société

« Salope », de l’insulte à l’action

Avec tout le respect que j’ai pour la femme, pour la mère, pour la prostituée, pour la violée, la streap-teaseuse, la religieuse, l’artiste ou pour tout autre destin de femme, je reste perplexe quant à la manifestation qui a animé les rues et les medias de Genève en ce samedi 6 octobre.
S’emparer d’une parole et la convertir en action de revendication est une manière de la fixer et de la stigmatiser.Celle du policier à l’origine du mouvement des salopes en est ici l’exemple
Un narcissisme blessé n’est ni à contester ni à nier. Mais la manière d’y réagir force le débat.
Par leur mode d’action, les manifestantes sont loin de la confidence. Car c’est la rue qui est convoquée. 
L’avenir seul en rendra l’écho.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire