Voix, Economie, Histoire, Politique, société

Misère assassine

Dans un précédent sujet de ce blog, j’ai raconté ma rencontre avec une jeune femme ukrainienne dans les rues de Genève. Elle cherchait une adresse, celle d’une famille qui serait peut-être prête à l’accueillir tandis que celle où elle vivait jusqu’alors lui avait signifié la fin de son séjour chez elle.

Ce sujet, je l’avais transmis à la Tribune de Genève qui l’a  publié en « Lettre du jour ».

Depuis lors, le nombre de russophones ou ukrainophones que je croise au gré des rues n’a fait qu’augmenter. Tant mieux si ces personnes trouvent ici de quoi survivre ou revivre! Avant-hier, par exemple, était garé un imposant véhicule noir devant une splendide maison de maître en construction.

Hier, deux nouvelles limousines l’avaient rejoint.

Située dans une campagne paisible du canton, à quelques kilomètres à peine du centre de la ville, la demeure presque achevée serait-elle destinée à accueillir des victimes de la tragédie qui n’en finit pas de se jouer à nos portes, qu’on s’en réjouirait pour elles.

Comment le savoir, cela ne nous regarde évidemment pas!

Quoi qu’il en soit, l’Allemagne semble aller au-devant d’une grave crise économique. Et si ce n’était que l’Allemagne qui, par la bonne grâce d’une politique qui a démonisé la Fédération de Russie, perçue de manière inamovible comme « criminelle », si ce n’était que l’Allemagne qui peu à peu sombrait…

Non, hélas! Et ce seront toujours les plus pauvres qui payeront le plus lourd tribu au cynisme. Rappelez-vous ces 11 minutes 19 si éclairantes que les oublier serait faire l’impasse sur ce qui gouverne notre beau monde, aussi misérable qu’assassin.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire