Voix

Affaire Navalny, réalité des faits et éthique journalistique. Nouvel entretien avec Jacques Baud

-Comme annoncé dans deux précédents sujets de ce blog, nous revenons avec Jacques BAUD sur l’affaire qui mobilise tant de milieux médiatico-politiques occidentaux. Je veux parler, ici, de ce qui concerne Alexeï Navalny et tout ce qui est énoncé de lui mais surtout, pas énoncé. Ainsi, par exemple, pour ce qui concerne le soi-disant empoisonnement du blogueur russe au Novitchok. Qu’en est-il en réalité et selon vous, Jacques BAUD?

Jacques BAUD: -Le 28 janvier 2021, sur France 5, l’émission « C dans l’air » modérée par Caroline Roux, traite le cas Navalny : une émission où la malhonnêteté jouxte l’ignorance, et défie l’éthique journalistique ; où les intervenants n’ont qu’une connaissance limitée du dossier ou sont des adversaires déclarés du pouvoir russe, et s’expriment en fonction de leurs préjugés. Il est ici intéressant de revenir sur cette affaire avec des éléments qu’aucun des intervenants n’a évoqués. 

L’institut Montaigne publie une interview de l’économiste Sergei Guriev, outre ses très nombreuses erreurs factuelles, ce professeur d’économie affirme : « Tout laisse penser qu’il y a eu une erreur de calcul de la part de Moscou : on peut faire l’hypothèse que le plan était de supprimer Navalny et de l’enterrer ensuite à Moscou, puis de refuser le transfert des tests biologiques à l’étranger tout en niant l’empoisonnement. » Evidemment, ces affirmations sont totalement gratuites : aucune source fiable n’est mentionnée et rigoureusement aucun élément ne permet de les confirmer. On est très clairement dans une situation de complotisme, où l’on crée de toute pièce une machination. Mais ce n’est pas fini. Il ajoute : « On peut penser que les autorités ont attendu que le poison ait cessé de laisser des traces dans le corps de Navalny avant de le laisser partir. Ils ont dû estimer que deux jours suffiraient à en effacer toute trace. » Le même argument est évoqué sur France 5 et par Libération. 

En fait, comme nous l’avons vu, les inhibiteurs de la cholinestérase se fixent sur la cholinestérase et restent ainsi dans le corps plus de trois à quatre semaines. En admettant que les services secrets russes aient la virtuosité dans l’emploi de poisons qu’on leur attribue, ils l’auraient certainement su. D’ailleurs, ajoutant la sottise à l’ignorance, Guriev n’explique évidemment pas pourquoi les experts français et suédois (mandatés par le gouvernement allemand), ainsi que ceux de l’OIAC, n’ont effectué leurs prélèvements qu’entre le 2 et le 6 septembre. Les Français, les Suédois et l’OIAC étaient dont « de mèche » avec les « tueurs du FSB », et ont attendu que les traces du « Novichok » disparaissent ? Guriev est un affabulateur. 

Le 6 octobre, l’OIAC publie son rapport et observe :

Les biomarqueurs de l’inhibiteur de la cholinestérase trouvés dans les échantillons de sang et d’urine de M. Navalny ont des caractéristiques structurelles similaires à celles des produits chimiques toxiques appartenant aux tableaux 1.A.14 et 1.A.15, qui ont été ajoutés à l’annexe sur les produits chimiques de la Convention à la Vingt-quatrième session de la Conférence des États parties en novembre 2019. Cet inhibiteur de la cholinestérase ne figure pas dans l’annexe sur les produits chimiques de la Convention.

Le rapport conclut que Navalny « a été exposé à un produit chimique toxique agissant comme un inhibiteur de la cholinestérase ». Le biomarqueur est nommé dans la version classifiée du rapport, mais pas l’inhibiteur de la cholinestérase, qui ne figure pas sur la liste des produits considérés comme arme chimique. Ainsi, le 28 janvier, dans l’émission « C dans l’air », Galia Ackerman ne dit pas la vérité en affirmant que la présence de Novichok a été confirmée par l’OIAC. 

En octobre 2020, les Suédois communiquent le résultat de leurs analyses, et constatent « la présence de [masqué] dans le sang du patient »… ! Donc on n’en sait rien : les résultats sont couverts par le SECRET militaire, mais on peut imaginer que s’il s’agissait de Novichok (ce à quoi s’attendaient les pays occidentaux), on n’aurait pas de raison de le cacher. Le 14 janvier 2021, le gouvernement suédois refuse de déclassifier ce résultat afin de ne « pas porter préjudice aux relations entre la Suède et une puissance étrangère ». On ne sait pas si cette puissance étrangère est l’Allemagne ou les États-Unis. En clair, ils n’ont rien découvert du tout, et se cachent derrière les affirmations des militaires allemands. 

En effet, dans le rapport du 22 décembre 2020, publié dans la revue médicale The Lancet, les médecins allemands indiquent clairement qu’ils n’ont pas été en mesure d’identifier la présence de « Novitchok », mais seulement d’ « inhibiteurs de la cholinestérase ». Ils précisent clairement, que c’est l’Institut für Pharmakologie und Toxikologie der Bundeswehr (IPTB), qui mentionne le Novichok dix jours plus tard. Ainsi, lorsque le 23 décembre, Le Temps affirme que l’article du Lancet « retrace pour la première fois les symptômes déclenchés par l’agent neurotoxique du groupe Novitchok mis au point par l’URSS dans les années 1980 », c’est tout simplement faux.  

Les analyses effectuées sur Navalny à son arrivée à l’hôpital de la Charité font l’objet d’une annexe de l’article du Lancet, qui peut être téléchargée ici. Je laisse le soin à nos lecteurs spécialistes d’analyser les valeurs relevées par les médecins allemands et d’en tirer les conclusions eux-mêmes. Mes maigres connaissances médicales et mes recherches sur ces différents résultats me suggèrent – sous toute réserve – quelques remarques :

  • La valeur de l’albumine suggère un problème lié au foie.
  • La valeur élevée de lactate déshydrogénase (LDH) suggère des troubles métaboliques souvent observés avec les tumeurs cancéreuses. 
  • Les valeurs de l’amylase et de la lipase suggèrent une pancréatite, que l’on avait déjà évoquée à propos de Navalny dans le passé. 
  • Les valeurs pour la protéine C-réactive, les leucocytes, les neutrophiles et les érythrocytes suggèrent une infection bactérienne. 
  • L’amantadine est un médicament souvent utilisé dans le traitement de la maladie de Parkinson; 
  • Le lithium est utilisé en psychiatrie pour le traitement des troubles bipolaires et de la dépression. 
  • La faible valeur de butyryl-cholinestérase (BChE) – 0,42 à l’arrivée à Berlin et 0,41 au jour 3 – suggère l’exposition à un inhibiteur de cholinestérase, et pourrait être expliquée par le lithium.  
  • On trouve des anxiolytiques avec des effets anticonvulsivants, comme le Diazépam et le Nordazepam, ainsi que de l’Oxazepam, utilisé pour traiter les troubles du comportement et l’anxiété. Les effets de l’Oxazepam, notamment lorsqu’il est pris en forte dose et après de l’alcool peut occasionner des crampes abdominales et musculaires, convulsions, dépression. Tiens, Tiens ! Ces médicaments sont généralement pris par voie orale. Or, si Navalny était dans le coma à son arrivée à l’hôpital d’Omsk, puis à la Charité, on peut supposer qu’il a pris ces médicaments lui-même à Tomsk. D’ailleurs, l’hôpital d’Omsk a indiqué que Navalny avait pris des « antidépresseurs tricycliques » avant son admission.

La présence d’inhibiteurs de la cholinestérase semble donc s’expliquer par les médicaments ingurgités par Navalny lui-même, selon toute vraisemblance après avoir absorbé de l’alcool. Cela explique que ses symptômes soient totalement différents que ceux de Sergueï et Yulya Skripal en 2018, même si l’on ne connait toujours pas avec précision la nature du poison qui les a touchés. Voilà qui remet en perspective les affirmations catégoriques de Pascal Boniface et Conspiracy Watch. 

En fait, en effectuant leurs prélèvements 15 jours après l’arrivée de Navalny en Allemagne, les Français et les Suédois n’ont pu détecter que les « inhibiteurs de cholinestérase », mais pas les substances qui auraient favorisé leur apparition, comme le lithium ou les médicaments. En gardant leurs résultats secrets, ils n’avaient sans doute pas prévu que les médecins allemands publieraient le résultat de leurs analyses. Il ne serait d’ailleurs pas surprenant que cette publication (qui a une importance politique) soit une manœuvre délibérée de la part du gouvernement allemand. Ce dernier a été d’une certaine manière « pris en otage » dans cette affaire, et il pourrait avoir profité du changement de président aux États-Unis pour se dégager d’une situation qu’il n’a pas cherchée. 

Ainsi, l’hypothèse que Navalny ait été victime d’une combinaison malheureuse de médicaments, apparait plus vraisemblable qu’un empoisonnement délibéré, grâce aux médecins allemands. C’est probablement pour disqualifier leurs conclusions, que, le 21 décembre, Navalny a organisé sa conversation avec un « agent du FSB » ; assez peu convaincante, comme nous l’avons vu dans un entretien précédent. Mais comme pour la crise de la CoViD, ni les faits, ni la science déterminent les opinions : les faits continuent à être contestés par partisans de la théorie d’un complot ourdi par Poutine contre Navalny.  

-Merci de ces précisions relatives aux analyses effectuées suite à ce qui a d’emblée été présenté comme, au mieux « tentative d’empoisonnement » d’Alexeï Navalny, sinon d’empoisonnement au Novitchok. Ce que vous nous apprenez en dit long sur l’intrusion de la politique et de l’information rendue par tant de nos médias qui s’en réfèrent à l’avis de leurs expert(e)s privilégié(e)s.  

Qu’en est-il maintenant de l’arrestation de Navalny à son retour d’Allemagne, selon vous? 

Jacques BAUD: -On évoque l’arrestation de Navalny à son retour en Russie, en omettant délibérément et systématiquement d’en expliquer les raisons, laissant penser qu’il a été arrêté pour ses opinions. C’est d’ailleurs pourquoi l’Union Européenne exige sa libération immédiate. La vidéo de Pascal Boniface est illustrative de cette manière fallacieuse de présenter les choses. Il affirme même : « Quand on voit le luxe de précautions qu’ils prennent pour l’empêcher de parler, eh bien on voit qu’il n’est pas dénué d’influence ». C’est évidemment faux. D’ailleurs, lorsqu’il est interpellé à son arrivée en Russie, en fait de « luxe de précautions », on lui laisse son téléphone portable, avec lequel il se filme dans le commissariat. En fait, comme souvent, notre expert parle de sujets qu’il ne connait pas : l’arrestation de Navalny et sa détention pour 1 mois n’a rien à voir avec ses opinions politiques. 

En fait, inculpé de blanchiment d’argent et d’enrichissement frauduleux dans le cadre d’un litige avec la firme française « Yves Rocher », Navalny a été placé sous contrôle judiciaire, aux termes duquel, il a l’obligation de s’annoncer deux fois par mois à l’autorité pénitentiaire russe. France 24 déclare que Navalny a été arrêté parce qu’il n’a pas rempli cette obligation durant son hospitalisation. C’est un mensonge. En effet, cette obligation a été suspendue par les autorités russes pour la durée de son hospitalisation à la Charité, à Berlin. Par ailleurs, on évite soigneusement de mentionner que Navalny avait déjà enfreint 6 fois cette règle en 2020 (deux fois en janvier, une fois en février, mars, juillet et août). C’est pourquoi, les autorités pénitentiaires russes ne pouvaient guère ignorer cette nouvelle infraction entre sa sortie de l’hôpital (23 septembre 2020) et son arrivée en Russie (15 janvier 2021) : c’est la raison de son arrestation à son arrivée en Russie. Mais cela a servi la propagande qui l’explique comme une tentative de museler le « principal opposant de Poutine ».

-Donc Navalny, tout le temps qu’a duré son hospitalisation en Allemagne, a été exempté de ce contrôle judiciaire obligatoire dans le cadre de l’affaire avec Yves Rocher pour laquelle il a été mis en accusation. Et plutôt que de rentrer immédiatement en Russie une fois sorti de l’hôpital de la Charité à Berlin, il a décidé de jouer les prolongations, enfreignant ainsi la loi russe dont vous nous rappelez qu’il n’en est pas à son premier coup d’essai puisqu’à 6 reprises déjà, il ne l’a pas respectée. Autant de précisions que nos médias se gardent bien de donner, préférant faire passer ce « principal opposant » selon la rhétorique en place comme victime…

Jacques BAUD: -En fait, la raison pour laquelle Navalny n’est pas rentré tout de suite en Russie était son séjour à Kirchzarten, aux Studios Black Forest, avec une équipe venue de Los Angeles pour réaliser un film de propagande : « Le Palais de Poutine ». Rappelons ici que c’est la Cinema for Peace Foundation (CFP) qui a financé le transport de Navalny en Allemagne ; une ONG qui promeut la paix et la démocratie (c’est très bien), mais ni en Palestine, ni en Arabie Saoudite, ni au Yémen… 

Le 19 janvier 2021, le film en question est diffusé par l’ensemble des médias occidentaux et vu plusieurs dizaines de millions de fois. Il porte sur un somptueux palais situé à Gelendzhik, qu’une rumeur entretenue par ses adversaires, attribue à Vladimir Poutine. En fait, cette accusation est purement spéculative et rigoureusement aucun élément ne la confirme. Les éléments que l’on connait du projet montrent un complexe hôtelier avec une structure de financement impliquant plusieurs investisseurs. Cette construction monumentale aurait appartenu au milliardaire russe Alexander Ponomarenko, et l’actuel serait Arkady Rotenberg. Le coût total du projet serait de 100 milliards de roubles (soit 1,17 milliards CHF, mais que notre RTS, un peu marseillaise, convertit en 1,5 milliards CHF !), soit moins que l’hôtel Bellagio de Las Vegas et bien d’autres. 

-Que penser de ce film, dans ce cas?

Jacques BAUD: -En fait, ce film n’est qu’un outil de de désinformation : les images du « palais » en question sont des images de synthèse, car en réalité, le bâtiment est encore en construction, comme le montre le « débunkage » d’un internaute russe qui a pu se rendre sur le chantier ! Cerise sur le gâteau : l’aigle que l’on voit sur le portail du « palais de Poutine », n’est pas l’aigle russe, mais l’aigle du Monténégro ! Par ailleurs, une oreille attentive constatera que Navalny n’emploie pas la langue parlée habituellement en Russie : elle est émaillée d’anglicismes, de tournures de phrases et d’expressions qui ont clairement une origine anglophone. Il est donc très vraisemblable que Navalny n’ait eu qu’à lire un script qui lui a été écrit par l’équipe venue de Los Angeles… 

-Et bien sûr, pas un mot de tout cela sur nos grandes chaînes d’information, publiques ou privées sinon de très libres interprétations …

Jacques BAUD: -Sur France 5, Benoît Vitkine, correspondant du Monde à Moscou, voit la zone d’exclusion aérienne « juste au-dessus de la propriété » comme une preuve que ce palais appartient bien à Vladimir Poutine. C’est là aussi de la désinformation. En fait, Gelendzhik se situe au bord de la Mer Noire, à une quarantaine de kilomètres de la base navale de Novorossiysk et à mi-chemin de la frontière russo-géorgienne. Or, non seulement cette base abrite une partie de la Flotte de la Mer Noire, les principaux éléments de la 7 division aéroportée et un régiment de défense aérienne, mais c’est aussi la principale base logistique pour le contingent russe déployé en Syrie. C’est pourquoi, l’OTAN mène une intense activité de renseignement électronique spécialement dans cette zone. Par ailleurs, dans cette partie de la Mer Noire contiguë à l’OTAN, la tension s’est accrue depuis 2008 et 2014. Ainsi, les restrictions de l’espace aérien ne sont donc pas limitées au « palais de Poutine », mais concerne toute cette région frontalière couverte de stations d’écoute électronique, de défense aérienne et d’alerte lointaine pour la défense du flanc sud de la Russie. Mais évidemment, aucun « expert » de « C dans l’air » n’évoque ce contexte !…

L’affirmation de Galia Ackerman selon laquelle la propriété est gardée par le FSB est tout aussi fallacieuse. En fait, en 2011, un groupe d’écologistes a été interpellé dans cette zone par une patrouille de garde-frontières. Or, comme Mme Ackerman ne l’ignore pas, les garde-frontières constituent une administration distincte du FSB, qui n’a rien à voir avec les services de sécurité : leur mission est de surveiller la zone côtière, pour éviter la contrebande d’armes et de drogue en provenance de Turquie et de Géorgie.

Par ailleurs, Mme Ackerman explique que l’affaire de ce « palais » était déjà connue depuis qu’un certain Sergueï Kolesnikov l’a « dénoncée » dans une lettre au président Medvedev en 2010. Ce qui est vrai, mais elle ajoute qu’« ensuite, il est parti à l’étranger, bien entendu », laissant ainsi entendre qu’il était pourchassé comme « lanceur d’alerte ». En réalité, c’est l’inverse qui s’est passé : après qu’une procédure judiciaire a été ouverte contre lui pour malversation et escroquerie, Kolesnikov, a quitté furtivement la Russie en septembre 2010, pour s’établir aux États-Unis. C’est alors qu’il écrit une lettre au président Medvedev, en décembre 2010, où il accuse Vladimir Poutine (alors 1er ministre) de s’être fait construire le palais avec l’argent de la corruption… sans apporter de preuve de ses allégations, comme le constate le Financial Times.

Dans cette affaire, le film de Navalny et les pseudo-experts démontrent clairement un manque d’intégrité : ils relient des faits de manière à leur donner une cohérence (factice), qui soutient leurs préjugés et alimente un discours de type propagandiste. C’est exactement le même mécanisme que celui utilisé pour « expliquer » l’incident de Roswell en 1949, ou la présence d’extra-terrestres dans la « Zone 51 », dans le Nevada. En clair, techniquement, il s’agit de complotisme. 

-Venons-en maintenant aux manifestations qui ont suivi ces événements, quelle lecture en donnez-vous?

Jacques BAUD: -La diffusion du film est suivie, le 23 janvier 2021, de manifestations menées par les partisans de Navalny dans les grandes villes de Russie. Elles ont tourné en boucle sur les médias occidentaux, qui y voient un succès pour Navalny. C’est certainement un « coup médiatique », mais y voir un succès est probablement aller un peu vite en besogne. Tout d’abord, comme nous l’avons vu dans un entretien précédent, l’opposition associée à Navalny est loin d’être démocratique et unifiée, mais regroupe des factions disparates de l’opposition non-parlementaire allant de l’extrême-droite à l’ancien parti communiste stalinien. Par sa diversité elle s’apparente aux « gilets jaunes » en France, sans en avoir la popularité ; et par sa représentativité, elle tient plus des émeutiers du Capitole, le 6 janvier.

Le même jour, le 19:30 de la RTS présente ces manifestations. On laisse entendre qu’il a été emprisonné pour avoir diffusé « des révélations sur une résidence secrète de Vladimir Poutine (…) estimé[s] à un milliard et demie de francs », même si le correspondant de la RTS à Moscou avoue que l’opposant « n’a jamais été condamné à une peine de prison ferme, contrairement à de nombreux autres opposants ». Ce qui semble assez paradoxal… 

Pascal Boniface y a vu des manifestations « brutalement réprimées », « matraques contre boules de neige ». Le lecteur jugera par lui-même. Ce qui est certain est que personne n’a été abattu dans le dos, que l’on n’a pas vu de tirs de LBD au visage, ni de mains arrachées par des grenades de désencerclement, ni les éborgnements que l’on constate régulièrement en France, et qui lui valent d’être épinglée par la Haute-Commissaire des Nations Unies pour les Droits Humains, pour un « usage violent et excessif de la force » avec le Soudan, le Zimbabwe et Haïti (et non simplement « comme pays prospère », ainsi que le prétend Libération !) C’est d’ailleurs pour cette raison que les manifestations contre la « Sécurité Globale » ne sont pas montrées aux actualités des médias publics et que la diffusion d’images de brutalités policières est réprimée…

Quant aux chiffres de la participation à ces manifestations, les médias occidentaux s’en sont donné à cœur joie : souvent invérifiables ce genre de chiffres fait l’objet de manipulations les plus diverses, y compris dans nos pays. Selon l’organisation de Navalny, il aurait eu 250’000 manifestants dans toute la Russie. Mais le média russe indépendant ZNAK donne des estimations probablement plus réalistes, totalisant environ 50’000 participants.

A cette occasion, ce que les médias francophones appellent « interpellations » en France, devient « arrestations » en Russie. Clairement, les médias occidentaux apparaissent plus comme des organes d’influence que des organes d’information…

Au final, cependant, le problème n’est pas tellement de savoir qui a raison ou si le système politique russe est démocratique ou non, et chacun peut avoir son opinion sur la question. La question intéressante est la manière dont nous traitons ces questions. Car sous prétexte de combattre l’autoritarisme, nous nions nos propres valeurs. En admettant que l’on accepte le fait d’intervenir dans les affaires intérieures d’un Etat – ce qui est contraire à la Charte des Nations Unies (Art.2, al.7) – le fait d’utiliser Alexeï Navalny à cette fin pose question. Militant d’extrême-droite, nationaliste (il avait approuvé l’annexion de la Crimée), ayant cherché à s’enrichir par des malversations et le blanchiment d’argent, il ne représente aucune des valeurs que l’Occident prétend défendre. 

Sur France 5, Benoît Vitkine, correspondant du Monde à Moscou, affirme qu’il s’agit « du premier Navalny », suggérant qu’il est différent aujourd’hui. C’est faux, puisqu’en octobre 2020, alors que  le Spiegel lui demande : « Un parti vous avait expulsé en raison de votre participation à une marche nationaliste russe à Moscou. Vos opinions ont-t-elles changé? », Navalny répond: « J’ai les mêmes opinions que lorsque je suis entré en politique.

Quant à la question de savoir si Navalny est un « agent de l’étranger », Mme Ackerman, sur France 5, répond catégoriquement non. C’est faux. Soyons clair: Navalny n’est certainement pas un « agent de la CIA ». En revanche, la présence (selon le New York Times) d’agents de la CIA et du MI6 à son arrivée à Berlin, le financement de son séjour en Allemagne et du film, ainsi que le financement de son mouvement par la National Edowment for Democracy (NED) (créée pour reprendre une partie des tâches de la CIA) permettent clairement d’affirmer qu’il correspond à la définition d’agent de l’étranger, selon la loi russe, ou à celle de « Foreign Agent » aux États-Unis.  Car il faut se souvenir que la NED n’entretient pas moins de 93 programmes d’influence en Russie pour un montant total de 7,3 millions de dollars (chiffres de 2019) ! Notons qu’il n’y en pas de programmes équivalents en Arabie Saoudite, par exemple : la question des droits de l’Homme et autres justifications ne sont donc qu’un prétexte pour une démarche politique. En fait, le seul mérite de Navalny est d’avoir été « choisi » par les États-Unis (qui lui ont financé sa formation dans le cadre du World Fellows Program de l’université de Yale). 

-Jacques Baud, que vous inspire, en définitive, toute cette affaire telle qu’elle est présentée en Occident et telle qu’elle apparaît en Russie?

Jacques BAUD: -Je ne suis pas sûr que nous accepterions une telle ingérence dans nos pays… D’ailleurs, l’opinion publique russe ne s’y trompe pas et cela tend à se retourner contre Navalny lui-même. Après le « débunkage » de son film, manifestement réalisé avec une aide financière extérieure substantielle ; l’aide un peu trop visible de pays comme les États-Unis et la Grande-Bretagne et le jeu de leurs services secrets, révélé par le New York Times, incite la population russe à s’interroger sur le fait qu’il n’a jamais été condamné à une peine de prison ferme. 

En fait, le « succès » de Navalny est également la raison pour laquelle il ne jouit pas d’une vraie crédibilité en Russie : pour beaucoup de Russes, il est une marionnette de l’Occident. Le soutien qu’il reçoit de l’Occident tend à le discréditer aux yeux d’une majeure partie de la population russe. 

Le problème n’est pas de savoir si le gouvernement russe a raison ou non, mais de savoir si les dysfonctionnements de certains pays nous autorisent à désinformer, subvertir, mentir, tuer, torturer ou corrompre… au nom de la démocratie !

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

2 Commentaires

  • Reply Daniel 6 février 2021 at 00h35

    « Navalny n’est certainement pas un « agent de la CIA ». »

    C’est un agent du MI6 ou de la CIA, ça ne fait aucune différence. La CIA peut sous-traiter une affaire.

    La preuve que le tueur de cafard et son organisation sont des traîtres à leur pays:

    https://www.youtube.com/watch?v=6TaG7jOlRmI

    – Donnez des millions à notre cause, vous recevrez des milliards en retour.
    – Détail des actions envisagées…

    Aux USA, un yankee qui ferait ce genre de marché avec un autre pays serait condamné à la prison à vie pour atteinte à la sécurité. (Voyez le cas Assange par comparaison.) Les Russes sont trop gentils.

  • Reply Charles 05 7 février 2021 at 19h30

    Moi (mais qui suis-je?! sauf un citoyen lambda), je pense que la Russie et la Chine sont devenues des bêtes noires par les USA bien qu ils ne font pas des guerres extra territoriales comme les USA ont fait 217 grandes guerres depuis leur 260 ans d existence à une moyenne d une guerre/an. La Chine et la Russie n ont pas génocidé et avaient fait la peau à 1 million de peaux rouges (Amérindiens)comme les USA l ont fait juste lors de sa fondation. elles n ont pas fabriqué non plus Al Qayda/Al Nosra (cette dernière est la branche principale d Al Qayda en Syrie/Irak) et qui fait du bon boulot en Syrie selon Sieur Fabius tandis que les USA, Oui! . La Chine et la Russie n ont pas aidé Daech/ISI S mais bien au contraire. Elles n ont pas napalmé le Vietnam…etc…

    In fine, la Russie et la Chine sont deux grands pays qui ont réussi à améliorer indéniablement leurs situations internes et surtout qu elles ont aujourd hui un grand rôle international inévitable à l étranger et elles gagnent de la a confiance de plus en plus des pays étrangers. ( ne dit-on pas: il faut aussi passer par Moscow et Pékin) ce qui n était pas le cas avant. Et elles gagnent autant du terrain politique, géo-stratégique et médiatique honnêtes et légitimes

    De ce fait, La Russie puis la Chine sont inéluctablement la 2ème puis la 3 ème puissance mondiale successivement parlant aujourd hui et les choses iront, j espère, pour un monde non pas seulement tri-polaire mais encore plus multi-polaire. Les USA ne sont plus aujourd hui le 1er et seul gendarme exclusif du monde dit l Impérium et tant mieux. C est pour cela que les USA et alliés-serpillières prennent la Chine et la Russie comme des bêtes noires. Les USA savent bien qu ils perdent des plumes voire carrément des bouts d ailes, indéniablement. Cela doit les vexer à mort alors il faut trouver de nouveaux ennemis et les rendre responsables de leur déclin avec leurs désinformations 24/24 et 7/7 et USA ne peuvent rien faire d autre sauf avoir une attitude de voyou plus qu ils le font maintenant que ça soit par Trump ou Bieden, c est kif kif…

    Bien à Vous Mme H.R.-Favre et Bon Dimanche.
    Charles 05

  • Laisser un commentaire