Culture, Economie, Politique, société, Voix

Covid-19, une application de traçage et quelques questions

Et voici que le ministre de la santé suisse explique la suite prévue dans le cadre de ce qu’on a appelé crise, épidémie ou pandémie liée au Covid-19.

Il s’agit de suivre à la trace des « volontaires » est-il bien précisé, qui téléchargeraient une application de traçage, dénommée SwissCovid.

Celle-ci a été développée par l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et l’Ecole Polytechnique Fédérale de Zürich (EPFZ).

Fort bien.

Donc comme l’opération est sensible, nous dit-on encore, on va y mettre des « garde-fous ». Ah la bonne heur, ainsi le Parlement aura-t-il à se prononcer sur une base légale qui repose sur une modification de la loi sur les épidémies. 

Et l’article de nous préciser encore que les deux chambres devraient se pencher sur le projet lors de la session de juin déjà. Ce qui laisse espérer un démarrage de l’application à l’été. «Mais des essais pilotes sont déjà menés», précise Alain Berset.

Notre santé avant tout?

A l’évidence pour qui a mis en place un tel mode d’approche de la maladie. Or entre les personnes qui se montrent favorables au traçage numérique et les autres, n’existent pas que des adeptes de « théories du complot »!

Il se trouve encore des êtres qui se situent entre les extrêmes.

Puissent-ils être entendus tant la question posée au ministre de la santé et la réponse qu’il y apporte laisseraient presque entendre que le téléchargement de l’application devienne, un jour, obligatoire:

Miser sur une base volontaire pour télécharger l’application, n’est-ce pas prendre le risque que trop peu de personnes s’inscrivent et qu’il faille la rendre obligatoire par la suite? Alain Berset ne le pense pas.

A suivre…

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

3 Commentaires

  • Reply Foglia 22 mai 2020 at 15h53

    Tout ce que je sens, c’est la dérive à d’autres choses encore plus sérieuses et graves ! Ne pas se laisser faire ! … sinon, c’est perte de liberté et la suite !

  • Reply Christelle Grimm 23 mai 2020 at 22h12

    Ne surtout pas tomber dans ce piège qui est une atteinte à la liberté : nous sommes déjà assez tracé comme ça avec les CB et autres mobiles. Et tout ça au nom de cette nouvelle religion nommée Science évidemment celle liée à tous les grands laboratoires pharmaceutiques et non pas celle de la prévention santé individuelle avec un libre choix thérapeutique. Sauvez-vous vous même avant que la grande sauveuse la Science ne le fasse pour vous…

  • Reply Charles 05 24 mai 2020 at 10h59

    Je suis assez perplexe quant à ce programme de traçage volontaire de la Covid Swiss.

    Tout d abord ce traçage me paraît un peu odieux et de mauvais goût car c est un flicage quand même et des gardes fous seront nécessaires comme Mme H.R.F. dit dans son article chapeau. Sauf si le but de cette Covid Swiss n est que de faire une étude scientifique et médicale puisque cette application a été développée par des centres de recherches de renommé mondial, l EPFL et l EPFZ et non pas ni swisscom ni une boîte pharmaceutique ni de laboratoires médicaux et surtout pas les services secrets non plus.

    J émets cette hypothèse qu un regain du pic du Corona resurgisse, hélas, et qu on n a pas encore développé de nouveaux moyens ni techniques ni médicales (masque, vaccin, traitement, re-gestes barrières …etc) n allons nous pas critiquer la Confédération qui a failli à son devoir (ou re.failli d après des esprits diviseurs actuels qui ont tiré sur les ambulances)?

    Où le bât blesse est que M. Berset n a pas été explicite quant à l étendu de cette étude laissant les deux chambres d en décider en juin 2020. A sa décharge, dans le feu de l action un peu d excès de zèle l a pris, peut être …Je dis cela je ne dis rien…

    Bien à Vous Mme Hélène Richard-Favre.
    Charles 05

  • Laisser un commentaire