société

« Il ne sera pas élu et pourtant il gouverne »

Avant d’évoquer mon projet, je vais vous confier une chose.
Dans cette bataille qui s’engage, je vais vous dire qui est mon adversaire, mon véritable adversaire.
Il n’a pas de nom, pas de visage,pas de parti. Il ne présentera jamais sa candidature. Il ne sera pas élu et pourtant il gouverne.
Cet adversaire, c’est le monde de la finance.


Ce passage mémorable du discours prononcé par l’ex-candidat à la présidentielle française, le 22 janvier 2012 au Bourget, a marqué certains esprits.
Crédules ou confiants, ils ont applaudi.
Quand on sait qui a inspiré ce discours, Aquilino Morelle pour ne pas le nommer, on a de quoi rester plus qu’admiratif.
Le changement, certes, cet ancien conseiller de François Hollande l’a connu.
L’adversaire?
Kerviel appréciera.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire