Explorez les mots-clés

santé

Culture, Economie, Politique, Religions, société, Voix

En cet été finissant

Chères lectrices et Chers lecteurs,

Vous l’aurez constaté, le rythme des publications que je partage sur ce blog a changé. Plusieurs raisons sont à l’origine de mon silence parmi lesquelles une actualité si chargée et si complexe qu’y porter un regard digne de ce nom m’est apparu difficile.

Nombre d’analystes invité(e)s à s’exprimer dans nos médias apportent tel ou tel éclairage tantôt confirmé, tantôt démenti par les faits commentés, d’autres s’emparent des réseaux sociaux pour y étaler leurs certitudes aussitôt contredites.

En pareilles circonstances, j’ai préféré observer quelque recul.

S’agissant de la situation sanitaire qui nous concerne toutes et tous mais, semble-t-il, surtout sa gestion par les personnes qui en ont la responsabilité, la révolte gronde, les jugements et les condamnations pleuvent à titre individuel ou collectif, des « camps » s’étant formés.

Que nos sociétés dites développées se scindent en factions qui, pour les unes, arguent de « la solidarité à observer » ou pour les autres, de « la liberté à défendre », c’est qu’elles ont appris le sens du combat d’ordre axiologique et qu’elles ont tout loisir de le mener.

Dans le même temps, des contrées sont aux prises avec le déchaînement d’éléments naturels ou avec de redoutables forces idéologiques, la lutte est alors celle de la survie quand elle s’envisage encore.

Eau, feu, terre ont emporté des milliers de vies vers la mort ou vers une destruction telle que rebâtir ce qui a été anéanti relèvera, pour bon nombre, de la chimère sinon du dur labeur.

En ce début de fin d’été incertain à bien des égards, je pense à autant de celles et de ceux qui, d’une minute à l’autre, ont perdu l’ensemble de ce qui a constitué leur existence quand ce n’est pas la vie elle-même.

Economie, Politique, société, Voix

Covid-19, une histoire belge?

En rire, en pleurer, en pleurer de rire? C’est vraiment l’histoire de l’arroseur arrosé qui se déroule là.

La Belgique, nombre d’entre nous l’ont appris, a classé trois cantons de la Suisse en zone rouge infréquentable pour ses ressortissant(e)s, Covid-19 oblige.

C’est qu’à force de ressasser journée faite le nombre de nouveaux cas testés positifs au virus, le résultat est là!

Que les citoyen(ne)s belges déjà présent(e)s en Suisse ou qui s’apprêtaient à s’y rendre se plaignent de la décision prise par leur gouvernement est leur droit le plus strict. Que nos autorités s’indignent, une tout autre question.

Parce qu’à prendre mesure sur mesure envers les populations dont elles seraient garantes de la santé, au prétexte que le danger est là, elles renvoient une image de leur zone d’influence prise au sérieux à l’étranger.

Venir s’en plaindre est plutôt malvenu quand elles ne cessent de se mobiliser pour alerter de risques encourus à ne pas protéger les leurs!

« Gouverner c’est prévoir », dit la maxime, même les conséquences de mesures prises entre soi.

Aux élu(e)s suisses et belges de s’arranger entre eux. Pendant ce temps et une fois encore, ce sont les citoyen(ne)s lambada qui font les frais d’autant de manœuvres politiques.

Politique, société, Voix

Covid-19, masquez-vous, Messieurs!

Alors Messieurs, lisez bien ce qui vous guette si vous ne prenez pas soin de vous, comme on dit depuis que sévit le vilain virus!

Car pour peu qu’il vous affecte, c’est le priapisme que vous risquez.

Enfin, c’est cette nouvelle étude qui le révèle et que la chaîne de télévision Cnews relaie. Pour informer, bien sûr et vous éviter ce méchant dommage.

Autant dire que le virus corona n’a pas encore fini de nous surprendre. Et que s’en protéger s’impose à tout prix et à n’importe lequel, semble-t-il.

Trêve d’ironie.

En clair, nier la Covid-19 et ses dégâts n’est pas le propos ici. Non, il s’agit de réagir à une manière d’informer qui semble avant tout mettre l’accent sur la peur.

La brandir en faisant d’un cas, celui de cet homme de 62 ans en l’occurrence, est une manière de procéder. Y recourir, est-ce du  journalisme?

Histoire, Politique, société, Voix

Au nom de la santé publique…

Lors d’échanges que j’ai avec toutes sortes de personnes au sujet des mesures sanitaires imposées aux populations pour lutter contre la Covid-19, il ressort une bonne dose de consentement obligé.

Se confronter à un ordre imposé n’est jamais sans risque, inutile de le rappeler.

Et en l’occurrence désormais, refuser de se résoudre à adopter des mesures sanitaires soi-disant protectrices, a toutes les chances d’exposer les insoumis(e)s à diverses sanctions.

Qui osera, par exemple, ne pas porter de masque dans les transports publics en Suisse quand cela vient d’être imposé?

Il en existera sans doute, de ces téméraires qui seront vite pointés du doigt quand ils ne seront pas photographiés ou filmés pour être dénoncés.

Donc voilà, nos démocraties nous révèlent le meilleur d’elles-mêmes. Au nom du bien être des populations, c’est leur pouvoir autoritaire qu’elles affichent et légitiment.

Un peu comme ces va-t-en guerre qui, en guise d’incontournables raisons d’intervenir dans des pays tiers, brandissent la cause humanitaire…

Non classé

Onex, justice en question

L’article qui figure parmi les plus lus du site de La Tribune de Genève: http://www.tdg.ch/geneve/actu/locataires-lancent-petition…, pose un vrai problème de société.
L’homme dont il est question, un certain Monsieur A., présente, en effet, un cas de figure complexe.
Ce que l’on consate, à la lecture de cet article, est la patience et la compréhension dont a fait preuve le voisinage jusqu’à présent et l’impuissance d’instances diverses à maîtriser la situation.
Dans d’autres pays, dont la France et l’Allemagne pour ne citer qu’eux, un Monsieur ou uneMadame X. se seraient fait interpeller par la police et remettre au soin d’établissements spécialisés, psychiatriques pour ne pas les nommer.
Chaque pays a sa propre législation en la matière et l’applique selon les cas.
Ici, il semble que nul ne soit autorisé à obliger quiconque à suivre de traitement sans son consentement.
Si les lois de Monsieur A. ne rejoignent plus celles de ses voisins, comment, alors, lui faire comprendre que les leurs valent autant que les siennes?
Par une pétition auprès des autorités, comme on le lit en tête de l’article? Manière insolite sinon étrange de procéder mais à suivre…