société

Beyrouth, Riyad et Paris selon les uns et des autres

Pour mesurer à quel point une même actualité peut être sujette à interprétations, ce qui, en soi, n’a rien de nouveau ni d’original, l’exemple de la situation qui entoure la présence de Saad Hariri en Arabie saoudite est éloquent.
Les journalistes, analystes, experts commentent et affirment des positions qui les regardent, bien sûr. Mais lorsque l’on s’y réfère, autant savoir qu’elles ne reflètent que des points de vue déterminés par des préférences et non par l’objectivité du regard.
En l’occurrence et alors qu’il prétendait que la France avait reçu un camouflet tandis que son Président avait, au dernier moment, décidé de se rendre à Ryad, le site Voltaire.org semble avoir échoué à mesurer l’ensemble des paramètres d’une affaire qui ne peut s’évaluer à l’aune de jugements rendus à la hâte.
Cela n’implique pas forcément que d’autres journalistes soient dépourvus de partialité, eux non plus. Cela indique tout simplement que chacun y va de son approche et qu’entre les unes et les autres, on est voué à composer.
Autant dire que réserve sinon mise à jour seraient plus souhaitables qu’autant d’affirmations péremptoires telle que celle qui figure encore en une du site Voltaire.org.
Car selon la Tribune de Genève, par exemple, la France aurait joué un coup de maître diplomatique.
Le Parisien, pour sa part, annonce l’acceptation, par Saad Hariri, de l’invitation qui lui a été faite par Emmanuel Macron de venir en France.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire