Politique, société, Voix

Affaire Navalny, la vidéo et autres questions posées à Jacques Baud dans le cadre de nos entretiens

-Jacques BAUD, dans le précédent sujet de ce blog consacré au blogueur russe Alexeï Navalny, vous nous avez fait part de diverses informations de grand intérêt pour comprendre comment nos médias relatent   ce qui concerne celui qu’ils s’ingénient – à tort, nous l’avons aussi vu- à considérer comme « principal opposant » du Kremlin. En lien avec la tentative d’empoisonnement qui l’a visé à l’été 2020, c’est une vidéo postée le 21 décembre dernier qui a à nouveau défrayé la chronique de nos médias « mainstream ». Quelle est votre lecture de ce nouvel épisode de l’affaire?

Jacques BAUD: -Le 21 décembre est publiée une vidéo montrant Navalny téléphonant à l’un de ses « empoisonneurs » du FSB. La vidéo fait un « buzz », mais en réalité on ne connait pas l’identité réelle de l’interlocuteur de Navalny, et rien ne démontre qu’il soit réellement un agent du FSB. En admettant qu’il le soit, pourrait-il ainsi s’exprimer librement avec un inconnu au téléphone et donner des détails sur une opération qui serait vraisemblablement classifiée ? En admettant que cet « agent » ait été chargé de la surveillance de Navalny, n’aurait-il pas reconnu sa voix au téléphone ? etc., etc. Par ailleurs, nous avons déjà évoqué la méthodologie pour le moins discutable utilisée par Bellingcat pour identifier les agents russes : définir un profil et chercher les individus qui correspondent à ce profil, mais sans pouvoir le relier matériellement à l’action qu’on lui attribue. On pourrait entrer ici dans de très nombreux détails qui montrent que Bellingcat ne connait ni le fonctionnement, ni la structure des services de sécurité russes et que dès lors sa méthode conduit très vraisemblablement à de faux résultats. D’ailleurs, au contraire de certains médias peu scrupuleux qui relaient la théorie du complot, CNN – qui a enquêté sur place – avoue qu’elle n’a pas été en mesure de confirmer les accusations de Navalny…

Le média Meduza, a questionné quatre avocats pour savoir si la vidéo de Navalny apportait la preuve que le FSB aurait tenté de l’empoisonner. Tous s’accordent pour déclarer que même si techniquement une vidéo peut être utilisée comme preuve, que le contenu de cette vidéo peut prêter à toutes les manipulations et est très insuffisante pour prouver quoique ce soit.

Quant à Bellingcat, auquel se réfèrent régulièrement des conspirationnistes d’extrême-droite, Conspiracy Watch, Antoine Hasday, et de nombreux journaux occidentaux comme Le Temps ou la Tribune de Genève, un document interne britannique de l’Integrity Initiative (le programme d’influence du gouvernement britannique, qui finance – en partie – Bellingcat) sur la lutte contre la désinformation russe, daté de juin 2018, le juge de la manière suivante :

Bellingcat a été quelque peu discrédité, à la fois en répandant lui-même de la désinformation et en étant prêt à produire des rapports pour quiconque est prêt à payer.

Ce qui remet en perspective l’affirmation de l’Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement (IHEID) selon laquelle « Les enquêtes de Bellingcat ne reposent pas sur des fuites ou des hacks, mais sur des informations de sources ouvertes librement disponibles », ce qui est manifestement faux, comme ici et ici. D’ailleurs, en l’occurrence, le magazine Foreign Policy affirme que Bellingcat est une forme de « prête-nom » pour la politique américaine et cite Marc Polymeropolous, ex-vice-directeur des opérations de la CIA en Europe et en Eurasie, qui déclare : « Je ne veux pas être trop dramatique, mais nous adorons ça ! »

Donc, au final, nous n’en savons rien et ceux qui prétendent savoir ou excluent d’emblée des possibilités alternatives sont soit des menteurs, soit des individus qui voient des complots partout (complotistes). Les différents rapports sur cet empoisonnement, publiés par l’hôpital de la Charité, par l’OIAC, par l’Allemagne, la Suède ou la France, sont basés sur les échantillons biomédicaux (prélèvements de sang et d’urine) et aucun ne confirme le mode d’empoisonnement, ni ne fait référence aux bouteilles ou aux sous-vêtements. L’affirmation selon laquelle il s’agirait de Novitchok est clairement abusive en l’état. Quant au lien avec les services secrets russes il est au mieux circonstanciel, et non factuel, car à ce stade, rigoureusement rien – pas même la conversation de Navalny – ne permet de lier les autorités russes à une tentative d’empoisonnement.

Dans ce contexte, on peut raisonnablement se demander si le risque politique que Navalny constitue pour le gouvernement russe est à la mesure du risque politique de tenter son élimination. C’est pourquoi, il est tout aussi raisonnable de penser que « d’autres acteurs », touchés par ses enquêtes sur la corruption – notamment dans les milieux de la criminalité organisée – pourraient avoir un intérêt existentiel à le supprimer… D’ailleurs, la Tribune de Genève, qui défend généralement des théories complotistes concernant la Russie, constate que Navalny a « des centaines d’ennemis parmi lesquels des individus déterminés ». Dès lors, pourquoi exclure toutes les hypothèses autres que celles impliquant le gouvernement russe, notamment le crime organisé ? J’aimerais bien savoir qui paie ces journalistes!..

Le problème dans ces affaires n’est pas tellement de savoir qui a tort ou qui a raison, mais le fait que des situations inexpliquées deviennent la base pour des décisions politiques. Exactement, comme le font Conspiracy Watch et le journaliste Antoine Hasday : ils créent des certitudes à partir de situations peu claires, on attribue ainsi aux gens exactement l’opposé de ce qu’ils voulaient dire ou faire initialement, donnant ainsi du crédit à la corruption des mécanismes de décision que je tente de dénoncer. C’est la définition même du complotisme. On ne lutte pas contre les tyrannies en en établissant d’autres. On ne lutte pas contre les abus en ne tolérant que les nôtres. On constate que ceux qui prétendent lutter pour la démocratie et les droits de l’Homme, ne font souvent que relayer des idées extrémistes qui radicalisent l’action au lieu de privilégier le dialogue et la diplomatie. Nous y reviendrons dans notre entretien sur la guerre de l’influence.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire