Explorez les mots-clés

masques

Culture, Economie, Politique, société, Voix

COVID-19, Essai de 10e synthèse, interview

Le 4 avril dernier avait été proposée sur ce blog l’interview du créateur d’un site internet en relation avec ce virus qui tient le monde en alerte ou en otage, à choix.

Pour cet essai de 10e synthèse, je vous propose un nouvel entretien avec Olivier JUNOD dont le site s’est, depuis lors, enrichi de diverses réflexions, opinions émises en relation avec toutes sortes d’articles indiqués en lien.

Olivier JUNOD bonjour! Quel est votre sentiment sur l’évolution de cette crise générée par l’apparition du coronavirus qui n’en finit pas de faire des vagues à défaut de nous confronter à la deuxième qui nous est annoncée depuis quelque temps déjà?

Olivier JUNOD:  Bonjour Hélène, j’ai l’impression que cela continue comme cela a commencé. Impossible de trouver une vraie logique dans les décisions prises, cacophonie générale… par exemple, comment comprendre que si ce Covid est réellement dangereux, les lieux de rassemblement ne pouvant garantir une distance sociale comme les discothèques aient ouvert à nouveau? Que les plages soient bondées? Que des rassemblements en dessous de mille personnes soient autorisés?

Il y a eu un énorme effort collectif lorsqu’on a fermé les commerces et mis l’industrie en veilleuse, d’une manière générale, afin d’endiguer le virus. Personnellement, je n’ai jamais pensé que cela ait été nécessaire mais passons, on l’a quand même fait, mettant au passage des milliers de gens dans des situations précaires: au niveau financier (les dégâts sont encore inconnus), moral, social. Puis, dès l’ouverture des commerces, on oublie presque tout, comme si le virus n’avait jamais existé.

Bien sûr, je comprends ce désir de vivre, qui a été en berne durant deux mois. Mais pourquoi reprendre sans précautions? Est-ce un aveu, qui montre que le Covid n’était finalement pas grand-chose et que l’on a fait beaucoup de bruit pour rien? Pour moi, c’est un mystère. En fait, tout est question de logique: soit le virus est dangereux, et il faut continuer avec des gestes barrières partout et pour tous, c’est le minimum qui me paraît sensé; ou alors tout cela est fantaisiste, et on peut arrêter ces simagrées.

– Comment vous situez-vous par rapport aux diverses prises de position qui s’affichent ici et là?

– Je n’adhère pas aux diverses thèses complotistes, mais il faut avouer que je comprends parfaitement ceux qui pourraient y croire. Je dois dire que tant de choses paraissent nébuleuses que, malgré tout, j’ai perdu toute confiance en l’appareil étatique.

– Quel avenir souhaitez-vous à votre site?

– Mon site n’est pas important. Par contre, si l’on veut être prêt pour la prochaine pandémie, il faut revoir beaucoup de choses. Je pense que l’armée a un rôle à jouer. Et, évidemment, si l’une ou l’autre des solutions que je propose pouvaient voir le jour, cela m’enchanterait… Ceci dit, je continuerai à développer mon site si certaines informations me paraissent pertinentes. Et je pense qu’il y aura encore fort à faire… Dernièrement, je m’en suis pris aux fonctionnaires, qui semblent plus fragiles que les (autres) travailleurs, puisqu’ils ont bénéficié de conditions que n’ont pas eu les autres. Je pense que cela doit être mentionné.

– Pensez-vous que le sens critique a encore une chance d’être pris en compte?

– Je vois que les gens ne sont pas dupes. Beaucoup comprennent le manque de logique, les décisions qui sont ensuite contredites, des tas de points non élucidés. Le sens critique est donc intact, après la période de peur qu’il y a eu, et qui a été très bien entretenue par les médias, qui répétaient en boucle les mêmes informations sans intérêt. Par exemple, on parle aujourd’hui de remontée des cas, mais quel média pointerait le fait que cela est dû au nombre de tests bien supérieur qu’auparavant? Il vaut mieux regarder le nombre de décès, qui reste très faible à l’échelle du pays. Mais les médias en parlent beaucoup moins. Donc, les gens ont compris le jeu des médias, et il y a beaucoup de déception – je pense que les gens se sentent bernés, voire manipulés.

Je m’autorise à ajouter que mon site permet à tous d’y trouver des liens intéressants, que l’on soit persuadé que tout cela n’est que conspiration, ou que l’on ait un esprit, disons, plus terre-à-terre. J’apprécie beaucoup que l’on me fasse connaître des liens que je ne connaissais pas, ou tout ce qui peut faire avancer le site.

– Merci, Olivier! Et je rappelle, ici encore, le lien à votre site.

Histoire, Politique, société, Voix

Au nom de la santé publique…

Lors d’échanges que j’ai avec toutes sortes de personnes au sujet des mesures sanitaires imposées aux populations pour lutter contre la Covid-19, il ressort une bonne dose de consentement obligé.

Se confronter à un ordre imposé n’est jamais sans risque, inutile de le rappeler.

Et en l’occurrence désormais, refuser de se résoudre à adopter des mesures sanitaires soi-disant protectrices, a toutes les chances d’exposer les insoumis(e)s à diverses sanctions.

Qui osera, par exemple, ne pas porter de masque dans les transports publics en Suisse quand cela vient d’être imposé?

Il en existera sans doute, de ces téméraires qui seront vite pointés du doigt quand ils ne seront pas photographiés ou filmés pour être dénoncés.

Donc voilà, nos démocraties nous révèlent le meilleur d’elles-mêmes. Au nom du bien être des populations, c’est leur pouvoir autoritaire qu’elles affichent et légitiment.

Un peu comme ces va-t-en guerre qui, en guise d’incontournables raisons d’intervenir dans des pays tiers, brandissent la cause humanitaire…

Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Postures, le virus tombera-t-il le masque un jour?

La crise qui nous frappe depuis que sévit la pandémie liée au Covid-19 démultiplie les réactions des un(e)s et des autres.

Et les réseaux sociaux s’en font les caisses de résonance.

Spécialistes et experts dont les avis sont relayés, malades atteint(e)s qui témoignent, proches d’autres qui en ont été victimes, la liste est longue de ce qui se partage.

Nos émotions, notre besoin de comprendre s’étalent alors que l’inconnu et le flou semblent plutôt régner en maîtres absolus.

Tel(le) centenaire ou quasi centenaire vainc le virus, tel(le) jeune en meurt, allez savoir comment opère celui qu’on traque et qui confine la presque totalité du monde?

Aussi, pointer du doigt les responsabilités, les manquements, bien sûr qu’on peut s’y consacrer. Tout comme louer les engagements et les efforts consentis par autant d’anonymes, de personnalités ou d’institutions.

Il n’en demeure pas moins que l’humilité à observer face à ce qui dépasse encore l’entendement serait bienvenu.

Qu’autant de postures affichées ne se révèlent, un jour, impostures, l’avenir le dira-t-il? Masquer ne se pratique pas qu’en périodes de pandémies.

Politique, société, Voix

Covid-19, masques, soins intensifs…

Sur un réseau social bien connu, voici ce qu’on trouve partagé.

En premier lieu, une vidéo dont on ignore qui l’a tournée. Y figure, certes, indiquée sur le lien, l’identité de celui qui l’a partagée mais pour le reste, on ne doit faire confiance qu’à ce que l’on y découvre, entre autre la date à laquelle elle a été tournée et qui est bien mise en vue pour être filmée.

Cette vidéo, pour qui n’aurait pas accès au lien, montre un atelier où sont confectionnés ces fameux masques de protection qu’on recommande de porter pour éviter la propagation du coronavirus.

A voir dans quelles conditions sont fabriqués ces masques, inutile de dire qu’on va sans doute hésiter à en porter. Mais, qui sait si, ensuite, il ne sont pas peut-être désinfectés avant d’être empilés dans les boîtes qui seront remises à qui de droit?

Un autre post explique les conditions extrêmement difficiles dans lesquelles sont placés les malades intubés et les séquelles durables qu’ils auront à subir une fois cette épreuve dépassée. Serait-ce la raison pour laquelle cette autre vidéo est partagée sur ce même réseau social bien connu? Question de montrer ce à quoi échappera ce quasi octogénaire?

A l’évidence, la séquence proposée par France2 est éprouvante