Histoire, Politique, société, Voix

A propos de complotisme, suite des entretiens avec Jacques BAUD

-Jacques BAUD, dans nos trois précédents entretiens, il a été brièvement question de complotisme et de conspirationnisme. Or ces termes sont devenus un outil pour lutter contre la liberté d’expression. Comment définiriez-vous le complotisme?

Jacques BAUD: -En fait, le « complotisme » est devenu un anathème que l’on utilise sans en comprendre le sens, au contenu flou, qui permet simplement de rejeter les informations qui déplaisent. C’est devenu une manière de « blasphémer » contre un discours officiel. Or, c’est un concept bien défini, que j’essaie d’ailleurs d’expliquer dans mon ouvrage.

Les principaux critères, qui permettent de déterminer le caractère « complotiste » d’une théorie reposent sur une action coordonnée:
– En fonction d’une stratégie ou d’un calcul machiavélique en vue d’un objectif défini, qui peut être répréhensible;
– Par une institution, une élite, un petit groupe ou une minorité ;
– De manière furtive ou clandestine.

Tout comme le terrorisme, le complotisme (ou conspirationnisme) n’est pas une doctrine, c’est une méthode. Elle est basée sur l’affirmation que des événements sont le résultat de complots ou, plus largement, qu’ils sont le résultat d’une démarche volontaire ou l’expression d’une logique. Elle aboutit à attribuer une cause unique à des faits avérés.

Le complotisme peut comprendre des « fake news » ou « fausses informations », mais d’une manière générale, il s’en distingue en ce qu’il utilise souvent des informations qui sont vraies : c’est alors le lien établi entre elles qui est souvent faux.

Par exemple, on affirme volontiers qu’une des causes principales du mécontentement en Belarus est « la gestion désastreuse de la pandémie par un président ouvertement corona-sceptique ». Que le président soit « corona-sceptique » semble assez évident, mais qu’il ait géré l’épidémie de manière désastreuse est un mensonge. En effet, un simple examen des chiffres montre que le Belarus avait – au moment de cette affirmation, le 22 juillet – une mortalité 4x inférieure à celle de la Suisse et une létalité par cas confirmé (CFR) 6,25x inférieure à celle de la Suisse. Or, selon l’OMS, le CFR est un indicateur pour évaluer la mise en œuvre des mesures de santé publique : au 20 septembre, avec un CFR de 1%, le Belarus fait 3,6x mieux que la Suisse et 7,1x mieux que la France ! L’accusation est donc fausse et l’objet d’une construction de type complotiste : on associe les fanfaronnades (avérées) du président Loukachenko (vodka comme remède, etc.) à l’affirmation (fausse) d’une « gestion désastreuse » pour créer une logique (artificielle) qui légitime la contestation au Belarus.

Malgré qu’elle ne soit pas démontrée par les faits, cette accusation de « gestion désastreuse » a circulé dans presque tous les  médias qui soutiennent la politique de Donald Trump. Les médias plus factuels ont exprimé plus de circonspection.

Merci d’avoir abordé la problématique biélorusse. Dans le prochaine partie de notre entretien, nous examinerons les techniques utilisées par le complotisme, avec des cas concrets.

 

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

3 Commentaires

  • Reply Daniel 27 septembre 2020 at 22h54

    Monsieur Baud,

    A propos du complotisme, je vous donne entièrement raison quand vous parlez d’anathème.

    Je dirais même plus, c’est devenu une insulte. A quoi sert-elle ? Tout simplement à ne pas répondre sur des faits avérés qui, s’ils étaient admis comme ils le devraient, impliqueraient la réalité d’un complot. Parce que oui, les complots, cela existe comme chaque fois que des services secrets ou autres mènent des actions illégales et clandestines. Exemples : assassinat de Félix Moumié à Genève, attentat contre le Rainbow Warrior en NZ. Ou comme le 911. Ou les armes de destruction massive en Irak.

    L’effondrement du WTC7 est le résultat d’une démolition contrôlée : complotisme.
    L’utilisation d’explosifs dans les tours WTC1 & 2 : complotisme.
    C’est une manière de clore le débat avant même de l’avoir commencé. Et d’insulter celui qui se base sur des faits souvent de nature scientifique. C’est la meilleure démonstration que les menteurs, les comploteurs et leurs complices n’ont pas d’argument à opposer à ceux qui se basent sur les faits.

    L’exemple de la Biélorussie est intéressant, mais ce n’est pas un complot de la part des médias occidentaux, c’est une propagande de guerre basée sur des mensonges que vous énumérez fort bien, mensonges visant à un changement de gouvernement, comme en Ukraine et dans tant d’autres pays qui ont des liens étroits avec la Russie. Et c’est donc bien sûr la Russie qui est visée en dernier lieu par cette campagne de mensonges. Le but : l’éclatement de la Fédération de Russie et le pillage des ressources du pays par les multinationales et une clique d’oligarques.

    Sur le 911:
    https://www.youtube.com/watch?v=fkaM0Qtwvi8&feature=youtu.be

    Ou:
    https://duckduckgo.com/?t=ffcm&q=Alex+Jones+September+11%3A+Who+Was+Really+Behind+9-11&iax=videos&ia=videos&iai=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3DfkaM0Qtwvi8

  • Reply Baud 28 septembre 2020 at 12h46

    Cher Daniel,

    Je vous ai dit que je ne voulais pas entrer dans une discussion sur le 9/11, car – à tort ou à raison – je ne me suis pas intéressé aux multiples théories qui cherchent à l’expliquer. En l’état, les textes djihadistes confirment la version officielle des événements et je m’en contente. N’essayez donc pas de m’entraîner sur ce terrain, je n’y irai pas!

    Quant aux diverses opérations clandestines des « services » que vous mentionnez, si vous avez visité l’exposition que j’avais organisé au Musée militaire de Morges en 2013-2014 vous avez certainement pu admirer les armes et techniques utilisées pour ce genre d’activités… Donc: ça existe et j’en ai les preuves très matérielles…

    Le complotisme n’est pas de décrire des complots avérés, mais d’imaginer des complots là où il n’y en a pas. Parfois, un complot avéré en cache un autre, bien réel, mais encore protégé par le SECRET-DEFENSE, comme c’est le cas de l’attentat contre le Rainbow Warrior… malheureusement, il ne m’est pas permis de développer la chose ici…

  • Reply Daniel 28 septembre 2020 at 23h19

    Monsieur Baud,
    Jamais je ne vous demanderai de vous intéresser aux théories sur le 911, seulement aux les faits, les faits qui sont indubitables. Scientifiquement indubitables.
    Auriez-vous l’amabilité de me faire savoir quels « textes djihadistes confirment la VO des événements » ? Si c’est du même tonneau que la vidéo sur le WTC7… Je suis très intéressé de savoir quels sont CES texteS. Vous savez qu’un texte n’a pas le caractère d’un fait scientifique.
    Non, je n’ai pas visité l’exposition dont vous parlez. Y avait-il une fiole de thallium ? Un équipement de plongeur sous-marin ?
    Pour le 911, il y a eu un complot, personne ne le nie. Le problème est de savoir lequel.
    Donc si j’ai bien compris l’attentat contre le Rainbow Warrior cachait un autre complot ? Voulez-vous dire qu’il s’agissait de faire foirer l’attentat/le complot pour se débarrasser d’Hernu et/ou de Lacoste ? Là aussi il n’y a pas 36 possibilités. L’assassinat du photographe n’était pas prévu, mais même sans cet assassinat les autorités néozélandaises auraient réagi pareillement pour retrouver les saboteurs-amateurs.

  • Laisser un commentaire