Culture, Economie, Histoire, Politique, Religions, société, Voix

On n’est même plus dans le mépris, là, on est dans les circonvolutions d’un cerveau

Un ami m’a transmis des lignes publiées par un journal autrefois dit « de référence », je veux parler du grand quotidien suisse Le Temps.

Ces lignes sont signées du nom d’un philosophe qui intervient régulièrement dans ce journal, Martin Morend.

Il y est question de ce poncif récurrent sur la Russie et qui a la peau aussi dure que peuvent être vides les considérations qui s’y arrêtent.

Ce poncif ? L’âme russe

Et notre philosophe de broder, avec un interlocuteur de circonstance, on ne saisit pas trop la raison de ce dialogue tandis qu’il paraît dans la rubrique « Opinion » du grand quotidien helvète.

Le titre de ce joyau, Exclusif: un philosophe pro-russe nous parle!

Comme ce morceau de bravoure philosophique sinon d’anthologie journalistique est réservé aux abonnés, je ne puis que vous en livrer un extrait. À vous d’apprécier la production de ce représentant de l’élite universitaire, intellectuelle et culturelle suisse:

– Mon Dieu! Mais que peut donc faire l’Occident pour régénérer son âme, pour échapper à son amour de la Matière? Dites-nous: que faire!?

– (Rires) Vous posez la même question angoissée que Lénine en 1902. Que faire? Pour vous, c’est très simple: vous devez convertir la Matière en Âme, trouver le moyen de la transsubstantier!

– Vous pensez que les Allemands sauront y faire? Ou les Californiens? Et s’ils n’ont pas les bonnes machines-outils, les bons serveurs, qu’allons-nous devenir?

– Дурак! Il suffit de sacrifier la Matière. Si Poutine sait une chose, c’est bien que vous en êtes incapables. Que vous puissiez avoir l’audace d’un sacrifice, cela lui semble tout à fait impossible. Mieux vaut encore imaginer un rond carré qu’une Europe ou une Suisse qui se ferait souffrir pour un plus grand bien! Pourtant, le salut tient à cette équation simpliste: savoir perdre pour gagner, souffrir pour l’emporter. Sans agir, sans se sevrer du gaz et dire non aux avoirs mal acquis, vous vous enfoncerez toujours plus dans la tourbe de votre mauvaise conscience et de l’opulence tranquille.

– Ô, la terrible image!

– Au final, vous préférez les morts à la chute, ne serait-ce que d’un point, de votre saint PIB. En cela, vous êtes déjà condamnés: peu importe le nombre de chars que vous enverrez, les nombres de secours que vous ferez choir du ciel, le nombre de milliards pour refaire ponts et routes. Tout cela est vain du point de vue de l’âme.

– Non! C’est quand même quelque chose! Ça ne peut pas n’être rien du tout!

– C’est rien dans la mesure où cela ne vous transforme pas. A un moment donné, il faut arrêter les calculs, peser le pour et le contre devient en soi un crime. Mais pourquoi je vous dis tout cela, moi? De toute façon, comment vos Berset & Cassis pourraient comprendre cette idée? Ils ne le peuvent pas. Ils ne peuvent saisir une pensée qui ne soit pas un odieux compromis ou qui n’ait pas la forme répugnante d’un arrangement.

– Je n’en peux plus! Qu’on fasse venir Sponville!

– Comment attendre de la laine qu’elle devienne de l’acier? De l’anthracite du diamant? Ils diront: «tout seul on ne peut pas grand-chose…», «nous ne sommes pas de mauvais élèves…», «et nos intérêts?», «et notre éthique du secret?» S’il y a une collégialité, c’est une collégialité de lâches dont la «formule magique» ne vise qu’une chose: escamoter l’audace politique! Le tour est joué, passez muscade! Vous voilà devenus neutres.

– Pitié! Saisissez-le, faites taire ce forcené! (Ils le saisissent). Très bien. Cher lecteur… Hum, ça va? Tu as passé une belle après-midi? Ne crois rien de ce qui a été dit, retire ces paroles de ton cerveau et dis-toi plutôt: il est bon de consommer la Matière; l’économie, ainsi, tourne; la démocratie est une bonne et belle chose qui progresse toujours vers le Bien; la neutralité est active et juste, trop d’audace et de parti pris mène toujours au désastre; on peut penser à soi sans être égoïste, la peur est une émotion rationnelle… Enfin, plus simplement: lis les journaux.

Le Temps nous a habitués à nous présenter une Russie, disons, à sa façon. Cela le regarde. Mais tout autant celui de publier pareil dédain de toute réflexion digne de ce nom. Car ici, ce n’est pas même la Russie qui est mise à mal, c’est l’intelligence!

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

10 Commentaires

  • Reply Daniel 22 juin 2022 at 01h51

    Excellente conclusion de la part d’une artiste de la langue. Comme c’est bien vu! Par comparaison, l’auteur souffre, c’est trop laborieux.

    Cela dit, ce môssieu n’a rien, mais alors rien compris à la Russie, à son peuple, à sa langue, et surtout, oui surtout à ce mot merveilleux de душа. Comme à cet autre mot merveilleux: мир. Laissons, Madame, vos lecteurs découvrir le double sens de ce dernier qui ne se trouve qu’en Russe (à ma connaissance) et qui veut, sinon tout, beaucoup dire.

    Pour bien comprendre ce texte, il faut savoir que cet énergumène (on distribue le terme de philosophe à tort et à travers…) fait les questions et les réponses. C’est dire des questions imbéciles et des réponses qui ne le sont pas moins. Pro-russe soi-disant, mais dans les faits quelqu’un qui crache sur la Russie et sa culture. L’ignorance n’est jamais un argument, et elle s’affiche ici à pratiquement chaque ligne. Une litanie de calomnies anti-russes. Et une défense forcenée de la Suisse qui fait toujours tout juste, alors que sa neutralité et sa Constitution ont été bafouées hors de toute démocratie. Un pays qui ne respecte pas sa Constitution, 1- n’a plus de Constitution, 2- n’est plus un Etat de droit.
    Saint Fric est au pouvoir en Suisse. La preuve: les comptes des Russes ont été rapidement débloqués devant la menace de retraits massifs par perte de confiance dans la sûreté de la place suisse. Et là aussi, la Constitution avait été violée par les sept guignols atlantistes.

    Jamais les Russes ne vont traiter les occidentaux de « porcelets matérialistes ». Ici l’auteur prête aux Russes la haine (sa haine!) viscérale de l’occident pour la Russie.

    Le seul mot russe qu’il écrit, lui convient très bien. C’est aussi manifestement un imposteur.

    PS: à mes yeux, ce n’est pas un poncif ou alors ceci est aussi un « poncif »:
    https://www.youtube.com/watch?v=ancB0j3BD1o

    Regardez les spectateurs et peut-être certains pourront commencer à comprendre… seulement commencer. Il faut être amoureux de la Russie pour comprendre.

  • Reply Charles 05 22 juin 2022 at 12h43

    Avec l affaire de l Ukraine , de la Russie et de M. Poutine, tout le monde s est déclarée LE Spécialiste de ces affaires. Il y les auto-déclarés Philosophes qui sont devenus des experts en expertologie et qui disent n importe quoi bien que la définition d un philosophe est de penser, savoir et dire la Vérité et la Sagesse. Le problème est qu avant de penser, il faut étudier, non? Mais seuls les philosophes pensent avant d’étudier puisqu ils se prétendent détenir et avoir la Vérité , grand V, dans leurs poches.

    Le plus caricatural est que même des Psychologues/Psychiatres nous donnent aujourd hui leur diagnostic quant à l état de la Santé mentale, psychique de M. Poutine en disant qu ils ont diagnostiqué qu il est fou , il s est fait taper par sa mère pendant son enfance raison de « ses bêtises actuelles en Ukraine »!!!. Soignants qui n ont jamais rencontré ni vu ni examiné ce « président fou selon eux « . Elle est bonne cette médecine hyper développé du 21 siècle et donc pourquoi pas demander à un marabout ou à Mme Elisabeth Teissier son diagnostic médical sur M. Poutine…

    Avec humour, je vais vous mettre une superbe vidéo de deux « philosophes /psychiatres (eux ils sont très drôles, intelligents et Véridiques :), promis)

    https://www.youtube.com/watch?v=Vp_NrF9zfEw

    Bien à Vous.
    Charles 05

    • Reply Hélène Richard-Favre 22 juin 2022 at 12h57

      Humour bienvenu, Charles 05, merci!

  • Reply Pierre Le Grand 22 juin 2022 at 13h49

    B (…..), il pue la haine ce blog! Y’a de la frustration dans l’air, j’peux vous dire!

    • Reply Hélène Richard-Favre 22 juin 2022 at 13h53

      En l’honneur de Pierre le Grand, le vrai et celui qui s’attribue son identité, mais aussi et surtout par respect envers le public qui suit ce blog, j’ai privilégié la parenthèse et les points de suspension plutôt que le terme si peu élégant utilisé par cet illustre inconnu.

  • Reply Pierre Toujours Aussi Grand 22 juin 2022 at 14h16

    Non, mais vraiment, y’a pas d’analyse. Il suffit pas d’être un peu acerbe et ironique! On dirait une louve qui jette un bout d’article (même pas la moitié!) à ses petits affamés. Une mamelle pour Daniel, une autre pour Charles05 (un autre illustre inconnu soit dit en passant, mais n’y a-t-il pas que ça ici?).

    Pour information: je suis cadre pour l’entreprise de matelas Bico.

    • Reply Alexander 22 juin 2022 at 17h39

      Quel est l’intérêt de votre intervention ? Vous affirmez mais n’argumentez pas. Par ailleurs, vos deux commentaires douteux contre une dame en dit long sur votre personnage – Un grand cadre peut-être, un petit monsieur certainement. Un style qui vous convient. Quel manque de goût.

  • Reply Daniel 23 juin 2022 at 01h23

    Il est trop drôle le Pierre qui roule et qui n’amasse pas mousse. (Mousse = arguments, intelligence, etc.).

    Il dit qu’il n’y a pas d’analyse. Mais le texte du soi-disant philosophe n’est pas une analyse, mais un éjaculat de haine antirusse. Mais détaillons pour ceux qui ont besoin d’une analyse et qui sont tout aussi bien incapables d’en proposer une.

     » il est bon de consommer la Matière; l’économie, ainsi, tourne; »
    Il nous propose donc une société de consommation qui fait tourner l’économie, mais il oublie de nous dire au profit de qui et au détriment de qui. Une consommation forcée à coups de publicités pour des produits inutiles la plupart du temps (bijoux, cosmétiques, etc.) et même nocifs pour la santé quand il s’agit de produits alimentaires (bourrés d’additifs, d’huile, de sucre, de sel, de titane, de conservateurs, etc.) dont une étude nous révéle qu’ils entraînent une baisse de la production des spermatozoides pour cause de phtalates, entre autres. Prenons le sel de mer: plein de microplastiques. Prenons le thon: bourré de métaux lourds. Etc.

     » la démocratie est une bonne et belle chose qui progresse toujours vers le Bien; »
    Wouhahaha! Et ça se dit « philosophe ». Enfonceur de lieux communs mensongers. La Suisse comme les autres pays n’est pas une démocratie, mais une oligarchie plutocratique. Le pouvoir depuis longtemps n’est plus politique, mais économique et financier. Et pour le reste, voir mon premier commentaire. Mais ajoutons que le « bien » actuel est en train de soutenir des nazis. Aucune objection apparente de notre ennemi de la sagesse, bien évidemment.
    Et bien sûr le massacre des Amérindiens, des Africains, des Moyen-Orientaux, etc., c’étaient donc des progressions vers le « bien ». De même l’Allemagne 1933.

    « la neutralité est active et juste, trop d’audace et de parti pris mène toujours au désastre; »
    C’est ce qu’on appelle un lieu commun. Sauf que la Suisse a baissé son pantalon devant son maître et s’est faite entuber propre en ordre comme on dit chez nous. Voir aussi mon premier commentaire. Nous voilà donc une fois de plus avec un scribouillard qui n’aurait jamais reçu une note suffisante pour un tel devoir.

    « on peut penser à soi sans être égoïste, »
    Phrase bateau. On peut, mais c’est rare. Et cela va devenir encore plus rare quand des pénuries vont survenir.

    « la peur est une émotion rationnelle…  »
    Ben voyons! Comme si une émotion était rationnelle. Face à un danger, une émotion peut paralyser alors qu’une action pourrait être salvatrice. J’ai été frappé une fois dans un avion qui secouait à cause d’une tempête (plusieurs trous d’air) par les cris poussés par certaines personnes. Réactions totalement irrationnelles. Peur des araignées ou des serpents: preuves d’une ignorance crasse sur ces animaux et donc réactions irrationnelles une nouvelle fois. A se demander si certaines personnes ont un cortex.

    « Enfin, plus simplement: lis les journaux. »
    Et donc il nous propose de nous gaver de propagandes mensongères dont les journaux sont remplis:
    – sur les injections qui rendent trop souvent malades et même tuent, mais chut il faut continuer à faire leur publicité quand bien même le virus a muté; les profits (ô combien matériels des labos pharmaceutiques en dépendent);
    – sur l’opération spéciale en Ukraine…. là c’est un festival de mensonges avec un occident qui soutient les nazis ukrainiens qui bombardent et tuent – en les visant spécifiquement – des civils, grâce notamment à des canons français et ricains; crimes de guerre et complicités de crimes de guerre, mais chut la presse vous « déforme » en disant que ce sont les Russes qui tuent les leurs pour en accuser les nazis… comme si on ne savait pas de quoi sont capables des nazis et encore plus quand ils sont ukrainiens (cf. Bandera et Cie);
    – sur la famine qui menacerait, alors que rien ne l’indique à part une campagne particulièrement sournoise visant à accuser une nouvelle fois la Russie (ce sont les nazis qui minent les champs et les Russes qui les déminent, un agriculteur ukrainien a déjà été tué sur son tracteur par une telle mine).

    « Pour information: je suis cadre pour l’entreprise de matelas Bico. »
    Tout est dit! J’ai éclaté de rire! Merci!

    PS: il n’y a bien sûr pas de sot métier.
    PS2: il n’y a que de sottes gens. Franchement je n’en ai rien à faire (à part rire de l’importance que vous voulez vous donner).
    PS3: bref, comme le suggéraient déjà fort bien vos deux « con-
    tributions », vous n’êtes pas à la hauteur, désolé.
    PS4: vous me faites penser à la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le boeuf. Attention à ne pas sortir du cadre!

  • Reply Roudet 23 juin 2022 at 15h35

    J ai rarement (même jamais) vu autant de commentaires pour in article et un commentaire de celui-ci. Pourtant l ensemble, que ce soit la « philosophie  » de l inconnu Suisse ou du cadre de chez Bico (ah! Quel poste prestigieux !) n en valent pas vraiment la peine. C’est du délire, médiocre de surcroît.

    • Reply Hélène Richard-Favre 23 juin 2022 at 18h18

      Qu’un illustre inconnu apparaisse soudain sur ce blog pour en dresser les louanges n’est pas anodin, Robert Roudet.

      Il est déjà arrivé, lorsque ce blog était hébergé par la « Tribune de Genève »,que surgissent des intervenants venus de nulle part pour dire tout le bien qu’ils en pensaient en déposant justement des commentaires sous des sujets ciblés.

      À l’évidence, notre philosophe du journal « Le Temps » est une référence intellectuelle et culturelle pour ce grand quotidien et son public, la réaction épidermique et inattendue de cet intervenant le confirme.

      Ne pas relever le haut niveau de ce genre de publication équivaut à le cautionner. Y réagir oblige à mesurer de quoi se repaît le lectorat de ce journal,

    Laisser un commentaire