Politique, société

Fillon-Copé, « démocratie »?

La démocratie se porterait bien, selon Rachida Dati. 
Luc Châtel confirme.
Présents tous les deux sur le plateau de BFMTV ce dimanche 18 novembre au soir pour commenter le déroulement de l’élection à la présidence de l’UMP, sur ce point-là au moins se rejoignent-ils alors que l’une soutient Copé et l’autre, Fillon.
Soit.
Cependant, on s’accuse! De fraudes aux procurations et de bourrage d’urnes.
De part et d’autre des camps de François Fillon et de Jean-François Copé, les bulletins excèdent le nombre d’inscrits sur les listes. Des deux côtés on a donc saisi la Commision de Contrôle des Opérations électorales pour irrégularités.
Au rappel de l’élection à la Présidence du PS et des soupçons de tricherie qui l’avaient affectée, Rachida Dati rétorque qu’aucune comparaison n’est possible entre ce qui s’est passé autrefois entre Ségolène Royal et Martine Aubry. A l’UMP, précise-t-elle, on a placé des huissiers là où des demandes se sont exprimées.
A la même question, toutefois, Luc Châtel est plus réservé. Il dit que s’il y avait problème de décompte de voix, on procèderait dans ce cas peut-être comme au PS en son temps.
Mais voici qu’à 23 heures 30, Jean-François Copé se déclare vainqueur de l’élection avec 1000 voix d’avance.
Et qu’à 23 heure 50, François Fillon déclare avoir gagné l’élection avec 224 voix d’avance.
Pendant ce temps-là, des deux côtés de l’UMP, on se félicite de ce bel exercice de démocratie.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire