Explorez les mots-clés

LCI

Culture, Politique, société, Voix

Joe Biden, Darius Rochebin, le deux poids deux mesures des #metoo

Donc, pour des gestes estimés déplacés, pardon, pour des gestes estimés relever de harcèlement sexuel, on va se plaindre à la direction d’une entreprise qui ferme les yeux.

Et des années plus tard, car à lire les témoignages des victimes de ces « harcèlements sexuels », ils ne dateraient pas d’hier ni d’avant-hier, des années plus tard donc, on trouve le bon journaliste qui en traitera.

Et ce « bon journaliste », après une enquête qu’il aurait menée durant des mois, trouve un bon journal qui la publie.

Ouf, l’honneur de la profession est sauf!

Qui sait, peut-être que, fiers de leur succès, ces bons journalistes se risqueront sur la piste d’un homme « connu pour être tactile avec les femmes » !

Oui, selon cet article dont le lien est indiqué en bleu ci-dessus, Joe Biden aurait aussi été accusé de harcèlement sexuel, tout comme Darius Rochebin.

Alors?

Alors, soit on lutte contre le harcèlement sexuel soit pas.

Car se féliciter de l’élection d’un homme « connu pour être tactile avec les femmes » et se féliciter de la chute d’un autre sans le moindre début de procès, cherchez la logique!

Que Darius Rochebin soit jugé coupable des comportements incriminés par autant de témoins dont on ignore l’identité, est-ce la justice d’aujourd’hui?

Qu’elle s’exerce de manière cohérente, dans ce cas!

Un talentueux journaliste voit sa carrière brisée au nom de #metoo, un nouveau Président des Etats-Unis vient d’être élu dans l’amnésie de #metoo.

Politique, société, Voix

Darius, « Le Temps », « LCI »

Peu avant le scénario états-uniens qui n’en finit pas de ménager son issue, un autre scénario s’est invité par l’entremise d’un grand quotidien suisse dit de référence.

Ce scenario a visé la tête d’un journaliste.

Je veux parler, ici, de l’ancien présentateur vedette du téléjournal de la Radio Télévision Suisse, devenu présentateur d’un journal à son nom sur LCI, le 20 heures de Darius Rochebin.

Or selon cette information livrée par PureMedias et reprise par Le Parisien ici, le groupe privé français négocierait la sortie du journaliste.

Mais officieusement, est-il écrit, le retour de Darius au sein du groupe ne serait déjà plus d’actualité.

Le Temps peut s’estimer fier des résultats de son « enquête ».

Culture, Politique, société, Voix

« Le Temps » se réjouit… triste temps

D’accord, il y a l’élection américaine qui concerne des centaines de millions de personnes. D’accord, il y a le virus qui en menace autant sinon les tue, les broie ou les confine.

Et ce 2 novembre, après les assassinats qui ont frappé la France, une fusillade éclate à Vienne.

S’ajoute à ce contexte chargé, l’exécution d’un homme. Non, il n’a pas été décapité ni fusillé mais sa tête a été visée.

Ainsi, ce 31 octobre, un journal auto-proclamé « de référence » fête la récolte, célèbre la fin de sa moisson de témoignages anonymes pour lyncher Darius, Hallowen oblige!

Or dans un article sur le sujet, la Tribune de Genève donne la parole à une personne contactée par ses soins qui nous apprend que Darius Rochebin n’était « de loin pas le seul » .

Cherchez l’erreur!

Et qu’on ne vienne pas me dire que je cautionnerais quelque comportement jugé inapproprié si preuve en est donnée. Non, je réagis à ce que j’ai déjà pointé ici, se réjouir de voir tomber Darius.

NOTA BENE:

Je constate que le verbe « se réjouir », qui figurait dans l’un des articles du journal « Le Temps » que j’ai indiqués en lien a disparu. Or avant de retenir le verbe « se réjouir » en intitulé de ce sujet, j’avais vérifié à plusieurs reprises que ce terme avait bien été employé dans l’article. Je ne l’y ai plus trouvé ce soir.

Culture, Politique, société, Voix

Darius livré à la vindicte?

Délation? Révélation? A quoi joue Le Temps, grand quotidien suisse dit de référence?

Je n’ai jamais aimé les personnes qui en traînent d’autres sur la place publique.

Qu’on apprécie ou non Darius Rochebin, le livrer ainsi en pâture relève de procédés prisés par ces temps de « transparence ».

Propulsé dans le monde médiatique français, voici l’ancien présentateur vedette de la RTS rattrapé par un média helvète qui se réjouit déjà de l’effet produit par son article.

Mon propos ne vise pas à défendre un journaliste qui n’a pas besoin de moi pour cela. Juste de faire part d’une information qui, une fois encore, illustre à maints égards la nature humaine.

Et puis, rétrospectivement, de partager ici, l’interview menée par Darius Rochebin du Professeur Didier Raoult. 

Je pense qu’il s’agit là d’un autre temps fort du journalisme, qu’on apprécie ses deux protagonistes ou pas.