Culture, Economie, Histoire, Politique, Religions, société, Voix

Quand la diplomatie honorait encore la Suisse

Il y aura bientôt un an, Genève accueillait les Présidents Biden et Poutine. La diplomatie avait encore son mot à dire. Même si nombreuses ont été les réactions désenchantées.

Car bien sûr que la violence fait partie intégrante de l’être humain mais se résoudre à ce constat, c’est donner d’emblée perdant le dialogue. C’est considérer vain tout ultime espoir d’échange.

À partir de là, jugements et condamnations peuvent toujours tomber, quand ce ne sont pas les répliques au « coup pour coup ».

Face à une tension maximale, prôner le respect mutuel reste, hélas, sans grand écho. Ne pas renoncer à le faire entendre malgré tout, cet écho, c’est oeuvrer à l’apaisement.

Et le rappeler autant de fois que le commande le coeur ET la raison, c’est refuser de donner des bons et des mauvais points à tel ou à tel camp.

Mais qui entend encore ce point de vue quand se déchaîne la passion?

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire