Politique, société, Voix

L’adolescence assassine

Ce sujet est-il d’ordre politique, certains diront que oui, cela se discute.  Il s’agit de l’assassinat d’une jeune fille de 14 ans par un adolescent et son amie, tous les deux âgés de 15 ans.

Les trois étaient dans le même lycée professionnel de Cognacq-Jay d’Argenteuil, en classe de troisième.

Il y aurait eu harcèlement, querelle amoureuse, bref, rien qui ne devait amener à l’assassinat sinon qu’il a eu lieu et de manière même préméditée par le jeune homme et sa petite amie.

La manière avec laquelle se seraient déroulés les faits révèle plus qu’un malaise, une réalité.

Et cette réalité est celle qui fait que ce sujet pourrait être considéré comme politique. Car il ne s’agit pas d’un fait divers. Il s’agit de comportements qui s’observent de plus en plus.

Rappelez-vous, ce jeune garçon de 15 ans, Yury, agressé en janvier par une dizaine de jeunes et laissé pour mort sur la dalle Beaugrenelle à Paris! La vidéo de son agression avait choqué.

Il a pu être sauvé, lui.

La jeune Alisha, elle non. Jetée dans la Seine encore vivante après avoir été frappée à la tête entre autre, elle est morte noyée. Pour une querelle amoureuse…

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

4 Commentaires

  • Reply Daniel 12 mars 2021 at 22h27

    « Il s’agit de comportements qui s’observent de plus en plus. »

    La montée de la violence qui s’observe en France est la conséquence de la violence débridée et gratuite qui s’est exercée à maintes reprises contre les Gilets Jaunes. Les forces du désordre y ont perdu le respect d’une partie de la population qui n’a pas accepté les éborgnements, les matraquages pas sadisme et les mains arrachées.

  • Reply Daniel 13 mars 2021 at 21h14

    Exemple concret:

    https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/nouvelle-enquete-sur-l-affaire-maria-victime-de-violences-policieres-a-marseille-1615543891

    On ne me fera pas croire que la hiérarchie policière ne peut pas retrouver les responsables de cette agression barbare. Les policiers et les gendarmes sont assermentés. S’ils reçoivent l’ordre de se dénoncer, peuvent-ils refuser? Bref, la hiérarchie a couvert.

    • Reply Hélène Richard-Favre 13 mars 2021 at 21h34

      Merci de cet exemple, Daniel et puisse la jeune femme enfin avoir gain de cause. Effroyable, ce qui lui est arrivé.

  • Reply Charles 05 16 mars 2021 at 17h54

    Bonjour Mme H.R.-F.,
    1. Très bien écrit votre article-chapeau, comme d habitude!

    2. Permettez moi juste de signaler que la quantité d’informations sur les causes et la prévention de la violence juvénile ne cesse de croître. Cette violence part depuis la pauvreté qui n est pas la seule raison mais elle touche aussi le système éducatif , la violence contre le genre, la violence conjugale et intra-familiale jusqu au manque de dialogue qui est en soi une pandémie des Terriens de la planète-terre.

    Cette violence juvénile arrive à un stade où elle devient carrément une maladie voire un problème de Santé Publique qu il faudrait surveiller et étudier ses différents mécanismes scientifiques afin de pouvoir commencer à la prévenir. Il y aurait du boulot!

    3. A noter qu en Suisse et depuis le 11.06.2010, la Confédération a procédé à un plan légal dit « Les jeunes et la violence » et appelé Programme national de prévention de la violence juvénile (12 à 29 ans) dans la famille, à l’école et dans l’espace social. Je ne sais pas si ce Programme a fait des progrès ou pas ou qu il pédale dans l eau!

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • Laisser un commentaire