l’homme et la Terre il y a moins de 10000 ans » comme une théorie complotiste ! A l’évidence, il s’agit d’une croyance, qui n’implique pas l’existence d’un « complot ». En fait, il s’agit de discréditer ceux qui – à tort ou à raison – ont une lecture littérale de la Bible. On trouve exactement le même phénomène avec d’autres sites qui prétendent faire du « fact-checking ». Cette absence de rigueur facilite la confusion entre des « suppositions » et la « réalité ».

Comme nous l’avons vu, la problématique de notre action dans la situation internationale actuelle est, qu’elle est dictée par des présomptions que l’on transforme en certitudes. On est « complotiste » lorsqu’on doute de la responsabilité de Vladimir Poutine dans l’empoisonnement de Serguei Skripal ou Alexeï Navalny, mais on ne l’est pas lorsqu’on affirme qu’ils été l‘objet d’un « complot » ourdi par le gouvernement russe…

Ce qui favorise l’élaboration de théories du complot est clairement l’absence de transparence. Celle-ci vient le plus souvent du fait « qu’on ne sait pas » et parfois parce qu’on ne peut ou ne veut pas communiquer sur un sujet. Ici, il faut également démonter un mythe répandu : les services de renseignement savent beaucoup moins que ce que l’on pense !

La faiblesse des théories du complot réside pratiquement toujours dans la réponse à la question : « A quelles fins ? » Il s’agit de comparer le gain qu’apporterait une « conspiration » par rapport au risque politique encouru au cas où elle serait éventée. En fait, le plus souvent, on constate que le « comploteur » aurait pu obtenir le même résultat plus facilement et à moindre coût.

Un exemple est la publication de la « vidéo intime » de Benjamin Griveaux, en février 2020. Immédiatement, on suggère que la Russie (et donc, Vladimir Poutine) est impliquée dans sa diffusion! Dans quel but ? Pas de réponse. A quelle fin la Russie, en délicatesse avec l’Europe, prendrait le risque de s’impliquer dans l’élection d’une mairie (même celle de Paris), pour nuire à un candidat dont la campagne électorale est navrante depuis son début et « vouée à l’échec » ? Toujours pas de réponse ! Avec des « on dit que… », un journaliste de LCI suggère même que Piotr Pavlensky – l’auteur de la fuite – bénéficiait d’une « forme de complaisance » de part de la police russe et serait une « personnage qui pratique une duplicité … » et suggère qu’il serait employé par le gouvernement russe ! Pourtant, Cédric O, secrétaire d’État au Numérique, affirme ne disposer d’ « aucune information qui laisse penser qu’il pourrait y avoir autre chose qu’un agissement personnel » et qu’il n’a « aucune preuve, ni aucun indice qui nous laisse penser que la Russie soit impliquée ». Donc : rien ! Mais personne n’a qualifié tous ces brillants journalistes de « complotistes » !

C’est pourquoi j’aime bien citer Michel Rocard : « Toujours préférer l’hypothèse de la connerie à celle du complot. La connerie est courante. Le complot exige un esprit rare. »

Cela dit, cela ne signifie pas que les « vrais » complots n’existent pas. Mais ils sont beaucoup plus « discrets » que ceux que l’on nous présente dans la presse. Ils sont le fait d’acteurs qui se sentent – à tort ou à raison – dos au mur et ne voient pas d’autre alternative pour agir, et qui sont prêts à prendre le risque pour des raisons existentielles. C’est (très probablement) le cas de l’assassinat de Kennedy, pour lequel je pense que la version officielle ne reflète pas la réalité et les indices existant. C’est pourquoi cela n’est certainement ni la mafia, ni la CIA, ni le haut commandement militaire américain, ni les Soviétiques, ni les Cubains…

L’influence a toujours existé et fait sans doute partie de la manière dont les humains interagissent. Le problème est que nous devons admettre que bien souvent, nous ne connaissons pas la vérité. Dès lors, chacun peut avoir des interprétations différentes d’un événement : de la plus compréhensive à la plus intransigeante. C’est légitime. Mais, dès lors que ces interprétations doivent se traduire par des décisions, je pense qu’une certaine retenue doit guider le décideur politique et ceux qui les conseillent.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

8 Commentaires

  • Reply Daniel 29 septembre 2020 at 00h37

    Monsieur Baud,
    « C’est (très probablement) le cas de l’assassinat de Kennedy, pour lequel je pense que la version officielle ne reflète pas la réalité et les indices existant. »
    Bienvenue au club. Vous êtes un conspirationniste. Selon les tenants de la commission warren, bien sûr. Je vous félicite de vous en tenir aux faits (la réalité).
    Avez-vous lu ?
    JFK and the Unspeakable par James Douglass;
    Crossfire par Jim Marrs ;
    On the Trail of the Assassins par Jim Garrison;
    Le dernier témoin par William Reymond ;
    Conspiracy d’Anthony Summers.

    Si ce n’est pas le cas, je vous les recommande.

    Le « très probablement » est de trop, à moins que vous ne cherchiez à vous couvrir. Une de mes connaissances diffuse à ses élèves année après année le film JFK d’Oliver Stone. Une œuvre de salubrité publique. Apparemment vous ne vous êtes pas posé la question de savoir qui a pu décommander la sécurité, arrêter la limousine au moment du tir fatal, faire disparaître les preuves, saboter l’autopsie, éliminer des témoins, faire pression sur des témoins pour qu’ils changent leur déclaration, éditer le film de Zapruder, etc.

    En tout cas c’est très courageux de votre part d’adhérer ainsi au club des « conspirationnistes », ceux qui sont accusés d’inventer des conspirations.
    Encore un effort et vous pourrez voir le lien entre JFK, MLK, RFK et le 911.

    « C’est pourquoi cela n’est certainement ni la mafia, ni la CIA, ni le haut commandement militaire américain, ni les Soviétiques, ni les Cubains… »
    Castro était catastrophé, il était avec Jean Daniel ce jour-là qui a relaté sa réaction. Les Soviétiques ? C’est ce qu’ont voulu faire croire les comploteurs. Pour détourner l’attention et fabriquer un coupable.
    Votre amalgame me laisse pantois.(…) Je ne vais pas répéter : qui a pu décommander la sécurité, etc.
    Connaissez-vous l’oeuvre de Kennedy durant sa présidence? Son discours de juin 1963?

    • Reply Hélène Richard-Favre 29 septembre 2020 at 00h49

      Daniel,

      J’ai estimé cette phrase que j’ai mise entre (..) inutile dans le cadre d’échanges que je souhaite courtois, même dans le cadre de désaccord.

      Merci de votre compréhension.

      • Reply Daniel 29 septembre 2020 at 01h03

        Pas de souci.

  • Reply Baud 29 septembre 2020 at 08h38

    Cher Daniel,

    Je vous saurais gré de rester poli! Le conspirationniste est le fait de voir des complots là où il n’y en a pas; ce qui n’est pas mon cas. Restez en aux faits! Dans l’assassinat de JFK, il y a eu complot… mais par aucun des acteurs que vous mentionnez.

    Merci pour vos conseils de lecture, mais je vous recommande plutôt de lire les documents officiels déclassifiés par les archives américaines (https://www.archives.gov/research/jfk/release). Vous constaterez que malgré les promesses de Trump, 12% des documents concernant cette affaire n’ont pas été autorisés à être publiés pour des raisons de « sécurité nationale » (près de 60 ans plus tard!)…

    En fait, vous abordez le problème comme le fait un policier. Il faut le faire comme un stratège: examiner soigneusement la situation géo-stratégique de l’époque, et lire très attentivement le texte de mon entretien avec Hélène Favre… Cela vous donnera une clé…

    Malheureusement, je dois m’arrêter là, et je vous ai dit tout ce que je peux dire sur cette question.

    • Reply Daniel 2 octobre 2020 at 21h22

      Monsieur Baud,

      « Le conspirationniste est le fait de voir des complots là où il n’y en a pas; ce qui n’est pas mon cas. » Désolé, mais je pense qu’il y a un malentendu. Ce n’est pas moi qui vous traite de conspirationniste, mais ceux qui comme wikipedia soutiennent qu’Oswald a agi seul. Et de types comme ceux de « conspiracy watch ». Et qui nous insultent en nous traitant de conspirationnistes. Merci donc d’être sur la même ligne que moi au sujet de l’assassinat de JFK. Le « très probablement » a disparu et je vous en remercie aussi.

      Les documents déclassifiés n’apportent pas grand-chose – pour ainsi dire rien de capital, du moins sur le déroulement des événements du 22 novembre 1963. Il n’est pas difficile d’imaginer que certains faits ont été gardés secrets – qu’ils n’ont laissé aucune trace ou témoignage – ou que des documents réellement compromettant ont été détruits définitivement.

      « En fait, vous abordez le problème comme le fait un policier. Il faut le faire comme un stratège: »
      Qui vous a dit que je ne faisais pas les deux ?
      Croyez-vous que j’ignore le contexte de l’époque ?
      Croyez-vous que j’ignore quels intérêts JFK menaçait gravement ?
      Mais les faits restent les faits sur le déroulement de cette journée, faits qui prouvent le complot. Définitivement.
      Mais outre les faits, il y a bien évidemment le mobile. Une enquête marche sur deux jambes.

      Et quand vous dites que ni la CIA ni la mafia n’ont été impliquées, vous faites bon marché de plusieurs faits. Comme l’omniprésence de Jack Ruby :
      https://mafia.wikia.org/wiki/Jack_Ruby
      Bien sûr, ces liens avec la mafia sont niés par les tenants d’Oswald seul assassin.
      Pour la CIA, il y a la mission d’Oswald en URSS.
      https://spartacus-educational.com/JFKSinvestCIA.htm

      Votre position que je respecte me fait penser à ceci, déclaré par Jean-Paul Fitoussi lors d’un entretien sur Thinkerview :
      « – Mais vous comprenez qu’il y a vraiment une pression pour la pensée unique. Autrement il y a des sanctions. La sanction est qu’il y a des portes qui se ferment, la sanction est que vous ne faites pas carrière, vous vous heurtez à des plafonds de verre, il faut être courageux pour penser différemment, autant penser comme les autres. Si on a une famille…
      – C’est le conformisme?!
      – Non, ce n’est pas le confort, c’est parfois la nécessité, vous voyez, c’est parfois des gens qui ne s’en sortiraient pas dans une situation différente où ils gagneraient moins. C’est un peu le chantage qui conduit au harcèlement moral. »

      Ceci dit je vous félicite d’avoir jeté un pavé dans la mare des mensonges.

  • Reply Charles 05 30 septembre 2020 at 18h39

    J ai beaucoup aimé l entretien de Mme H.R.-Favre avec M. Jacques Baud (article chapeau) entre autres la citation de M. Michel Rocard: » Toujours préférer l’hypothèse de la connerie à celle du complot. La connerie est courante. Le complot exige un esprit rare. »

    Je me demande si c est de la connerie ou purement des mensonges afin de faire perdurer la Saga de la Russophobie et l Anti- Poutine comme si ils étaient des bêtes noires. La fois quand je détesterais Poutine (ce n est pas pour demain:) , je dirais que si le pneu de ma voiture est crevé c est la faute à Poutine (ou le délit commis par autant M. Poutine qu à la Russie) afin de voler l air qui est dedans!

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • Reply Daniel 2 octobre 2020 at 21h25

    » Toujours préférer l’hypothèse de la connerie à celle du complot. La connerie est courante. Le complot exige un esprit rare. »
    C’est une très grave erreur de sous-estimer les comploteurs.

  • Reply Charles 05 3 octobre 2020 at 11h22

    Et qui pourrait nous dire que le complot est toujours de notre côté mais pas de l autre côté? L affaire de l assassinat de JFK n a jamais été tirée au clair éclaircie par la « plus grande puissance mondiale et de la plus grande puissance d espionnage et de renseignements du monde », il y a un noeud quelque part, non?.

    Est ce que JFK n avait pas été assassiné payé quand il a eu connaissance après coup et qu il a stoppé net une exécution d un montage d un plan fait par la FBI/CIA/Le Pentagone dans son dos sans ni l informer ni avoir eu son avis ce qui est la moindre des choses? Ils avaient programmé qu un avion civil américain transporterait des jeunes étudiants universitaires américains qui partaient « amicalement » à Cuba pour renouer et forcer des liens « pacifistes » avec Cuba et Castro. Cet avion serait, au conditionnel, bombardé par les américains lors de son vol puis ils accusent Cuba, bien entendu, en le faisant porter le chapeau de la mort de ces étudiants en plein vol au régime. Ceci donnerait « raison » aux USA de déclencher une vraie guerre de « légitimes réplique et défense contre Cuba et contre toute l Amérique du Sud ». Pour les USA, la règle est : Quand la guerre va tout va (toute proportion gardée, c est comme on dit à Genève, quand le bâtiment va tout va… mais aux USA c est quand la Guerre va tout va pour les USA…N oublions pas que 217 guerres américaines extra-territoriales ont eu lieu depuis la fondation des USA avec une moyenne d une grande guerre par année de son existence il y a 260 ans. La toute première guerre (intra muros) a été le génocide d des Indiens à qui ils ont fait la peau à un million de peaux-rouges, génocide qui n est pas encore ni reconnu à ce jour par les USA ni célébré non plus nulle part comme tout autre génocide odieux.

    Néanmoins, je dis cela, je ne dis rien.

    Bien à Vous Mme Hélène Richard-Favre et Merci à votre blog.
    Charles 05

  • Laisser un commentaire