Résultats de recherche pour

Jacques BAUD

Culture, Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Retour avec Jacques BAUD sur ce cas d’école de désinformation que fut « Géopolitis » de la RTS

-Comme annoncé ici, nous revenons sur l’émission « Géopolitis » diffusée par la RTS ce 21 février et relayée par TV5Monde. Cas d’école si elle en est de cette manière qui sobserve de longue date dorienter linformation, elle vaut quon en discute encore quelques points.  Jacques BAUD, quavez-vous relevé dimportant à rectifier par rapport à ce qui a été énoncé par Jean-Philippe SCHALLER?

Jacques BAUD: -L’émission « Géopolitis » du 21 février 2021 sur Alexeï Navalny, présentée par Jean-Philippe Schaller, n’est pas un modèle d’intégrité journalistique, et présente cette affaire en en occultant de nombreux éléments qui permettraient de la comprendre. 

Il y aurait beaucoup à dire sur la partie consacrée à Navalny, mais nous en avons déjà parlé ici. J’aimerais me concentrer sur la dernière partie qui traite du projet de gazoduc Nord Stream 2. Car le lien effectué par le journaliste entre ce projet et « l’affaire Navalny » relaie le discours de Donald Trump et masque un projet plus vaste, qui vise à subvertir la Russie. 

En fait, tenus en échec militairement et politiquement en Irak, en Afghanistan, en Libye et ailleurs, les États-Unis voient leur hégémonie contestée au plan économique et technologique par la Chine, et au plan des relations internationales par la Russie. La crise de la CoViD a été l’occasion de multiplier les sanctions contre la Chine, mais la Russie reste un défi par les liens qu’elle conserve avec le Vieux Continent. 

En 2019, un rapport de la RAND Corporation – un think tank créé par le Pentagone pour élaborer des options stratégiques du gouvernement américain – intitulé « Overextending and Unbalancing Russia » (littéralement : « Surétirer et déséquilibrer la Russie »), recommande (entre autres) de :

  • Développer la production énergétique aux États-Unis afin de mettre à l’épreuve l’économie de la Russie, et ainsi limiter son budget public et, par extension, ses dépenses de défense. Cela provoquerait un accroissement de l’offre mondiale pour faire baisser les prix mondiaux, et ainsi les revenus de la Russie. 
  • Imposer des sanctions commerciales et financières plus sévères afin de dégrader l’économie russe. 
  • Accroître la capacité de l’Europe à importer du gaz de fournisseurs autres que la Russie, afin de créer des tensions économiques en Russie et rendre l’Europe indépendante de la Russie. 

En fait, cette stratégie de déstabilisation de la Russie n’est que la formalisation d’une politique déjà engagée par Donald Trump dès le début de son mandat. Ceci explique pourquoi dès l’été 2017, Donald Trump pousse la vente de gaz naturel auprès des clients traditionnels de la Russie. Dès avril 2018, Trump fait pression sur l’Allemagne pour qu’elle renonce au projet Nord Stream 2, et approuve des sanctions contre les entreprises collaborant à la construction du gazoduc en janvier 2020. En janvier 2021, juste avant de « rendre son tablier », Donald Trump accentue encore les sanctions visant le projet Nord Stream 2. 

Donc l’affaire Nord Stream 2, n’a rien à voir avec « l’affaire Navalny » : c’est une politique initiée par Donald Trump, dont l’objectif est de contribuer à déstabiliser la Russie. Les députés européens ont politisé un problème de droit commun, mais Jean-Yves Le Drian, puis Emmanuel Macron ont clairement séparé les deux thématiques, le 5 février. 

-Jacques BAUD, le public auquel sadressait cette émission aura eu droit comme il se doit au sempiternel rappel de lappartenance de Vladimir Poutine au KGB. Mais surtout, à l’énoncé de parfaite mauvaise foi selon lequel le Président russe serait un nostalgique de lex-URSS. Quen dites-vous?

Jacques BAUD: -Revenant sur le putsch du 20 août 1991, Jean- Philippe Schaller suggère que Vladimir Poutine est un nostalgique de l’ex-URSS en laissant entendre que la chute di communisme a été « la plus grande catastrophe géopolitique de lhistoire du XXe siècle ». Mais il est malhonnête ou inculte (ou les deux), car Vladimir Poutine n’a jamais regretté le système communiste ; au contraire, il plaide en faveur d’une économie libérale. Cette phrase est tirée d’un discours du 25 avril 2005, où Poutine regrette la manière chaotique dont s’est fait  le passage à la démocratie. Mais Schaller sort la phrase de son contexte, afin de lui donner un autre sens que celui que Poutine lui donnait. Le texte original est :

[…] Il nous faut avant tout reconnaître que leffondrement de lUnion soviétique a été un désastre géopolitique majeur du siècle, qui est devenu un véritable drame pour la nation russe. Des dizaines de millions de nos concitoyens et compatriotes se sont retrouvés hors du territoire russe. En outre, l’épidémie de désintégration a infecté la Russie elle-même. Les économies de chacun ont fondu et les vieux idéaux ont été détruits. De nombreuses institutions ont été dissoutes ou brutalement réformées […].

Il ne se lamente donc pas sur la disparition du communisme, mais sur les conséquences que cet effondrement a eues sur le quotidien des Russes. Sa phrase fait écho à une réelle nostalgie au sein de la population, dont 11-13 % de l’électorat est resté fidèle au Parti communiste, le premier parti d’opposition. Notre journaliste cherche donc à manipuler le spectateur. Par ailleurs, mentionnons ici que parmi les « millions de concitoyens qui se sont retrouvés hors du territoire russe », une grande partie d’entre eux ont été réduit au rang de “non-citoyens”, dans des pays de l’Union Européenne; une situation contraire aux droits humains, qui ne semble pas vraiment déranger nos journalistes…

-Quant aux images choisies pour rendre compte du putsch de 1991, justement, jai trouvé la manière qua eue le présentateur de l’émission de les commenter totalement orientée et dune grave méconnaissance de la réalité. Quen pensez-vous, vous-même?

-Jacques BAUD:  En plaçant cet extrait du putsch de 1991 et en insistant sur l’appartenance au KGB de Vladimir Poutine, Jean-Philippe Schaller tente de démontrer que le Président russe a une profonde aversion au changement. Là encore, notre journaliste n’a pas creusé son sujet et s’écarte de la Charte de Munich… En fait, le Chef du KGB Vladimir Kryoutchkov se trouvait parmi les putschistes, mais ses troupes ne l’ont pas suivi : les cadres du KGB – dont Vladimir Poutine – ont refusé de le suivre. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le putsch s’est terminé sans effusion de sang. En refusant d’y participer, les agents du KGB ont gagné en popularité. Ce que l’on omet de dire souvent est que le KGB avait anticipé l’effondrement du communisme et le changement de régime bien avant que le Mur de Berlin ne s’écroule, et en avait déjà informé les politiques… C’est la raison pour laquelle, contrairement aux pays d’Europe Orientale – où les membres des services de sécurité ont fait l’objet de violences et de représailles – ce n’a pas été le cas en Russie. 

– En conclusion, comment vous apparaît cette émission de « Géopolitis » présentée par Jean-Philippe SCHALLER?

Jacques BAUD: -Cette émission n’avait pas pour vocation d’informer, mais d’influencer. En utilisant des raccourcis faciles (et inexacts) on cherche à associer l’affaire Navalny aux vieux préjugés sur le KGB. Il est inquiétant de voir nos journalistes s’abaisser à utiliser les codes des tabloïdes comme The Sun ou Fox News. Par ailleurs, je pense que c’est totalement contre-productif : le narratif occidental qui cherche à provoquer un changement de régime en Russie s’appuie sur tellement de mensonges et de désinformation qu’il perd toute crédibilité. C’est d’ailleurs ce qui se passe actuellement en Russie avec Navalny. Le gouvernement russe n’a rien besoin de faire : les Russes s’aperçoivent eux-mêmes des falsifications. Cela explique pourquoi Navalny a plus perdu en crédibilité que Vladimir Poutine entre novembre 2020 et février 2021. Ainsi, alors que la cote de popularité de Navalny était brièvement montée à 5% en janvier 2021, elle est redescendue à 4% en février, tandis que le taux d’approbation de Vladimir Poutine est monté à 65% en février, selon le Centre Levada (considéré comme un « agent étranger » en Russie !) (Pour information : celui de Macron est à 36%). 

Ce qui est surprenant, est que ces journalistes qui ont critiqué Trump durant 4 ans, ont systématiquement relayé ses mensonges dès lors qu’ils concernaient la Russie, la Chine, l’Iran et d’autres. Par ailleurs, ils tendent à s’affranchir de toute déontologie ou d’éthique, sous prétexte que leur combat est juste. Or, non seulement Navalny ne représente aucune des valeurs défendues en Europe (ne serait-ce que par la Crimée qu’il refuserait de restituer s’il était au pouvoir), mais des médias proches du Parti démocrate aux États-Unis l’ont qualifié de « Trump russe ». Je me demande ce que cherchent ces journalistes…

-Merci de ces précisions, entre autre celle qui indique clairement que Vladimir Poutine na pas participé au putsch de 1991 et que, par cette manière de ly avoir associé en en montrant les images en même temps qu’il rappelait son passé kagébiste, le journaliste de la RTS, Jean-Philippe Schaller a soit péché par ignorance, soit voulu orienter lopinion publique. Il semble vraiment que lamalgame entre « URSS » et « Russie de Poutine » ait besoin d’être faussement maintenu et réactualisé à chaque occasion qui se présente pour créer la confusion dans les esprits et faire passer la Russie actuelle pour ce quelle fut du temps soviétique…

Voix

Affaire Navalny, réalité des faits et éthique journalistique. Nouvel entretien avec Jacques Baud

-Comme annoncé dans deux précédents sujets de ce blog, nous revenons avec Jacques BAUD sur l’affaire qui mobilise tant de milieux médiatico-politiques occidentaux. Je veux parler, ici, de ce qui concerne Alexeï Navalny et tout ce qui est énoncé de lui mais surtout, pas énoncé. Ainsi, par exemple, pour ce qui concerne le soi-disant empoisonnement du blogueur russe au Novitchok. Qu’en est-il en réalité et selon vous, Jacques BAUD?

Jacques BAUD: -Le 28 janvier 2021, sur France 5, l’émission « C dans l’air » modérée par Caroline Roux, traite le cas Navalny : une émission où la malhonnêteté jouxte l’ignorance, et défie l’éthique journalistique ; où les intervenants n’ont qu’une connaissance limitée du dossier ou sont des adversaires déclarés du pouvoir russe, et s’expriment en fonction de leurs préjugés. Il est ici intéressant de revenir sur cette affaire avec des éléments qu’aucun des intervenants n’a évoqués. 

L’institut Montaigne publie une interview de l’économiste Sergei Guriev, outre ses très nombreuses erreurs factuelles, ce professeur d’économie affirme : « Tout laisse penser qu’il y a eu une erreur de calcul de la part de Moscou : on peut faire l’hypothèse que le plan était de supprimer Navalny et de l’enterrer ensuite à Moscou, puis de refuser le transfert des tests biologiques à l’étranger tout en niant l’empoisonnement. » Evidemment, ces affirmations sont totalement gratuites : aucune source fiable n’est mentionnée et rigoureusement aucun élément ne permet de les confirmer. On est très clairement dans une situation de complotisme, où l’on crée de toute pièce une machination. Mais ce n’est pas fini. Il ajoute : « On peut penser que les autorités ont attendu que le poison ait cessé de laisser des traces dans le corps de Navalny avant de le laisser partir. Ils ont dû estimer que deux jours suffiraient à en effacer toute trace. » Le même argument est évoqué sur France 5 et par Libération. 

En fait, comme nous l’avons vu, les inhibiteurs de la cholinestérase se fixent sur la cholinestérase et restent ainsi dans le corps plus de trois à quatre semaines. En admettant que les services secrets russes aient la virtuosité dans l’emploi de poisons qu’on leur attribue, ils l’auraient certainement su. D’ailleurs, ajoutant la sottise à l’ignorance, Guriev n’explique évidemment pas pourquoi les experts français et suédois (mandatés par le gouvernement allemand), ainsi que ceux de l’OIAC, n’ont effectué leurs prélèvements qu’entre le 2 et le 6 septembre. Les Français, les Suédois et l’OIAC étaient dont « de mèche » avec les « tueurs du FSB », et ont attendu que les traces du « Novichok » disparaissent ? Guriev est un affabulateur. 

Le 6 octobre, l’OIAC publie son rapport et observe :

Les biomarqueurs de l’inhibiteur de la cholinestérase trouvés dans les échantillons de sang et d’urine de M. Navalny ont des caractéristiques structurelles similaires à celles des produits chimiques toxiques appartenant aux tableaux 1.A.14 et 1.A.15, qui ont été ajoutés à l’annexe sur les produits chimiques de la Convention à la Vingt-quatrième session de la Conférence des États parties en novembre 2019. Cet inhibiteur de la cholinestérase ne figure pas dans l’annexe sur les produits chimiques de la Convention.

Le rapport conclut que Navalny « a été exposé à un produit chimique toxique agissant comme un inhibiteur de la cholinestérase ». Le biomarqueur est nommé dans la version classifiée du rapport, mais pas l’inhibiteur de la cholinestérase, qui ne figure pas sur la liste des produits considérés comme arme chimique. Ainsi, le 28 janvier, dans l’émission « C dans l’air », Galia Ackerman ne dit pas la vérité en affirmant que la présence de Novichok a été confirmée par l’OIAC. 

En octobre 2020, les Suédois communiquent le résultat de leurs analyses, et constatent « la présence de [masqué] dans le sang du patient »… ! Donc on n’en sait rien : les résultats sont couverts par le SECRET militaire, mais on peut imaginer que s’il s’agissait de Novichok (ce à quoi s’attendaient les pays occidentaux), on n’aurait pas de raison de le cacher. Le 14 janvier 2021, le gouvernement suédois refuse de déclassifier ce résultat afin de ne « pas porter préjudice aux relations entre la Suède et une puissance étrangère ». On ne sait pas si cette puissance étrangère est l’Allemagne ou les États-Unis. En clair, ils n’ont rien découvert du tout, et se cachent derrière les affirmations des militaires allemands. 

En effet, dans le rapport du 22 décembre 2020, publié dans la revue médicale The Lancet, les médecins allemands indiquent clairement qu’ils n’ont pas été en mesure d’identifier la présence de « Novitchok », mais seulement d’ « inhibiteurs de la cholinestérase ». Ils précisent clairement, que c’est l’Institut für Pharmakologie und Toxikologie der Bundeswehr (IPTB), qui mentionne le Novichok dix jours plus tard. Ainsi, lorsque le 23 décembre, Le Temps affirme que l’article du Lancet « retrace pour la première fois les symptômes déclenchés par l’agent neurotoxique du groupe Novitchok mis au point par l’URSS dans les années 1980 », c’est tout simplement faux.  

Les analyses effectuées sur Navalny à son arrivée à l’hôpital de la Charité font l’objet d’une annexe de l’article du Lancet, qui peut être téléchargée ici. Je laisse le soin à nos lecteurs spécialistes d’analyser les valeurs relevées par les médecins allemands et d’en tirer les conclusions eux-mêmes. Mes maigres connaissances médicales et mes recherches sur ces différents résultats me suggèrent – sous toute réserve – quelques remarques :

  • La valeur de l’albumine suggère un problème lié au foie.
  • La valeur élevée de lactate déshydrogénase (LDH) suggère des troubles métaboliques souvent observés avec les tumeurs cancéreuses. 
  • Les valeurs de l’amylase et de la lipase suggèrent une pancréatite, que l’on avait déjà évoquée à propos de Navalny dans le passé. 
  • Les valeurs pour la protéine C-réactive, les leucocytes, les neutrophiles et les érythrocytes suggèrent une infection bactérienne. 
  • L’amantadine est un médicament souvent utilisé dans le traitement de la maladie de Parkinson; 
  • Le lithium est utilisé en psychiatrie pour le traitement des troubles bipolaires et de la dépression. 
  • La faible valeur de butyryl-cholinestérase (BChE) – 0,42 à l’arrivée à Berlin et 0,41 au jour 3 – suggère l’exposition à un inhibiteur de cholinestérase, et pourrait être expliquée par le lithium.  
  • On trouve des anxiolytiques avec des effets anticonvulsivants, comme le Diazépam et le Nordazepam, ainsi que de l’Oxazepam, utilisé pour traiter les troubles du comportement et l’anxiété. Les effets de l’Oxazepam, notamment lorsqu’il est pris en forte dose et après de l’alcool peut occasionner des crampes abdominales et musculaires, convulsions, dépression. Tiens, Tiens ! Ces médicaments sont généralement pris par voie orale. Or, si Navalny était dans le coma à son arrivée à l’hôpital d’Omsk, puis à la Charité, on peut supposer qu’il a pris ces médicaments lui-même à Tomsk. D’ailleurs, l’hôpital d’Omsk a indiqué que Navalny avait pris des « antidépresseurs tricycliques » avant son admission.

La présence d’inhibiteurs de la cholinestérase semble donc s’expliquer par les médicaments ingurgités par Navalny lui-même, selon toute vraisemblance après avoir absorbé de l’alcool. Cela explique que ses symptômes soient totalement différents que ceux de Sergueï et Yulya Skripal en 2018, même si l’on ne connait toujours pas avec précision la nature du poison qui les a touchés. Voilà qui remet en perspective les affirmations catégoriques de Pascal Boniface et Conspiracy Watch. 

En fait, en effectuant leurs prélèvements 15 jours après l’arrivée de Navalny en Allemagne, les Français et les Suédois n’ont pu détecter que les « inhibiteurs de cholinestérase », mais pas les substances qui auraient favorisé leur apparition, comme le lithium ou les médicaments. En gardant leurs résultats secrets, ils n’avaient sans doute pas prévu que les médecins allemands publieraient le résultat de leurs analyses. Il ne serait d’ailleurs pas surprenant que cette publication (qui a une importance politique) soit une manœuvre délibérée de la part du gouvernement allemand. Ce dernier a été d’une certaine manière « pris en otage » dans cette affaire, et il pourrait avoir profité du changement de président aux États-Unis pour se dégager d’une situation qu’il n’a pas cherchée. 

Ainsi, l’hypothèse que Navalny ait été victime d’une combinaison malheureuse de médicaments, apparait plus vraisemblable qu’un empoisonnement délibéré, grâce aux médecins allemands. C’est probablement pour disqualifier leurs conclusions, que, le 21 décembre, Navalny a organisé sa conversation avec un « agent du FSB » ; assez peu convaincante, comme nous l’avons vu dans un entretien précédent. Mais comme pour la crise de la CoViD, ni les faits, ni la science déterminent les opinions : les faits continuent à être contestés par partisans de la théorie d’un complot ourdi par Poutine contre Navalny.  

-Merci de ces précisions relatives aux analyses effectuées suite à ce qui a d’emblée été présenté comme, au mieux « tentative d’empoisonnement » d’Alexeï Navalny, sinon d’empoisonnement au Novitchok. Ce que vous nous apprenez en dit long sur l’intrusion de la politique et de l’information rendue par tant de nos médias qui s’en réfèrent à l’avis de leurs expert(e)s privilégié(e)s.  

Qu’en est-il maintenant de l’arrestation de Navalny à son retour d’Allemagne, selon vous? 

Jacques BAUD: -On évoque l’arrestation de Navalny à son retour en Russie, en omettant délibérément et systématiquement d’en expliquer les raisons, laissant penser qu’il a été arrêté pour ses opinions. C’est d’ailleurs pourquoi l’Union Européenne exige sa libération immédiate. La vidéo de Pascal Boniface est illustrative de cette manière fallacieuse de présenter les choses. Il affirme même : « Quand on voit le luxe de précautions qu’ils prennent pour l’empêcher de parler, eh bien on voit qu’il n’est pas dénué d’influence ». C’est évidemment faux. D’ailleurs, lorsqu’il est interpellé à son arrivée en Russie, en fait de « luxe de précautions », on lui laisse son téléphone portable, avec lequel il se filme dans le commissariat. En fait, comme souvent, notre expert parle de sujets qu’il ne connait pas : l’arrestation de Navalny et sa détention pour 1 mois n’a rien à voir avec ses opinions politiques. 

En fait, inculpé de blanchiment d’argent et d’enrichissement frauduleux dans le cadre d’un litige avec la firme française « Yves Rocher », Navalny a été placé sous contrôle judiciaire, aux termes duquel, il a l’obligation de s’annoncer deux fois par mois à l’autorité pénitentiaire russe. France 24 déclare que Navalny a été arrêté parce qu’il n’a pas rempli cette obligation durant son hospitalisation. C’est un mensonge. En effet, cette obligation a été suspendue par les autorités russes pour la durée de son hospitalisation à la Charité, à Berlin. Par ailleurs, on évite soigneusement de mentionner que Navalny avait déjà enfreint 6 fois cette règle en 2020 (deux fois en janvier, une fois en février, mars, juillet et août). C’est pourquoi, les autorités pénitentiaires russes ne pouvaient guère ignorer cette nouvelle infraction entre sa sortie de l’hôpital (23 septembre 2020) et son arrivée en Russie (15 janvier 2021) : c’est la raison de son arrestation à son arrivée en Russie. Mais cela a servi la propagande qui l’explique comme une tentative de museler le « principal opposant de Poutine ».

-Donc Navalny, tout le temps qu’a duré son hospitalisation en Allemagne, a été exempté de ce contrôle judiciaire obligatoire dans le cadre de l’affaire avec Yves Rocher pour laquelle il a été mis en accusation. Et plutôt que de rentrer immédiatement en Russie une fois sorti de l’hôpital de la Charité à Berlin, il a décidé de jouer les prolongations, enfreignant ainsi la loi russe dont vous nous rappelez qu’il n’en est pas à son premier coup d’essai puisqu’à 6 reprises déjà, il ne l’a pas respectée. Autant de précisions que nos médias se gardent bien de donner, préférant faire passer ce « principal opposant » selon la rhétorique en place comme victime…

Jacques BAUD: -En fait, la raison pour laquelle Navalny n’est pas rentré tout de suite en Russie était son séjour à Kirchzarten, aux Studios Black Forest, avec une équipe venue de Los Angeles pour réaliser un film de propagande : « Le Palais de Poutine ». Rappelons ici que c’est la Cinema for Peace Foundation (CFP) qui a financé le transport de Navalny en Allemagne ; une ONG qui promeut la paix et la démocratie (c’est très bien), mais ni en Palestine, ni en Arabie Saoudite, ni au Yémen… 

Le 19 janvier 2021, le film en question est diffusé par l’ensemble des médias occidentaux et vu plusieurs dizaines de millions de fois. Il porte sur un somptueux palais situé à Gelendzhik, qu’une rumeur entretenue par ses adversaires, attribue à Vladimir Poutine. En fait, cette accusation est purement spéculative et rigoureusement aucun élément ne la confirme. Les éléments que l’on connait du projet montrent un complexe hôtelier avec une structure de financement impliquant plusieurs investisseurs. Cette construction monumentale aurait appartenu au milliardaire russe Alexander Ponomarenko, et l’actuel serait Arkady Rotenberg. Le coût total du projet serait de 100 milliards de roubles (soit 1,17 milliards CHF, mais que notre RTS, un peu marseillaise, convertit en 1,5 milliards CHF !), soit moins que l’hôtel Bellagio de Las Vegas et bien d’autres. 

-Que penser de ce film, dans ce cas?

Jacques BAUD: -En fait, ce film n’est qu’un outil de de désinformation : les images du « palais » en question sont des images de synthèse, car en réalité, le bâtiment est encore en construction, comme le montre le « débunkage » d’un internaute russe qui a pu se rendre sur le chantier ! Cerise sur le gâteau : l’aigle que l’on voit sur le portail du « palais de Poutine », n’est pas l’aigle russe, mais l’aigle du Monténégro ! Par ailleurs, une oreille attentive constatera que Navalny n’emploie pas la langue parlée habituellement en Russie : elle est émaillée d’anglicismes, de tournures de phrases et d’expressions qui ont clairement une origine anglophone. Il est donc très vraisemblable que Navalny n’ait eu qu’à lire un script qui lui a été écrit par l’équipe venue de Los Angeles… 

-Et bien sûr, pas un mot de tout cela sur nos grandes chaînes d’information, publiques ou privées sinon de très libres interprétations …

Jacques BAUD: -Sur France 5, Benoît Vitkine, correspondant du Monde à Moscou, voit la zone d’exclusion aérienne « juste au-dessus de la propriété » comme une preuve que ce palais appartient bien à Vladimir Poutine. C’est là aussi de la désinformation. En fait, Gelendzhik se situe au bord de la Mer Noire, à une quarantaine de kilomètres de la base navale de Novorossiysk et à mi-chemin de la frontière russo-géorgienne. Or, non seulement cette base abrite une partie de la Flotte de la Mer Noire, les principaux éléments de la 7 division aéroportée et un régiment de défense aérienne, mais c’est aussi la principale base logistique pour le contingent russe déployé en Syrie. C’est pourquoi, l’OTAN mène une intense activité de renseignement électronique spécialement dans cette zone. Par ailleurs, dans cette partie de la Mer Noire contiguë à l’OTAN, la tension s’est accrue depuis 2008 et 2014. Ainsi, les restrictions de l’espace aérien ne sont donc pas limitées au « palais de Poutine », mais concerne toute cette région frontalière couverte de stations d’écoute électronique, de défense aérienne et d’alerte lointaine pour la défense du flanc sud de la Russie. Mais évidemment, aucun « expert » de « C dans l’air » n’évoque ce contexte !…

L’affirmation de Galia Ackerman selon laquelle la propriété est gardée par le FSB est tout aussi fallacieuse. En fait, en 2011, un groupe d’écologistes a été interpellé dans cette zone par une patrouille de garde-frontières. Or, comme Mme Ackerman ne l’ignore pas, les garde-frontières constituent une administration distincte du FSB, qui n’a rien à voir avec les services de sécurité : leur mission est de surveiller la zone côtière, pour éviter la contrebande d’armes et de drogue en provenance de Turquie et de Géorgie.

Par ailleurs, Mme Ackerman explique que l’affaire de ce « palais » était déjà connue depuis qu’un certain Sergueï Kolesnikov l’a « dénoncée » dans une lettre au président Medvedev en 2010. Ce qui est vrai, mais elle ajoute qu’« ensuite, il est parti à l’étranger, bien entendu », laissant ainsi entendre qu’il était pourchassé comme « lanceur d’alerte ». En réalité, c’est l’inverse qui s’est passé : après qu’une procédure judiciaire a été ouverte contre lui pour malversation et escroquerie, Kolesnikov, a quitté furtivement la Russie en septembre 2010, pour s’établir aux États-Unis. C’est alors qu’il écrit une lettre au président Medvedev, en décembre 2010, où il accuse Vladimir Poutine (alors 1er ministre) de s’être fait construire le palais avec l’argent de la corruption… sans apporter de preuve de ses allégations, comme le constate le Financial Times.

Dans cette affaire, le film de Navalny et les pseudo-experts démontrent clairement un manque d’intégrité : ils relient des faits de manière à leur donner une cohérence (factice), qui soutient leurs préjugés et alimente un discours de type propagandiste. C’est exactement le même mécanisme que celui utilisé pour « expliquer » l’incident de Roswell en 1949, ou la présence d’extra-terrestres dans la « Zone 51 », dans le Nevada. En clair, techniquement, il s’agit de complotisme. 

-Venons-en maintenant aux manifestations qui ont suivi ces événements, quelle lecture en donnez-vous?

Jacques BAUD: -La diffusion du film est suivie, le 23 janvier 2021, de manifestations menées par les partisans de Navalny dans les grandes villes de Russie. Elles ont tourné en boucle sur les médias occidentaux, qui y voient un succès pour Navalny. C’est certainement un « coup médiatique », mais y voir un succès est probablement aller un peu vite en besogne. Tout d’abord, comme nous l’avons vu dans un entretien précédent, l’opposition associée à Navalny est loin d’être démocratique et unifiée, mais regroupe des factions disparates de l’opposition non-parlementaire allant de l’extrême-droite à l’ancien parti communiste stalinien. Par sa diversité elle s’apparente aux « gilets jaunes » en France, sans en avoir la popularité ; et par sa représentativité, elle tient plus des émeutiers du Capitole, le 6 janvier.

Le même jour, le 19:30 de la RTS présente ces manifestations. On laisse entendre qu’il a été emprisonné pour avoir diffusé « des révélations sur une résidence secrète de Vladimir Poutine (…) estimé[s] à un milliard et demie de francs », même si le correspondant de la RTS à Moscou avoue que l’opposant « n’a jamais été condamné à une peine de prison ferme, contrairement à de nombreux autres opposants ». Ce qui semble assez paradoxal… 

Pascal Boniface y a vu des manifestations « brutalement réprimées », « matraques contre boules de neige ». Le lecteur jugera par lui-même. Ce qui est certain est que personne n’a été abattu dans le dos, que l’on n’a pas vu de tirs de LBD au visage, ni de mains arrachées par des grenades de désencerclement, ni les éborgnements que l’on constate régulièrement en France, et qui lui valent d’être épinglée par la Haute-Commissaire des Nations Unies pour les Droits Humains, pour un « usage violent et excessif de la force » avec le Soudan, le Zimbabwe et Haïti (et non simplement « comme pays prospère », ainsi que le prétend Libération !) C’est d’ailleurs pour cette raison que les manifestations contre la « Sécurité Globale » ne sont pas montrées aux actualités des médias publics et que la diffusion d’images de brutalités policières est réprimée…

Quant aux chiffres de la participation à ces manifestations, les médias occidentaux s’en sont donné à cœur joie : souvent invérifiables ce genre de chiffres fait l’objet de manipulations les plus diverses, y compris dans nos pays. Selon l’organisation de Navalny, il aurait eu 250’000 manifestants dans toute la Russie. Mais le média russe indépendant ZNAK donne des estimations probablement plus réalistes, totalisant environ 50’000 participants.

A cette occasion, ce que les médias francophones appellent « interpellations » en France, devient « arrestations » en Russie. Clairement, les médias occidentaux apparaissent plus comme des organes d’influence que des organes d’information…

Au final, cependant, le problème n’est pas tellement de savoir qui a raison ou si le système politique russe est démocratique ou non, et chacun peut avoir son opinion sur la question. La question intéressante est la manière dont nous traitons ces questions. Car sous prétexte de combattre l’autoritarisme, nous nions nos propres valeurs. En admettant que l’on accepte le fait d’intervenir dans les affaires intérieures d’un Etat – ce qui est contraire à la Charte des Nations Unies (Art.2, al.7) – le fait d’utiliser Alexeï Navalny à cette fin pose question. Militant d’extrême-droite, nationaliste (il avait approuvé l’annexion de la Crimée), ayant cherché à s’enrichir par des malversations et le blanchiment d’argent, il ne représente aucune des valeurs que l’Occident prétend défendre. 

Sur France 5, Benoît Vitkine, correspondant du Monde à Moscou, affirme qu’il s’agit « du premier Navalny », suggérant qu’il est différent aujourd’hui. C’est faux, puisqu’en octobre 2020, alors que  le Spiegel lui demande : « Un parti vous avait expulsé en raison de votre participation à une marche nationaliste russe à Moscou. Vos opinions ont-t-elles changé? », Navalny répond: « J’ai les mêmes opinions que lorsque je suis entré en politique.

Quant à la question de savoir si Navalny est un « agent de l’étranger », Mme Ackerman, sur France 5, répond catégoriquement non. C’est faux. Soyons clair: Navalny n’est certainement pas un « agent de la CIA ». En revanche, la présence (selon le New York Times) d’agents de la CIA et du MI6 à son arrivée à Berlin, le financement de son séjour en Allemagne et du film, ainsi que le financement de son mouvement par la National Edowment for Democracy (NED) (créée pour reprendre une partie des tâches de la CIA) permettent clairement d’affirmer qu’il correspond à la définition d’agent de l’étranger, selon la loi russe, ou à celle de « Foreign Agent » aux États-Unis.  Car il faut se souvenir que la NED n’entretient pas moins de 93 programmes d’influence en Russie pour un montant total de 7,3 millions de dollars (chiffres de 2019) ! Notons qu’il n’y en pas de programmes équivalents en Arabie Saoudite, par exemple : la question des droits de l’Homme et autres justifications ne sont donc qu’un prétexte pour une démarche politique. En fait, le seul mérite de Navalny est d’avoir été « choisi » par les États-Unis (qui lui ont financé sa formation dans le cadre du World Fellows Program de l’université de Yale). 

-Jacques Baud, que vous inspire, en définitive, toute cette affaire telle qu’elle est présentée en Occident et telle qu’elle apparaît en Russie?

Jacques BAUD: -Je ne suis pas sûr que nous accepterions une telle ingérence dans nos pays… D’ailleurs, l’opinion publique russe ne s’y trompe pas et cela tend à se retourner contre Navalny lui-même. Après le « débunkage » de son film, manifestement réalisé avec une aide financière extérieure substantielle ; l’aide un peu trop visible de pays comme les États-Unis et la Grande-Bretagne et le jeu de leurs services secrets, révélé par le New York Times, incite la population russe à s’interroger sur le fait qu’il n’a jamais été condamné à une peine de prison ferme. 

En fait, le « succès » de Navalny est également la raison pour laquelle il ne jouit pas d’une vraie crédibilité en Russie : pour beaucoup de Russes, il est une marionnette de l’Occident. Le soutien qu’il reçoit de l’Occident tend à le discréditer aux yeux d’une majeure partie de la population russe. 

Le problème n’est pas de savoir si le gouvernement russe a raison ou non, mais de savoir si les dysfonctionnements de certains pays nous autorisent à désinformer, subvertir, mentir, tuer, torturer ou corrompre… au nom de la démocratie !

Politique, société, Voix

La fausse bannière, la Russie en ligne de mire de nos médias, suite des entretiens avec Jacques BAUD

-Jacques BAUD, dans le précédent sujet de ce blog consacré à la fausse bannière et au « Russiagate », vous vous êtes demandé l’intérêt qu’aurait la Russie à autant d’ingérences dont elle est le plus souvent accusée et ce d’autant, avez-vous relevé, que « nos médias se plaisent à présenter Poutine comme un joueur d’échecs, une telle gestion des affaires défierait la logique. » Disposeriez-vous d’éléments susceptibles de nous éclairer sur l’usage informatique fait de la fausse bannière?

Jacques BAUD: –En octobre 2020, John Ratcliffe, Directeur du Renseignement National, déclassifie des documents de 2016 concernant la soi-disant « ingérence russe » dans l’élection de Trump. Il s’agit d’une analyse des services de renseignements russes interceptée par la CIA et d’une note de manuscrite de Brennan, alors Directeur de la CIA. Ces documents dévoilent qu’Hillary Clinton aurait approuvé, le 26 juillet 2016, la proposition de l’un de ses conseillers en politique étrangère de vilipender Donald Trump en créant un scandale en alléguant l’ingérence des services de renseignement russes. Bien que la note de déclassification précise que « la Communauté du Renseignement n’est pas en mesure d’évaluer cette information ni de déterminer dans quelle mesure l’analyse des renseignements russes peut résulter d’une exagération ou d’une fabrication », force est de constater que les services russes sont nettement supérieurs à leurs homologues occidentaux… 

Associated Press tentera un « débunkage » en affirmant que l’analyse russe ne prouve rien. C’est une pièce d’anthologie de charlatanisme, car lorsqu’elle est bien faite, une analyse de renseignement (russe en l’occurrence) concerne le futur, et – puisque personne ne possède de boule de cristal – il est très rare qu’on ait à l’avance les preuves que quelque chose puisse se passer ! On a des preuves lorsqu’on travaille avec le passé ! Ici, la meilleure preuve que les services russes ont bien travaillé est que leur avertissement est arrivé avant la campagne de dénigrement lancée par le Parti Démocrate et s’est déroulé comme leur analyse l’anticipait. 

Au passage, notons que si les services de renseignement occidentaux ont développé une remarquable capacité à collecter de l’information, les services russes ont généralement une capacité analytique très supérieure à celle des Occidentaux. 

Au début décembre 2020, une cyberattaque touche le logiciel Orion de la firme SolarWinds, qui gère des réseaux informatiques américains. La firme de sécurité informatique FireEye estime qu’il s’agit d’ « une attaque par une nation dotée de capacités offensives de haut niveau ». Comme Microsoft, elle n’attribue pas cette attaque à un pays particulier. 

Mike Pompeo accuse la Russie, tandis que Donald Trump minimise le rôle de la Russie et pointe du doigt la Chine. Les deux mentent. En fait, personne ne connait les auteurs de l’attaque et chacun donne libre cours à ses fantasmes. 

Car aucun élément dans la signature ou les traces de l’intrusion n’indique un lien avec la Russie. Cela n’empêche pas Reuters d’évoquer des « hackers dont on pense qu’ils travaillent pour la Russie », ni  Associated Press où « l’expert » Dimitri Alperovitch porte la même accusation. Pour rappel, Alperovitch, travaille pour la firme de sécurité informatique CrowdStrike, qui avait « analysé » les serveurs du Parti Démocrate en 2016 et qui – après avoir accusé la Russie – confessera plus tard devant une commission du congrès qu’elle n’avait trouvé aucune preuve de la responsabilité de la Russie. En décembre 2016, afin de justifier des tirs contre des civils, Alperovitch avait affirmé que la Russie avait piraté un bataillon d’artillerie ukrainien ; une information que l’on savait un peu grosse et qui s’avérera fausse, mais qui est relayée sans réserve par la RTS. 

C’est sur ces fragiles bases que le 22 décembre 2020, le quotidien Le Temps parle d’une « vaste cyberattaque attribuée à la Russie ». 

En janvier 2021, quelques agences rassemblées dans un groupe de travail (UCG) comprenant l’Office du Directeur du Renseignement National (ODNI), le FBI, la Cybersecurity and Infrastructure Security Agency (CISA) et avec l’appui de la National Security Agency (NSA), publient une déclaration commune sur l’évènement. La Tribune de Genève écrit :

La Russie est «probablement» à l’origine de la gigantesque cyberattaque décelée en décembre aux États-Unis, ont conclu mardi les services de renseignement américains.

Magnifique exemple de mensonge, teinté de complotisme (c’est-à-dire : voir des complots où il n’y en a pas !) visant à désinformer. La déclaration commune dit clairement que « L’UCG travaille encore pour comprendre la portée de l’incident » et qu’en l’état « Ce travail indique qu’un acteur de Menace Persistante Avancée (APT), probablement d’origine russe, est responsable… ». En d’autres termes, l’UCG n’a rien « conclu » à ce stade, ni affirmé qu’il s’agit de «  la Russie », comme l’affirme la TdG. Tout au plus y-a-t’il des indications qu’il s’agit d’un « acteur basé en Russie ». En outre, ce ne sont pas « les » services de renseignement, mais « des » services de renseignement, car l’UCG n’en compte que deux (voire un seul (le FBI), l’autre – la NSA – ne fournissant qu’un appui technique) : l’ODNI n’est qu’un organe de coordination et la CISA une agence technique. On est donc dans la manipulation. 

En fait, la TdG a simplement « singé » le New York Times, qui affirme depuis décembre 2020 que la NSA avait annoncé cette attaque, ce qui est faux, et qui affirme que la firme FireEye a attribué l’attaque à la Russie, ce qui est également faux, comme nous l’avons vu. 

Donc, en réalité, encore à ce jour, personne ne sait d’où vient l’attaque informatique. 

-En d’autres termes, Jacques BAUD, les exemples que vous venez de nous donner là illustrent, soit l’absence d’éthique journalistique, soit la volontaire orientation de l’information ou les deux ensemble dès lors que ces médias que vous citez, font de probabilités des affirmations sinon des vérités sans preuves avérées…Ce qui nous amène au coeur même de l’usage de la fausse bannière et de ses conséquences…

Jacques BAUD: -En 2017, sous le titre « Vault 7 », Wikileaks a publié une série de documents de la CIA, qui dévoilait quelques-uns de ses « outils », spécialement développés pour exploiter les failles de logiciels, qui n’ont pas encore été détectées par leurs fabricants (« zero day vulnerabilities »), et contre lesquelles n’existent pas encore de parades. Un des outils dévoilés est MARBLE FRAMEWORK, un logiciel spécialement conçu pour simuler les « modus operandi » de hackers, afin de couvrir les traces d’une intrusion en faisant croire à une attaque venant d’un autre pays, et laissant des traces en arabe, en russe, en chinois, en coréen ou en farsi… Un outil idéal pour la fausse bannière, également utilisé par Israël…

Bill Binney, ancien directeur technique de la NSA, explique que les soi-disant intrusions russes qui ont entouré le Russiagate ont été – en fait – perpétrées et fabriquées par la CIA grâce à cet arsenal informatique. 

Cela explique que, quelle que soit la cible de l’attaque (politique, militaire, financière, industrielle, etc.) on tombe invariablement sur deux « acteurs » (APT 28 et APT 29) (des désignations créées par des firmes occidentales, attribuées – sans aucun élément de preuve – au FSB et au GRU russes). Or, s’il s’agissait des Russes il y aurait des objectifs stratégiques plus cohérents. Ainsi, c’est probablement les Américains ou les Israéliens qui ont utilisé ce logiciel pour pirater RUAG en janvier 2016, probablement dans le cadre d’une vente d’armes et de munitions au Service Fédéral de Protection russe (FSO) (et non de Surveillance, comme le traduit fallacieusement la TdG !). L’attaque a tout de suite été attribuée à la Russie, même s’il semble un peu surprenant que la Russie se risque dans une telle opération pour quelques pistolets qu’elle aurait achetés elle-même ! Il semble plus vraisemblable que d’autres acteurs aient cherchés des informations sur ces transactions, comme les États-Unis ou Israël. Contrairement aux Européens, ces derniers ont une lecture très exclusive de la notion d’ « alliance », et leurs pratiques n’excluent pas de tirer dans le dos de leurs amis… 

Ainsi, lorsque Le Temps affirme que « le modus operandi de la vaste cyberattaque touchant administration américaine et multinationales met en cause la Russie », on est dans rien d’autre que du charlatanisme journalistique.

En conclusion, nous ne pouvons avoir aucune certitude. Mais ces actions sous fausse bannière ont deux conséquences essentielles : a) que nos services de renseignements peuvent être aisément dupés et b) que nos politiques étrangères (notamment les sanctions, condamnations, etc.) peuvent être facilement corrompues et être souvent fondées sur l’ignorance et sur la désinvolture. 

Car comme nous l’avons déjà dit, ces actions d’influence répondent toujours à des enjeux et à des objectifs concrets. Aux États-Unis, les candidats des présidentielles de 2016 et 2020, sont arrivés au coude-à-coude. Mais on observe que l’énergie dépensée par les Démocrates pour convaincre – mesurée à leurs dépenses de campagne – a été en 2016 et en 2020 de 30-40% supérieure à celle des Républicains. Élu Démocrate en décembre 2020 en Géorgie, Jon Ossoff, est le candidat à une sénatoriale le plus « cher » de l’Histoire des États-Unis. 

Comme nous l’avons vu, l’idée d’une collusion entre Trump et la Russie est tout simplement absurde. Ce que nous observons aujourd’hui n’a rien à voir avec la Russie. Face à sa propre faiblesse et son incapacité à convaincre largement, le parti Démocrate, doit affaiblir ses adversaires. C’est pourquoi, on a aujourd’hui une lutte pour évincer Trump définitivement en vue de la prochaine présidentielle…

 

Histoire, Politique, société, Voix

La fausse bannière et le « Russiagate », suite des entretiens avec Jacques Baud

-Dans notre précédent entretien, Jacques Baud, vous nous avez rappelé d’où la « fausse bannière »  tire son origine. Vous avez également cité des exemples fort éloquents d’opérations menées sous fausse bannière.  Qu’en et-il, selon vous, des cyberattaques dont il paraît si délicat de savoir d’où elles proviennent et ce qu’elles visent?

Jacques BAUD: -La forme moderne de la « fausse bannière » est l’exploitation des cyberattaques, dont l’attribution ne peut jamais être affirmée avec certitude. Ces dernières années, de telles attaques ont été attribuées à la Russie, à la Chine ou à l’Iran sans que l’on n’ait pu définir précisément la raison de les mener. En fait, c’est devenu un prétexte pratique pour les pays occidentaux, de pointer du doigt leurs ennemis et prendre des mesures contre eux. 

L’archétype de ce type de problème apparait en 2007 : après que les autorités estoniennes ont entrepris de déplacer un monument dédié aux combattants soviétiques contre l’Allemagne nazie, le pays est complètement paralysé par une attaque informatique sans précédent. Les Occidentaux accusent immédiatement le gouvernement russe, affirmant que même s’il n’est pas impliqué directement, l’action n’aurait pas pu avoir lieu sans son approbation ! C’est de la désinformation.

En réalité, la responsabilité du gouvernement russe est très loin d’être démontrée : sur les 3 700 adresses IP qui ont déclenché l’attaque, 2 900 étaient russes, 200 ukrainiennes, 130 lettones et 95 allemandes. Un expert de la firme de sécurité informatique finlandaise F-Secure affirme :

En pratique, il n’y a qu’une seule adresse IP qui mène à un ordinateur gouvernemental. Il est bien sûr possible qu’une attaque ait également été lancée à partir de là, mais la personne impliquée peut être n’importe qui, du concierge d’un ministère à plus haut.

Donc, on accuse sans savoir : strictement rien ne démontre une implication des autorités russes et tout indique qu’il s’agit d’une action de la société civile, révoltée par la politique estonienne vis-à-vis de la minorité russophone. D’ailleurs, en janvier 2008, c’est un jeune Estonien russophone qui est arrêté et condamné pour cette attaque… Mais on continuera à accuser la Russie…

-Tout comme on l’a accusée d’ingérence dans l’élection américaine en 2016, pour ne citer que ce cas…

Jacques BAUD: -En 2016, l’ingérence de la Russie dans l’élection américaine est invoquée… En fait, c’est une histoire très technique, qui combine l’élection de Trump, les « magouilles » du parti Démocrate pour éliminer Bernie Sanders de la primaire du parti, et la fuite de courriels classifiés qu’Hillary Clinton avait envoyé sur un serveur privé afin d’échapper au contrôle parlementaire. Chacun de ces sujets mérite un développement séparé et je renvoie les lecteurs à mon livre « Gouverner par les Fake News » qui explique tous les tenants et aboutissant de l’histoire. 

Le fond de l’affaire était de délégitimer la victoire de Donald Trump, que personne n’avait anticipée. En fait, comme à leur habitude, nos médias avaient analysé la campagne en fonction de leurs professions de foi et non des faits : la préférence du peuple américain était inconcevable… à moins d’avoir été soutenue par l’étranger ! Avec le recul et en dépit du désastre de la crise de la CoViD, l’écart très étroit entre Trump et Biden en 2020 montre que le soutien populaire pour Trump était bien là en 2016 et qu’il n’avait pas besoin d’aide extérieure. D’ailleurs, les comptes de la campagne de 2016 et de 2020 montrent que les Démocrates qui ont dû déployer plus de ressources pour convaincre leur électorat. Mais les complotistes ont la dent dure…

-A qui attribue-t-on précisément cette « ingérence russe »?

Jacques BAUD: -On attribue l’ « ingérence russe » à l’Internet Research Agency (IRA), qui serait une « ferme à trolls » associée au Kremlin. Les Occidentaux pointent du doigt les entités « APT 28 (FANCY BEAR) » et « APT 29 (COZY BEAR ou GRIZZLY STEPPE) », que l’on prétend affiliées respectivement au GRU (renseignement militaire russe) et au FSB (service de sécurité russe). Ces désignations sont en fait totalement arbitraires et se basent simplement sur la signature des méthodes  de hacking utilisées. Quant à leur affiliation aux services russes, elle est aussi totalement fantaisiste, d’ailleurs aujourd’hui, constatant que ces affiliations n’avaient aucun sens, on les attribue au SVR (renseignements extérieurs russes). Ce qui démontre qu’il ne s’agit pas de constatations, mais d’hypothèses basées sur des professions de foi.   

Quant à l’ingérence elle-même, pour résumer, selon Facebook, des « Russes » auraient dépensé 100 000 dollars pour environ 3 517 publicités entre juin 2015 et mai 2017. Selon l’université d’Oxford, ce montant s’élèverait à 73 711 dollars ; dont seulement 46 000 dollars avant l’élection. Google a trouvé que des « agents » ont acheté des publicités pour 4 700 dollars en « utilisant des comptes soupçonnés d’être liés au gouvernement russe » ; ainsi que pour 53 000 dollars d’annonces à vocation politique dont les paiements ramènent à la Russie, mais dont « on ne sait pas s’ils étaient liés au gouvernement russe », y compris 7 000 dollars pour promouvoir un documentaire contre Donald J. Trump, et 36 000 dollars pour demander si le président Barack Obama devait démissionner, ainsi que des annonces qui promouvaient le message d’Obama.

Un rapport commandité par la Commission sénatoriale du Renseignement (SSCI) constate que seuls 11 % des « posts » attribués aux « Russes » avaient un contenu politique, dont 33 % seulement ont déclenché une action associée (« engagements »). Les « posts » qui nomment Clinton ou Trump ne représentent que 6 % des tweets, 18 % des posts sur Instagram et 7 % des posts sur Facebook. Ainsi, non seulement la majeure partie des publicités n’avaient pas de caractère politique, mais seulement 277 ont touché les États-clés, déterminants pour la victoire de Trump.

Selon Facebook, environ 10 millions de personnes auraient vu au moins une des publicités payées par des Russes, dont 44 % avant les élections, et 56 % après, tandis qu’environ 25 % étaient destinées à des profils particuliers et n’ont jamais été vues par personne.

Le 6 janvier 2017, un rapport est publié par l’Office du Directeur du Renseignement National (ODNI) sur les tentatives d’ingérence supposées de la Russie, qui suit l’audition des représentants de certaines agences. Le journal Libération affirme :

Auditionnées ce jeudi au Sénat, les 17 agences d’espionnage estiment que « seuls les plus hauts responsables russes ont pu autoriser les vols et publications de données liées à l’élection ».

Laissant ainsi croire que l’ensemble des services de renseignement approuvent les conclusions du rapport. BFMTV va plus loin en affirmant que « l’implication de Poutine est confirmée », changée plus tard en « l’implication des Russes dans l’élection confirmée ». En réalité ces médias mentent. En juin 2017, le New York Times accuse Trump de…

refuser encore de reconnaître un fait essentiel sur lequel se sont accordées 17 agences de renseignement américaines et qu’il supervise désormais : la Russie a orchestré les attaques et l’a fait pour l’aider à se faire élire.

Mais quatre jours plus tard, la rédaction corrige l’article en précisant que seules quatre agences ont soutenu l’accusation contre la Russie : l’ODNI, la CIA, le FBI et la NSA. Or, même parmi celles-ci il n’y a pas unanimité : si la CIA et le FBI ont une « haute confiance » dans l’implication de la Russie, la NSA (la seule agence capable de scruter le cyberespace), n’en a qu’une « confiance modérée ».

En 2020, un rapport secret des services de renseignement américains constatent que John Brennan, Directeur de la CIA, a fait comme Donald Rumsfeld en 2002, en faisant rédiger le rapport par des analystes choisis au sein de quelques agences de renseignements. On a délibérément écarté les services plus « réservés » sur la question, comme l’Agence de renseignement militaire (DIA), et les analystes qui estimaient que « Moscou préférait Clinton parce qu’elle travaillerait avec ses cadres, alors que l’on craignait que Trump ne soit trop imprévisible ». En clair : les accusations contre la Russie sont purement spéculatives. Et cependant, notre presse les relatera…

Le 18 janvier, Barak Obama lui-même avoue que le rapport est « peu concluant » sur la question du hacking et de la manière dont WikiLeaks a eu accès aux e-mails du Parti démocrate. Mais ici encore, les médias mainstream complotistes ne relèveront pas cette réserve…

En réalité, la stratégie de l’Internet Research Agency (IRA) s’apparente davantage à du marketing numérique qu’à une stratégie d’influence. Loin d’avoir la configuration d’une opération sophistiquée de propagande, il s’est agi d’un travail beaucoup plus simple, fonctionnant avec des « pièges à clicks » destinés à gagner de l’argent. C’est tout. 

D’ailleurs, les liens entre l’IRA et le Kremlin ne sont pas avérés. L’acte d’accusation contre l’IRA, établi par Robert Mueller en février 2018, ne mentionne aucun lien avec le gouvernement russe. En outre, en juillet 2019, dans un avis et l’ordonnance qui l’accompagne, le juge fédéral Dabney L. Friedrich reproche au Rapport Mueller de suggérer que des activités d’influence « ont été entreprises au nom du gouvernement russe, sinon sous sa direction », alors qu’aucun élément ne lie l’IRA au gouvernement russe. Dans cette perspective, les affirmations de France24, BFMTV et d’autres relèvent tout simplement du complotisme : on crée des liens et des mécanismes de complot là où il n’y en a pas et on transforme des initiatives de trolls qui cherchent à gagner de l’argent en complot politique.

Le 14 juin 2016, parti Démocrate mandate CrowdStrike, une compagnie privée, pour démontrer l’implication de la Russie. 

Le 7 mai 2020, la Commission parlementaire du Renseignement décide de déclassifier et publier un certain nombre d’auditions de témoins du Russiagate, parmi lesquelles celle de Shawn Henry, président de CrowdStrike. Il affirme qu’il n’avait « pas de preuve concrète que des données ont été exfiltrées du CND, mais des indications qu’elles ont été exfiltrées ». Le terme « exfiltré » laisse deux possibilités ouvertes : que les données ont été prises de l’extérieur (hacking) ou qu’elles ont été téléchargées sur un support local (clé USB). Questionné sur ces « indications », il confesse « que les données ont été préparées pour être exfiltrées, [ils n’avaient] tout simplement pas la preuve qu’elles sont effectivement parties ». Ce qu’il décrit suggère que les données (e-mails) ont été rassemblées avant d’être « exfiltrées », ce qui indique un téléchargement et non un hacking. En clair : on n’en sait rien, et les accusations contre la Russie ne sont que des spéculations.

Naturellement, les mêmes accusations ont été portées contre la Russie à l’occasion du vote sur le Brexit. Mais là aussi, malgré les efforts pour exploiter ces accusations afin d’invalider le vote, on peut constater que qu’ils relèvent de la mauvaise foi et des mauvaises pratiques journalistiques.  

Sur Twitter, 419 comptes – considérés comme basés en Russie – ont émis 3 468 « tweets » sur le thème du Brexit, dont 78 % après le vote ! Le montant total dépensé par Russia Today en publicités sur Twitter s’élève à £767 (env. CHF 950) ; tandis que sur Facebook des comptes liés à la Russie ont dépensé au total… moins de €1 pour trois publicités, toutes liées à l’immigration, sans mentionner le Brexit !  Mais cela n’empêche pas le journal Libération d’affirmer qu’il y a eu une ingérence russe dans le scrutin, sans donner un seul élément qui le confirme. À part des considérations générales sur des actions attribuées à la Russie (comme une panne électrique le jour du scrutin), la journaliste joue sur la confusion entre ce qui « vient de Russie » et ce qui serait mené par le gouvernement russe.

-Jacques Baud, les constats que vous dressez sont loin d’êtres anodins! Ils révèlent, en tous les cas, à quel point nos médias se contentent de relayer des soi-disantes informations qui, comme vous venez de le démontrer, sont sans fondement assuré ni confirmé. 

Jacques BAUD: -Au fil des mois, l’ingérence russe dans la présidentielle américaine apparaît comme une gigantesque mystification. Ainsi, les médias ont mis le projecteur sur les attaques contre le Comité national démocrate (CND), mais bien peu ont mentionné que le Comité national républicain (CNR) avait également été l’objet d’attaques informatiques. De même, ils se sont concentrés sur la manière dont les courriels du CND ont été obtenus, mais ont négligé leur contenu, qui aurait pu être dévastateur pour le parti démocrate. Finalement, le Russiagate a été une manière magistrale de masquer les faiblesses de la candidate démocrate et de sa stratégie.

La lecture française de la présidentielle américaine est basée sur une réflexion linéaire, influencée par sa propre culture politique, où l’impact d’une stratégie de campagne est faible. Or, dans le système américain des Grands Électeurs, qui donne aux États un poids différent, la stratégie a une importance considérable. Ainsi le site Fivethirtyeight, de la chaîne ABC News, a-t-il comparé les stratégies des deux candidats : le Wisconsin était un État-clé mais Hillary Clinton ne l’a pas visité une seule fois durant la campagne. En fait, la candidate démocrate a délaissé les États qu’elle considérait comme « acquis », alors que l’équipe Trump s’est concentrée sur les États qui pouvaient « lui rapporter le plus ».

En octobre 2019, la Commission sénatoriale du Renseignement publie son rapport final, émaillé de préjugés simplistes et d’affirmations gratuites, mais confirme néanmoins que :

L’écrasante majorité du contenu diffusé par l’IRA n’exprimait pas de soutien clair à l’un ou l’autre des candidats à la présidence.

Un mois plus tard, le Journal de l’Académie des sciences américaine publie une étude approfondie des « tweets » durant la campagne électorale, qui conclut que les comptes créés par l’IRA n’ont pas eu d’impact sur le comportement des électeurs. Une étude conduite en 2017 indique que le Russiagate n’est que l’« hystérisation » d’une campagne de « pièges à clics » menée par des groupes d’informaticiens en Russie et en Roumanie pour gagner de l’argent. Si le gouvernement russe s’était effectivement ingéré dans l’élection, on ne voit pas exactement pourquoi et comment la Russie aurait mis à profit ce travail, puisque rien n’indique qu’elle a été faussée.

La question ici – comme dans les autres affaires que l’on attribue sans aucune preuve à la Russie (et à Poutine) – est: Pourquoi la Russie prendrait-elle des risques politiques aussi énormes pour des gains aussi minimes? Alors que nos médias se plaisent à présenter Poutine comme un joueur d’échecs, une telle gestion des affaires défierait la logique. 

Par ailleurs, il est assez pathétique de voir le pays qui a fomenté des coups d’État plus de 60 pays, qui s’est le plus impliqué – y compris de manière criminelle – dans les affaires d’autres pays, qui a soutenu et organisé des actes terroristes, et a tenté d’assassiner Fidel Castro 638 fois (!), pleurnicher aujourd’hui sur l’éventualité que d’autres puissent s’ingérer dans ses affaires. 

Il est tout aussi pathétique de voir nos médias et nos journalistes se contenter d’informations aussi sommaires pour porter des jugements. Car aujourd’hui, malgré le fait que rien n’a démontré une responsabilité du gouvernement russe dans cette affaire, on continue à en faire une vérité intangible : nos journaux et bien de nos journalistes auraient fait merveille dans les années 30 en Allemagne ou en Italie ! Vous ne me croyez pas ? Nous y reviendrons dans notre prochain entretien…

Voix

LA GUERRE D’INFLUENCE ET LA FAUSSE BANNIÈRE, SUITE DES ENTRETIENS AVEC JACQUES BAUD

-Jacques Baud, dans nos précédents entretiens sur la guerre dinfluence, vous aviez proposé de laborder de manière méthodique en nous arrêtant sur ses différents aspects que sont linfluence, les mesures actives, la propagande et la censure, la désinformation, la fausse bannière et la mésinformation. Il nous reste à aborder avec vous la fausse bannière et la mésinformation. Pour rappel à qui le souhaiterait, lensemble de nos entretiens est accessible en cliquant sur ce lien.

Jacques BAUD: –L’action dite « sous fausse bannière » est une forme de désinformation qui a pour but d’attribuer faussement une action à un acteur particulier. L’expression a son origine dans la pratique des pirates d’utiliser de faux pavillons pour s’approcher de leur proie. C’est comme ça que les Japonais ont justifié leur attaque contre la Chine, après l’attentat de Mukden en 1937. Aujourd’hui, cette pratique est utilisée pour dévier des accusations vers un tiers. Il est important de noter que de telles opérations ont toujours un objectif concret, comme nous le verrons. 

Au début des années 1950, les États-Unis sont tentés de soutenir les régimes nationalistes et panarabes en Egypte et en Syrie, tandis que la Grande-Bretagne cherche à se désengager du Proche-Orient. De son côté, Israël sent sa sécurité menacée et cherche à prévenir la constitution d’une coalition arabe. En 1954, l’Etat hébreux lance donc une opération sous fausse bannière : l’Opération SUSANNAH, conçue et exécutée par l’AMAN, le service de renseignement militaire israélien. Il s’agissait de mener des attentats terroristes contre des cibles anglaises, américaines et égyptiennes, puis de les attribuer aux Frères Musulmans afin de provoquer une intervention anglo-américaine. Mise à jour par la sécurité égyptienne, l’opération se solde par un fiasco retentissant, poussant Pinhas Lavon, ministre de la Défense israélien à la démission. Elle devient l’« Affaire Lavon » et provoque une vague mondiale d’indignation. Elle se traduit par l’expulsion des juifs d’Egypte et de plusieurs autres pays arabes, malgré que les communautés juives et arabes y avaient jusqu’alors cohabité en bonne intelligence. On attribuera ces expulsions à l’antisémitisme, mais en réalité, ces pays craignent d’être victimes des mêmes provocations. Cet épisode inspirera le livre Eurabia, de Bat Ye’or, dont la famille est alors expulsée d’Egypte. Le livre inspire à son tour l’idée d’un complot islamiste – propagée par Conspiracy Watch (un comble !) – visant à établir un « califat mondial », qui nourrit les fantasmes de l’extrême-droite en Europe, et l’ouvrage de Sylvain Besson, du journal Le Temps, que nous avons déjà évoqué. Nous y reviendrons en parlant du terrorisme.

-Sylvain Besson, donc ce journaliste du quotidien suisse autrefois dit « de référence » qui a commenté la parution de votre livre de telle manière quil aura favorisé la série dentretiens que nous avons dont le deuxième, justement, évoque cet ouvrage Eurabia. Mais poursuivons avec la fausse bannière et son recours dans divers cas que vous allez évoquer …

Jacques BAUD: -Un autre exemple d’événement « sous fausse bannière » a été le massacre de la population civile de Benghazi par l’armée libyenne en mars 2011. Les médias occidentaux relaient les déclarations de Moustafa Abdul Jalil, alors dirigeant de la révolution libyenne et chef du Conseil national de transition (CNT), selon lesquelles Kadhafi s’apprêterait à tuer plus d’un demi-million de Libyens. Le 27 mars 2011, sur les ondes d’ABC News, Hillary Clinton, alors Secrétaire d’Etat, évoque des dizaines de milliers de morts. Mais en 2014, Moustafa Abdul Jalil, avouera que le massacre de Benghazi n’a jamais été ordonné par Kadhafi, mais a été mis en scène par les islamistes, en intelligence avec ceux qui prônaient l’intervention occidentale. Ce soi-disant « massacre de Benghazi », rapporté par Bernard-Henri Lévy sera, de son propre aveu, déterminant pour l’intervention internationale et de la France. D’ailleurs, il avouera s’y être engagé « en tant que juif » et avoir « porté en étendard ma fidélité à mon nom et ma fidélité au sionisme et à Israël », s’abritant ainsi derrière le drapeau français. On est dans la « fausses bannière » au sens littéral du terme. Par ailleurs, on notera au passage, que la laïcité républicaine – qui veut que la politique soit séparée de la religion – ne semble devoir s’appliquer qu’aux musulmans…

En août 2013, la tentation est forte pour l’opposition syrienne d’utiliser ce même stratagème pour tenter de provoquer une intervention occidentale contre le gouvernement syrien avec l’attaque chimique de la Ghouta. Un an plus tôt, le 20 août 2012, le président Obama avait évoqué une « ligne rouge » concernant l’usage d’armes chimiques en Syrie. Mais, contrairement à ce qu’a rapporté la presse internationale, il ne s’adressait pas uniquement à Bachar al-Assad, mais aussi à « d’autres acteurs sur le terrain », car les services américains savent alors que les rebelles disposent d’une capacité chimique. En août 2013, comme le rapporte Obama lui-même dans une interview du média « The Atlantic », les services de renseignement américains flairent une action « sous fausse bannière » et conseillent au président Obama, qui « en était venu à croire qu’il allait dans un piège, tendu à la fois par les alliés et par les adversaires » de ne pas intervenir. Tous nos médias – y compris ceux qui se donnent pour mission de se baser sur les faits comme Conspiracy Watch – propagent de manière peu honnête une information tronquée, par l’entremise de journalistes menteurs comme Antoine Hasday, qui nie même cette explication, confirmée par Obama lui-même !

Les attaques (ou tentatives) contre des pétroliers dans le Golfe ou des installations pétrolières saoudiennes sont attribuées à l’Iran. Mais quel serait l’intérêt de l’Iran ? Déclencher une riposte américaine contre lui ? En fait, personne ne sait qui sont les auteurs de ces attentats. Curieusement, l’idée de telles actions « sous fausse bannière » contre des pétroliers dans le Golfe a été décrite par un think-tank américain en 2009 déjà, avec pour objectif de provoquer une réaction militaire contre l’Iran. 

Comme pour le récent assassinat de Mohsen Fakhrizadeh, on évoque la responsabilité d’Israël, par l’entremise du Modjahedin-e-Khalq (MeK). 

Le MeK (ou Moudjahidines du Peuple Iranien) est un mouvement d’opposition iranien de tendance marxiste. Malgré ses nombreux crimes contre les droits de l’Homme, ses attentats et assassinats, le MeK n’a jamais été considéré comme terroriste en  France. Il a participé au renversement du Shah en 1979 avec les islamistes, et a servi de prétexte pour accuser Saddam Hussein de soutenir le terrorisme international. Il figure sur la liste des mouvements terroristes du Département d’Etat américain dès 1997, mais après la Guerre du Golfe, la volonté croissante des États-Unis de renverser le régime iranien, pousse le MeK à « se vendre ». En 2002, le MeK accuse l’Iran de développer l’arme nucléaire et publie des documents fabriqués par le Mossad israélien ! Des combattants du MeK sont alors formés en Irak par le Joint Special Operations Command (JSOC) américain pour mener des attentats et des assassinats en Iran. Depuis 2005, Israël les l’utilise pour mener des attentats en Iran, notamment pour assassiner des ingénieurs nucléaires entre 2007 et 2010. L’emploi du MeK par Israël pour mener ses basses œuvres contre l’Iran a suscité la réprobation aux États-Unis, mais a connu un regain d’intérêt avec l’administration Trump, sans susciter de réactions dans les médias et les journalistes qui soutiennent le terrorisme (et qui devraient en répondre pénalement…) En 2012, le MeK est retiré de la liste américaine des mouvements terroristes après une intense campagne de lobbyisme. 

Depuis le début des années 50, une constante de la politique étrangère d’Israël est de pousser l’Occident à s’impliquer militairement dans la région, et même s’il n’utilise pas toujours la « fausse bannière » pour y parvenir, tout concourt à cet objectif. 

Par exemple, en octobre 1983, comme le révèle Victor Ostrovsky, ex-agent du Mossad, dans son ouvrage By Way of Deception, Israël savait qu’un attentat était en préparation contre le contingent américain à Beyrouth, mais n’a délibérément pas averti son allié, afin de le pousser à s’engager dans le conflit. 

Dans le même esprit, Israël pousse les États-Unis à mener des actions à l’effet douteux. Ainsi, en janvier 2020, c’est sur des renseignements israéliens, que les États-Unis ont éliminé Qassem Soleimani. La presse occidentale emboite le pas de Donald Trump, comme Swissinfo et Le Temps, qui affirment qu’il préparait « des attaques imminentes ». Le Courrier International titre même « Bon Débarras »,… comme la publication « Al-Naba » de l’Etat Islamique ! 

En réalité, le général iranien était alors en mission diplomatique de paix afin de réduire les tensions avec l’Arabie Saoudite ; c’est pourquoi il voyageait officiellement… 

On voit donc que nos médias ont une relation « à géométrie variable » avec l’Etat de Droit. Pour comprendre cette dynamique contre-intuitive, il faut savoir que, contrairement à ce qu’ils tentent de faire croire, les intérêts israéliens et occidentaux au Proche-Orient ne coïncident pas. Pour simplifier à l’extrême : les réfugiés Palestiniens des années 60-70 en Syrie combattent aux côtés de l’armée syrienne et l’Etat Islamique combat le Hamas palestinien (qu’Israël a financé pour combattre le Fatah « sous fausse bannière »)… C’est pourquoi, même s’il est faux de dire que les Occidentaux (Américains, Israéliens, Turcs, etc.) ont créé l’Etat Islamique, ils l’ont laissé se développer jusqu’à pousser la Russie à s’engager, comme le confesse John Kerry lui-même. Ensuite, les médias se déchaineront contre « l’expansionnisme » de Vladimir Poutine : c’est de la désinformation pure et simple !  Mais nous pourrons y revenir plus en détail en traitant du terrorisme, que nos médias ont tout fait pour attiser…

Politique, société, Voix

Washington, le Capitole au coeur de complotismes? Décryptage avec Jacques Baud

-Jacques Baud, dans le cadre de nos entretiens sur le complot,  le complotisme et le conspirationnisme, quelles réflexions vous inspirent les événements récents de Washington ?

Jacques BAUD: -Le mandat de Trump s’achève : quatre ans d’un « règne » guidé par l’opportunisme, le mensonge et la sottise. Durant ces quatre ans, aux États-Unis et en Europe, les dirigeants et nos médias ont craché sur l’héritage des « Lumières » en encourageant un « despotisme peu éclairé », qui trouve toute sa « consécration » dans le désastre de la gestion de la crise de la CoViD.

Les images du 6 janvier à Washington ont provoqué – à juste titre – l’indignation générale. Mais en fait, les partisans « pro-Trump », n’ont fait que répéter la mécanique bien rodée de l’administration Trump : on conteste les résultats d’élections, afin de provoquer des manifestations et des violences. 

Ça ne vous rappelle rien ? A Hong Kong, lorsque les manifestants « pacifiques » financés par l’administration Trump, ont vandalisé le Parlement de Hong Kong en juin 2019, aucun média ou politicien occidental s’est ému. 

Lorsque Trump affirme qu’il y a eu fraude lors de la présidentielle et qu’il a gagné l’élection, on répond – avec raison – qu’il ment. Mais, lorsque l’opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa affirme avoir gagné les élections en août 2020, on la croit sans discuter et sans aucun élément de preuve. Pourtant, le résultat de l’élection est cohérent avec les scrutins précédents. Et même s’il est possible qu’il y ait eu des fraudes au niveau local, elles n’ont jamais été démontrées. Durant 29 ans, les élections au Belarus ont été systématiquement observées par les experts de l’OSCE ; or, en août 2020, l’OSCE n’a pas envoyé d’observateurs, malgré la demande du Belarus (on a évoqué le « retard » de l’invitation du Belarus à l’OSCE, mais c’est faux, car non seulement le Belarus avait annoncé plus de 6 mois à l’avance des élections et envoyé une invitation formelle, cette dernière n’est pas nécessaire). Donc on ne vérifie pas, on affirme qu’il y a eu fraude et cela suffit à déclencher un processus de violence.

Au Venezuela, l’administration Trump fait encore mieux : l’opposition ne participe pas aux élections pour affirmer ensuite qu’elles ont été truquées. En 2018, Juan Guaidó, le Navalny vénézuélien, financé par les États-Unis, était pratiquement inconnu avant que Trump et son administration ne le sortent de son anonymat. Car, comme je l’ai expliqué dans mon ouvrage « Gouverner par les Fake News », il n’a jamais été élu et s’est retrouvé à la tête de l’assemblée parlementaire simplement par le jeu des présidences tournantes et des vacances à la tête de son parti…  Comme au Belarus, l’invitation adressée au début septembre par Nicola Maduro à l’Union Européenne pour observer les élections de décembre a été déclinée par l’UE : plus facile ainsi de déclarer l’élection illégitime…

Quant au cas Navalny, nous en avons déjà parlé…

-En effet et je renvoie nos lectrices et nos lecteurs aux sujets de ce blog indiqués ici et, en lien.

Jacques BAUD: -Donc les événements de Washington ne sont que la continuation de pratiques (des mêmes personnes) que nous avons très largement acceptées – voire encouragées – dans d’autres pays…

Pour mettre en évidence l’hypocrisie de médias et de journalistes corrompus et à l’éthique professionnelle douteuse, rappelons ici que durant ses quatre ans de présidence, on a prétendu que Trump était sous l’influence de Poutine, qu’il y avait entre eux une connivence, que « Poutine adore Trump », que Poutine aurait cherché à le faire réélire, car il y aurait une « alchimie positive » entre eux, au point que Trump préfèrerait Poutine à ses partenaires de l’OTAN. 

Pour mettre un peu d’objectivité dans ces élucubrations examinons cette « amitié » que Trump a vouée à Poutine ces dernières années, et comment il l’a remercié d’avoir « facilité » son élection en 2016 :

Des soldats américains déployés dans plusieurs pays d’Europe (02.2017)

Les premiers chars américains débarquent en Europe pour se déployer à l’est (01.2017)

Trump tire 59 missiles de croisières contre la Syrie (04.2017)

Trump refuse à ExxonMobil la levée des sanctions contre la Russie (04.2017)

Pour Poutine, l’arrivée de Trump a dégradé les relations russo-américaines (04.2017)

Trump encourage la vente de gaz naturel auprès des clients de la Russie (07.2017)

Donald Trump promulgue les nouvelles sanctions contre la Russie (08.2017)

Trump inscrit RT comme “agent étranger” (09.2017)

US ‘to restrict Russian military flights over America’ (09.2017)

Washington interdit aux agences fédérales l’antivirus Kaspersky (12.2017)

Kaspersky : le président Donald Trump promulgue une loi interdisant l’utilisation des produits de l’éditeur au sein du gouvernement (12.2017)

Trump autorise la vente d’armes létales à l’Ukraine (12.2017)

Russie: nouvelles sanctions américaines, le dirigeant tchétchène visé (12.2017)

Washington accuse la Russie d’aider la Corée du Nord (01.2018)

Pour les États-Unis, la Chine et la Russie sont de plus grandes menaces que le terrorisme (02.2018)

Syrie : des combattants russes tués par des frappes américaines ? (03.2018)

Trump ordonne la fermeture du consulat de Russie à Seattle (03.2018)

Affaire Skripal: Trump ordonne l’expulsion de 60 Russes (03.2018)

Pour faire face à la Russie, les Etats-Unis déploient leur armée en Europe de l’est (04.2018)

Trump critique l’Allemagne pour le projet Nord Stream 2 (04.2018)

Washington sanctionne des « oligarques » proches de Poutine (04.2018)

Trump lance des frappes ciblées en Syrie avec la France et le Royaume-Uni (04.2018)

Tensions entre les États-Unis et la Russie autour de la Syrie : vers un retour de la Guerre froide ? (04.2018)

Aluminium. Le géant russe Rusal, sanctionné par Washington, dévisse à la Bourse (04.2018)

Iran : la Russie « profondément déçue » par la décision de Trump (05.2018)

Trump demande à ses alliés d’accroître leurs dépenses militaires à… 4% du PIB (07.2018)

Otan: Trump affirme à Macron qu’il n’y a « pas de rupture » avec l’Europe (07.2018)

Affaire Skripal. Washington annonce de nouvelles sanctions contre Moscou (08.2018)

Etats-Unis : signature d’un budget record pour le Pentagone (08.2018)

Donald Trump prêt à lancer son armée de l’espace (08.2018)

Les États-Unis sanctionnent la Chine pour ses achats d’avions Su-35 et de systèmes S-400 auprès de la Russie (09.2018)

L’Inde acquiert des systèmes antiaériens russes, malgré les avertissements de Washington (10.2018)

Trump se retire d’un traité nucléaire avec la Russie (10.2018)

Donald Trump va infliger de nouvelles sanctions à la Russie (11.2018)

Tensions entre la Russie et l’Ukraine : Trump annule une rencontre avec Poutine (11.2018)

Ingérence électorale: sanctions américaines contre des agents russes (12.2018)

Affaire Skripal : les Etats-Unis imposent de nouvelles sanctions financières à la Russie (08.2019)

Les États-Unis sortent officiellement du traité de désarmement sur les armes nucléaires FNI (08.2019)

Les États-Unis vont déployer 1000 soldats en Pologne, selon Trump (06.2019)

Donald Trump approuve les sanctions américaines à l’égard des entreprises collaborant au gazoduc Nord Stream 2 (01.2020)

Les États-Unis sanctionnent Rosneft Trading S.A. pour sécuriser les ressources naturelles du Venezuela (02.2020)

Trump annonce le retrait du traité Ciel ouvert, accusant Moscou de le violer (05.2020)

Trump confirme pour la première fois une cyberattaque américaine contre la Russie (07.2020)

Traité New Start : Washington rejette l’offre «inacceptable» de Poutine (10.2020)

Les États-Unis se retirent officiellement du traité « Ciel ouvert » (11.2020)

La Russie accuse un navire américain d’avoir violé ses eaux territoriales (11.2020)

Les États-Unis sanctionnent la Turquie pour l’achat de missiles russes S-400 (12.2020)

Pompeo accuse la Russie de « semer le chaos » autour du bassin méditerranéen (12.2020)

Les Etats-Unis vont fermer leurs consulats en Russie (12.2020)

Les Etats-Unis accentuent les sanctions contre le gazoduc Nord Stream 2 (01.2021)

Si vous vous demandez pourquoi nos medias n’inspirent aucune confiance, que prolifèrent les théories du complot, que le public ne montre plus d’intérêt pour s’impliquer dans nos démocraties, vous avez la réponse. Les médias, autrefois surnommés « 4e pouvoir », n’en sont devenus que le prolongement négatif, en soutenant des gouvernements qui financent les opposants dans d’autres pays, qui ne respectent pas le droit international, qui mentent sur leurs propres actions pour échapper au verdict des urnes, etc…

A méditer

Politique, société, Voix

Affaire Navalny, la vidéo et autres questions posées à Jacques Baud dans le cadre de nos entretiens

-Jacques BAUD, dans le précédent sujet de ce blog consacré au blogueur russe Alexeï Navalny, vous nous avez fait part de diverses informations de grand intérêt pour comprendre comment nos médias relatent   ce qui concerne celui qu’ils s’ingénient – à tort, nous l’avons aussi vu- à considérer comme « principal opposant » du Kremlin. En lien avec la tentative d’empoisonnement qui l’a visé à l’été 2020, c’est une vidéo postée le 21 décembre dernier qui a à nouveau défrayé la chronique de nos médias « mainstream ». Quelle est votre lecture de ce nouvel épisode de l’affaire?

Jacques BAUD: -Le 21 décembre est publiée une vidéo montrant Navalny téléphonant à l’un de ses « empoisonneurs » du FSB. La vidéo fait un « buzz », mais en réalité on ne connait pas l’identité réelle de l’interlocuteur de Navalny, et rien ne démontre qu’il soit réellement un agent du FSB. En admettant qu’il le soit, pourrait-il ainsi s’exprimer librement avec un inconnu au téléphone et donner des détails sur une opération qui serait vraisemblablement classifiée ? En admettant que cet « agent » ait été chargé de la surveillance de Navalny, n’aurait-il pas reconnu sa voix au téléphone ? etc., etc. Par ailleurs, nous avons déjà évoqué la méthodologie pour le moins discutable utilisée par Bellingcat pour identifier les agents russes : définir un profil et chercher les individus qui correspondent à ce profil, mais sans pouvoir le relier matériellement à l’action qu’on lui attribue. On pourrait entrer ici dans de très nombreux détails qui montrent que Bellingcat ne connait ni le fonctionnement, ni la structure des services de sécurité russes et que dès lors sa méthode conduit très vraisemblablement à de faux résultats. D’ailleurs, au contraire de certains médias peu scrupuleux qui relaient la théorie du complot, CNN – qui a enquêté sur place – avoue qu’elle n’a pas été en mesure de confirmer les accusations de Navalny…

Le média Meduza, a questionné quatre avocats pour savoir si la vidéo de Navalny apportait la preuve que le FSB aurait tenté de l’empoisonner. Tous s’accordent pour déclarer que même si techniquement une vidéo peut être utilisée comme preuve, que le contenu de cette vidéo peut prêter à toutes les manipulations et est très insuffisante pour prouver quoique ce soit.

Quant à Bellingcat, auquel se réfèrent régulièrement des conspirationnistes d’extrême-droite, Conspiracy Watch, Antoine Hasday, et de nombreux journaux occidentaux comme Le Temps ou la Tribune de Genève, un document interne britannique de l’Integrity Initiative (le programme d’influence du gouvernement britannique, qui finance – en partie – Bellingcat) sur la lutte contre la désinformation russe, daté de juin 2018, le juge de la manière suivante :

Bellingcat a été quelque peu discrédité, à la fois en répandant lui-même de la désinformation et en étant prêt à produire des rapports pour quiconque est prêt à payer.

Ce qui remet en perspective l’affirmation de l’Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement (IHEID) selon laquelle « Les enquêtes de Bellingcat ne reposent pas sur des fuites ou des hacks, mais sur des informations de sources ouvertes librement disponibles », ce qui est manifestement faux, comme ici et ici. D’ailleurs, en l’occurrence, le magazine Foreign Policy affirme que Bellingcat est une forme de « prête-nom » pour la politique américaine et cite Marc Polymeropolous, ex-vice-directeur des opérations de la CIA en Europe et en Eurasie, qui déclare : « Je ne veux pas être trop dramatique, mais nous adorons ça ! »

Donc, au final, nous n’en savons rien et ceux qui prétendent savoir ou excluent d’emblée des possibilités alternatives sont soit des menteurs, soit des individus qui voient des complots partout (complotistes). Les différents rapports sur cet empoisonnement, publiés par l’hôpital de la Charité, par l’OIAC, par l’Allemagne, la Suède ou la France, sont basés sur les échantillons biomédicaux (prélèvements de sang et d’urine) et aucun ne confirme le mode d’empoisonnement, ni ne fait référence aux bouteilles ou aux sous-vêtements. L’affirmation selon laquelle il s’agirait de Novitchok est clairement abusive en l’état. Quant au lien avec les services secrets russes il est au mieux circonstanciel, et non factuel, car à ce stade, rigoureusement rien – pas même la conversation de Navalny – ne permet de lier les autorités russes à une tentative d’empoisonnement.

Dans ce contexte, on peut raisonnablement se demander si le risque politique que Navalny constitue pour le gouvernement russe est à la mesure du risque politique de tenter son élimination. C’est pourquoi, il est tout aussi raisonnable de penser que « d’autres acteurs », touchés par ses enquêtes sur la corruption – notamment dans les milieux de la criminalité organisée – pourraient avoir un intérêt existentiel à le supprimer… D’ailleurs, la Tribune de Genève, qui défend généralement des théories complotistes concernant la Russie, constate que Navalny a « des centaines d’ennemis parmi lesquels des individus déterminés ». Dès lors, pourquoi exclure toutes les hypothèses autres que celles impliquant le gouvernement russe, notamment le crime organisé ? J’aimerais bien savoir qui paie ces journalistes!..

Le problème dans ces affaires n’est pas tellement de savoir qui a tort ou qui a raison, mais le fait que des situations inexpliquées deviennent la base pour des décisions politiques. Exactement, comme le font Conspiracy Watch et le journaliste Antoine Hasday : ils créent des certitudes à partir de situations peu claires, on attribue ainsi aux gens exactement l’opposé de ce qu’ils voulaient dire ou faire initialement, donnant ainsi du crédit à la corruption des mécanismes de décision que je tente de dénoncer. C’est la définition même du complotisme. On ne lutte pas contre les tyrannies en en établissant d’autres. On ne lutte pas contre les abus en ne tolérant que les nôtres. On constate que ceux qui prétendent lutter pour la démocratie et les droits de l’Homme, ne font souvent que relayer des idées extrémistes qui radicalisent l’action au lieu de privilégier le dialogue et la diplomatie. Nous y reviendrons dans notre entretien sur la guerre de l’influence.

Histoire, Politique, société, Voix

Affaire Navalny, quelques questions à Jacques BAUD dans le cadre de nos entretiens

-Jacques BAUD,  dans nos entretiens dont je rappelle le lien qui renvoie à l’ensemble des sujets que nous avons abordés, il a été question de complot, de complotisme, de conspirationnisme et de guerre d’influence. Dans laquelle de ces catégories placeriez-vous la tentative d’empoisonnement qui a visé le blogueur russe Alexeï Navalny que nos médias s’obstinent à nous présenter comme « principal opposant » de Vladimir Poutine alors que de longue date, toutes celles et ceux qui savent ce qu’il en est du poids politique réel de cet homme, ne cessent de rappeler qu’il dépasse pas même les doigts d’une seule main et que, de fait, Navalny ne représente aucun « danger » pour le Kremlin. Mais il semble que le mettre en cause importe vu que, récemment encore, il a été rappelé qu’il était « dans le collimateur du Kremlin », selon RFI pour ne citer que ce site tandis que Le Monde y va aussi de sa version.

Quel est votre regard sur cette affaire et sur son traitement médiatique occidental?

Jacques BAUD: – Comme nous l’avons vu, les médias occidentaux relaient la propagande américaine. Les phénomènes inexpliqués sont presque automatiquement attribués à une cause unique et indiscutable : des « complots » ourdis par les services secrets – sous la conduite directe des dirigeants – pour éliminer les individus qui ne leur plaisent pas. En fait, c’est la définition exacte du « complotisme »

Ainsi, en août 2013, plusieurs médias francophones comme BFMTV, Atlantico ou la Tribune de Genève, et anglo-saxons, comme The Telegraph, USA Today ou CNBC répercutent la propagande de l’extrême-droite sud-coréenne et annoncent que Kim Jong-Un aurait fait fusiller sa petite amie Hyon Song-Wol… Mais cette dernière réapparait en mai 2014 à la télévision, contraignant certains à reconnaitre la piteuse qualité de leur travail journalistique ! En juin 2019, le journal britannique The Mirror constatera que les rapports sur sa disparition avaient été « beaucoup exagérés » !… Ah bon ?

En mai 2015, BFMTV, Le Point, RTL et d’autres médias annoncent que Kim Jong-Un aurait fait empoisonner sa tante Kim Kyong-Hui parce qu’elle se serait opposée à la construction d’un « acquaparc » ! Pourtant, en janvier 2020, elle réapparait en public aux côtés de Kim Jong-Un, et la BBC évoque même qu’elle aurait un nouveau rôle au sein du régime.

Durant la présidence de Donald Trump, nos médias diffusent ses mensonges et soutiennent – sans aucune analyse critique – sa politique de discorde internationale, corollaire de la doctrine de l’ « America First ». En février 2016, les médias, dont la Tribune de Genève, annoncent l’élimination du général Ri Yong-Gil, chef d’état-major de l’Armée populaire… mais il réapparait quelques mois plus tard, au Congrès du Parti communiste … avec une promotion !

Le 31 mai 2019, la presse occidentale – comme France 24, le New York Times, Reuters et d’autres – annonce que Kim Jong-Un « aurait fait exécuter des collaborateurs » pour « se venger », dont Kim Hyok-chol (principal négociateur du sommet avec le président Trump). Mais le même jour, Kim Hyok-Chol est vu en public alors qu’il assiste à un spectacle réalisé par son épouse.

Il y a donc de « bons complotismes » (comme ceux qui attribuent des complots à la Russie, à la Chine, à l’Iran, etc.) et de « mauvais complotismes » (qui mettent en doute les attributions de complots à la Russie, etc.)

L’affaire Navalny, qui a défrayé la chronique ces derniers mois, fait partie de ce « complotisme de bon aloi », propagé par nos médias. Rappel des faits : le 20 août 2020, l’opposant russe Alexeï Navalny souffre de douleurs lors du vol qui le ramène de Tomsk à Moscou. L’avion fait alors un atterrissage d’urgence à Omsk afin de permettre son hospitalisation d’urgence. Le 22 août, à l’initiative d’une ONG allemande, Navalny est transporté en Allemagne, pour être hospitalisé à la clinique de La Charité à Berlin jusqu’à sa sortie en octobre. L’entourage de Navalny, et les médias occidentaux accusent le gouvernement russe d’avoir tenté d’empoisonner l’opposant. En décembre, Navalny met en ligne une vidéo le présentant en train de téléphoner à l’un de ses empoisonneurs avec l’assistance de l’organisation Bellingcat.

Mais qu’en est-il en réalité ? Tout d’abord, qui est Alexeï Navalny ?

Les médias de propagande occidentaux le présentent comme « chef de file » ou « leader » de l’opposition. Pourtant, comme le reconnait les Checknews du journal Libération, c’est simplement l’opposant le plus visible. On utilise le prétexte son Fond de Lutte contre la Corruption (FBK) pour le présenter comme un démocrate, mais on en est bien loin : en 2007, il est expulsé du parti de centre-droite « Yabloko » en raison de ses « activités nationalistes » à tendance racistes. Ses idées ultra-nationalistes et d’extrême-droite, l’apparentent davantage à ce que l’on appelle un « populiste » en Occident : la vidéo où il met en scène le fait d’abattre un migrants tchétchènes en Russie est éloquente. D’ailleurs, c’est en drainant les votes des extrêmes de droite et de gauche – qui ne sont pas assez nombreux séparément pour participer à des élections – qu’il a mis au point le concept de « smart voting ». Ainsi, son « succès » aux municipales de Moscou en 2013, où « il » obtient 27% (et non 30%, comme le prétend Wikipédia), est, en fait, celui d’une coalition très disparate politiquement et dont les rivalités internes sont très fortes, même si les extrêmes finissent par se ressembler.

En réalité, sa popularité est faible. Un sondage effectué entre le 20 et le 26 août 2020 (juste après « l’empoisonnement ») par le Centre Levada (financé par les Américains et considéré en Russie comme « agent étranger ») montre la différence de popularité entre Vladimir Poutine et Alexeï Navalny.

Par ailleurs, les sondages effectués par l’institut indépendant VCIOM à la fin août 2020, après la tentative « d’empoisonnement » de Navalny, montrent une légère augmentation de l’approbation de l’action du président Poutine.

En fait, la popularité de Navalny dans les médias occidentaux lui nuit plus qu’elle ne le sert : les Russes tendent à y voir une marionnette de l’Occident. Par ailleurs, il faut également mentionner ici que Navalny – qui a commencé sa carrière comme « dépeceur » d’entreprises (en revendant les branches les plus lucratives et en abandonnant les autres) est sous le coup de plusieurs inculpations pour détournements de fonds et blanchiment d’argent. C’est important, car dans le cadre de ces procédures, il n’est pas habilité à quitter le territoire russe.

Cela étant, la manière dont il a été empoisonné reste un mystère.

-Justement, que disent les différentes versions qui ont été livrées de cette tentative d’empoisonnement?

Jacques BAUD: -Dans une première version, son entourage affirme qu’il a été empoisonné en buvant du thé à l’aéroport de Tomsk. Mais problème : on constate que le thé lui a été servi par un de ses proches. Son entourage évoque alors une deuxième version : un empoisonnement avec les bouteilles d’eau bues à l’hôtel. Ces bouteilles sont récupérées à l’hôtel le 20 août par l’équipe de Navalny, restée à Tomsk. Le Sun publie la vidéo en effaçant les commentaires de la femme de chambre appelant à ne rien toucher avant l’arrivée de la police, afin de cacher que la scène de crime présumée a été altérée. Dès lors, l’intégrité de la chaine de traçabilité n’est plus assurée ; ce que les partisans de la théorie du complot ne mentionneront évidemment pas. L’entourage de Navalny prétendra avoir apporté les bouteilles en Allemagne pour analyse. Mais les « scans » des bagages examinés à l’embarquement – dont les photos ont été publiées par le média privé REN TV (appartenant pour 30% au groupe RTL) – ne montrent aucune bouteille (qui aurait de toute façon été confisquée), tandis que les caméras de surveillance montrent qu’une proche de Navalny achète de l’eau dans un distributeur automatique après le contrôle des bagages. De toutes façons, selon la BBC, Navalny n’aurait rien ingurgité d’autre que son thé à l’aéroport ce matin-là. Par ailleurs, on pourrait s’étonner du fait que ces bouteilles n’aient jamais été soumises aux médecins qui soignaient Navalny à Omsk et qui auraient – théoriquement – pu aider à éclairer son traitement…

Les partisans de Navalny avancent alors une troisième version : l’empoisonnement des slips de Navalny, révélée par le très médiatisé appel de Navalny (aidé des activistes de Bellingcat), à un « agent du FSB », diffusé en boucle sur les médias occidentaux.

-Et de ce poison, qu’en sait-on exactement? Y a-t-il une part des choses à faire entre sa réalité et ce qui en est énoncé dans la majorité de nos médias?

Jacques BAUD: -Tout d’abord, je dois vous dire que comme spécialiste en armes chimiques de l’Armée, je n’avais jamais entendu parler du Novichok avant 2006, avec la publication du livre de Vil Mirzayanov, un de ses concepteurs. Et pour cause : c’est un toxique de combat qui n’a jamais été adopté par l’URSS/Russie et qui n’a été qu’un produit de la recherche soviétique dans les années 80, rapidement abandonné en raison de sa difficulté à être manipulé sur le champ de bataille. Depuis le début des années 90, les laboratoires qui l’avaient développé appartiennent à des républiques indépendantes. Mais le Novitchok a été synthétisé par certains pays occidentaux comme l’Allemagne, les États-Unis, la Tchécoslovaquie, l’Ukraine ou la Grande-Bretagne à des fins diverses.

Le Novichok a été révélé au grand public par l’affaire Skripal en 2018. C’est un toxique qui fait partie de la catégorie des toxiques innervants (également appelés « neurotoxiques » ou « nervins » dans l’armée suisse). Comme vous le savez, nos muscles se contractent grâce à l’acétylcholine (ACh) libérée dans les synapses de nos nerfs moteurs, et se relâchent grâce à l’effet d’une enzyme qui « neutralise » l’acétylcholine : l’acétylcholinestérase (AChE). Les neurotoxiques agissent en inhibant l’AChE. Autrement dit, les muscles se contractent et ne se relâchent plus : c’est une crampe généralisée, qui bloque le cœur et la respiration, provoquant la mort. Il existe plusieurs sortes de neurotoxiques : les agents G (comme le sarin), les « moins » toxiques, dont la dose létale est de l’ordre de 1mg ; les agents V (comme le VX) un peu plus toxiques, avec une dose létale de l’ordre de 0,5-0,1mg ; et les agents de type Novichok, dont la dose létale est d’environ 0,2-0,1mg. On parle donc de quantités infimes, qui peuvent tuer un individu en moins de deux minutes. Cela étant, les inhibiteurs d’AChE ne sont pas propres aux neurotoxiques de combat : on les trouve également dans les insecticides (à partir desquels ont été développé les toxiques de combat) et dans certains traitements contre des maladies neurologiques. En 2019, à la demande de la Russie, les formules de quatre agents apparentés au Novichok ont été ajoutées à la liste de l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC).

-Jacques BAUD,  merci de ces précisions de première importance. Dans ce sens, que pouvez-vous nous dire de ces tentatives d’empoisonnement qui ont visé les Skripal et Navalny? Sont-elles du même ordre? Et si non, en quoi différent-elles selon vous?

Jacques BAUD: -Le jeudi 20 août, à Omsk, Navalny est hospitalisé d’urgence. Ses symptômes sont très différents de ceux des Skripal en 2018. Contrairement à ce que suggère la presse occidentale (comme la RTS), le coma ne résulte pas de l’empoisonnement, mais de la décision des médecins de le mettre en coma artificiel afin de faciliter son oxygénation (selon le même principe que les malades de la CoViD-19). Compte tenu de ses symptômes, les médecins le traitent immédiatement contre un empoisonnement, mais les tests réalisés ne montreront pas de traces d’inhibiteurs d’AChE, comme le montrent les photos publiées par le média d’opposition russe Meduza, basé en Lettonie. A la demande d’une ONG allemande, et malgré son interdiction de quitter le territoire russes pour des raisons judiciaires, les autorités russes donnent leur accord pour qu’il soit traité en Allemagne. Il est transporté en avion le vendredi 21 dans l’après-midi.

Selon le New York Times, à peine Navalny arrivé en Allemagne, des agents de la CIA américaine et du MI6 britannique étaient auprès des autorités allemandes pour leur donner des détails sur les agents russes « impliqués ».

Le 24 août, dans un communiqué de presse, l’hôpital de la Charité déclare que les analyses cliniques « indiquent une intoxication par une substance du groupe des inhibiteurs de cholinestérase ». Pourtant les médecins d’Omsk n’en n’avaient pas détecté. Alors : complot ? Non, pas forcément. Comme l’explique le média d’opposition Meduza, les médecins allemands ont cherché à prouver un empoisonnement, alors que les médecins russes ont cherché la cause de la maladie. Le média constate qu’ils n’ont donc pas cherché – ni trouvé – la même chose, ce qui est cohérent.

L’Allemagne fait alors une demande d’assistance à l’OIAC, qui envoie une équipe pour prélever des échantillons de sang et d’urine à des fins d’analyse le 6 septembre.

Le 14 septembre, le gouvernement allemand publie une déclaration dans laquelle il informe qu’il a chargé des laboratoires suédois et français d’analyser des prélèvements faits sur Navalny. Il affirme que sur la base de prélèvements sur Navalny, un « laboratoire spécial » (en fait : l’Institut für Pharmakologie und Toxikologie der Bundeswehr (IPTB) de Munich) a réalisé un test toxicologique qui a fourni « la preuve irréfutable d’un agent neurotoxique chimique du groupe Novichok », confirmé par les laboratoires français et suédois.

Comme dans le cas de l’affaire Skripal, en 2018, le gouvernement allemand n’est pas en mesure d’affirmer que le toxique est d’origine russe. En 2018, Gary Aitkenhead, directeur du laboratoire de Porton-Down s’était opposé à ce que le Novichok soit attribué à la Russie, c’est pourquoi, le 12 mars, devant le Parlement, Teresa May avait dû utiliser la formulation « d’un type développé par la Russie », qui sera reprise par la suite par l’OTAN. Le 20 mars Boris Johnson mentira en affirmant qu’Aitkenhead avait confirmé l’origine russe du Novichok. Naturellement, les médias occidentaux complotistes ne reflèteront pas cette nuance, la Tribune de Genève ajoutant même un « point Godwin » en affirmant que les agents VX ont été « conçus par l’Allemagne nazie », ce qui est faux (mais vrai pour le Sarin).

Le 6 octobre, l’OIAC publie son rapport et observe :

Les biomarqueurs de l’inhibiteur de la cholinestérase trouvés dans les échantillons de sang et d’urine de M. Navalny ont des caractéristiques structurelles similaires à celles des produits chimiques toxiques appartenant aux tableaux 1.A.14 et 1.A.15, qui ont été ajoutés à l’annexe sur les produits chimiques de la Convention à la Vingt-quatrième session de la Conférence des États parties en novembre 2019. Cet inhibiteur de la cholinestérase ne figure pas dans l’annexe sur les produits chimiques de la Convention.

Le rapport conclut que Navalny « a été exposé à un produit chimique toxique agissant comme un inhibiteur de la cholinestérase ». Le biomarqueur est nommé dans la version classifiée du rapport, mais pas l’inhibiteur de la cholinestérase, qui ne figure pas sur la liste des produits considérés comme arme chimique.

Le 12 décembre 2020, le Times de Londres, suivi par le New York Post et DW, affirment que Navalny a été l’objet d’une seconde tentative d’empoisonnement « par le Kremlin » à l’hôpital d’Omsk avant son départ pour l’Allemagne. Cette accusation n’est rendue possible que parce que les proches de Navalny cachent des informations.

Car le 22 décembre, dans la revue médicale The Lancet, les médecins allemands publient leur rapport préparé par David Steindl, spécialiste des pathologies musculo-squelettiques et Kai-Uwe Eckardt, spécialiste du diabète et des greffes rénales. On y apprend alors que le vendredi 21 août, 31 heures après l’hospitalisation de Navalny, un médecin allemand est à Omsk aux côtés de Navalny, et qu’au moment de son transport « son état s’est légèrement amélioré ». Les partisans de Navalny – et les complotistes de tout poil – ont évidemment caché ce détail afin d’accuser les médecins russe de complicité « avec le pouvoir ». Ainsi, les médecins russes ont non seulement stabilisé Navalny, mais leur traitement a été efficace : les proches de Navalny et les médias ont donc menti (une fois de plus).

Quant à l’affirmation que les médecins russes « l’ont probablement gardé en Sibérie assez longtemps pour qu’on ne puisse plus déceler le poison », elle est fréquemment avancée par les complotistes (c’est-à-dire : qui voient des complots partout) d’extrême-droite, et des journalistes à l’éthique douteuse. En fait, sur le média d’opposition Meduza, un expert de l’OIAC met en doute cette accusation et affirme que les inhibiteurs de la cholinestérase se fixent sur la cholinestérase et restent ainsi dans le corps plus de trois à quatre semaines. Donc, en gardant moins de deux jours Navalny, les médecins russes n’ont pas cherché à cacher quoique ce soit, contrairement à ce qu’affirment des journalistes incultes.

-Merci, Jacques BAUD, de ces informations fort intéressantes dont la suite sera publiée dans le prochain sujet de ce blog. En attendant, je relève que vous citez en référence Meduza, le média d’opposition qui appartient à Mikhaïl Khodorkovsky, « le plus célèbre prisonnier de Russie » comme le rappelle cet article récemment paru et dans lequel est exposé le programme politique de Khodorkovsky. Cette source médiatique dont vous usez ici à plusieurs reprises est du plus grand intérêt en ceci qu’elle indique à quel point la situation politique est autrement plus complexe que celle que nous vendent nos journalistes et leurs habituels experts.

Economie, Histoire, Politique, société, Voix

Entretiens avec Jacques BAUD, la guerre d’influence et la désinformation, 3e partie.

-Jacques BAUD, vous revenez sur la gestion de la pandémie due au coronavirus pour évoquer les liens entre monde politique et monde médical. A titre d’exemple, vous citez le cas du vaccin russe. Merci de nous expliquer en quoi vous le considérez victime de désinformation.

Jacques BAUD: -En Occident, la crise de la CoViD engendre un mécontentement généralisé. Les gouvernements se sont montrés totalement incohérents : ils accusaient la Chine de cacher l’épidémie, mais n’en ont tiré aucune conséquence sur leur propres préparatifs. Par la suite, incapables de formuler des stratégies d’action et trop arrogants pour s’inspirer du modèle chinois, leurs réactions ont été des suites de va-et-vient stériles, voire destructeurs.

Le monde médical s’avère incapable de respecter sa déontologie et se fait la voix des gouvernements et de leurs errements. Les déclarations de médecins sur l’utilité (ou non) des masques et des confinements (ou non), sur les mutations (ou non) du virus, etc. n’ont fait que susciter la méfiance et ouvrir la porte au complotisme.

Pour paraitre maitriser la situation, les dirigeants européens utilisent plusieurs recettes. La première est vieille comme le monde : créer des ennemis extérieurs. La Chine et la Russie, héritières de régimes autoritaires sont des cibles idéales. La Chine a été la première touchée par le virus.

Mais la Russie a été touchée très tardivement comme le montre le graphique placé en illustration de notre entretien.

En mars 2020, la presse occidentale affirme que la Russie « court au désastre » et prédit son effondrement, tandis que le chercheur Arnaud Dubien, directeur de l’Observatoire franco-russe, affirme que « sans doute y a-t-il comme partout ailleurs une sous-estimation des cas » : c’est un mensonge, car il n’en sait rien. En fait, après avoir rapidement mis en place des mesures de prévention et des structures de traitement, la Russie présente un taux de létalité très faible. Rappelons qu’au 27 décembre, la Russie a deux fois moins de cas et trois fois moins de morts par habitants que la France !

Après l’avoir accusée de mentir sur sa mortalité, on a tenté de montrer qu’elle « trichait » dans la course au vaccin. Le 16 juillet 2020, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et le Canada accusent un groupe de hackers russes, « appartenant presque certainement aux services de renseignement russes » de tenter de voler des données relatives à la recherche sur un vaccin . En fait, ces pays n’en savent rien du tout et mentent : outre le fait que le groupe de hackers APT29 n’a jamais pu être associé de manière formelle aux services russes, le fond de l’affaire est sujet à caution :

  • Premièrement, la Russie développe aussi un vaccin et le 13 juillet, elle venait de conclure avec succès la première phase de tests . Apparemment, certaines personnalités auraient même déjà été vaccinées, une information qui n’est cependant pas confirmée et probablement confondue avec les tests de la phase 2 alors en cours…
  • Deuxièmement, le Times de Londres révèle que « R-Pharm, basé à Moscou, a déclaré être convenu avec AstraZeneca, le géant britannique de la pharmacie, de fabriquer le vaccin qu’il développe avec l’Université d’Oxford ».

On ne voit pas vraiment pourquoi un laboratoire travaillant avec un partenaire britannique (et apparemment avec une certaine avance) chercherait à lui voler des données… En fait, cet incident témoigne de l’incapacité des services occidentaux à détecter l’origine des attaques informatiques …

C’est peut-être cette accusation qui a poussé Vladimir Poutine à annoncer, le 11 août, que la Russie avait développé son propre vaccin baptisé « Spoutnik V ». La désinformation occidentale s’empare de la nouvelle. Tout d’abord, on fustige l’appellation « Spoutnik », qui fait manifestement référence à un succès de la technologie soviétique ; mais en décembre 2020, personne ne s’offusquera lorsque les Britanniques baptiseront « V-Day » et les Américains « D-Day », le premier jour de leurs vaccinations, en se référant à la Seconde guerre mondiale …

Plus sérieusement, on affirme que la Russie a « validé » ou « approuvé pour utilisation » le vaccin, « alors même que les essais cliniques ne sont pas terminés » ; NBC News suggère que la Russie pourrait « sauter la phase 3 » de la procédure, tandis que Reuters affirme que le vaccin pourrait être distribué dès octobre 2020 . Donald Trump va même plus loin en imposant des sanctions aux laboratoires russes qui ont participé à la réalisation du vaccin , sous prétexte qu’ils participeraient à des programmes d’armes chimiques et bactériologiques !

On affirme que le vaccin russe n’a pas suivi les protocoles de tests habituels. C’est de la désinformation. En fait, anticipant l’attaque des médias occidentaux contre ce vaccin, les autorités russes ont établi un site web qui en donne tous les détails , mais manifestement les journalistes se sont limités à recopier la propagande américaine et des compagnies pharmaceutiques occidentales sans le consulter. On accuse Vladimir Poutine de brûler les étapes en « validant » le vaccin. C’est faux. Il a simplement dit que le vaccin a été « enregistré », afin de pouvoir mener la phase 3 des essais cliniques avec plusieurs milliers de volontaires. Le magazine Valeurs Actuelles affirme même que le vaccin serait distribué dès la fin du mois (d’août 2020) . C’est un mensonge, car le certificat d’enregistrement du vaccin (alors disponible en ligne) précise qu’il n’y aura pas de distribution généralisée autorisée avant le 1er janvier 2021 . Malgré la disponibilité de documents officiels, la désinformation se prolonge sur les plateaux de télévision en France, où des « scientifiques » affirment, sans savoir, en politisant la question. Sur France 5, le Dr Patrick Berche affirme que l’annonce de Poutine est « inadmissible », suggérant que le vaccin n’a pas été testé . Il ment : outre les détails donnés sur le site du vaccin russe (mais qu’il n’a manifestement pas lus), la revue médicale The Lancet – qui soumet ses articles à un examen par des experts avant publication – détaille la procédure de tests et juge que le vaccin est sûr et apporte une bonne immunité.

Le 28 novembre, dans l’émission « Télématin »  de France 2, Luc Lacroix, correspondant à Pékin, relativise l’efficacité de 91,4% annoncée pour le vaccin russe, car il n’aurait été « calculé que sur 39 patients », et qu’il aurait été « homologué avant la fin des essais cliniques ». La seconde affirmation est fausse, comme nous venons de le voir, et la première est un mensonge : dans un communiqué officiel du 24 novembre (en français !), les autorités russes informent que:

Le calcul de l’efficacité a été basé sur l’analyse des données concernant 18 794 volontaires ayant reçu leurs première et deuxième injections du vaccin Spoutnik V ou du placebo qui a été effectuée au deuxième point de contrôle, à savoir le 23 novembre 2020 : seuls 39 volontaires tombés malades, conformément au protocole d’étude clinique.

En novembre 2020, la firme AstraZeneca annonce que son vaccin n’aura qu’une efficacité de 62%. La cause en est son vecteur adénoviral issu du chimpanzé, qui provoque une réaction immunitaire qui nuit à l’efficacité globale du vaccin. La Russie offre alors de partager le vecteur adénoviral humain du Spoutnik V avec la firme britannique afin de sauver son vaccin… Mais les medias occidentaux restent très discrets sur cette offre et préfèrent mentir  sur les « vols de données », sur la capacité de la Russie à produire un vaccin, etc…

Mais dans ce climat de désinformation, la Chine n’est pas oubliée, et on lui reproche sa « diplomatie du vaccin ». Le 8 décembre 2020, dans l’émission « C dans l’air », le Dr Patrick Berche, membre de l’académie de médecine, affirme que la Chine n’a publié « aucune » donnée sur son vaccin . Il ment: quelques secondes plus tard, la Dr Prof. Anne-Claude Crémieux rétablit la vérité en affirmant que depuis avril-mai 2020, les Chinois ont publié les résultats de leurs travaux pour l’élaboration du vaccin et des tests. On constate donc, que même les scientifiques politisent la science à des fins de désinformation, et on s’étonne qu’ils n’aient plus de crédit !..

-Jacques BAUD, merci de vos éclairages! A toutes fins utiles, je rappelle à nos lectrices et à nos lecteurs, la liste de l’ensemble de nos 13 entretiens publiés sur ce blog.

Economie, Politique, société, Voix

Entretiens avec Jacques BAUD, la guerre d’influence et la désinformation, 2e partie

-Jacques BAUD, en complément à notre précédent entretien, vous tenez à apporter encore quelques remarques relatives à ce qui s’énonce dans nos médias dits mainstream, du coronavirus et de la Chine.

Jacques BAUD:-Au début 2020, les Occidentaux reprochent à la Chine de cacher des informations sur l’origine et l’importance de l’épidémie. Boris Johnson évoque la Chine comme un « Etat-pariah ». En réalité, la Chine tente de comprendre l’épidémie. Entre le 15 janvier et le 3 mars 2020, en fonction de sa connaissance des symptômes et de la fiabilité des tests, la Chine ajuste 7 fois sa définition des cas, en augmentant à chaque fois leur nombre, démontrant qu’elle ne tente pas de dissimuler quoique ce soit.

A la mi-mars 2020, Robert Redfield, directeur du Center for Disease Control (CDC) américain, confesse devant une commission du Congrès que les Etats-Unis ne sont pas en mesure de distinguer les victimes de la grippe et celles du coronavirus, qui ont été enregistrées comme des victimes de la grippe. Ainsi, malgré les information disponibles sur le virus et l’épidémie, les Américains font moins bien que les Chinois ! Zhao Lijian, porte-parole du ministère des affaires étrangères chinois, saisit l’occasion pour répondre aux accusations américaines. Il ironise que le virus aurait dès lors tout aussi bien pu être importé à Wuhan en septembre 2019 lors des 7e JMME, par un participant américain. Il tweete:

Le CDC est pris la main dans le sac ! Quand le patient zéro est-il apparu aux États-Unis? Combien de personnes sont infectées? Quels sont les noms des hôpitaux? Ce pourrait être l’armée américaine qui a amené l’épidémie à Wuhan. Soyez transparent! Rendez vos données publiques! Les États-Unis nous doivent une explication!

Il n’en faut pas plus pour que les médias occidentaux et des journalistes peu scrupuleux décontextualisent le tweet et clament que la Chine diffuse des théories du complot. Pourtant, contrairement à ce qu’ils affirment, cela n’a jamais été la position officielle du gouvernement chinois, mais une simple « réponse du berger à la bergère » : le tweet est accompagné d’une séquence vidéo qui montre que les accusations américaines sont purement spéculatives.

Quant à l’hypothèse des JMME, elle n’a pas son origine en Chine, mais au Canada et bien que probablement fausse, elle n’est pas complètement incongrue. En mai 2020, en France, des athlètes militaires prétendent avoir eu des symptômes après les jeux, mais l’information est démentie par le ministère des Armées:

La délégation française a bénéficié d’un suivi médical, avant et pendant les jeux, avec une équipe médicale dédiée composée de près d’une vingtaine de personnels. Il n’y a pas eu, au sein de la délégation française des JMME, de cas déclarés auprès du Service de santé des armées (SSA) de grippes ou d’hospitalisation pendant et au retour des JMME, pouvant s’apparenter, a posteriori, à des cas de Covid-19.
À ce jour et à notre connaissance, aucun autre pays représenté au JMME de Wuhan n’a par ailleurs rapporté de tels cas.

Quant à l’idée que l’épidémie soit originaire des États-Unis, elle n’est pas complètement absurde, même si ce n’est probablement pas le cas. En marge de ces accusations contre la Chine, les laboratoires américains ont une solide réputation de laisser-aller et de négligence. En octobre 2001, l’attaque terroriste à l’Anthrax avait immédiatement été attribuée à l’Irak. Sur le plateau de la RTS, j’ai été opposé à un « expert » français qui affirmait la responsabilité irakienne, alors que l’on savait déjà que les responsables étaient aux Etats-Unis. De fait, l’attaque avait été perpétrée par un expert de l’US Army Medical Research Institute of Infectious Diseases (USAMRIID) à Fort Detrick. Après cet incident, la crainte d’une attaque terroriste a poussé les États-Unis à établir rapidement une dizaine de laboratoires de niveau BSL/P3 et 4. Au fil des années, des centaines d’incidents de sécurité y ont été observés : entre 2006 et 2013, pas moins de 1 500 incidents avec des agents pathogènes ont nécessité la prise en charge médicale de plus de 800 cas! L’US Government Accountability Office (GAO) – l’équivalent américain de la Cours des Comptes – a constaté des dizaines de défaillances avec des agents pathogènes. Le 2 août 2019, à la suite d’une série d’incidents de sécurité avec des agents pathogènes de nature imprécisée (« select agents »), mais qui incluent le SARS, l’USAMRIID est fermé. Il est réouvert en 2020 avec l’apparition de la CoViD-19.

Cela étant, l’idée d’une contagion importée en Chine n’est pas absurde, puisque certaines recherches indiquent que le virus aurait circulé en Occident bien avant que les Chinois ne le détectent : en Espagne en mars 2019, en France et en Italie en décembre 2019. En mai 2020, sur BFMTV, le Dr Yves Cohen déclare qu’un homme aurait été testé positif à Paris le 27 décembre 2019 ; pourtant, il n’a pas voyagé, et la seule personne ayant pu l’infecter est sa femme, qui est asymptotique.

-J’ai, en effet appris d’une de mes relations, qu’elle avait été atteinte, en décembre 2019, d’un virus dont aucun médecin n’a réussi à lui dire ni l’origine ni le nom car il a été déclaré « inconnu » .Cette personne a souffert de violentes poussées de fièvre alors que jamais elle n’avait connu de températures aussi élevées, a dû être hospitalisée d’urgence pour une pneumonie dont on ignorait tout de ce qui avait pu la déclencher.

Jacques BAUD: -De fait, les éruptions épidémiques inexpliquées ne sont pas rares : en septembre 2018, 150 cas de pneumonie inexpliquée avaient été signalés à Brescia (Italie) et une pneumonie virale d’origine inconnue avait éclaté le 30 juin 2019 en Virginie (Etats-Unis). En 2020, malgré une information initiale considérablement plus élevée qu’en Chine, les pays occidentaux restent incapables d’identifier « leurs » propres « patients zéro ». Ainsi, en Italie, le 10 mars 2020, l’Institut Supérieur de la Santé avouait qu’il n’était pas possible de reconstruire la chaine de transmission de tous les patients. À la fin mars, un groupe de chercheurs italiens conclut que le SARS-CoV-2 était présent en Italie au 1er janvier 2020, et qu’il y circulait probablement déjà en décembre 2019 ; mais on est toujours incapable d’identifier le « patient zéro ».

A la fin avril 2020, les États-Unis ont 1,2 million de cas et 70 000 morts, et Donald Trump accentue sa pression sur la Chine en cherchant à convaincre le monde qu’elle est responsable. Alors que le gouvernement chinois y voit une question scientifique, les États-Unis – et les Occidentaux – cherchent à politiser l’origine du virus, essentiellement pour dissimuler leur négligence. Donald Trump va même jusqu’à prétendre que la Chine exploite la crise du coronavirus pour empêcher sa réélection ! Sur FOX News, le général Jack Keane affirme que:

Le président Xi Jinping a «militarisé» la propagation du coronavirus dans le monde pour détruire les économies occidentales et écraser sa concurrence.

Il évoque des mesures de rétorsion et des réparations. Une situation curieuse, car malgré un recul de plusieurs semaines et une meilleure connaissance de la CoViD-19, les pays occidentaux ont laissé le virus proliférer vers d’autres pays. Ainsi, Scott Morrison, premier ministre australien, affirme que la majorité des cas en Australie proviennent des États-Unis. Les premiers cas en Mongolie et au Sénégal sont venus de France; ceux du Nigéria et de la Jordanie sont venus d’Italie; et celui du Panama provient d’Espagne… En outre, les Américains ont la mémoire courte, car la pandémie de H1N1 en 2009, qui a fait entre 100 000 et 400 000 morts, était originaire… des États-Unis !

Alors qu’en décembre 2020, France 24 affirme que la Chine « cultive les zones d’ombre » sur l’origine de la pandémie, la célèbre revue Nature n’évoque pas de problèmes politiques, mais des difficultés d’ordre scientifique. La célèbre revue s’appuie sur une étude espagnole qui relève la présence du SARS-CoV-2 en Espagne en mars 2019 déjà, et affirme:

L’enquête initiale à Wuhan éclairera des études à plus long terme sur les origines de la pandémie, qui pourraient emmener les enquêteurs hors de Chine. (…)
Un nombre croissant d’experts pensent que les ancêtres immédiats ou proches du SRAS-CoV-2 sont plus susceptibles d’exister chez les chauves-souris en dehors de la Chine.

En fait, dès le 3 janvier, la Chine informe régulièrement Hong Kong, Macao et Taïwan (qu’elle considère comme des prolongements de son territoire), et invite des délégations à Wuhan. Le 4 janvier, le directeur du Center for Disease Control (CDC) chinois prend personnellement contact avec son homologue américain afin d’établir un canal d’échange d’informations avec les États-Unis. Mais nos médias n’en parleront pas. Contrairement aux pays asiatiques (y compris les plus grands ennemis de la Chine, comme la Corée du Sud, le Japon ou Taiwan) les Occidentaux n’ont pas voulu écouter les Chinois.

En fait, les médias – comme nous le verrons dans le cas du terrorisme – ont obscurci notre vision, ouvrant ainsi un espace au complotisme et aux fausses nouvelles, qui ont très largement contribué à la mauvaise compréhension du problème. Nous avons déjà évoqué les affirmations peu éclairées et mensongères du quotidien Le Temps (en français : désinformation), qui fustigeait la « gestion désastreuse » de la crise par le gouvernement du Belarus. Les chiffres qui apparaissent sur le graphique qui illustre ce sujet parlent d’eux-mêmes…