Politique, Voix

Etre russophile, attention danger!

Etre russophile ou pêcher, au mieux par ignorance, au pire, allez savoir?

Peut-être l’aurez-vous remarqué mais lorsqu’il est fait mention, dans quelque média dit mainstream, de personnes qui s’expriment sur la Russie, on indique leurs titres et leurs compétences en ajoutant ou en omettant leur goût pour  ce pays.

Je m’explique.

Lorsque l’on vous sait aimer la Russie, d’emblée il est précisé sous votre identité que vous êtes « russophile ». Or rien de tel pour d’autres expert(e)s qui, elles et eux, se déclarent aimer la Russie mais…

Mais?

Oui, la « Russie de Poutine » est à tenir bien distincte de la Russie tout court. Comprenne qui pourra.

En d’autres termes, si vous n’hésitez pas à afficher votre amour de la Russie, attention car c’est la mise à ban de la pensée qui sait penser, que vous risquez.

Jusque là, rien de vraiment grave.

Sinon qu’à force, vous êtes peu à peu délégitimisé, décrédibilisé et bientôt accusé d’être agent du Kremlin. A part cela, de ce côté-là de la pensée qui sait penser, aucun complot, non, rien que des faits.

Avérés selon ce qu’on a décidé qu’il soient.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

8 Commentaires

  • Reply Alain Curchod 23 février 2020 at 14h00

    Russophile serait donc une forme d’injure ou de discrimination ? Peut-être mais pourquoi ? Crainte ou même peur ? Confusion entre USSR défunte et grande Russie ?

    • Reply Hélène Richard-Favre 25 février 2020 at 09h17

      Oui, un peu de tout cela, sans doute, Alain Curchod. Idées toutes faites, partis pris, intérêts, ignorance de qui relaie sans savoir mais qui « croit ».

  • Reply louistisserand 23 février 2020 at 17h17

    D’Alexandre Soljenitsyne au Goulag, c’est le parcours de la Grande Russie, pour être devenue la Sainte Russie consacrée au coeur de Marie par son apparition à Fatima. https://fr.rbth.com/histoire/83030-russes-celebres-goulag

    Parmi les demandes faites par Notre-Dame à Fatima, cinq ont une portée générale et s’adressent à chacun d’entre nous. Quatre d’entre elles ont été analysées dans les lettres de liaison précédentes : la récitation quotidienne du chapelet, les sacrifices pour la conversion des pécheurs, ne plus offenser Notre-Seigneur (voir lettre de liaison n°36) et la communion réparatrice des premiers samedis du mois (voir lettre de liaison n°37). La cinquième concerne la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie. Cette demande divise malheureusement le monde catholique, certains affirmant que la consécration a été faite, d’autres continuant à dire qu’elle ne l’a pas été comme le voulait Notre-Dame. Il est important d’éclaircir ce point, car il n’est pas acceptable qu’une demande de notre mère du Ciel nous divise. De plus, l’Église n’a jamais eu peur de la vérité. Aussi, l’analyse de cette question controversée ne doit-elle pas nous effrayer.

    La demande de consécration de la Russie a été annoncée dans l’apparition du 13 juillet 1917 :

    Pour l’empêcher [la seconde guerre mondiale dont Notre-Dame a parlé juste avant], je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois. Si l’on écoute mes demandes, la Russie se convertira et l’on aura la paix. (…) À la fin, mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie qui se convertira, et il sera accordé au monde un certain temps de paix.

    Le 13 juillet, la demande ne fut exprimée au futur. Mais douze ans en plus, le 13 juin 1929, à Tuy Notre-Dame apparut à Lucie dans la chapelle du couvent des sœurs Dorothée où elle faisait son noviciat, et lui dit :

    Le moment est venu où Dieu demande au Saint-Père de faire, en union avec tous les évêques du monde, la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé. Il promet de la sauver par ce moyen. Elles sont tellement nombreuses les âmes que la justice de Dieu condamne pour des péchés commis contre moi, que je viens demander réparation. Sacrifie-toi à cette intention et prie.

    Un an plus tard, dans une lettre datée du 29 mai 1930, Lucie confia à son confesseur, le père Gonçalvès :

    Le bon Dieu promet de mettre fin à la persécution en Russie, si le Saint-Père daigne faire, et ordonne aux évêques du monde catholique de faire également, un acte solennel et public de réparation et de consécration de la Russie aux très Saints Cœurs de Jésus et de Marie, Sa Sainteté promettant, moyennant la fin de cette persécution, d’approuver et de recommander la pratique de la dévotion réparatrice.

    Quelques jours plus tard, le 12 juin 1930, son confesseur lui ayant demandé des précisions, elle répondit en des termes identiques : « faire et ordonner aux Évêques du monde catholique de faire également, un acte solennel et public de réparation et de consécration de la Russie aux Saints Cœurs de Jésus et de Marie. »

    Fait étonnant : alors que la demande n’était encore connue que de sœur Lucie et de son confesseur, le pape Pie XI, le 19 mars 1930, organisa à Saint-Pierre de Rome une cérémonie en réparation « pour tant et de si criminelles offenses au divin Cœur de Jésus » commises en Russie et il invitait « tous ses frères de l’épiscopat catholique » à s’unir à cette cérémonie. De plus, le 30 juin suivant, le pape décida que les prières après la messe prescrites par Léon XIII seraient désormais dites pour la conversion de la Russie.

    Quelques années plus tard, dans une lettre datée du 18 mai 1936, Lucie donna les raisons de cette consécration : « Je Lui [Notre-Seigneur] demandais pourquoi il ne convertissait pas la Russie sans que sa Sainteté fasse cette consécration : — Parce que je veux que toute mon Église reconnaisse cette consécration comme un triomphe du Cœur Immaculé de Marie, pour ensuite étendre son culte et placer, à côté de la dévotion à mon Divin Cœur, la dévotion à ce Cœur Immaculé. »

    L’année suivante, l’évêque de Leiria, Mgr da Silva, écrivit au pape :

    Cette religieuse me prie de communiquer à votre Sainteté, que, selon une révélation céleste, le bon Dieu promet de mettre fin à la persécution en Russie, si votre Sainteté daigne faire et ordonner à tous les évêques du monde catholique de faire également, un acte public et solennel de réparation et de consécration de la Russie aux Très Saints Cœurs de Jésus et de Marie, et s’il daigne aussi approuver et recommander la pratique de la dévotion réparatrice.

    Le 24 octobre 1940, sœur Lucie écrivit elle-même au pape Pie XII, en citant très exactement la phrase du secret du 13 juillet et la phrase du 13 juin 1929.

    Un peu plus tard, au père Jongen, qui lui demandait en février 1946 : « Qu’a demandé Notre-Dame ? », elle répondit : « La consécration de la Russie par le pape en union avec tous les évêques du monde entier. »

    Vers cette époque, sœur Lucie eut également un entretien avec un dominicain américain, le père McGlynn, au cours duquel il lui lut un texte des deux premières parties du secret. Quand il lut « Je demande la consécration du monde… », sœur Lucie l’arrêta en disant : « Non ! Pas le monde ! La Russie ! La Russie ! Notre-Dame a demandé que le Saint-Père consacre la Russie à son Cœur Immaculé et qu’il commande aux évêques, à tous les évêques, de le faire aussi en union avec lui au même moment ».

    Enfin, le 14 mai 1982, au cours d’un entretien en présence de Mgr Hnilica, elle précisa que Dieu voulait « la consécration de la Russie et uniquement de la Russie, sans aucune adjonction », car « la Russie est un immense territoire bien circonscrit, et sa conversion se remarquera, apportant ainsi la preuve de ce qu’on peut obtenir par la consécration au Cœur Immaculé de Marie ».

    Ainsi, toute sa vie, sœur Lucie non seulement affirma que Notre-Dame avait demandé la consécration de la Russie et uniquement de la Russie, mais elle donna les raisons de cette volonté du Ciel.

    Il est exact que le Ciel a également demandé la consécration du monde au Cœur Immaculé ; nous verrons dans quelles circonstances dans la prochaine lettre. Mais, aujourd’hui, retenons que ce qu’a demandé Notre-Dame en juillet 1917 et en juin 1929, c’est la consécration de la seule Russie sans aucune autre adjonction.

    En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie.https://www.notrehistoireavecmarie.com/fr/esc/marie-demande-la-consecration-de-la-russie-a-son-coeur-immacule/
    A défaut d’un Pape Catholique, c’est le Patriarche Catholique Byzantin qui a excommunié les deux derniers Papes, Benoît XVI et François, qui s’en est chargé. L’important c’est que Marie a demandé la consécration de la Sainte Russie a son coeur immaculé : https://crc-resurrection.org/liens-utiles/archives/il-est-ressuscite/no-201-septembre-2019/le-coeur-immacule-de-marie-regente-de-russie.html

  • Reply Charles o5 25 février 2020 at 19h00

    Etre Russophile est un constat pour deux raisons objectives:

    —Poutine et la Russie disent ce qu ils vont faire et font ce qu ils ont dit et on constate que leur caravane passe n en déplaise à qui que ce soit.

    —Poutine est un « guerrier belliqueux qui veut détruire les Démocraties occidentales » nous dit-on. C est « vrai » car déjà on lui reproche d avoir mis les frontières de la Russie trop proches des bases militaires de l Otan qui encerclent la Russie, « sacré bête noire ce Poutine, un envahisseur hors norme « .

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • Reply Richard Kohler 27 février 2020 at 01h50

    Les arrangements entre les deux empires US et Russe pour le partage du monde suite à leur victoire de WW2, ont été remis en question après que le communisme se soit effondré en URSS.
    Suite à ces événements, les impérialistes US ont crû qu’ils pourraient démanteler la Russie, comme on le ferait avec une société en faillite, mais il ont sous-estimé la fibre nationaliste de ses habitants, provoquant l’échec de cette destruction programmée.
    La Russie, aujourd’hui ressaisie, retrouve son influence d’antan, peut-être même plus grande, car débarrassée de ses idéologies contraignantes et pesantes qui l’entravaient.
    Les USA, voyant l’Europe, leur chasse-gardée menacée, aimeraient recréer les tensions qui existaient il y a quelques décennie..
    Malheureusement pour eux, il est simple de constater que la Russie est plus proche des européens que les pays d’outre-atlantique.

    • Reply Hélène Richard-Favre 27 février 2020 at 10h51

      Richard Kohler,

      Lorsque vous écrivez « ils ont sous-estimé la fibre nationaliste de ses habitants », non, il ne s’agit pas de nationalisme mais de patriotisme et, surtout, d’attachement viscéral à la terre.

      Alors oui, c’est vrai que cet attachement à la terre, ce patriotisme est complètement sous-estimé par qui croit pouvoir venir à bout des Russes aussi facilement…

  • Reply Charles o5 27 février 2020 at 19h30

    Hors Sujet mais intéressant!

    Voici un copié-collé d un texte sur Regards Croisés de Mme Djemâa Chaiati Blog TDG CH:
    ———————–
    @divergente

    Je comprends votre indignation mais Madame Chraïti n’y peut rien. Si elle ne publie pas les élucubrations de ces « censeurs », elle se ferait qualifiée de -vous savez quoi-. C’est au responsable de la plate-forme d’intervenir mais là il brille par son absence. C’est vrai que la disparition du blog de HR-F a laissé un grand vide sur le forum.

    Écrit par : Jean 08h25 – jeudi 27 février 2020

    http://regardscroises.blog.tdg.ch/archive/2020/02/23/de-pavloski-a-maiakovski-
    304616.html

    ———————–
    Bien à Vous.
    Charles 05

    • Reply Hélène Richard-Favre 27 février 2020 at 21h53

      Merci, Charles 05!

      Oui, j’ai lu ça tout à l’heure… Je vais toujours sur la plateforme, on ne se déshabitue pas aussi aisément de ce qu’on a connu et apprécié plus de 9 ans durant…

      Merci à ce « Jean » …

    Laisser un commentaire