Explorez les mots-clés

tribune de genève

Culture, Politique, société, Voix

« Le Temps » se réjouit… triste temps

D’accord, il y a l’élection américaine qui concerne des centaines de millions de personnes. D’accord, il y a le virus qui en menace autant sinon les tue, les broie ou les confine.

Et ce 2 novembre, après les assassinats qui ont frappé la France, une fusillade éclate à Vienne.

S’ajoute à ce contexte chargé, l’exécution d’un homme. Non, il n’a pas été décapité ni fusillé mais sa tête a été visée.

Ainsi, ce 31 octobre, un journal auto-proclamé « de référence » fête la récolte, célèbre la fin de sa moisson de témoignages anonymes pour lyncher Darius, Hallowen oblige!

Or dans un article sur le sujet, la Tribune de Genève donne la parole à une personne contactée par ses soins qui nous apprend que Darius Rochebin n’était « de loin pas le seul » .

Cherchez l’erreur!

Et qu’on ne vienne pas me dire que je cautionnerais quelque comportement jugé inapproprié si preuve en est donnée. Non, je réagis à ce que j’ai déjà pointé ici, se réjouir de voir tomber Darius.

NOTA BENE:

Je constate que le verbe « se réjouir », qui figurait dans l’un des articles du journal « Le Temps » que j’ai indiqués en lien a disparu. Or avant de retenir le verbe « se réjouir » en intitulé de ce sujet, j’avais vérifié à plusieurs reprises que ce terme avait bien été employé dans l’article. Je ne l’y ai plus trouvé ce soir.

Culture, Economie, Politique, société, Voix

Merci à la « Tribune de Genève »

Merci à la personne responsable de la rubrique Courrier de la Tribune de Genève d’avoir retenu et publié mon message -ci-dessus en capture d’écran- dans son édition papier de ce 23 avril.

La fermeture brutale, le 12 février dernier, du blog que j’ai tenu 9 ans durant sur la plateforme mise à disposition par ce même journal, a suscité toutes sortes de réactions, allant de la satisfaction à l’écoeurement.

Pour rappel, c’est au prétexte que la modération que j’exerçais sur mon blog ne répondait pas aux standards exigés qu’il a été décidé de le faire disparaître du Forum auquel je participais avec tant de plaisir.

Cette expérience m’aura appris que ce blog était plus suivi que je ne l’aurais pensé. Honneur ou pas, qu’il réjouisse ou peine, le résultat est là, accès au blog Voix de la TdG interdit

 

 

 

société

Heureuse initiative d’un Conseil administratif

Une telle initiative prise par le Conseil administratif d’une ville est à souligner.
Et c’est le quotidien genevois Le Courrier qui l’évoque ce 23 septembre:
http://www.lecourrier.ch/142704/la_ville_ecrit_a_la_direction_de_tamedia
Dans ce sens, une pétition a été lancée et est à signer pour qui souhaite ne pas voir s’amenuiser sinon disparaître deux des principaux titres de la presse suisse française:
https://www.change.org/p/tamedia-non-au-sabordage-de-la-presse-régionale-romande
Tandis qu’une affaire d’enfant hors mariage mobilise nombre de journalistes, peut-être que celle qui risque de voir sacrifié le sort d’autant de leurs confrères les mobilisera tout autant.
Il ne s’agit pas, par là, de minimiser une affaire au profit de l’autre. Il est juste question de manifester un soutien à autant de vies menacées par la nécessité de bénéfices jamais assez élevés à réaliser.
Après tout, l’affaire Darbellay a été réglée, sur le plan financier, en tous les cas et selon les propres déclarations de l’intéressé.
Dans ce cas, pourquoi Infrarouge, pour ne citer que cette émission qui a consacré sa dernière édition à la vie privée d’élus ne s’occuperait-elle pas aussi de la vie menacée d’autant de collaborateurs de La Tribune de Genève et de 24 heures?

société

Daniel Devaud, mon respect

Doit-on se situer à gauche, mieux  -ou pis c’est selon-  à l’extrême gauche pour exprimer sa confiance à Daniel Devaud?
Sans doute pas car ce magistrat a su s’attirer l’estime et le respect de personnalités issues de divers horizons politiques.
Qu’il me soit donc permis de témoigner ici de mon respect pour les compétences et la droiture de Daniel Devaud.
Parce qu’il a osé sonner seul la fin de la « récréation »  à la Cour des Comptes, il a été gratifié d’un seau d’eau et mardi matin, de coups qui ont nécessité l’intervention de la police que le juge Devaud a lui-même dû appeler.
Le magistrat avait pourtant prévenu que sa sécurité était en danger. On ne l’a pas entendu.
Pour avoir tenu à remplir au plus près de sa conscience la mission pour laquelle il avait été élu, à savoir l’obtention de la transparence dans la gestion des deniers public, Daniel Devaud est désormais mis à l’index.
De qui se moque-t-on?
 
* Lettre parue ce jour dans La Tribune de Genève, en page 2

société

Dallas?

Je ne me lancerai, pour l’heure, dans aucune interprétation liée aux modifications apportées à la blogosphère que Pascal Décaillet préfère appeler univers plutôt que plateforme qui évoquerait trop, selon lui, la prospection pétrolière. Et pourtant, cet univers serait-il devenu si impitoyable, qu’on ait estimé bon d’en rendre l’accès plus laborieux? A suivre…