Explorez les mots-clés

viol

Culture, Politique, société, Voix

12 octobre 2019, une femme…

«  Je m’appelle Hevrîn Xelef. J’ai été violée et lapidée par les mercenaires de la Turquie le 12 octobre 2019 au Rojava car je travaillais pour une Syrie démocratique, féministe et pluraliste. Le monde entier a vu mon calvaire grâce à mes bourreaux qui ont filmé toute la scène et l’ont partagée sur les réseaux sociaux. Seule une de mes chaussures était restée intacte de l’horreur que j’ai vécue. C’est cette chaussure que ma mère a serré dans ses bras, à la place de mon corps mis en morceaux par mes bourreaux … et c’est sur ma tombe que ma mère a soufflé mes 35 bougies un mois après ma mort, le 15 novembre 2019.

Cela fait un an que je suis morte. Mais rien n’a été fait contre mes assassins car ils ont agi sous les ordres de la Turquie membre de l’OTAN et de l’ONU tandis que moi, je fais partie du peuple kurde apatride, laissé pour compte par les puissances mondiales et régionales qui approuvent l’occupation du Kurdistan par les États colonialistes de la région : Turquie, Syrie, Irak, Iran.

Cela fait un an que j’ai rejoint le long cortège composé de fillettes et de femmes kurdes/yézidies, arméniennes, assyriennes… violées et tuées par les forces turques ou jihadistes sur nos terres depuis un siècle car nous avons eu le malheur de ne pas être turques/sunnites.

Hevrîn Xelef, secrétaire général du parti Avenir de la Syrie, a été assassinée par … » 

Regardez la photo de l’article indiqué en lien ci-dessus, la beauté du visage de cette femme!

On cherche les féministes qui se mobiliseraient pour dénoncer l’atrocité du sort subi par leur semblable, les stars qui se bousculeraient pour crier leur indignation, les « people »  de tous pays et de tous genres qui défileraient pour rappeler les droits humains bafoués!

Au lieu de quoi, nous enveloppe ’un assourdissant silence.

Culture, société

Nouvelle accusation contre Roman Polanski

Décidément, cela ne s’arrange vraiment pas, surtout pour le monde du cinéma, en France. Une nouvelle révélation de viol, est portée à l’encontre de Roman Polanski.
Dans cet article paru sur le site du magazine Telerama, il est écrit, entre autre, comment le débat relatif à l’homme et à l’oeuvre est salutaire à mener « dans nos pages comme en nous-même. » 
Et de conclure ainsi: «… nous n’oublierons ni n’omettrons de rappeler, si nécessaire, que l’histoire du cinéma, comme toute l’histoire du monde, est aussi faite de domination et de violence. » 
Eh ben voyons… Tout comme la politique, tout comme tous les autres domaines de l’activité humaine. La violence étant ce qu’elle est, la domination aussi, vogue la galère!
Il va de soi qu’avec ce genre de poncifs, du style « De tous temps…. », les femmes qui dénoncent ou vont se plaindre auprès de sites tels Mediapart, ne vont que créer de vaines polémiques qui ont tout de même le temps de discréditer, entre autre le réalisateur jugé sans procès par Adèle Haenel.
Pour le reste, eh bien voici à quoi on assiste entre femmes victimes de ces Messieurs du cinéma…

société

La femme, avenir divers de l’homme

Le Brésil aurait-il une culture du viol?
Etrange approche d’un acte qui, cependant, semble se produire à répétition et selon divers scenarii.
L’un d’eux, par exemple, s’est déroulé dans un bus où, sous les yeux des passagers, une femme a été violée sans que personne ne réagisse.
Selon le site Metronews, qui relate l’horreur d’un viol collectif, une agression sexuelle aurait lieu toutes les 11 minutes:
http://www.metronews.fr/info/bresil-la-video-du-viol-collectif-d-une-adolescente-inquiete-avant-les-j-o/mpeB!hfZ6oIwuULMI/?utm_medium=Social&utm_source=Twitter&utm_campaign=Echobox&utm_term=Autofeed#link_time=1464457346
Quand on sait que dans le seul cadre de la violence conjugale, en France, une femme décède tous les trois jours, ces constats sont éloquents:
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/01/29/01016-20160129ARTFIG00342-violences-conjugales-une-femme-meurt-tous-les-3-jours-et-un-homme-tous-les-145-jours.php
Violée, battue à mort ou quand la femme constitue pareil avenir pour l’homme, on est bien loin d’Aragon…

Politique, société

Pierre Maudet ordonne, Me Robert Assaël recourt

Alors que la brillante élection de Pierre MAUDET  au Conseil d’Etat n’a échappé à personne, la lecture d’un article paru en page 23 de La Tribune de Genève de ce jour ne manque pas d’intérêt 
On y apprend, en effet, l’histoire de cet homme dont les intérêts sont défendus par Me Robert ASSAEL. L’homme, condamné en juillet dernier, devait purger sa peine dans un pénitencier dès février 2014. Ainsi l’avait ordonné le SAPEM, le Service d’application des peines et mesures, le 27 septembre dernier.
Mais voici que quelques jours plus tard, le client de l’avocat genevois est arrêté chez lui, le soir, sous les yeux de son épouse et de son enfant.
Les faits reprochés à l’homme désormais incarcéré à Champ-Dollon, datent d’il y a seize ou dix-sept ans et sont toujours contestés. Cela peut se concevoir quand on apprend que la femme qu’il aurait violée est devenue la marraine de son fils et lui, son témoin de mariage…
Mais Pierre MAUDET a choisi la manière forte et Me Robert ASSAEL recourt contre l’arrestation ordonnée par le magistrat genevois.
La démarche est inédite de l’aveu même de l’avocat: C’est la première fois de ma carrière que je me trouve face à une décision orale d’incarcération, précise-t-il.
Quelle qu’ait été la motivation de Pierre MAUDET, elle n’a sans doute pu échapper au contexte du moment.
On se rappelle combien, en septembre dernier, le meurtre d’Adeline a ébranlé la République et Canton de Genève et bien au-delà.
Que l’action menée par Pierre MAUDET ait été liée à l’émotion, à la réflexion ou aux deux, est une des probabilités pour expliquer ce procédé.
Cependant, il interpelle. 
Car comme le mentionne Me Robert ASSAEL, d’après lui,  Pierre MAUDET n’aurait pas respecté le Code de procédure de la Constitution fédérale. La campagne électorale ne justifie pas tout, ajoute-t-il.
A la justice de trancher, certes mais à chacune et à chacun aussi de s’interroger sur le sens de telles décisions orales d’incarcération.

Politique, société

Document de RUE 89

Rue 89, site d’information indépendant et participatif, a traduit en français l’acte du bureau du procureur de Manhattan qui demande l’abandon des poursuites pénales contre DSK*. Outre le document, il est tout aussi intéressant de lire les commentaires qui suivent. On y déplore le tort fait par la plaignante aux réelles victimes de viol. On y déplore le traitement médiatique réservé à cette affaire. *http://www.rue89.com/2011/08/23/abandon-des-poursuites-contre-dsk-le-document-en-francais-218883 Ailleurs, dans d’autres articles, on a évoqué les victimes collatérales, dont Georges Tron, pour ne citer que lui. Cette affaire, emportée dans la tourmente de l’actualité, des images et des projections, a dépassé la mesure qu’elle aurait eue en d’autres circonstances.

Non classé

Intimités

Abusées, violentées, dévastées, l’intérêt qu’elles suscitent prouverait-il leur valeur?