société

Paris, inauguration du Centre culturel et spirituel russe

Libre à chacune et à chacun de penser ce qu’elle ou il veut de Nicolas Sarkozy. Le fait est que Paris lui doit d’avoir favorisé la Russie plutôt que l’Arabie Saoudite pour y ériger un lieu de culte et de culture.
Il va de soi que si l’on se réfère à son encore actuel successeur à l’Elysée qui a décoré de la Légion d’Honneur le Prince héritier Mohammed Ben Nayef, on comprend bien que les préférences du premier ne rejoignent pas celle du second.
Et ce d’autant moins que celui-ci a appelé à traduire en justice le président de la Fédération de Russie pour crimes de guerre.
On conçoit dès lors les contorsions avec lesquelles la bien-pensance médiatique commente l’inauguration du Centre culturel et spirituel russe, ce 19 octobre à Paris.
Mais heureusement, les vieilles recettes sont là, toutes prêtes à concocter le plat à servir. Ainsi donc, ce lieu de culture ne serait-il, en réalité, qu’une officine de plus du Kremlin qui y aurait installé un centre d’écoutes.
Cette fiction, augmentée des commentaires éclairés de Galia Ackerman, spécialiste du monde russe, nous est rapportée par le Huffington Post avec, en conclusion et en image, l’inévitable rappel du Président Poutine, ancien agent du KGB:
http://www.huffingtonpost.fr/2016/10/18/comment-russie-reussi-construire-eglise-orthodoxe-tour-Eiffel/

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire