société

Nouvelle charge contre François Fillon, la France bientôt en (ordre de) marche

Entre partisans d’un camp ou d’un autre, il y a la réalité. Celle d’un pays la France dont campagne après campagne, les candidats à l’élection présidentielle nous dépeignent le tableau.
Noir, gris -au mieux- rarement rose sinon à venir à condition que l’électorat suive et adhère aux promesses.
Il y a cinq ans, Dominique de Villepin se rendait ici ou là, alors qu’il était encore en campagne pour la présidentielle 2012 et qu’il avait fondé un parti qui devait rassembler au nom de l’unité nationale.
L’idée a séduit.
La suite et ce qu’elle a inspiré a été évoquée dans un ouvrage cité sur ce blog tant elle a mobilisé de sensibilités réunies autour de l’Ancien Premier Ministre pour dépasser les clivages partisans. 
Or si l’on considère comment se déroule l’actuelle campagne pour la conquête de l’Elysée en mai prochain, force est de constater que les partis sont non seulement encore bien là mais surtout, déchirés.
Aussi bien le parti socialiste que le parti Les Républicains offrent en spectacle leurs dissensions tandis que se fraie son chemin, le candidat en marche.
Si Dominique de Villepin a décidé de renier sa famille politique au profit de ce jeune homme, bien lui en prenne. Que d’aucuns de celles et ceux qui l’ont suivi dans son projet de République Solidaire lui emboîtent le pas, libre à eux.
Et si la France se reconnaît en Emmanuel Macron davantage qu’en tout autre candidat, elle aura voté.
Car le scénario semble si bien rôdé, au rythme où se poursuivent les publications qui visent François Fillon, que la mise en marche se fait désormais au pas de charge.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire