Explorez les mots-clés

nobel

Economie, Politique, société, Voix

Infos virales

Dans le cadre de la crise générée par le Covid-19, chaque jour réserve ses nouveaux angles de vue, ses nouvelles analyses, ses nouvelles approches.

Voici qu’on apprenait tout récemment qu’un Nobel de physiologie déclarait le virus fabriqué en laboratoire. Or ces propos ont été démentis avec la plus grande fermeté par le porte-parole dudit Nobel.

Pis, ce scientifique japonais a vu son identité détournée par un faux compte Twitter.

On se polarise beaucoup, ces temps-ci, sur nos autorités ou d’autres qui abuseraient de leurs pouvoirs. On serait tout aussi bien inspiré de réagir de la même manière avec autant de falsificateurs.

Nos responsables politiques ont des décisions à prendre. Qu’elles soient critiquables, nombre d’entre nous ne se privent pas de le faire savoir.

Mais faire confiance à n’importe quel inconnu au prétexte qu’il ne serait pas au pouvoir semble bien moins mis en cause.

Or en période de crise, ils pullulent, ces abuseurs et ils trouvent leur public.

Culture, Histoire, Politique, société

Arrangements avec le passé…

Sur un réseau social bien connu circule un jeu qui consiste à partager avec ses relations dix livres qui vous ont marqué. Pour chacun d’eux, une personne différente est choisie.
Et voici que j’ai été retenue par un ami pour un ouvrage de Svetlana Alexiévitch, « La fin de l’homme rouge ». Que ce livre l’ait marqué et qu’il m’ait associée à sa sélection est loin de me laisser indifférente. 
Pour qui me suit, vous me savez avoir adressé une lettre ouverte à son auteure, journaliste écrivain, lauréate du Nobel de littérature en 2015.
Ses qualités littéraires récompensées n’ont en rien constitué l’objet de ma lettre. Non, c’est ce qu’elle a prononcé de mensonger et d’outrageant envers les Russes qui m’a fait lui écrire.
Ma lettre, traduite en russe par le journaliste Arkadij Beinenson, a ensuite été diffusée en Russie et dans d’autres pays aussi, ce qui m’a valu interviews, gratitude et haine.
Deux ans plus tard, lorsque l’Université de Genève a décerné le titre de Docteure Honoris causa à cette même lauréate du prix Nobel, je me suis aussi exprimée, cette fois dans les colonnes de la Tribune de Genève.
Svetlana Alexievitch, pour sa manière de disposer à sa guise de témoignages recueillis, n’a pas échappé à la justice, certaines personnes qui lui avaient fait confiance s’étant senties trahies par elle.
Qu’à cela ne tienne, le fait de parler de l’ex-URSS et d’en dire ce qu’elle en pense est apprécié et honoré. Soit.
A 29 ans, toutefois, elle ne cachait pas son admiration pour celui qui n’apparaît pas vraiment comme un ange de la première heure. 
Cela, bien des Russes l’ont gardé en mémoire, ce qui ne semble pas être le cas de nombreux « acteurs » du monde médiatico-culturel, sauf à le considérer comme erreur de jeunesse, peut-être.
Merci à cet ami de m’avoir donné l’occasion de revenir sur un sujet sensible s’il en est.

Histoire, Politique, société

Contre le cynisme

[email protected]
Il y a à peine plus de deux ans, je publiais ce sujet de blog. 
Tandis que l’association italienne AASIB.org, qui a déjà tant oeuvré au secours de victimes, s’engage à présenter la candidature d’Anna TUV au Prix Nobel de la Paix, c’est à la soutenir que je vous invite.
Parce que cette guerre qui n’en finit pas dans le Donbass, nos médias n’en parlent plus beaucoup sinon plus du tout. Et même, l’ont-ils évoquée qu’ils ont, le plus souvent, relayé la cause sinon le parti-pris à défendre.
Combien de sujets de ce blog n’ont-ils par été consacrés à relever le double standard qui prévalait à ce qu’on nomme, ici, information?
On peut se lasser de répéter la même antienne, la considérer vaine au vu de la résistance qui y fait face. Et pourtant non.
Car l’engagement, ici, n’est pas en faveur d’une politique ou d’une autre.
Il est de refuser le deux poids et deux mesures qui préside le plus souvent à nombre de traitement de sujets.
Dans le cas de la guerre en Ukraine, en l’occurrence, nombre de journalistes sont souvent passés par-dessus les relations ancestrales et, certes conflictuelles, qu’elle entretient avec la Russie.
Cependant, piétiner l’Histoire -même très douloureuse- d’autant de peuples pour exciter, au contraire, leurs divisions, n’a rien de constructif.
Mais ce procédé du « diviser pour régner » est si rôdé qu’il s’applique à chaque occasion de contrôle à prendre d’une région, d’une population, voire d’un pays.
Merci à vous, dès lors, de considérer la candidature d’Anna TUV au Nobel de la Paix comme signe à transmettre à une communauté internationale du refus de sa partialité souvent observée.
Essayer de bousculer ses préjugés est un défi. Relevons-le au nom de l’apaisement entre nos peuples, nos valeurs et notre Histoire commune.

Politique

Candidature au Nobel de la Paix

capture d’écran @AASIB-org
En 2015, le Prix Nobel de littérature a été accordé à une femme qui a réussi à dire de la Russie qu’ »à 86%, elle se réjouissait de voir les gens mourir dans le Donbass ».
Par une lettre ouverte traduite en russe par Arkadij Beinenson, je m’étais exprimée sur ce seul fait énoncé par la lauréate.
Voici qu’est proposée au Prix Nobel de la Paix, cette fois, Anna Tuv, la jeune femme du Donbass de laquelle il a été question dans le précédent sujet de ce blog. 
Alors que Svetlana Alexievitch a été adoubée par la communauté internationale pour les raisons qui la regardent, offrir à Anna Tuv les mêmes chances d’être honorée serait une belle façon de compenser le regard porté par la première sur le Donbass.
Une pétition en faveur de la candidature d’Anna Tuv au Prix Nobel de la Paix est en ligne.
La signer, c’est rendre hommage à la force et au courage d’une femme qui, portée par l’immense élan de solidarité qui s’est organisé autour d’elle, a su retourner le destin qui s’est abattu sur elle.
De victime majeure qu’elle a été, elle est désormais engagée au service d’autant d’invalides et autres blessés de guerres. Respect et honneur lui soient rendus, avec ou sans Nobel.

Culture, Histoire, Politique, société

De la chasse aux sorcières à la chasse à l’homme

La culture ne sauve rien ni personne, écrivait Jean-Paul Sartre en 1964 dans Les Mots. Et de poursuivre qu’elle ne justifie pas. Mais c’est un produit de l’homme: il s’y projette, s’y reconnaît; seul, ce miroir critique lui offre son image.
Les effets du mouvement #metoo le démontrent, nombre d’hommes du monde de la culture ont été visés, parmi eux, Jean-Claude Arnault dont le comportement aura eu pour conséquence la décision de ne pas décerner de Prix Nobel de littérature cette année. 
Le Français fait appel du jugement qui le condamne à deux ans de prison ferme.
Si, désormais, les attaques dirigées contre des hommes se multiplient, est-ce vraiment par souci de justice, la question se pose. Car face au nombre de comportements déviants qui seraient à juger, les tribunaux devraient engager du nouveau personnel à tour de bras.
Qu’on ne s’y méprenne, ce sujet ne vise en rien à minimiser les atteintes faites à l’honneur des femmes. Il n’a de raison que de mettre en évidence, une fois encore, l’aléatoire d’une fièvre morale qui s’empare d’autant de justiciers pour condamner tel ou tel homme.
Car pendant ce temps-là, de véritables criminels oeuvrent en toute impunité. Mais tuer des civils innocents au nom du bien suffit peut-être à faire croire à qui le veut bien que la morale est sauve, à défaut de la culture…

Culture, Histoire, Politique

Ces grands humanistes pourfendeurs de la Russie et de son président

Il aura suffi d’un documentaire consacré à Vladimir Poutine pour mettre autant de personnalités de tous horizons à cran au point de sortir l’artillerie lourde. On ne compte, en effet, plus le nombre d’articles qui dénoncent, ici, des soupçons d’assassinats, là, le système Poutine, à l’instar de la célèbre écrivain biélorusse nobélisée en 2015.
Quand, comme elle et en son temps, on a su porter au pinacle le fondateur de la Tcheka devenu KGB et désormais FSB, ne serait-on pas bien inspiré de s’interroger sur soi-même plutôt que de pourfendre un homme dont tant d’experts se plaisent à rappeler le passé kagébiste?
Que l’on tourne à ce point sa veste comme s’y emploie Svetlana Alexievtich la regarde. Mais dans ce cas, qu’elle nous explique le chemin qu’elle a parcouru pour arriver à une telle prise de conscience qu’elle lui permette, désormais, de s’afficher en défenderesse de droits humains dont Félix Dzerzhinski n’a pas vraiment fait grand cas…
Que ressent-elle à se relire lui adresser un tel éloge? Est-elle allée se recueillir comme elle l’annonçait, sur la tombe de cet homme dont le charisme ne doit sans doute pas avoir été vécu de la même manière par tous?
A poursuivre ainsi la diabolisation du président russe au nom de valeurs soi-disant humanistes, c’est l’humanité elle-même qui est mise en danger par autant de personnalités si bien inspirées qu’elle ne sont que de sinistres et fourbes va-t-en guerre.

Politique

In memoriam

https://blogs.mediapart.fr/segesta3756/blog/300416/kiev-mort-en-detention-du-prisonnier-politique-antifasciste-igor-astakhov
 
En 2012, le Prix Nobel de la paix a été décerné à l’Union Européenne.
Cette attribution, on s’en souvient, avait suscité nombre de réactions, favorables et moins sinon pas enthousiastes du tout.
A lire ce que Wikipedia énonce des origines de ce Prix pour la paix -traduit en français du testament d’Alfred Nobel*- il devait être décerné à une personne qui aura accompli le plus grand et le meilleur travail pour la fraternité entre nations pour l’abolition ou la réduction des forces armées et pour la tenue et la promotion de congrès pour la paix.
A une personne…
A l’évidence, l’Union Européenne n’en est pas une, de personne. Et non seulement elle n’en est pas une mais elle se comporte sans la moindre considération des personnes.
Combien de décisions n’ont-elles été prises par cette institution, qui n’ont pas tenu compte des peuples qu’elle a soi-disant conduits vers la paix?
L’Union Européenne, Nobel de la paix, par ailleurs, s’est rendue complice de bains de sang non loin de ses frontières.
L’Union Européenne, en ce 2 mai, jour anniversaire du massacre d’Odessa, n’a pas honoré la paix dont le comité Nobel l’a distinguée.
En mémoire des victimes d’une guerre menée au nom de la démocratie, merci de lire avec attention l’article indiqué en lien sous la photo qui illustre ce sujet.
 
* http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Fnobelprize.org%2Falfred_nobel%2Fwill%2Fshort_testamente.html

Culture, Histoire, Politique

1977-2015

L’Union des Ecrivains, créée en 1932 en ex-URSS offrait de nombreux avantages à qui en était membre. Outre des conditions de vie facilitées avec possibles datchas accordées ou autres contributions financières substantielles, l’Union soutenait la publication d’oeuvres et de périodiques et organisait des rencontres et des séminaires.

En 1977, l’ancienne membre de l’Union des Ecrivains et désormais lauréate du Prix Nobel de littérature, Svetlana Alexievitch, signait un article consacré à Félix Dzerzhinski, fondateur et directeur de la Tcheka, police qui deviendra plus tard le KGB.

Le portrait que la lauréate biélorusse dresse de celui qui a été considéré comme un héros national dans le pays où elle vivait à l’époque et où elle vit à nouveau, n’est pas dénué d’émotion. Il se conclut ainsi:

Когда у меня вырастет сын, мы обязательно приедем на эту землю вместе, чтобы поклониться неумирающему духу того чье имя – Феликс Дзержинский- « меч и пламя » пролетарской революции.

Quand mon fils sera grand, nous viendrons sans faute sur cette terre pour saluer l’esprit immortel du nom de Félix Dzerzhinski, « épée et flamme » de la révolution prolétarienne.

A 29 ans, âge auquel Svetlana Alexievitch a écrit cet article, on est déjà en état de penser de manière critique.

Or tandis que cette désormais intarissable critique du régime soviétique vouait son talent et sa plume à honorer l’un de ses plus puissants représentants, elle se situait bien loin du sort réservé à ses confrères dissidents.

Près de quarante ans plus tard, conspuer un régime politique dont elle s’est davantage montrée suppôt et bénéficiaire que victime, vaut, en effet, son prix d’or suédois.

Politique

L’Occident et ses références

Qu’un certain Occident se montre critique face à la politique menée par le président russe, on l’a bien compris.
Que ce même Occident sélectionne ses références à l’appui, tout autant.
Après les 86 % d’une Russie qui rirait quand les gens meurent dans le Donbass*, en passant par le califat orthodoxe* que voudrait créer Vladimir Poutine, voici la lauréate du Prix Nobel de littérature 2015 déclarer que les Russes font la guerre aux Ukrainiens. À leurs frères et que des avions russes sont en train de bombarder la Syrie.
http://www.afp.com/fr/info/la-nobel-de-litterature-alexievitch-denonce-le-bellicisme-de-la-russie
Ce jeudi 10 décembre, Svetlana Alexievitch recevra son Prix des mains du Roi de Suède.
Que l’oeuvre de l’écrivain biélorusse ait été récompensée regarde l’Académie qui l’a honorée.
Mais que cette distinction autorise la lauréate à énoncer autant de contre-vérités la discrédite.
Les tensions actuelles entre Occident et Russie n’ont rien à gagner avec de telles propos mensongers.
A moins que le choix opéré par Stockholm n’ait été, comme d’aucuns l’affirment, de pur intérêt politique.
 
* Lettre ouverte
* La Nobel récidive

Culture, Politique

Dialogue Occident-Russie, le gâchis récompensé

Cette video dure 24 secondes.
On y découvre toute l’estime que ce Président démocrate porte à son peuple:


Madame Svetlana Alexiévitch, récemment nobélisée de littérature, a-t-elle seulement eu connaissance de ce qu’est la démocratie en Ukraine?
Cette démocratie compte plus de 8’000 morts désormais.
Cette démocratie a déjà jeté sur les routes plus d’ 1 million de réfugiés.
Et la terre qui les a accueillis, ces réfugiés, cette terre est celle de 86% de Russes que Madame Alexiévitch outrage.
L’offense ne grandit ni n’honore qui la profère et le talent récompensé n’y change rien.