Voix

Pour comprendre le feuilleton russe…

Chères lectrices et Cher lecteurs de ce blog, vous vous y perdez un peu dans le feuilleton russe? Voici de quoi vous éclairer.

Il s’agit d’un article que j’ai trouvé partagé par l’une de mes relations d’un réseau social bien connu. Je vous en recommande très vivement la  lecture, tant elle vous donnera une idée de la situation qui vous rend et doit vous rendre la Russie hostile.

Dans le cadre de nos entretiens avec Jacques BAUD, nous avons vu plusieurs aspects qui définissent la guerre d’influence. A côté d’elle, il en est une autre, d’ordre économique celle-ci.

Et c’est précisément ce que allez découvrir en cliquant sur ce lien. A savoir, comment s’exercent les pressions américaines sur l’Europe pour lui faire abandonner le projet Nordstream 2 dans lequel elle s’est engagée en partenariat avec la Russie.

Vous apprendrez aussi comment les Etats-Unis font usage de l’extraterritorialité, en d’autres termes, comment ils violent sans scrupule le territoire d’Etats tiers. A part cela, la Crimée qui, par referendum a voté son retour dans le giron russe, aurait été « annexée » par la Russie qui, en retour, a été la cible de sanctions, comme on le sait.

Qui menace qui?

Le 21 décembre 2019, Le Monde informe que Trump signe la loi imposant des sanctions contre le gazoduc qui doit relier la Russie et l’Allemagne. Et, plus loin, que la société Allseas suspend ses travaux.  Allseas est une société suisse, elle a choisi d’échapper aux menaces états-uniennes et aux sanctions.

Ces sanctions, qui font partie d’une large loi portant sur le budget de défense américain pour l’année fiscale 2020, comprennent le gel des avoirs et la révocation des visas américains pour les entrepreneurs liés au gazoduc. Le département d’Etat américain doit désormais communiquer dans les soixante jours les noms des entreprises et des personnes concernées. L’une des principales cibles est Allseas, société suisse propriétaire du plus grand navire de pose de pipelines du monde, le Pioneering Spirit, engagé par le russe Gazprom pour construire la section offshore. Dans l’immédiat, Allseas a annoncé par le biais d’un communiqué la suspension de ses travaux d’installation du gazoduc. L’entreprise précise qu’elle attend à présent « des clarifications réglementaires, techniques et environnementales de la part des autorités américaines compétentes ».

Pas beaux, nos pays libres?

Post précédent Prochain article

Vous pourriez aussi aimer

Sans commentaires

Laisser un commentaire