Culture, Histoire, Politique, société, Voix

Ce 10 janvier, Etats-Unis et Russie se rencontrent à Genève

La photo qui illustre ce sujet date de juin 2021. Les Présidents Biden et Poutine se rencontraient à Genève.

Depuis lors, peut-être suivez-vous encore les commentaires diffusés par nos médias dits mainstream en relation avec la situation dans le sud-est de l’Ukraine qui a été au coeur des discussions entre les délégations états-uniennes et russes, ce 10 janvier à Genève.

« Peut-être » et « encore » car elles sont tellement invariables et, de fait, attendues, qu’on n’apprend à peu près rien de nouveau.

En gros et en résumé, Vladimir Poutine, ancien du KGB, leitmotiv usé jusqu’à la corde mais imparable au rappel, Vladimir Poutine donc, est un nostalgique de l’empire russe, a très mal vécu la fin de l’URSS et veut redonner sa puissance à la Fédération de Russie.

En conséquence de quoi, il masse ses troupes à la frontière ukrainienne. On pourrait aussi parler de frontière russe mais non, elle n’est qu’ukrainienne… Et cela semble suffire à expliquer une guerre qui n’en finit pas et qui se déroule à nos portes depuis huit ans bientôt.

La Radio Télévision Suisse (RTS), pour ne parler que d’elle, donne la parole à ses « envoyés spéciaux » qui nous montrent des images et des témoignages en provenance de villages proches de la ligne de front mais que d’un seul côté, celui des « séparatistes » étant ignoré.

Pour l’objectivité, on attendra.

Mais surtout, dire pourquoi les populations se sont révoltées, dans cette partie du Donbass, cela, on s’en garde bien. Imaginez la Suisse romande, la Suisse italienne et romanche soudain obligées de parler suisse allemand parce que des personnalités politiques de cette partie du pays auraient pris le pouvoir et imposé leur idiome à l’exclusion de tout autre dans le pays, vous pensez que les gens auraient été heureux?

C’est ce qui est arrivé en Ukraine lorsque l’ukrainien a été décrété seule langue du pays et que le russe n’a plus été admis comme langue officielle admise. En d’autres termes, toute une partie de la population du Donbass a été non seulement privée de sa langue maternelle mais s’est vue du jour au lendemain devoir accomplir toute démarche administrative ou autre en ukrainien.

Cherchez l’erreur et l’envahisseur!

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

2 Commentaires

  • Reply Alain Curchod 11 janvier 2022 at 08h52

    On semble également oublier de préciser que, si la Russie « masse des troupes » à la frontière « ukrainienne », c’est peut-être parce que l’OTAN, qui a largement profité de la faiblesse passagère de l’ex-URSS pour faire les yeux doux à de multiples pays de « l’est », est extrêmement « présente » à l’autre frontière ukrainienne….
    On n’a également « oublié » les innombrables interventions des USA en Amérique du Sud. A quel titre ?

  • Reply Charles 05 11 janvier 2022 at 11h22

    Bonjour Mme H.R.-F,

    Vous citez ceci en fin de votre excellent article-chapeau ci dessus: « Chercher l Erreur et l Envahisseur. »

    L Envahisseur et qui a fait sciemment l Erreur volontaire est l USA et l Otan en premier temps (Otan est le bras armé exclusif des USA) avec certes la complicité des ses alliés non souverains car ils sont les esclaves dont l UE.

    Alors, les bases militaires de l Otan ont encerclé la Russie sous prétexte de contrer la menace iranienne , sic. En 2ème temps, c « est clair » Le « fautif » est évidemment la Russie qui a poussé ses propres frontières russes jusqu au stade de l « arrogance dangereuse » en juxtaposant voire collant leurs frontières russes aux bases militaires de l Otan sus citées, c est inadmissible. De ce fait et de surcroît, la Russie en temps de la Covid mondiale, ne respecte nullement la distanciation militaire avec les bases de l Otan et ceci est inadmissible. C est la Russie qui met le feu aux poudres, non?

    (lire? au 2ème degré?:)
    Bien à Vous.
    Charles 05

  • Laisser un commentaire