Culture, Economie, Politique, société, Voix

Le mépris du monde d’avant, de maintenant et d’après

Depuis qu’a sévi ou sévira encore, on n’en sait toujours rien, la Covid-19, oui, il paraît qu’on doit utiliser le féminin, depuis donc que ce virus a confiné la quasi totalité de la planète, on s’ingénie à parler de « monde d’avant » et de « monde d’après ».

Bien sûr que le confinement a créé des conditions de vie et des conséquences dont on n’a pas encore fini de mesurer l’ampleur. Alors oui, il y a un avant et un après confinement.

Mais de « monde d’avant » et de « monde d’après », tout dépend du regard qu’on choisit de porter sur l’un et l’autre. Car si l’on se réfère, par exemple, au comportement des gens, aucun « monde d’avant » n’a été remplacé par un « monde d’après ».

En témoignent la désinvolture avec laquelle masques et gants tant recommandés pour lutter contre le virus sont abandonnés sans scrupules ici et là.

De longue date, on constate les poubelles de nos villes déborder et les déchets joncher les rues et les trottoirs. S’y ajoutent désormais tout l’attirail destiné à protéger autrui et à se protéger soi-même du virus.

Selon cet article, à lire absolument, un masque mettrait 450 ans à se désagréger.

Alors pour les changements, on repassera! La même insolence, le même mépris envers la nature signent la pérennité d’un monde d’égoïsme et qui n’a de considération que pour lui seul.

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

1 commentaire

  • Reply Xenia 26 mai 2020 at 05h31

    Merci de tant de lucidité.

  • Laisser un commentaire